Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

vendredi 20 novembre 2015 à 04h54min

Après Fada dans la région de l’Est, c’est Dori dans le Sahel qui a accueilli le Conseil des ministres délocalisé. Avec à sa tête le Président du Faso, Michel Kafando, l’équipe qui a séjourné deux jours dans cette partie du pays y a tenu l’hebdomadaire Conseil des ministres le mardi 17 novembre, avant d’échanger le lendemain 18 novembre avec l’ensemble des forces-vives de ladite région.

Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et  mariages précoces passés à la loupe

Avant le Conseil des ministres, les membres du gouvernement, sous la conduite du Premier ministre Isaac Yacouba Zida, ont effectué une visite sur la mine d’or d’Essakane. Là, ils ont apporté les encouragements de l’exécutif à l’ensemble des travailleurs de la plus grande mine du Burkina et se sont imprégnés des préoccupations des populations de la localité.
De retour à Dori, le Conseil des ministres s’est tenu dans la soirée, sous la houlette du Président du Faso, Michel Faso et a délibéré sur plusieurs importants dossiers.
Ainsi, au titre du Ministère de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi, le gouvernement a adopté un décret portant création de titres de qualification professionnelle.
Ce qui va permettre de certifier les compétences acquises par voie d’apprentissage, de formation professionnelle qualifiante ou par expérience. En clair, avec l’adoption de ce décret, il s’agit de reconnaître, de façon définitive et directe, les titres délivrés dans les centres de formation professionnelle, notamment le centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré, qui existe depuis environ quatre ans, délivre des titres à des apprenants mais qui ne leur permettent pas d’accéder à des emplois pour lesquels les concours sont lancés à la fonction publique. A en croire le ministre de tutelle, Dr Salifou Dembélé, avec ce décret, ces titres pourront être cités lors des communiqués aux concours de la fonction publique.
Ce décret implique donc la reconnaissance des titres qui vont non seulement être délivrés désormais mais également ceux qui l’ont été de par le passé. « C’est une correction qui est en train d’être opérée » a rassuré le ministre pour indiquer que la disposition va rétroagir pour tous ceux qui sont déjà détenteurs de ces titres.
Désormais diplômes d’Etat, le CQP équivaudra au CEAP, le BQP au BEP, le BPT au BAC Pro et le BPTS au BTS.
En plus de cette reconnaissance, les apprenants bénéficieront d’un accompagnement (à partir de novembre 2015) pour leur auto-emploi.

Le ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale a soumis un dossier relatif à l’adoption de la stratégie nationale de prévention et d’élimination des mariages précoces. A cela s’ajoutent son plan d’action opérationnel et le décret d’adoption de la plateforme multisectorielle. Concrètement, détaille le ministre Nicole Angéline Zan, cela voudrait dire que le Burkina s’est engagé dans une lutte pour la promotion de l’élimination du mariage des enfants. « Le mariage est l’une des institutions les plus sacrées. Lorsque cela se réalise dans un cadre normal, où l’homme et la femme remplissent les conditions d’âge, de maturité physique, intellectuelle, morale, etc. Mais malheureusement, il est noté que depuis l’enquête démographique et de santé depuis 2010, il y a un fléau qui est en train de miner l’épanouissement de la petite fille et compromet en même temps le développement social et économique du pays », a expliqué le ministre avant de préciser que plus de 51% des filles qui ont moins de 18 ans sont mariées dans la région du Sahel. Pareil pour l’Est et la Boucle du Mouhoun qui vient avec plus de 17% avec l’âge médian, c’est-à-dire l’âge moyen pour le mariage des filles. A en croire le ministre, cette situation a des conséquences dévastatrices sur leur épanouissement physique, physiologique. Elle a fait également observer que de nombreuses petites filles aujourd’hui sont victimes de fissures obstétricales et perdent la vie dans l’accouchement « parce que ce sont des enfants épouses qui doivent donner la vie à des enfants ». Outre ces conséquences, elle note l’abandon de l’école comme une des multiples conséquences de cette situation. De concert avec les communautés religieuses et les chefs coutumiers, le gouvernement et les partenaires techniques et financiers ont lancé en mars 2015, les activités entrant dans le cadre de cette lutte en faveur de la petite fille et aussi du petit garçon. Pour le ministre Nicole Angéline Zan, le plan d’action qui vient d’être adopté fait du Burkina un modèle de pays qui s’engage à prendre à bras-le-corps la lutte pour permettre à la petite fille de grandir normalement.

Le dossier sur le bail d’habitation annoncé dès le début de la transition est passé au stade de projet de loi au cours de ce conseil des ministres. Il sera transmis au Conseil national de la Transition (CNT) en vue de son adoption. Selon le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, René Bagoro, ce projet de loi vise à encadrer juridiquement, à assainir et à réguler les prix de location de l’habitat privé. L’un des éléments fondamentaux de ce projet de texte est qu’il est exigé par exemple que le contrat de bail soit obligatoirement écrit ; ce qui n’était pas le cas, jusque-là. Aussi la fixation des prix du loyer doit-elle tenir compte de critères. « En clair, pour fixer le prix des loyers au Burkina, il va falloir désormais tenir compte de ce qu’on appelle un référentiel de valeur », explique le ministre Bagoro. Ainsi, le prix d’un immeuble ou d’un logement ne devrait pas dépasser 7% de la valeur investie.
A en croire le ministre, ce projet de loi est la résultante d’une enquête qui a d’abord été menée sur plusieurs aspects afin de faire en sorte que le bailleur, tout en gagnant, ne fixe pas le prix à la tête du client. De son avis, le référentiel de valeur retenu fait de sorte que toutes les parties gagnent ; bailleur et locataire.

Le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a, pour sa part, soumis un dossier sur la protection du domaine scolaire. Cette initiative vise la sécurisation des espaces scolaires en vue de garantir davantage la quiétude et la sérénité indispensables au bon déroulement des activités scolaires. Selon le ministre de tutelle, Samandou Coulibaly, il y a de plus en plus des intrusions violentes, d’agressions pour s’en prendre soient aux enseignants, soit aux biens meubles et immeubles, ce qui constitue également des faits de violence sur ces enfants.
Le ministre a révélé que plusieurs autres aspects y relatifs sont pris en compte dans ce texte. C’est le cas des débits de boissons et des maisons de tolérance souvent situés dans les encablures des écoles.

Le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a, quant à lui, fait une communication relative à la confirmation d’agents au sein dudit ministère.Cette communication vise à situer l’opinion sur la vague de nominations au cours de ce conseil des ministres constatée au titre de son ministère. « Ce sont de nombreuses nominations qui peuvent apparaître un peu singulières au regard du fait que la Transition tire à sa fin », concède le ministre Youssouf Ouattara, mais pour lui, « après la scission du ministère de l’administration et de la sécurité, le ministère de la décentralisation a hérité de certains cadres qui sont restés dans les structures ; ce sont eux qui ont été confirmés ».

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 novembre 2015 à 22:48, par zoungou Noufou En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Monsieur le MATS pourquoi concernant la réduction du train de vie de l’Etat, certains policiers affairés continuent de signer des ordres de missions par complaisance pendant que d’autres sont rigoureux ? Hé le Burkina !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 01:37, par Nabiiga En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Il n’y a aucun dossier qui ne peut pas être passé à la loupe à Ouaga. Délocaliser le conseil de ministres à quelle fin. Est-ce pour faire comprendre aux peuphls qu’ils sont vraiment sur le territoire national ? Avez-vous une idée ce que ce déplacement à coûté aux contribuables. Ce montant, n’aurait-il pas pu réduire, ne serait-ce que par un, le nombre d’écoles sous des arbres que compte le Burkina. Il ne vous reste qu’au très grand maximum trois semaines au pouvoir et au lieu de commencer à faire les bagages en restant sur place pour se mettre à fermer les dossier les uns après les autres, vous vous lancez dans ce gaspillage sorti tout droit de l’ère Blaise Compaoré de triste mémoire. Il faut que ce gaspillage cesse et garde à vous si vous vous distribuez des primes de fin de service. Vous partez main vide tout comme vous êtes venus. Ngaw !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 01:56, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    N’Fa,fa, fa, fa ! Ministre Bagorro, j’e t’y attendais car j’ai ecouté ton interview et l’illustration que tu as faite avec un investissement de 7millions. Tu as calculé les 7% des 7millions tu as trouvé 500 000FCFA ou thereabouts. Ensuite tu as divisé 500 000 par 12 mois et tu as trouvé 43 000FCFA ou thereabouts. Et à la fin, si j’ai bien entendu, tu as dis que de la sorte, un tel bailleur auras 15 ans pour amortir son investissement. OBJECTION !!!!
    1. N’est-ce pas injuste, pour autant que j’ai bien compris ce que vous avez dit et que ce que vous avez est bien ce que vous avez voulu signifier, d’imposer à un CITOYEN,dans un Etat de Droit, de LIBRE ENTREPRISE, le temps qu’il lui faut pour amortir son investissement ? Serait-ce à des citoyens de faire du SOCIAL pour les autres ? N’est-ce pas le travail de l’Etat et en l’espèce la vocation de la Banque de l’Habitat : offrir des logements payables en 15 ans, 20 ans, 30 ans. Sans être heritier de McArthy aux USA, je sens du syncretisme politique : du communisme dans un Etat de Droit.
    2. Cet amortissement en 15ans, si mes oreilles ne m’ont pas trompé, ne peut etre possible dans le meilleur des cas, car vous presupposez une constance dans la regularité d’occupation des maisons en location. En realité, le caractère irregulier, dans les faits, pourrait ramener ce temps d’amortissement à 20 ans ou 30 ans, si de plus il faut tenir compte des delais d’urbanisation ou peuplement de certaines zones. Autrement, vous demandez à des citoyens d’avoir la même patience que la Banque de l’Habitat.
    3. Corollaire de 2), l’esperance de vie au Burkina etait de 47 ans, peut-etre 50 ans maintenant. Avec un tel temps d’amortissement, M. le Ministre, vous n’accorderez pas la chance à beaucoup de Burkinabè de croquer de leur vivant les fruits de leurs investissments.
    4. a) Soit l’Etat prend ses responsabilité en definissant une politique de logement et d’y mettre les moyens. b) Soit on augmente le salaire des fonctionnaires et de tout le mon de. N’oublions que, d’après certains humours, Feu Omar Bongo parlait de perdiems en ce qui concernait les salaires de nos fonctonnaires, . Pour certains d’ailleurs il s’agit de merdiems (merde !)
    5. A moins qu’il s’agisse d’une politique sous le comptoir pour dissuader d’investir dans le logement.
    Je voudrais savoir que je me trompe dans ma comprehension de ce projet de loi.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 08:42, par romba moumini En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Vous ne pensez pas tirer le prix du loyer vers une hausse en appliquant 7% de l’ investissement ?Prenons la valeur d’une parcelle dans les villes comme Bobo ou Ouaga où le prix minimum tourne autour de 4 à 5 millions ;si vous ajoutez la valeur de la construction d’une maison de trois chambres qui serait de 8 à 10 millions vous serez déjà autour de 14 millions.Et lorsqu’ on applique la fameuse 7% de l’ investissement on se retrouve à plus de 80.000f de frais de loyer.C ’ est toujours élevé pour pour la majorité des citoyens.Comme solution il faut travaillez à maîtriser toute spéculation autour des parcelles en fixant un prix social.Que le lotissement profite à ceux qui sont vraiment le besoin et non à des marchants de parcelles.
    IL faut travailler à ce que chaque burkinabè ait un lopin de terre pour s’abriter .Que l’état fasse l’ effort de diminuer le prix des matériaux de construction qui sont surtaxés selon l’ opinion de la population.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 09:29, par L’Oeil du peuple En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Vivement que les nouvelles autorités qui seront élues le 29 Novembre prochain pourront emboiter la trompette comme vous faites actuellement. La maitrise des problèmes du pays passe nécessairement par le vivre ensemble avec les populations. Il faut que les rapports bidons de certains ministères finissent de convaincront les décideurs pour véritablement s’adresser directement aux gouvernés afin de recueillir leurs profondes préoccupations. Ce sont des initiatives à saluer. Félicitations à la transition qui fait un beau travail malgré les ressources limitées. Déjà en douze mois ce que la transition a posé comme actes concrets qui répondent aux aspirations du peuple dépassent largement ce que le régime de Blaise COMPAORE a fait en 30 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 09:42, par L’Oeil du peuple En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    C’est bon comme mesure mais qui sera chargé d’authentifier les coûts des constructions sur lesquels sera assis le taux de 7%.Il faut des experts en évaluation pour donner le coût réel du bâtiment construit. Sinon si c’est le propriétaire lui-même qui doit aller faire la déclaration à l’administration, cela risque d’être biaisé.Pour le loyer des ménages, le maxi du prix ne doit pas dépasser cent mille francs au vue du niveau des salaires dans la fonction publique. Si réellement c’est bien appliqué l’Etat pourra gagner sur l’IRF.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 09:59, par yesgo En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    La transition en 12 mois a dépassé Blaise en 30 ans. Hé, c’est vrai quand on n’y regarde qu’avec un oeil de la haine ou que vrai, la transition a effectivement réussi le tour de force de cristalliser la haine entre les fils et filles de ce pays dans ce cours délai.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 10:38, par ZAMOUNDA En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Quand ai-t-il du financement des fonds (FBDS-FASI-FAIJ-FAARF) par le Programme de Soutien d’Urgence de la Transition. Cela fait un mois que la remise officielle des chèques s’est déroulée a la salle des banquet de LAICO par le premier ministre Y. Z . Et depuis là c’est le silence total. J’espère que ce n’ai pas une campagne propagandiste.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 12:06, par burkinabe En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Il faut que le prochain gouvernement abroge cette loi plafonnant le prix des loyers.

    Parce qu’elle crée plus de problèmes qu’elle n’en resoud.
    Voici le problème qu’elle resoud :
    - baisse des prix de loyer au centre ville de Ouagadougou et peut être Bobo (si le contrôle est effectif)
    - Collecte de l’Impôt sur le Revenu Foncier (IRF).

    Voici les problèmes qu’elle crée :
    - Tension sur les locataires (le bailleur voudra son argent tout de suite et maintenant)
    - Baisse de l’offre de logement en règle : personne ne voudra investir 15 millions dans une affaire pour le recuperer en 15 ans ne parlons pas de centaine de millions pour les grands immeubles.
    - Baisse de prêts pour construction d’habitat ... parce que ça deviendra beaucoup moins cher d’être en location que de construire chez soi ou pour d’autres
    - Augmentation du nombre des parcelles non mis en valeur
    - Fraude au loyer ... parce que je louerai mon immeuble au plus offrant qui ne me dénoncera pas. Sinon il sera dehors et les astuces ne manqueront pour le vider.
    - augmentation du commerce des parcelles qui risquent de baisser de prix mais non construites.

    Au lieu de chercher à fixer des prix fictifs ... le gouvernement aurait été plus inspiré de chercher à augmenter l’offre de bâtiments en location et les prix chuteront.

    Ceci peut être fait par exemple en instaurant une taxe annuelle à payer par les propriétaires des terrains non mis en valeur. Cette taxe devrait être payé par la SONABEL ou l’ONEA si le terrain n’est pas viabilisé.

    Pour les lotissements prochains obligation aux maires de faire des lotissement si la viabilisation a été acquise. Ainsi de suite.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 13:44, par ESPOIR premier En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Le gouvernement manque une grande vision d’urbanisation et tout temps ça sera toujours des rencontres sur les logements à ne pas finir.
    Sinon la solution est très simple :
    Baisser le prix des matériaux de construction ;
    L’Etat finance la construction des appartements à 2 chambre salon 4 niveaux par un emprunt obligatoire via le trésor. Les acquérants supporteront le coût sous forme de location sur une longue période

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 14:01, par m’nif En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Les pauvres ! on ne régule pas de cette manière les prix. Une loi même bien élaborée ne permet pas à elle seule de réguler les prix des loyers d’habitation. Dans ce cas de figure, il était bon de revisiter tous les goulots d’étranglement à l’accès au logement. Il faut proposer des mesures incitatives pour l’accès au logement (travailler sur les taxes des matériaux, l’offre de parcelles à usage d’habitation, la promotion des matériaux locaux, des politiques volontaristes d’aménagement des zones d’habitat spontannés........ Un des faux candidats à la magistrature suprême a dit que même nos fous ne dorment pas dehors. Mais, moi j’ai des craintes qu’à ce ryhtme, on risque d’avoir des gens dans les caniveaux.Il faut chercher des solutions durables.Monsieur le chef, il faut faire sortir tes zamis là , ils vont s’enquérir d’autres expériences pour nous. Ils ont peur de faire des propositions judicieuses. Laisses ces marchands de sommeil là et provoques la production d’idées novatrices pour loger tes parents et tes enfants.
    . Vous avez les compétences nécessaires pour vous accompagner. Mon frère !, si tu n’as compris ce je veux dire, il faut voir la dame de baskyuy yaar , elle va t’expliquer comment il faut faire baisser les prix des tomates et autres et comment les rehausser. Mon cher ! il faut encore chercher et dit à ces gars de l’état qu’ils peuvent fixer le prix de leur loyer à usages administratifs comme ils veulent. De toutes façons on sait comment ça se passe. Il faut retenir une chose , le prix est déterminé par le marché. Si tu veux, il faut faire venir beaucoup de tonnes de tomates et tu verras le niveau du prix réeel de la tomate à Baskyui. Mettons nous maintenant au sérieux, c’est fini la période des sovokze, même les russes n’en parlent plus. EHH ! dites moi, vos logements sociaux qu’est ce que ça représente, un rain de sable dans la mer. Une opération non adaptée.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 14:16, par ahmed guire En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Si j ai bien compris il n y aura jamais d augmentation de loyer ? Le locataire peut rester ds le batiment autant d annees a un montant strictement fixe ?
    Et vs parlez des prix de l habitat a titre privee ! et celle a titre administrative ? est ce le mm bareme ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 17:25, par lagitateur En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    En tout cas, il serait mieux que l’Etat lui-même cherche des terrains nus (qui sont nombreux à Ouagadougou) pour construire des habitations à niveau et les mette (par appartement) soit en location, soit en location-vente comme le faisait le Président Thomas Sankara avec les cités. Il doit lui-même résoudre ce problème, s’il veut soulager la peine de Burkinabè. Cadrer les prix, c’est bien, mais c’est l’offre même qui est très peu.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2015 à 18:24, par Rolbi En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    La formule de 7% ne risque t-elle pas d’entrainer une augmentation des prix des loyers ?
    Une villa de deux chambres salon douche et cuisine interne se construit difficilement à moins de 15 millions, si vous ajoutez le prix de la parcelle qui actuellement est à au moins 6 millions à Ouaga, on se retrouve avec un loyer très élevé pour la moyenne des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2015 à 19:03, par houm En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Monsieur le ministre, vous avez le souci de laisser de bones traces de votre passage dans ce ministere durant mais la transition. Vos idees ou initiatives sont louables mais elles sont precipitées au poinr de deplacer les problemes au lieu de les resoudre. Avez-vous demandé aux bailleurs les couts des terrains et les sommes payées au guichet unique du foncier pour obtenir le simple permis urbain d’habiter. je pense que non ; sinon certains vous diront que pour es investissments evalués a 10 millions, ils ont payés 1 a 2 millions pour avoir le PUH. C’est un peu une injustice quand bien meme elle est favorable au tresor public car l’Etat a cette obligation normalement de trouver a chaque citoyen un terrain pour construire un logement. A defaut, le citoyen s’achete peniblement son terrain et doit encore payer de grosses sommes pour la mutation alors que celui a qui l’Etat a donné un terrain par attribution directe ne paie rien d’autre que les frais de l’evaluation et les timbres pour avoir le PUH quel que soit la valeur des investissements. Ne jetez pas votre devolu sur les bailleurs, regardez la souffrance de celui qui achete une parcelle pour se construire un logement a travers cette petite analyse que j’ai faite. Il faut promouvoir les genres cité relais viabilisés où tout gagant a payé 3.100F le metre carré comme celui du secteur 23de bobo. L’Etat gagne et l’attributaire aussi. Le batiment aussi modeste soit-il qui y sera construit n’a rien a voir avec les logements sociaux dont 280 M2 servent a construire 2 cours sans plafon, carreaux ni peinture avec un mur de 40cm de hauteur avec aucune possibilité d’extension alors que les promotionnaires ont recu les terrains gratuitement de la part de l’Etat. Cherchez a mieux rendre service en cernant le probleme autrement ou que l’ETAT construise pour tous ceux qui n’en ont pas et retenir sur leur solde pour les fonctionnaires. Voici une proposition

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 23:45 En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Moi je ne savais pas que BAGORO était aussi nul en matière de gestion. Qu’il m’excuse car je ne le connaît ni d’Adam, ni d’êve, d’où le caractère objectif de ma critique. Le communisme est mort et le mur de Berlin avec. Bon sang !!! Vous avez vu que l’action gouvernementale n’est pas donné à n’importe quel va-nu-pied. Goutez et respectez les anciens dignitaires.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2015 à 12:16, par Yac En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : Les dossiers portant bail d’habitation, protection du domaine scolaire et mariages précoces passés à la loupe

    Chers Monsieur l’immobilier n’est pas fait pour qui veut se faire des sous rapidement . la rentabilité (ce que la plus-parts confond avec amortissement du capital investi) de l ’immobilier bien que aussi arithmétique ne ce mesure pas si facilement . Il suffit pas de faire j ’ai investis 10 millions et pour un max de 7% je prendrai 7 ans pour un retour d’investissement.... Non c’est pas comme ça Pendant ce temps la valeur que prend ton bien t’en fais quoi . je trouve même que les 7% sont élevés pour le burkinabé.
    Aussi nous savons qu’au Burkina le secteur immobilier est devenu un secteur de refuge pour .... (Valeur sure) donc à chacun sont travail , l’immobilier pour les pro du secteur et nous verrons qu’il n y a pas lieu de spéculer pour le loyer pour assurer sa rentabilité.
    j’invite les soit disant investisseurs à se tourner vers d’autres secteur à rentabilité élevé car l’immobilier c’est au minimum 20 ans Bref !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés