Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

mardi 3 novembre 2015 à 00h01min

« Donner la vraie information sur l’arrestation de Karim Traoré et de la situation au prévaut au sein de l’Union nationale des producteurs de cotons », a été l’objet d’une conférence animé de presse animé, ce lundi 2 novembre par les membres du conseil de gestion. Tout en demandant la libération de leur président écroué à la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso (MACB) depuis le vendredi 30 octobre dernier, ces producteurs de cotons semblent croire en son innocence et être prêts à apporter toute preuve pour le blanchir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

« Karim Traoré, président de l’Union nationale des producteurs du Burkina (UNPC/B) n’a pas commis un crime. Il doit par conséquent être libéré ». Ces propos sont de Yacouba Koura, premier-vice-président de l’Union. Entouré du deuxième vice-président, Ali Fofana, du secrétaire général, Célestin Kala, et de la coordinatrice Delphine Zoungrana, le conseil de gestion reconnait malgré tout que leur président a été arrêté, parce que accusé de détournement de 84 000 000FCFA et d’abus de confiance.

En rappel, explique le premier-vice-président, en conformité avec les textes de l’UNPCB, les accusations de malversations portées à l’encontre du président Karim Traoré avaient été largement étayées lors d’une assemblée générale de l’institution, seule organe suprême, et qui, à plusieurs reprises a réaffirmé son soutien à l’accusé. A cela s’ajoute l’élaboration de la feuille de route par le gouvernement burkinabè avec l’engagement de toutes les parties prenantes. Les décisions prises par le gouvernement étaient :
-  l’audit des comptes de l’UNPC/B et des UPPC sur la période allant de 1998 à 2015
-  la dotation de l’administration de moyens pour la mise en conformité de toutes les organisations paysannes à l’acte uniforme de l’OHADA
-  l’organisation des élections au sein de toutes les instances des organisations de producteurs de coton depuis la base jusqu’au sommet d’ici fin 2015, en vue de se conformer à l’acte uniforme de l’OHADA
-  la mise en place d’un manuel de gestion par l’Etat afin de suivre le fonctionnement des toutes les OP.

Ces décisions jusqu’à présent n’ont pu être mise en œuvre. Pourquoi ? A entendre les animateurs de la conférence, le mandat de Karim Traoré qui devait prendre fin en 2014 a été prolongé pour permettre la conformité avec l’OHADA. Constatant d’irrégularité dans la gestion de l’Union, trois producteurs – Doyé Zoubiessé- Abou Ouattara-Boubié Naon- déposeront une plainte contre le président Traoré aux motifs de détournement de fonds.

Karim Traoré a-t-il remis en cause l’autorité judicaire ?

Le président de l’UNPC/B n’aura pas répondu, deux fois de suite, à la convocation du juge au prétexte qu’il était en déplacement. Une justification confirmée par les animateurs de la conférence qui confient qu’au sujet justement de la dite convocation, le président Karim Traré avait fait savoir au juge qu’il ne serait pas disponible à cette date et qu’avec sa permission, il se fera représenter par son avocat. « Malheureusement, celui-ci – l’avocat- était aussi en déplacement et n’a pas pu se présenter », soutient Yacouba Koura.

A son retour le vendredi 30 octobre, le premier responsable de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina recevra une deuxième convocation. « Cette audition au palais de justice a malheureusement pris une autre tournure. Karim Traoré a été arrêté et accusé de détournement de 84 millions de F CFA et d’abus de confiance », précise-t-il. Et de poursuivre que : « malgré les arguments développés par son avocat, les explications montrant la contrainte de disponibilité liée à son agenda pour des raisons de missions de représentation à l’extérieur du pays, malgré les conséquences d’une telle décision, et les gros risques de troubles à l’ordre publique, l’impact sur la commercialisation de coton, l’impact avec les bailleurs de fonds » le juge est resté inflexible sur sa décision.

Depuis vendredi, les producteurs disent n’avoir pas de nouvelle de leur président. Une situation qui les laisse par conséquent dans une totale confusion et elle risque, foi de Yacouba Koura, de perturber les activités de la filière car dit-il : « le président de l’UNPC/B est aussi le président de l’AICB, celui-là même qui s’est battu pour que la production soit effective cette année en prison ». Ces explications, selon Yacouba Koura ne sont pas pour remettre en cause le rôle ou l’indépendance de la justice. Toutefois dit-il : « nous appelons de toutes nos forces ceux qui pourraient être des sujets de déstabilisation de l’Union et particulièrement de la personnalité de Karim Traoré à se ressaisir, sinon, en tant que paysans, nous userons de tous les moyens à notre disposition pour laver l’affront ».


Laver l’affront, ce serait dire toute la vérité…

Laver l’affront, selon le conseil de gestion serait de dire toute la vérité sur le détournement de ce fonds, qui a, par ailleurs été utilisé pour les frais de commercialisation de céréales. Aussi, se demande le Conseil de gestion, que représentent ces trois personnes qui ont porté plainte. Il y a certes eu des failles dans la gestion, mais Yacouba Koura est son camarades producteurs ont estimé que seule l’Assemblée générale est l’organe légale et légitime pour toute initiative. Ils ne doutent pas également des preuves que détient la justice, mais le Conseil de gestion promet apporté des justificatifs à même d’innocenter leur président.

En attendant, et après avoir rassuré les partenaires techniques et financiers, les producteurs ont dénoncé et déplorer l’arrestation de Karim Traoré. C’est pourquoi, souhaitent-ils sa libération immédiate et que la justice soit rendue de manière impartiales et équitable.

Etaient présent à cette conférence de presse, les délégués des 28 provinces représentant les 350 000 chefs d’exploitation membre des groupements de producteurs de coton. Ils se promettent de faire front contre les forces du mal qui s’acharnent contre l’UNPC/B.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 novembre 2015 à 07:15
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Ces gens ne peuvent pas demander mieux puisque eux, les bureaux départementaux, les bureaux provinciaux qui bouffent les fruits ensemble. SI L’ARRESTATION DE KARIM TRAORE ETAIT INJUSTE, son avocat aurait brandit ça sans hésiter. TOUTE PERSONNE interpellée par la justice doit être disponible, elle doit prouver son inculpabilité si elle n’est pas responsable de ce qu’on la reproche. Si les enquêtes sur cette affaire va loin, on ne s’étonnera pas que ceux qui ont organisé cette rencontre demandant la libération de Karim Traoré ont soupé avec lui. EUX MEME RISQUE D’ËTRE INTERPELLE.

  • Le 3 novembre 2015 à 07:49
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Je me demande s’il y a pas des gens qui cherchent à sauver leurs têtes.

  • Le 3 novembre 2015 à 08:01, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    - BASSERATOU fait attention quand tu écris et relis tes textes avant de les publier. Regqrde :

    - ’’...et de la situation au prévaut au sein de l’Union nationale..’’ C’est plutôt ’’QUI prévaut..’’
    - ’’Ces décisions jusqu’à présent n’ont pu être mise en œuvre’’. C’est plutôt ’’miseS’’
    - ’’...aux motifs de détournement de fonds’’. Ecrire plutôt ’’au motif’’ car il n’y a qu’un motif
    - ’’...la production soit effective cette année en prison’’. Phrase insensée avec le mot ’’prison’’
    - ’’...nos forces ceux qui pourraient être des sujets de déstabilisation de l’Union et particulièrement de la personnalité...’’. Plutôt ’’causes’’ et non ’’sujets’’.
    - ’’...mais Yacouba Koura est son camarades producteurs..’’. Plutôt ’’..et ses camarades...’’
    - ’’...le Conseil de gestion promet apporté des justificatifs..’’. Plutôt ’’apporteR’’
    - ’’....ont dénoncé et déplorer...’’. Plutôt ’’déploré’’
    - ’’...la justice soit rendue de manière impartiales..’’. Plutôt ’’impartiale’’ (sans S)
    - ’’Etaient présent à cette conférence..’’. Plutôt ’’présents’’ (au pluriel car ils étaient plusieurs)
    - ’’..les 350 000 chefs d’exploitation membre des groupements..’’. Plutôt ’’d’exploitationS membreS’’.

    NB : WEBMASTER c’est pour faire du bien à BASSERATOU. Alors met mon poste.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Le 3 novembre 2015 à 08:17, par DAMOS
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    La justice sous la transition ne fonctionnent pas comme l’UNPCB sous le regime de Blaise Compaoré. Nul n’est au dessus de la loi chers paysans. Je sais que d’autres membres de l’union vont le suivre parce qu’il n’est pas seul

  • Le 3 novembre 2015 à 08:22, par Bédjou
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Nul n’est au dessus des lois ; de plus comme il convient de le savoir, plus rien ne sera comme avant. Si votre président a été déferré, certainement c’est parce qu’il ya des indices clairs qui le mettent en cause. Donc il doit répondre de ses actes. Doit il se soustraire à la justice au motif qu’il va en mission ? Il est le président de l’Union et les règles de fonctionnement doivent avoir prévues comment se fait la représentation en cas d’empêchement du président. Restez sereins si vous n’avez rien à vous reprocher que de faire cette agitation à la limite infantile.

  • Le 3 novembre 2015 à 08:51, par ISMO
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Laissez la justice faire son travail.
    S’il est innocent, il sortira. S’il a été déféré, c’est que le juge a des preuves assez consistantes. Sinon, il ne te fait pas enfermer.

    Donc attendons le jugement. Et en attendant, en tant que 1er vice Président, vous faites tourner l’Union. Si vous en êtes incapable, alors, démissionner. Ce n’est pas votre rôle de défendre le président. Regardez bien dans les textes, vos attributions y sont clairement précises. Donc, attelez vous à terminer la campagne. Et vous avez du pain sur la planche.

  • Le 3 novembre 2015 à 08:51, par Nimissin
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    C’est quelle irresponsabilité ça ? Vous êtes fous ou quoi ? Savez-vous que le procureur peut vous poursuivre pour de telles déclarations ? Et je me demande pourquoi les juges sont souvent si cléments avec de tels individus.

  • Le 3 novembre 2015 à 10:11, par Burkinbiiga
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Je n’ai rien contre l’indépendance de la justice. Mais, aujourd’hui nous n’ avons pas besoin d’une justice seulement indépendante, cette justice doit être surtout responsable. Un juge doit être à la fois indépendant et responsable. On ne cessera jamais de le rappeler, le droit est à la fois fond et forme. Autant les délinquants doivent être punis à la hauteur de leurs forfait, autant le juge a le devoir de respecter toutes les procédures légales dans le processus (interpellation, inculpation, jugement et incarcération). Autant il n’est pas tolérable qu’on ne punisse pas des délinquants, autant on ne peut pas rester toujours indulgents avec des juges qui sont trop négligents avec leur travail. Ils sont grassement payés pour cela.

    Aussi, faudrait-il que nos juges soient équitables dans leur travail. Tant que les populations auront l’impression (souvent avérée) que la justice trie ses client en fonction de facteurs sociopolitiques, les verdicts auront toujours du mal à passer. Si on décide de faire l’audit de l’UNPCB de 1998 à 2015, qu’on le fasse et qu’on situe les responsabilités. Karim a des devanciers, et tout le monde sait comment ses boîtes ont été gérées sous l’ère Compaoré. Karim doit payer pour ses fautes de gestion, mais ceux qui l’ont précéder le doivent aussi. C’est ça la justice.

  • Le 3 novembre 2015 à 11:47, par SINCERITE
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    je ne sais pas quoi dire a ces individus par souci d’être qualifié de non courtoisie !!! je ne connais pas ce juge mais j’estime qu’il a été intègre sur ce dossier !!! pourquoi ce retard on devrait l’arrêter le jour de l’émission controverse !!! il m’énerve ce Karim traoré !!! moi je suis un bobo mais j’ai l’impression que c’est une association de parents et d’amis( vice président bobo ) qui exploitent les pauvres parents !!! vous allez le payer chèrement tôt ou tard ici bas ou ailleurs !!!! je suggère que le procureur entende cette bande de conférencier pour leur intention de troubler l’ordre publique !!! vous êtes qui ???? Monsieur le juge faites votre travail vous avez le soutien du peuple !!! Par ailleurs si toi Koura et tes complices vous abusez de la vulnérabilité des paysans en les mettant dans la rue vous terminerez le reste de votre misère en prison !!! vous m’énervez !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Le 3 novembre 2015 à 12:55, par antou
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    bjr. la prochaine fois, que ce CONSEIL réfléchisse par mille fois avant de faire une telle sortie.
    Les gens ont d’autres préoccupations et veulent avancer ,et dans l’intégrité ; alors laissez la justice faire son travail si vous n’avez rien à vous reprocher.

  • Le 3 novembre 2015 à 15:06
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Yirbiiga
    @Kôrô Yamyélé.
    Mon Kôrô, Basseratou est indécrottable. Pour dire qu’elle ne chance pas dans ses mauvaises habitudes. En fait, c’est sa base scolaire qui fut ratée proprement. Depuis des années que je la lis, c’est pareil. D’ailleurs, je ne lis plus ses articles. Je me contente de parcourir les commentaires des internautes.
    Bonne journée Kôrô

  • Le 3 novembre 2015 à 17:17
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Un vice Président qui n’a pas été capable de représenter son président qui avait des soucis avec la justice de son pays et organise une conférence"con qui fait des rang" pour réclamer sa libération, ça fait pitié pour reprendre Black so man. Pendant que y sommes déposez une plainte pour abus de pouvoir contre ce juge que vous jugez laxiste.

  • Le 3 novembre 2015 à 18:18, par zamanoma
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Faisons attention dans cette affaire car la filière cotonnière risque de prendre un coût. Ceux qui ont posé la plainte sont-ils propres comme on le veut ? Nao ? Doyé ? Abou ? Leurs productions représentent quoi dans la production cotonnière. S’ils étaient crédibles, pourquoi, ils ne sont pas élus dans les instances légales provinciales et nationales ?
    Moi, je souhaite une justice débarrassée de la vengeance, de la haine et partisane. Sinon, les conséquences ne vont épargner personne, surtout l’ensemble des acteurs de la filière cotonnière et leurs salariés.

  • Le 3 novembre 2015 à 19:04, par zamanoma
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Par devoir de patriotisme, j’ai décidé une fois encore de parler par suite de l’intervention de Monsieur Ouédraogo, l’architecte. J’appelle tout le monde par devoir de patriotisme de contribuer à apaiser les cœurs au sein des producteurs de coton au lieu de contribuer pour instaurer la haine car en milieu rural elle est difficilement gérable.
    Faisons attentions dans cette crise de l’UNPCB, sinon, la production de coton risque de prendre un coût. Nous devons inviter les paysans au dialogue, au pardon et de s’accepter mutuellement. Cette affaire de justice est bien à entendre, mais la réalité est toute autre chose. Si le procès se réalise de cette façon(trois individus déposent une plainte et on arrête le Président d’une OP), je me demande en connaissant le milieu paysan, si la justice va finir avec ces procès.Tout le monde sais dans ce pays que ces pauvres paysans ont été utilisés par les sociétés cotonnières, les politiques de tout bord et le régime de Blaise Compaore. L’ancien Président(le tout premier Président de l’UNPCB) que je respecte beaucoup ne jurait que le nom de l’ancien DG de SOFITEX qui appelait Blaise son ami personnel. Il est où présentement ? Et c’est SOFITEX, l’ancien DG(l’ami personnel de Blaise) qui a fait chasser l’ancien Président de l’UNPCB par les producteurs sous prétexte qu’il est en fin de mandat. En son temps, nous avons dit que c’est dangereux ce que la SOFITEX a posé comme acte. Mais, c’est elle qui faisait la loi au sein de la filière cotonnière et on traitait le ministre de l’agriculture qui s’est opposé de petit"petit ministre" Et voici les conséquences !!!!!!!!!!!!!
    Les préparatifs de Forum SOFITEX se faisaient et se font dans les bureaux des différents chef de zone, chef de région et directeurs de la SOFITEX avec les leaders paysans pour connaître les réponses appropriées à donner aux pauvres paysans dans les villages de coton. Si cette crise ne se résolve pas de manière amiable, mais devant les juridictions, la filière coton aura des lendemains incertains.

  • Le 3 novembre 2015 à 19:40, par yobson
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Qu’il est le président et que étant en prison c’est difficile pour les coton culteurs, mon œil oui Blaise était le président du Faso mais il a fuit en plein midi et avant la fin de son mandat. restez tranquille quand on aura besoin de vous on vous appellera pour audition bande de complices, c’est comme ça vous avez détruit Blaise et Diendiere.

  • Le 3 novembre 2015 à 20:48, par Le vigile yom
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Bonsoir Kôrô Yamyélé.
    Ça me fait plaisir de lire tes interventions dans le forum des internautes car tes analyses sont pertinentes et sont celles d’une personne avertie qui semble être dans le secret des dieux pour détenir certaines infos. Je voudrais cependant me faire le devoir de te dire que toi-même tu fais des fautes car tes écrits ne sont pas toujours conviviaux en terme de respect de la langue de Molière parce que truffés de fautes d’orthographe. Par exemple, tu as écrit dans ton post ceci : "BASSERATOU fait attention quand tu écris et relis tes textes avant de les publier. Regqrde" : je pense que c’est plutôt : ...faiS attention.........RegaRde.

    Par ailleurs, tu as écrit "NB : WEBMASTER c’est pour faire du bien à BASSERATOU. Alors met mon poste". Je pense que ça devait être "WEBMASTER .....metS mon poste.
    Amicalement et fraternellement tien.

  • Le 3 novembre 2015 à 22:15
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    Vous êtes qui pour demander cela à la justice ? vous vous croyez encore du temps de Compaoré où l’impunité était la règle. Continuez, car vous en tant que comité de gestion, vous risquez d’être inculpé aussi pour complicité avec votre président. Vous êtes prévenu car plus rien ne sera comme avant ! Pour l’internaute 13, sachez que le coton ne profite pas au paysan mais aux sociétés cotonnières, Monsanto et les sociétés fournisseurs d’intrants, ou prestataires de service comme transporteurs, transitaires, intermédiaires.... Plus grave, le coton contribue à dégrader les sols et le coton OGM est la catastrophe annoncée avec une qualité des fibres mauvaises et des rendements qui ne sont pas au rendez-vous... ! A ma connaissance, n’importe qui peut porter plainte s’il a des preuves de ce qu’il avance. Pour le cas de l’UNPCB, la justice pouvait s’auto-saisir. Et, puis, le paysan est aussi informé que n’importe qui, même au fin fond de sa brousse et ne peut plus être manipulé par des pseudo intello comme Karim Traoré. A bon entendeur, salut !

  • Le 3 novembre 2015 à 23:52, par Jeunedame seret
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    KORO YAMYÉLÉ...toi aussi attention : "metS mon poste"

  • Le 5 novembre 2015 à 07:12, par bayaabi
    En réponse à : Arrestation de Karim Traoré : Le Conseil de gestion de l’UNPC/B demande sa libération immédiate

    "parce qu’elle ne chance pas dans ses mauvaises habitudes" ,c’est plutôt ".....elle ne change pas".donc contentez vous de juste le contenu de l’information que donne la personne et non corriger ses fautes,sinon on se fait corriger soit corrigé.merci

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés