Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

jeudi 5 novembre 2015 à 02h37min

La tension est toujours vive entre étudiants et autorités en charge des Enseignements secondaire et supérieur. Ce mercredi 4 novembre 2015, les locataires de l’Université de Ouagadougou ont organisé une marche-meeting qui les a conduits devant le ministère où ils ont remis un message au premier responsable dudit département.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

« Communiqué n°1 : Le CENOU est dissout », « On sait que vos enfants ne sont pas à l’UO, donc pitié », « On s’est tué pour chasser Blaise, croyant que tout allait changer », « Est-ce que le ministre et le DG dépassent Blaise Compaoré ? », « Respectez l’étudiant burkinabè », « Ne comptez pas sur nous pour prolonger votre Transition ». Ce sont des messages qu’on pouvait lire sur les pancartes ou entendre des manifestants qui, conformément aux activités ultérieurement annoncées, ont marché sur le ministère des enseignements secondaire et supérieur. Là, ils ont transmis un document au secrétaire général dudit ministère, Bila Dipama, accompagné de ses collaborateurs dont le directeur de cabinet du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.
Campés à quelques encablures du Ministère par l’accès Est, les manifestants ont tenu une sorte de meeting au cours duquel, ils ont scandé des mots hostiles au directeur général du Centre national des œuvres universitaires (CENOU), au ministre des enseignements secondaire et supérieur et, de façon générale, au gouvernement.
Le tout, sous les regards des forces de l’ordre qui tentaient de maintenir la sécurité et de désamorcer la tension.
Le porte-parole des manifestants, Yves Ramdé, a, après avoir transmis les revendications, indiqué que les étudiants exigent la reprise des œuvres sociales, l’arrêt des velléités répressives à l’endroit des étudiants, le retrait de la plainte déposée par le directeur général du CENOU, l’élaboration d’un chronogramme raisonnable de paiement des loyers et la démission du directeur général du CENOU.

Des revendications que le secrétaire général du ministère, Bila Dipama, dit avoir reçues. Il a indiqué qu’elles seront transmises au premier responsable du département.
Soulignant en outre que des négociations sont entamées mardi 3 novembre 2015, entre les responsables d’étudiants, le personnel du CENOU, les parents d’étudiants et le ministère en vue de trouver des solutions.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 novembre 2015 à 08:30
    En réponse à : Université de Ouagadougou : encore et toujours du temps perdu pour l’enseignement supérieur

    Vraiment nous en avons assez de ces crises qu’on organise dans la crise générale que vit le pays .... cette crise au CENOU qui déborde dans l’Université et tente de gagner le pays tout entier est une honte contre laquelle le gouvernement et le CNT doivent prendre leurs responsabilités pour que l’éducation redevienne possible dans ce pays ...

    Article 1 : Il est interdit dans notre pays de faire du chantage à la nation et au gouvernement en disant "..........nous avons lutté pour chasser BC ou contre le putsch de septembre......" pour culpabiliser la nation ou le gouvernement de ne pas faire tout ce que vous voulez, satisfaire tous vos caprices ....

    article 2 : le droit de grêve est reconnu à tous, mais celui qui veut aller en grêve va sous le soleil à la place de la nation ou à la bourse du travail ... et gare à celui qui perturbe la circulation des honnêtes gens qui circulent et font tourner l’économie nationale. Tout gréviste a aussi le droit de manger les arachides bouillies, grillées et crues et de boire un peu d’eau pour ne pas se déshydrater ... Celui qui crache sur le Cenou ne doit plus demander à manger au RU, ou dormir dans les Cités U. Celui qui veut le départ du DG Cenou peut lui même s’en aller loin du Cenou ... c’est plus facile. Celui qui crache sur l’Université n’est pas obligé d’y rester, il peut aller voir ailleurs ... c’est la liberté .... pour tous.

    article 3 : Le droit d’étudier est reconnu à tous, mais tout le monde n’est pas obligé d’aller à l’Université, surtout si on ne veut pas consentir des sacrifices comme beaucoup d’autres citoyens qui galèrent sans pour autant prendre le gouvernement et la nation entière en otage

    article 4 : nul ne peut faire du chantage à un parti politique (ou à la transition) avant les élections ....en menaçant de ne pas voter pour lui s’il satisfait pas les caprices des grévistes

    article 5 : nul ne peut imposer à l’Etat de fermer un établissement d’enseignement primaire, secondaire ou supérieur, sous prétexte que lui n’est pas content ou qu’il a des intentions maléfiques à l’encontre de la nation. Celui qui attente à l’éducation dans notre pays est punissable de la peine de mort car attenter à l’éducation c’est tuer l’avenir du burkina Faso. empêcher d’autres étudiants ou élèves de suivre les cours est passible de la peine de mort .... mais on commence par 40 coups de fouet en public ... et s’il se repent, on le libère. On peut décider de ne pas se former, mais nul ne peut empêcher autrui de se former pour servir la nation ...

    Bon, Messieurs du Gouvernement, du CNT et du MESS, nous avons besoin du calme dans nos établissements pour travailler. Libérez le campus .... SVP, pour l’avenir du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 09:09, par COB
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Moi je pense sincèrement qu’il faut supprimer cette histoire de CENOU. C’est vraiment dépassé. Existe-t-il des CENOU pour les écoles et universités privées ?
    Restaurants universitaires, cités universitaires, etc., il faut arrêter. Ce sont des structures qui empoisonnent la vie des citoyens et cela pour le bénéfice d’une minorité.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 09:12
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Il est temps que ce gouvernement de Transition prenne cette question au sérieux et rétablisse les droits sociaux des étudiants au lieu de continué dans ses pratiques compaoroses qui est de fermé les cités, universités et restaurations en cas de revendications des étudiants pour de meilleurs conditions . Beaucoup de courage à l’ensemble des étudiants.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 10:04, par billi jean
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Les étudiants sont galvanisés par ce qui s’est passé avec les étudiants en Afrique du Sud.Quand j’ai vu l’élément à la RTB, jai compri qu’il allait metre les bouchées double dans leur lutte infestés de diaspo qui veulent importé le FESCI.Sinon comment comprendre que des burkinabè refusent de demander pardon à leurs ainés.Nous on n’a pas connu sa ! le personnel du CENOU vous demande des excuses et vous refusez.
    Si vous vs mettez à dos toute l’administration publique, vous allez râlez encor plus.Les agents publics sont solidaire des travailleurs du CENOU.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 10:59, par wendbenedo
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Plus rien ne sera comme avant dit on maintenant. Mais il faut qu’on se dise la vérité entre burkinabé. Moi je suis un simple fonctionnaire de l’Etat et j’ai deux de mes enfants à l’université dans le Privé. Pas parce que je suis mieux payé que les autres fonctionnaires ou que j’ai un poste qui me donne des possibilités que les autres fonctionnaires n’ont pas ! Non je suis un simple professeur certifié de l’enseignement secondaire. Seulement je me suis toujours dis que l’éducation des enfants incombent d’abord aux parents et seulement ensuite à l’Etat. Alors prenant sur moi cette maxime de vie, j’ai fait violence sur moi d’inscrire mes enfants dans le privé pour ne pas assumer le risque de les voir passer six ans à l’université sans avoir pu valider le premier diplôme à savoir la licence ! On me dira que c’est la faute à l’Etat si les étudiants passent six ans pour seulement valider le premier diplôme universitaire ! Certes, mais Faîtes un tour à l’université de Ouaga comme à Bobo. Les devoirs, ce sont les étudiants qui les programment et choisissent ou pas de les faire ! Et ils n’ont pas toujours raison quand ils choisissent de boycotter les devoirs. Pour peu qu’un groupuscule très influent ne soit pas prêt pour un devoir pour des raisons autres que corporatistes, ils prennent les autres en otage et les devoirs avec ! Parfois c’est pendant même la composition que certains étudiants font irruption dans les salles et empêchent leurs camarades de composer. Mettez vous à la place du Professeur qui doit s’arracher les cheveux pour proposer un autre devoir et une date de composition ! Mettez vous à la place de l’administration qui doit planifier encore la logistique et les ressources humaines et financières en cas de reprise d’un devoir boycotté ! Vous comprendrez alors le temps mis pour un étudiant de nos jours pour valider une licence dans une université publique. J’ai demandé à mes enfants combien coûte un ticket de restaurant à l’université. Ils m’ont dit que pour un étudiant le ticket coûte 100 F mais qu’il y a une subvention de l’Etat. J’ai fait la même université publique dans les années 90 mais le ticket coûtait aussi 100F pour l’étudiant que j’étais ! 25 ans après le prix du ticket du RU n’a pas bougé d’un iotas ! On me dira que ces sont les multiples luttes estudiantines qui ont empêché l’Etat de procéder à une quelconque augmentation du prix du Ticket du RU ! Entre nous chers burkinabé, dites moi le prix d’un produit qui n’a pas varié en 25 ans au Burkina Faso ? l’Etat peut il,encore continuer à subventionner à coup de milliards les œuvres universitaires et sociales ? les étudiants manifesteraient pour réclamer plus de salles de classe que je les aurais compris ! les étudiants bloqueraient les voies et brûleraient des pneus pour réclamer des professeurs en qualité et en quantité que je les aurais compris ! les étudiants manifesteraient pour plus de confort dans les cités universitaires que je les aurais compris ! Mais bloquer tout le système pour des revendications (Restauration ; transport ; logement) qui devront en priorité relever de la charge des parents me parait disproportionner. Si les burkinabé supportent 30.000F comme frais de scolarité dans les établissements secondaires publics alors ils devraient être favorables à une légère augmentation des frais de scolarité à l’Université qui est fixé à 15000 FCFA de nos jours ! Ils devraient aussi supporter une augmentation du prix du ticket du restaurant bloqué à 100 FCFA depuis plus de 30 ans ! Si l’Etat améliore l’offre du logement étudiant et la qualité, les parents devraient consentir à accompagner l’Etat en partageant les charges de fonctionnement. Sachons d’abord balayer devant notre porte avant de faire porter la responsabilité de l’insalubrité à autrui. Sans rancune !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 11:07
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    C’est incroyable que certains de nos étudiants se comportent de la sorte. On peut se tromper, mais persister jusqu’à ce point est vraiment stupide. Etudiants, réveillez vous, vous êtes en plein cauchemar. Réveillez vous ! A moins que vous ne soyez un appendice du RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 11:14, par zemosse
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    J’avais prévenu.L’egratignure est en train de devenir une gangrène. Il faut bien trancher soit au profit des étudiants ,soit au profit du gouvernement. Le ministre et son DG sont responsables de la situation actuelle.Ils auraient ouvert la cité provisoirement au profit des étudiants que ,nous n’en seront pas là .Il faut bien maintenant, soit reculer, soit avancer. C’est mieux d’avancer avec les étudiants que sans eux. Leçon à retenir : nommer aux postes sensibles des personnes intelligentes et non intéressées.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 12:15, par Lambert SOUROUBIE
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    C’est des CDPistes qui instrumentalisent les étudiants. Le meneur est un petit de Eddie COMBOIEGO il faisait parti de ceux qui étaient allé nettoyer la cours de Eddie après les évènement d’octobre le revoilà ici porte parole des voyous.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 12:19, par la voix d’or
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    les gars ne parlez pas comme si vous n’êtes pas aller à l’école ;la force ou les malversations ne peuvent rien resoudre dans cette affaire.laissez les étudiants et le cenou dialoguer et trouver vite une solution pour que tout redevienne normal aussi bien dans les cités universitaires qu’à l’UO,c’est à cause de la mauvaise gestion du regime compaoré que tout ça arrive.beaucoup d’étudiants comme moi ont abandonné les études à cause de tout ca,alors que les mêmes autorités envoient leurs enfants dans des universités normaux étudier rapidement et revenir prendre leur place,puis leurs petits enfants ;plus jamais que cela n’arrive.nos frères et soeurs issuent de familles pauvres ont aussi besoins de faire de longues études pour qu’un vrai changement s’imposent dans notre pays ; sinon c’est vrai que compaoré est parti de façon brusque mais il a eu le temps de préparer son après-lui.excellente journée à tous les visiteurs de ce site.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 12:38, par Le Critique
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Continuez seulement à nous frustrer. Présentement nous avons tous perdu le moral. Quand je pense que jai vite bosser pour me retrouver dans une université qui me démoralise, qui me rend robot, qui me rend inhumain, qui fait de moi un diplômé sans raison, j’ai peur de me trouver une conjointe pour ne pas la faire souffrir après. Vraiment l’Université de Ouagadougou fait de moi un perdu. Un moment j’ai cru que je serais récupéré par la transition mais apparemment c’est elle même qui me frustre le plus. Elle m’a tout pris, ma famille, mes parents, mes amis... Quand je sors on m’indexe que j’ai ’’cassé 274portes’’. hum quand me le mensonge prend des racines la vérité se fond. Je l’accepte. Mais je préfère devenir mourir que de venir me plier pour m’honnir.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 13:12, par SAM
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Etudiants Yako ! le réveil risque d’être très douloureux...

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 13:20, par Nobga
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Il n’ y a pas de personnes intelligentes et non intéressées mon cher zemosse. Vous nommez qui que vous voulez à l’université que ces "vendus" exigeront sa peau. C’est juste une nouvelle cartouche que vient de sortir le CDP et ses affidés. Pas plus ! Ils doivent donc être traités comme tels si nous voulons la paix dans ce pays. Vive le Burkina libre et débarrassé des sangsues.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 13:39, par WALAY
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    En plus de ce qu’a dit Wndbenedo, je ne comprend que les parents d’élèves, donc d’étudiants soient prêts ou disposés à payer 75 000 francs ou même plus pour un enfant au primaire et une fois qu’il arrive à l’Université, subitement il ne leur est plus possible de payer plus de 15 000 francs comme si l’enseignement supérieur coutait moins chère que l’enseignement primaire. Je sais que ce sont les mêmes qui paient pour leurs enfants au primaire, au secondaire puis au supérieur, mais les visons doivent changer si nous voulons vraiment que ça change. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 13:39, par Le BOSS
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Je vous assure que beaucoup d’étudiants réclament de l’Etat ce qu’il ne peuvent même pas avoir à la maison tout simplement parce que le CENOU est là. lL faut supprimer le CENOU car c’est une structure qui avait été créée pour soulager le peu d’étudiants qu’il y avait mais maintenant on peut plus parce nous avons à faire à une Chine populaire.Chacun va se débrouiller car c’est de cette façon aussi qu’on apprend la vie Pourquoi la bourse a été supprimée au niveau du secondaire ?.J’en ai bénéficié au lycée car une fois que tu étais admis à l’entrée en 6è ou en 2nde.IL FAUT EN FAIRE AUTANT ET TOUT LE MONDE SERA TRANQUILLE car dans ce pays à cette allure les élèves et étudiants vont RECLAMER SALAIRE à l’ETAT

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 13:58, par lesaint
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    j’ai honte pour cette nouvelle race d’etudiants ! en son temps je mangeais midi et soir au RU pour dire à quel point j’etais dans la precarité. mais de nos jours, je remercie Dieu car je suis cadre de l’administration. j’ai reussi parceque j’avais du respect pour mes responsables en tant que representants de l’administration. vous croyez que vous êtes qui bande de fainéants ???on ferme le RU 2 jours et vous êtes des mendiants larmoyants et c’est vous qui demandez le depart d’un DG et d’un ministre ??? je vous avertis : personne n’est solidaire avec votre lutte, ni les syndicats, ni les travailleurs,ni..........personne !je dis personne !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 15:22, par l’éteincelle
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Ecoutez il ya toujours eu des étudiants au burkina,il ya toujours des problèmes ! mais de grâce que les forces obscures arrêtent d ementir aux étudiants dans des coins obscurs ! suivez mon regard. les étudiants sont ils au dessus d ela loi ? On revendique plus d’impunité pour les autres et de l’impunité pour soi même. Pour des gens qui disent qui sont des intelo c’est inquiétant. Dans tous les cas l’avenir nous dira qui a raison !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 15:41
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Je suis d’accord avec les étudiants, il y a des directeurs et des ministres qui n’ont pas encore compris que plus rien ne sera comme avant. le problème de l’université est très profond et compliqué, il y a des gens qui s’hasardent à donner des explications sans connaitre le fond du problème, toujours est t-il que pour ma part, il est inconcevable que le cenou puisse mettre les enfants des honnêtes dehors. courage les étudiants.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 16:46
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Le gouvernement doit prendre ses responsabilités.
    Quelques soit la faute commise, la punition doit être raisonnable.
    Les œuvres universitaires doivent recommencer à fonctionner.
    Cela permettra peu être d’éviter que Nos filles et sœurs étudiantes ne soient obligés de se prostituer ou d’accepter des avances justes parce qu’elles ont besoins de quoi dormir ou de quoi manger.
    Internaute N°5
    Saches que certains ont payé des impôts pour que nous puissions avoir un repas à 100 francs cfa. C’est aussi a nôtre tour de payer pour que les étudiants d’aujourd’hui puissent continuer à manger au restaurant pour 100 francs le ticket.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 16:58, par Elkabross
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Je suis écœuré de voir comment certains traitent les étudiants, que nous sommes. Nous ne sommes pas la cause des problèmes qui arrivent. Ces problèmes résultent du manque de prévision de la part de nos responsables et professeurs pour qui l’étudiant n’a pas le droit à la parole lorsqu’on discute pour trouver des solutions ou quand on élabore les projets pour les universités. Je ne comprend pas non plus pourquoi on exige aux étudiants de demander pardon, non pas par tor, mais juste parce qu’on est en face des parents. L’étudiant est avant tout un enfant aussi responsable que ses géniteurs. Tout ce que nous voulons c’est qu’on puisse aller de l’avant, il n’est pas juste que l’étudiant soit un mendiant, quémandant nourriture et dortoir, etc, parce que ses parents sont pauvres. Les enfants des ministres et les hautes autorités ne sont pas dans les universités publiques ; c’est pour cela que nos droits sont bafoués tout le temps. Il est tant que chacun prenne sa responsabilité. Plus rien ne sera comme avant

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 19:10, par Salou
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    "Plus rien ne sera comme avant" ne veut pas dire ANARCHIE. Dans un pays, il faut l’Autorité pour garantir les libertés et les droits des citoyens. On constate malheureusement que cette ’’ génération d’étudiants" se comporte très mal avec des actions de prise d’otages et de confiscation des libertés. On veut avoir raison et poser des actes qui ne sont pas du tout citoyen. Disons la vérité, les actions d’otage et de violation de propriétes par ces étudiants sont à condamner. Aussi la fermeture des cités manu militaro sont aussi à condamner. Les étudiants doivent en gagner en discipline et murir dans la citoyenneté. Ce rôle devait etre relayer par les associations estudiantines au lieu de pousser les étudinats au vandalisme. Il sauver l’étudiant Burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 21:51, par Alfred ouedraogo
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    En lisant les internautes, j’ai un pincement au coeur de voir que certain intello qualifie de la sorte la legitime lutte des etudiants.
    Dites moi, en quoi il est illégitime de priver un etudiant de loger pour une question d’insécurité ?
    Dites moi, en quoi la sécurité des agents du cenou est en danger s’il decide de reprendre le service ? d’autant plus que nous sommes dans un état où une institution existe à cet effet
    Dites moi en quoi, un etudiant devrait demander pardon pour une faute qu’il ne connaît pas avoir commise ?
    tout internaute qui veut analyser cette situation devrait se placer à place de l’etudiant se demander en toute honnetété quelle allait être ma réaction ? faut il dormir à la belle étoile ?
    Moi je suis un etudiant et on ne va pas demander pardon pour ce qu’on n’a pas fait et pire encore pardon pour demander à manger, se soigner. Ce serait manquer de respect au statut etudiant.
    Nous ne sommes pas rebelles c’est juste qu’il faut arrêté certaines pratiques à l’encontre de l’etudiant burkinabè. Nous sommes d’accord que nous ne sommes pas plus burkinabé que les jeunes de la même tranche d’âge que nous. C’est désolant de cautionner des citoyens burkinabé acceptent que son état laisse sa jeunesse dans la précarité et la misère.
    Nulle n’est heureux que ce problème traîne, il serait d’un intérêt commun d’en finir avec ce problème. Aucun etudiant ne vient au campus ni dans les cités universitaires pour faire carrière. Nous on aussi aspire quitté l’UO avec des diplomes pour la competivité sur le marché de l’emploi.
    On souhaite sincèrement que le problème finisse.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2015 à 02:02
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    Internote 5 tes propo ssont iresponsabl. E si tu a fai l campus com tu l di tu devrai t rapeler q les etudian rivalisaient mem avec les fonctinnaire car qi di etudian en ce moma disait bourse detude qi selevai a une trentaine de mil mensuellema pour tout etudian. Ces tres eviden qe tes enfan qe tu a inscri dans l privé reviene sinscrire dans l public pour beneficier d ces mem oeuvr universitaire obtenu aprè de multiple revendication. Ce sont des personne dan ton genre qi son là a beneficier davantage de leur colege aprè qon ai retrancher plusieurs foi plusieur mill a ces dernier pour avoir yrever. Suposon q tou l mond envoyais leur enfan dan l privé tu pense qil yorai pa d problèm ? U pauvr Professeur certifier ? Et les enfan des pauvr enseignan du primair ? E ce des pauvr cultivateur ? Combien son ceu là qi peuven envoyé leur enfan dan un privé. Mon cher professeur tu a des idé eroné. Falai les envoyé a lexterieur là on sora q tu a fai d3s sacrifice.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2015 à 02:46
    En réponse à : Université de Ouagadougou : Les étudiants ont marché sur leur ministère de tutelle

    De grâce. Celui qui n’a absolument rien à dire, qu’il ne fasse pas de commentaire incendiaire qui ne contribue en rien à la résolution de cette guéguerre entre les étudiants et leur autorité de tutelle. en ce qui me concerne, j’en appelle tout simplement à la sagesse de nos autorités de se pencher un tant soit peu sur ce problème qui ne devrait même être exposer sur la place publique et permettre à des oiseaux de mauvais augure présager le pire. Quant aux étudiants veuillez revoir vos positions et sachez q’on n’obtient pas toujours tout en même temps lors d’une lutte. on obtient gain de cause sur certains points et on diffère la lutte sur certains points. mais il faut savoir reconnaitre ces torts faire son méa-culpa et la vie continue. Que Dieu bénisse le BURKINA FASO et tous ces étudiants de toutes les écoles.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés