Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

mardi 24 novembre 2015 à 13h13min

Le Conseil National de la Transition (CNT) a adopté, le 23 novembre 2015, une loi portant institution des fêtes légales et des évènements à caractère historique au Burkina Faso.

Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

Cette loi, adoptée à l’unanimité des membres du CNT présents, consacre le 31 octobre de chaque année, journée d’hommage aux martyrs des 30 et 31 octobre 2014 et du putsch du 16 septembre 2015. Cette journée du 31 octobre est chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national.

La loi consacre également le 29 septembre et le 30 octobre de chaque année, journées marquant la commémoration respectivement de la résistance victorieuse au putsch du 16 septembre 2015 et de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Ces journées peuvent donner lieu à des cérémonies commémoratives, mais elles ne sont pas fériées. La seule journée fériée dans ce cadre est celle du 31 octobre.

Cette loi consacre par ailleurs la suppression de la date du 30 mars célébrant la journée du pardon, comme évènement à caractère historique.

Le Service d’information du Gouvernement

Vos commentaires

  • Le 24 novembre 2015 à 13:42 En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Mes chers, trop de jours fériés ou de commémoration, on avance pas dans le développement, car apparemment votre mission se résume seulement aux évènements des 30 et 31 octobre ou du septembre. Quelle loi vous avez voté pour l’amélioration des conditions de vie des burkinabè depuis que vous êtes à l’hémicycle ? Rien, tout cela finira le 29 novembre. Parce que présentement vous n’avez rien à faire, il faut siéger seulement pour bouffer gratuitement l’argent du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 13:51, par Le lecteur En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    C’est une journée de trop comme jour férié. Le Burkina a déjà beaucoup de jours fériés. On pouvait simplement considéré/consacré ce jour comme une journée commémorative mais non chômé.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 13:58 En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Merci au SIG pour la precision. En effet, il faudrait pas gongler le nombre de jours feries. Par exemple la liberation du peuple par les militaires n’a rien d’extraordinaire. Elle s’inscrit dans une de ses missions regalienes. Le Chef d’Etat Major l’avait si bien souligne a l’epoque dit il : pourquoi l’on cotiserait pour l’armee qui n’a fait que son travail et son devoir.
    Merci et bien a vous. Vive le Burkina Faso ! Vive La Paix !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 14:15, par yambia En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    c’est bien, mais il faut revoir le nombre de jours fériés à la baisse dans son ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 14:31, par Sly En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Salut !
    on a besoin d’être éclairer sur la ou les date(s) effectives chômées payées. L’annonce au journal télévisé de la RTB du 23 novembre consacre deux dates chômées payées ; 29 septembre et 31 octobre.
    votre annonce vient en contradiction.....
    laquelle est juste ????

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 14:42 En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    ce n’est pas beaucoup de jours fériés qui fait qu’on avance pas. C’est seulement le nombre d’heures que travaille réellement chaque jour chaque employé qui fait qu’on avance pas. Les services sont des lieux de causerie. A quoi sert les écrans de TV dans les bureaux des bosses. On ne pas allier travail et distraction.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 15:02, par BEOGGNINGA En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    On chôme beaucoup au Burkina Faso. Il faut par exemple supprimer la journée du 08 mars inutilement festive.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 15:49, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    WEBMASTER, par pitié met cette fois mon post.

    - Le MOBUTISME selon JA, fut, au sens propre du terme, un totalitarisme. Un totalitarisme bantou tempéré par la palabre et le vin de palme, certes, mais aussi un laboratoire de décervelage et un désastre de la pensée dans lesquels plongèrent, parfois avec ravissement, la grande majorité de ses concitoyens.

    Or c’est exactement là où Blaise COMPAORÉ et sa famille nous amenaient progressivement et ils étaient entrain de réussir tout doucement jusqu’à ce que leurs plans échouent avec fracas les 30 et 31 octobre 2014, juste au moment où ils étaient entrain de réussir même. On allait avoir ici aussi la COMPAOROSE tempérée à coup de champagne et de billets de banque distribués à KOSSYAM et transportés ailleurs par tam-tams GUIMBÉ entiers !

    - MOBUTU Sese Seko avait sa matrice, le parti MPR (Mouvement Populaire de la Révolution), dont tout Congolais était membre, de gré ou de force.
    - COMPAORÉ avait sa matrice, le parti l’Ex-ODP/MT devenu CDP (Congrès pour la Démocratie et le Progrès "des Compaoré & Cies uniquement"), dont tout Burkinabè était membre, de gré ou de force au risque de ne pas avoir de marchés publics, de voir ses affaires sapées, de ne pas avoir ses enfants bénéficier de bourses d’étude, de ne pas avoir de l’emploi, et même de perdre la vie !

    - Pendant trois décennies, travailler sous MOBUTU et travailler pour MOBUTU se confondirent étroitement. Fondement de la Constitution, homme providentiel, MOBUTU pensait pour ses sujets : ‘’Ils me doivent tout, je ne leur dois rien’’ disait-il ; et d’ajouter : ‘’Avant moi le déluge, après moi le déluge’’. MOBUTU était au-dessus des lois, au-dessus de la moralité publique, au-dessus de l’éthique, des valeurs, des droits de l’homme, de la propriété privée, de la mesure et de la vérité. Appuyé sur un appareil sécuritaire hypertrophié, il regardait le ciel d’où il semblait avoir eu son pouvoir.
    - Pendant trois 27 ans soit 3 ans avant trois décennies, tout comme MOBUTU, travailler sous COMPAORÉ et travailler pour COMPAORÉ se confondirent étroitement. Fondement de la Constitution, homme providentiel, COMPAORÉ, l’irremplaçable pensait pour ses sujets burkinabè : ‘’Ils me doivent tout, je ne leur dois rien’’ pensait-il fièrement ; et de se dire : ‘’Avant moi le déluge, après moi le déluge’’. COMPAORÉ et les Siens étaient au-dessus des lois, au-dessus de la moralité publique, au-dessus de l’éthique, des valeurs, des droits de l’homme, de la propriété privée, de la mesure et de la vérité. Appuyé sur un appareil sécuritaire hypertrophié et sanguinaire qui est le RSP, il regardait le ciel d’où il semblait avoir eu son pouvoir.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 17:48, par St Antoine En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Encore un jour férié de plus ça fait trop.Imaginez vous chômez le 31 octobre et le 1er novembre chaque année (2 jours successivement) et dans 5ans c’est à dire en 2020 on aura 3 jours d’affilés sans travail ; imaginez un peu effets que ça aura sur pour l’économie du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 19:18, par Kalonji rock En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    La majeure partie des pays africains ont toujours eté diriger par des inconscients et des incompetents.Ses inconscients et incompetents sont à leur tour soutenu par leurs peuples (analphabètes,primitifs,ignorants)et par nos pseudos intellos. ex:les membres fondateurs de l´odp/mt et par les pays imperialiastes ex : la france .
    Si les Burkinabè en premier position et les Francais avaient compris Sankara et l´accepté je pense qu´il n´allait pas etre liquider.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 19:25, par Le Citoyen. En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Inompréhensible ton charabia, kôrô Yam, le Webmaster ne doit plus avoir pitié de toi quand tu racontes des inepties sur le net. Explique-nous comment tu vas ton élevage et ton agriculture dans ton bled. C’est plus fructueux.Tout le monde sait comment on terminé les dictateurs. Epargnes-nous des racontards, militant mpp de dernière minute et militant odp-mt de première heure. Le Citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 19:30, par Le Citoyen. En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Vous, internautes, aviez tout dit sur Shérif et son CNT. Ils n’ont plus rien à mettre sous la dent. Donc, foutu pour foutu, il faut voter n’importe quoi. Avec la fainéantise de certains fonctionnaires burkinabè, vous osez encore rajouter des jours fériés ? Dire que les 30 et 31 octobre seront désormais des jours commémoratifs de cérémonies aux martyrs aurait largement suffit pour nos concitoyennes et concitoyens tombés au combat pour notre liberté.
    Shérif, quitte dans ça, sinon tu sortiras par la petite porte de la transition pire que François compaoré et Guillaume Soro va te chicoter grave.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2015 à 21:01, par dexter En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    C*est qu*elle bêtise ça la encore CNT. Au moment ou les blesses de cette même insurrection dont vous chômez les jours soufre dans leur corps et âmes sans soutien financier suffisant tout ce que vous trouvez comme réponse c*est de chômer deux jours d*affile et pire trois si on ajoute le premier novembre fête de la Toussaint. Bravo et a même temps désolé car je vous croyaient bien meilleur a ce petit talibe avec sa boite n*ayant jamais eu la chance d*aller a l*école.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 07:54, par contrelemensonge En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    donc si je comprend bien, le 31 octobre est férié et chômé ainsi que le 1er novembre également chômé et férié. ah bas. voici la conséquence. à supposer que le 31 octobre tombe un jeudi. cela veut dire que le 1er est vendredi donc pas travail jeudi et vendredi. et comme tabaski aussi n’a pas de date fixée, peut être que le mercredi 30 octobre sera tabaski ou bien le lundi 4 novembre .burkinabè il faut revoir car nous chômons bcp en plus de la journée continue

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 13:16, par TONTON COOL En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la loi

    Bravo les gars !!!! Il ne manque plus que l’anniversaire du futur président du Faso. Pensez-y !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2015 à 23:42, par Le voltaïque du Burkina En réponse à : Institution des fêtes légales et évènements historiques : Le CNT vote la l

    Le bon sens aurait voulu de remplacer la fête du 3 janvier qui n’était qu’une insurrection des travailleurs salariés de Ouaga notamment les fonctionnaires contre les mesures de réduction de salaire par la fête du 31 octobre qui a mobilisé tout le peuple.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés