Forum innovation jeunesse et leadership : Une académie de formation technique et opérationnelle des jeunes

samedi 14 novembre 2015 à 19h34min

Le Conseil régional du centre a abrité ce samedi 14 novembre 2015, le lancement de la 1ère édition du Forum innovation jeunesse et leadership (FIJEL). Placée sous le thème « Jeunesse et leadership politique au Burkina », la cérémonie a été présidée par le représentant du parrain, le directeur pays de Eau vive Burkina, Nignan Gnongo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Forum innovation jeunesse et leadership : Une académie de  formation technique et opérationnelle des jeunes

Au Burkina Faso, sur une population de près de 18 millions d’habitants, plus de 70% ont moins de 35 ans. Dans le contexte de mondialisation économique, sociale et politique, cette frange constitue une ressource précieuse pour le pays. Cependant, cette importance numérique, les jeunes, s’ils sont souvent impliqués dans des processus informels, politiquement pertinents, ils ne sont pas fortement bien représentés dans les institutions politiques nationales telles le parlement et beaucoup d’entre eux ne participent pas aux élections. C’est fort de ce constat que le Groupe d’études et de recherches en sciences et techniques de l’information et de la communication (GERSTIC) en partenariat avec l’ONG Eau vive international et l’Institut supérieur de management d’innovation et de communication, a initié, ce 14 novembre 2015, le Forum innovation jeunesse et leadership (FIJEL). L’objectif était de contribuer au renforcement de la démocratie au Burkina Faso par l’amélioration du leadership politique des jeunes.

C’est le représentant du parrain, Nignan Gnongo qui a procédé à l’ouverture solennelle de la présente édition. Selon lui, le thème « Jeunesse et leadership politique au Burkina Faso », est d’une pertinence incontestable et d’une brûlante actualité au moment où les différents candidats à l’élection présidentielle vont par montagnes et vallées dans l’espoir de pêcher des voix. « Le Burkina Faso a besoin d’une nouvelle gouvernance qui renonce à la corruption, au clientéliste, au népotisme et qui place l’intérêt supérieur de la nation, la compétition (…) au centre de ses actions » a-t-il indiqué. Dans le même élan, il a ajouté que le pays doit disposer des jeunes bien formés et prêts à s’engager dans les reformes qui auront des impacts positifs sur les institutions de l’Etat. En effet, explique-t-il, les nouveaux leaders dont le Burkina Faso a besoin doivent avoir l’audace et la capacité d’anticipation par la maîtrise et le contrôle du changement ; la loyauté envers eux-mêmes et envers le peuple ; le respect des principes de leadership comme le devoir, l’honneur etc.

Un cri du cœur à l’endroit des autorités

Appel a été donc lancé aux politiques. « Il faut écouter la jeunesse pour étancher sa soif de changement par des projets de société réalistes et réalisables. Il faut de l’innovation politique pour le renouveau du Burkina. Le FIJEL est dores et déjà dans cette dynamique » a clamé M. Nignan, avant d’exhorter les participants à prendre une part active aux échanges et à de pertinentes recommandations en fin de forum.

Pour le président du GERSTIC, Arsène Flavien Bationo, l’ambition de ce forum était de renforcer les capacités de 50 jeunes en matière de leadership politique, les inciter à participer aux élections de 2015 et de 2016 et partant de là interpeller les acteurs pour l’adoption de programmes politiques reflétant les aspirations des jeunes.

Pour relever ces défis, le forum s’est articulé autour de quatre communications que sont : « Leadership politique : concepts, enjeux et défis pour la jeunesse burkinabè » ; « Rôle des jeunes et des mouvements citoyens dans la résistance au coup d’état du 17 septembre au Burkina Faso » ; « Communication politique au Burkina Faso : pathologie et thérapie » ; « Jeunesse et leadership en milieu estudiantin ». Elles ont été respectivement présentées par le sociologue, Noël Zankoné, l’activiste du Balai citoyen, Idrissa Barry, le président du GERSTIC et l’activiste panafricain « 2h pour nous, 2h pour l’Afrique », Serge Bayala.

L’innovation majeure de la présente édition, faut-il le rappeler, a été « la tribune démocratique » sous forme de débats ouverts. Ainsi, les participants en s’appuyant sur les connaissances acquises pendant les communications et au regard de la situation nationale, ont émis des recommandations que la gouvernance du Burkina Faso post transition pourrait adopter pour panser leurs préoccupations. Il s’agit entre autres de l’intégrité et de la probité des autorités, la mise en place d’un centre d’étude et de réflexion de la jeunesse, la formation.
La participation des jeunes au forum a été sanctionnée par une remise d’attestations.

Le GERSTIC, un laboratoire d’idées innovantes…

Créée le1er janvier 2010, le GERSTIC est composé de jeunes chercheurs associés qui sont autant communicateurs, journalistes, que managers, juristes, sociologues, spécialistes des relations publiques. Sa mission principale est de promouvoir les sciences et techniques de l’information et de la communication comme outils de développement.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés