Bobo-Dioulasso : 60 « nouvelles du Kuntara » pour les élèves du Lycée municipal Vinama Djribril Tiemounou

mercredi 18 novembre 2015 à 22h03min

Les élèves de la classe de 1ère A du lycée municipal Vinama Djibril Tiemounou ont reçu chacun, ce vendredi 13 novembre 2015, un exemplaire des « Nouvelles du Kuntara ». Le donateur est Salifou Tiemtoré, fonctionnaire à la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Emu, l’auteur du livre, Sid-Lamine Salouka a souhaité que cet acte d’un citoyen burkinabè fasse tache d’huile pour la promotion de la littérature au Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : 60 « nouvelles du Kuntara » pour les élèves du Lycée municipal Vinama Djribril Tiemounou

55 élèves de la classe de 1ère A du lycée municipal Vinama Djibril Tiémounou de Bobo ont gracieusement reçu « les nouvelles du Kuntara ». Un ouvrage burkinabè dont l’auteur est Sid-Lamine Salouka. Présent à la remise, l’auteur a rappelé que : « Il est vrai que Salifou Tiemtoré est un promotionnaire et a aussi sa fille dans la classe, mais ce geste est salutaire. Il a acheté 60 livres qu’il a remis à tous les élèves de la classe de sa fille pour les encourager dans la lecture ». Un acte fort selon Sid-Lamine Salouka, qui montre l’intérêt du donateur pour la littérature, pour le livre qui est un élément patrimonial de diffusion du savoir et de la connaissance. Aujourd’hui fonctionnaire international à la CEDEAO à Abuja au Nigéria, Salifou Tiemtoré est un ancien du lycée municipal. En offrant ces « nouvelles du kuntara », il souhaite participer au développement intellectuel des futurs hommes du pays.

Aussi, précise Sid-Lamine Salouka, l’achat de ces livres répond à une invite de la société des auteurs et gens de l’écrit et des savoirs (Sages) aux institutions, aux entreprises, aux associations ou même aux individus à payer des ouvrages pour en faire don aux élèves. Ce qui, à n’en pas douter, contribuera à nourrir leur intelligence et du même coup, à la promotion des ouvrages burkinabè et/ou africains. « Je reste convaincu que si nombre de personnes font comme l’a fait Salifou, on participera énormément à la promotion des livres burkinabè », soutient M. Salouka. Simon Kaboré, l’heureux professeur de français a lui aussi souhaité que de tels gestes se pérennisent pour rehausser le niveau des élèves en français. « Beaucoup de parents ont certainement les moyens de faire pareil que M. Tiemtoré. Je les invite à ne pas hésiter car la lecture est très fondamentale pour toutes les autres matières », dit-il.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés