Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

mardi 10 novembre 2015 à 00h44min

Le bureau des délégués du Centre national des œuvres universitaires (CENOU) a organisé une conférence de presse ce lundi 9 novembre 2015. L’objectif de ce point de presse est de lever le mot d’ordre de grève du personnel du CENOU, grève relative à la crise qui oppose la direction du CENOU aux résidents des cités universitaires. Il s’agissait également de faire part de la suite des discussions qui ont abouti à la reprise des activités du CENOU depuis la première assemblée générale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise dans les  cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

Le 13 octobre 2015, suite à la crise opposant les résidents des cités universitaires à l’administration du CENOU sur le report de la date de réouverture des cités, les résidents ont manifesté leur mécontentement en passant par la méthode forte. Ils ont en effet séquestré les membres du personnel et ont confisqué les clés de l’administration du CENOU.

Un acte, que le personnel du CENOU n’a pas du tout cautionné selon Ouédraogo Abdoul Salam, délégué général du personnel. « Un groupe d’étudiants est revenu à la charge à la date du 13 octobre pour fermer la direction du CENOU et garder les clés par devers eux. C’est une chose que le personnel n’a pas du tout tolérée, croyant que dans les jours qui suivent, les étudiants allaient se réviser et restituer les clés de la direction. Ce qui n’a pas été le cas. Et au regard des développements que ces troubles ont connus dans les autres cités, le personnel était empêché d’assurer ses fonctions comme il se doit. C’est ainsi que nous avons décidé le mardi 20 octobre 2015, de suspendre tout travail des œuvres universitaires ».

Par la suite, des échanges comme celui du 24 octobre 2015 ont eu lieu entre les associations syndicales des étudiants et le personnel du CENOU dans le but d’aboutir à une sortie de crise. Toutefois, souligne le délégué du personnel, « le 24 octobre, nous avons pu échanger mais nous n’avons pas pu nous accorder sur ce qui pourrait nous ramener à reprendre le service ».

Toujours dans le but d’apaiser la situation, l’administration du CENOU et le Ministère des enseignements secondaire et supérieur (MESS) ont fait des déclarations pour appeler les étudiants à la raison. Aux dires du délégué du personnel, le personnel a voulu permettre une exécution de ces différentes déclarations en assouplissant le mot d’ordre de grève. « Nous avons voulu soustraire des membres du personnel pour pouvoir travailler et procéder à la mise en œuvre de la déclaration du conseil d’administration du CENOU et de l’appel à la raison du MESS. Nous étions dans de bonnes dispositions pour que les choses se passent ainsi, mais il y a eu en face, de la résistance ».

En outre, le délégué du personnel rappelle qu’ils ont par la suite, adressé une correspondance au porte-parole des étudiants pour échanger dans un autre canal afin d’arriver à un langage de vérité. Il s’agissait en effet d’une assemblée générale conjointe qui allait réunir les deux parties. Le but étant de permettre aux uns et aux autres de reconnaître leur tort. Aussi ajoute-il, les travailleurs ont estimé que « les étudiants ont poussé trop fort le bouchon et il était impossible que nous trouvions une solution sans le concours de tous ». C’est ainsi que lors des travaux préparatoires de l’assemblée générale conjointe, le personnel du CENOU dit avoir compris que c’est une idée qu’il fallait abandonner. « Au vu des raisons que les étudiants ont évoquées, nous avons estimé que c’est une idée qu’il faille abandonner. Mais nous les incriminons pas parce que les raisons avancées par les étudiants étaient à notre avis, objectifs ».

La reprise provisoire des œuvres universitaires
L’assemblée générale conjointe n’a pas eu lieu mais les deux parties ont continué à participer aux rencontres du MESS. C’est ainsi que jusqu’à la date du 8 novembre 2015, les négociations se sont poursuivies entre les différents camps selon le délégué du personnel. En effet, pour le personnel du CENOU, la question sécuritaire était l’élément important à prendre en compte pour la reprise des activités.

La direction s’étant résolument engagée à prendre en compte cet aspect, le personnel du CENOU a adopté à l’unanimité la suspension du mot d’ordre de grève à compter du lundi 9 novembre à partir de 24 heures. Ainsi, à compter du 10 novembre 2015, les étudiants pourront de nouveau profiter des différentes œuvres universitaires.

Toutefois, précise le délégué du personnel, cette reprise des activités est provisoire .Une assemblée générale est en effet prévue le jeudi 12 novembre pour statuer sur la reprise des activités. « Si nous observons que les choses ne se passent pas comme prévues, l’assemblée générale du jeudi décidera de l’attitude à adopter » a-t-il dit.

L’adage « plus rien ne sera comme avant » doit s’appliquer aux étudiants et au personnel du CENOU
Selon le délégué du personnel, cette situation de troubles profite à un certain nombre d’étudiants. « Avec cette crise, nous avons compris qu’il y a beaucoup de choses qui se passaient dans les cités et dont nous n’étions pas au courant ». Raison pour laquelle, l’administration du CENOU dit vouloir contribuer à ce que les œuvres aillent directement aux étudiants qui les méritent. « Il n’est pas normal qu’un étudiant qui réside en cité, qu’il soit délégué ou pas, refuse de payer sa chambre. Nous n’allons pas tolérer les manquements dans l’exécution des œuvres ». A cet effet, le délégué rappelle que toutes les pièces demandées lors de l’exécution des différentes chaînes des œuvres universitaires seront exigées avant exécution. « Quand nous demandons aux étudiants de s’acquitter de leur droit, c’est le moyen pour qu’il n’y ait pas de heurt dans l’exercice de nos fonctions ».
Dans la même optique, le personnel du CENOU dit répondre des actes de tout membre du personnel qui tenterait d’entraver l’exécution des activités du CENOU », l’adage « plus rien ne sera comme avant » doit s’appliquer aux étudiants et au personnel du CENOU.

Nicole Ouédraogo
lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 novembre 2015 à 02:25, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    Ainsi donc, les partisans de "l’inclusion" et de la "compréhension" on pu convaincre les travailleurs du CENOU de donner raison à la violence et une prime à l’impunité ? Le système Compaoré est donc toujours en vigueur. Bon, voyons ce que cela va donner...

    L’histoire montre que ce genre de "pardon" sans reconnaissance des fautes et sans sanction ne fait que renforcer les violents dans leur vision et les impunis dans la répétition de leurs actes répréhensibles. Voyons qui va nous donner tort...

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2015 à 06:09
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    On a entendu des gens jaser par-ci par-là pour incriminer et s’attaquer aux étudiants sur une situation dont ils ne connaissent pas vraiment les tenants et les aboutissants. Heureusement que les vrai acteurs ont su raison gardée et ne se sont pas laissés guider par ces oiseaux de mauvais augures. Mais il faut que les étudiants reconnaissent qu’ils ont eu tord d’user de violence pour se faire entendre. Le reconnaître et demander pardon fait grandir et non rabaisser. Vive la sérénité sur le campus et plus jamais ça !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2015 à 08:34, par l’éteincelle
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    Vraiment cette race d’étudiants nouris aux bourmassa fait honte aux’’intelectuels’’. Si ils ne respectent pas leurs parents,qui voulez vous qu’ils respectent. ?Nous avons aussi été étudiant,mais jamais nous n’avons eu de problème avec les agents de l’administration et nos professeurs. Malheureusement des gens tapis dans l’ombre et qui vivent des ’’luttes’’ des étudiants(suivez mon regard) ne sont pas prêts à rentrer dans la république,car la république pour eux c’est la mort assurée. Malheur à ceux qui manipulent les faibles d’esprit. bernard schow disait ’’ne pas être communiste à 18 ans c’est manque de coeur,continuer à l’être à 40 ans,c’est manquer de tête" .Malheureusement ils ont encore plus de vingt ans devant eux pour n’avoir que le coeur et................ les manipulateurs ont de beaux jours devant eux . prions !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2015 à 11:06, par Nimbanega
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    Il parait que 80% du personnel est constitué d’instituteurs reformés à l’enam. Ils n’ont jamais fait de cité universitaire pour la plupart. Si c’est Ça ils ont raison de se comporter comme avec des enfants du CP1 au village. Comment vous voulez qu’un enfant qui parachute à Ouagadougou,privé de son logement et de sa nourriture, dans l’insécurité total, ait un autre comportement que de forcer sa propre maison commune.Est ce que pendant le coup d’état vos enfants n’ont pas manger et dormis malgré les difficultés d’approvisionnement et autres ? Quand c’est les enfants des pauvres, on reporte tout pour cause de coup d’état. Pour qu’ils partent OU ? Pour une œuvre sociale s"en est une ! Merci quand même pour le retour à la raison.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2015 à 13:26, par Ab La Paix
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    Vraiment qu`il aie un terrain d`entente sinon on ne supporte plus cela.A bon entendeur ;salut.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2015 à 16:15, par soundjata
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    Nimbanaga est ce que ton père valait un instituteur ? Toute la vie d’un cadre qui qu’il soit a commencé auprès de l’instituteur. alors fais gaffe, essaie de dire autre chose que ce que tu sors de ta bouche malsaine

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2015 à 17:06, par l’homme du golfe
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    sur ce coup la, j’apporte mon soutien au personnel du CENOU bien que je suis étudiant. En effet il ya un groupe d’étudiants qui veut transformer note cité comme celle de cote d’ivoire sous l’ère GBAGBO ; créer un désordre pour pouvoir faire régner leur loi ; mais ça ne passera pas ici. L’étudiant burkinabé que je connais ne fait pas ces genre de vandalisme ; ce n’est pas leur comportement. Merci de savoir raison garder pour notre réussite ; tant que ya pas de sécurité pour le personnel du CENOU, ils vont suspendre les œuvres.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2015 à 00:45
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    je partage l’analyse de du premier internaute sidpawalemdé sebgo lorqu’il dit que " L’histoire montre que ce genre de "pardon" sans reconnaissance des fautes et sans sanction ne fait que renforcer les violents dans leur vision et les impunis dans la répétition de leurs actes répréhensibles. . Les prétendus hommes forts étudiants auteurs de séquestration de membres du personnel du CENOU et d’actes de vandalisme par effraction ou accès non autorisé aux chambres, ont été confortés dans leur errements par leurs responsables syndicaux (surtout l’ANEB et l’UGEB pour lesquels je n’y croyais pas du tout) et la F-SYNTER. C’est vraiment regrettable que l’ANEB et l’UGEB que nous avons soutenus contre vents et marrées à l’époque des luttes féroces contre le régime de BC organisées par les Kouanda Séni, Soungalos, Korogho, Tibiri et autres intègres, francs et droits dans leur bottes...., soient tombées aussi bas pour n’avoir pas fait la part des choses en condamnant, d’abord pour être justes, les actes répréhensibles posés par leurs camarades que je qualifierai de brebis égarées avant tout autres propos ou revendications aussi légitimes soit elles. Elles ont vraiment perdu leur crédit vis-à-vis de l’opinion publique bien avisée. Et cela risque fort d’être contre productif pour vos actions de luttes futures. En effet notre état de détresse ou de pauvreté ne nous confère aucun droit sur la personne d’autrui. Si vous n’êtes pas content de votre vis-à-vis estimant qu’il vous a causé un préjudice quelconque, alors la justice post régime compaoré est là pour tout le monde…Un conseil gratuit de grand frère, ancien militant de l’ANEB qui a le souci de votre réussite étant donné que notre pays fait parti des pays du monde les moins éduqués (allusion au niveau moyen d’instruction scolaire ou universitaire) : vous pourriez toujours vous rattraper en demandant pardon aux membres du personnel du CENOU et des autorités du MESS en mettant votre arrogance de coté (étant donné que la perfection n’est pas de ce monde et tout humain est amené à se tromper) et du même coup donner le bon exemple vos petits frères des lycées et collèges, sinon vous serez probablement traités comme des hors-la-loi ou même des paria par les honnêtes citoyens malgré la situation de détresse dans laquelle vous vous trouvez et reconnue comme telle de façon unanime. Reconnaissez simplement que votre démarche n’a pas été la bonne.
    Respectons donc notre vis-à-vis, notre interlocuteur si nous voulons de lui une oreille attentive. Soyons responsables tout court car notre Burkina nouveau post Blaise Compaoré se veut être débarrassé de tout apprenti sorcier d’homme fort et de tout comportement indigne aux antipodes d’actes civiques ou citoyens.
    LPT (Liberté Pour Tous)

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2015 à 10:05
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    si des futurs cadres ont de tel comportement c est vraiment regretable en tant que etudiant vous devrez avoir une bonne analyse des choses n oublier pas que vous serrez des responsables un jour mais avec telle attitude j pleure mon pays faites preuve de grandeur et unissons pour un burkina meilleur montrer aux gents que vous etes capables de faire de bonnes oeuvres chers etudiants sachez que vous n avez pas que des droits mais vous avez aussi des devoirs a remplir ne depassons pas les bornes travailler a redonner une bonne image aux etudiants

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2015 à 11:01, par ZAKINPAGBA
    En réponse à : Crise dans les cités universitaires : Le personnel du CENOU a suspendu sa grève

    y’a t-ils des étudiants de carrieres ?LES ENFANTS DES PAYSANS QUI LEURS PARENTS ONT OEUVRE DE TOUTES LEURS FORCES POUR PAYER LES ETUDES QUI DEVIENNENT DES INDISCIPLINES NOTOIRES.MEME SI VOUS NE SAVEZ OU VOUS PARTEZ CAS MEME SACHEZ OU VOUS ETES QUITTE.CE SONT LES FUTURES MERDES DE DEMAIN.TROUPEAU DE CONS

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés