Notre Dame de Fatima reçoit les honneurs à Buugtenga.

lundi 26 octobre 2015 à 21h54min

La colline de Buugtenga, dédiée à Notre Dame de Fatima a encore drainé du monde ce dimanche 25 octobre, à l’occasion du troisième pèlerinage organisé par le groupe de l’apostolat de Notre Dame de Fatima. La messe a été présidée par Mgr Joachim OUEDRAOGO, évêque de Koudougou et vice-président de la Conférence épiscopale Burkina/Niger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Notre Dame de Fatima reçoit les honneurs à Buugtenga.

Aux centaines de pèlerins venus des diocèses de Koupéla, Tenkododgo, Koudougou, Diébougou, Kaya et Ouagadougou, Mgr Joachim a au cours de son homélie et dans le contexte de la clôture du Synode sur la Famille à Rome, appelé leur devoir de travailler à faire des familles, des lieux où Dieu est présent. Inspiré par le thème général du pèlerinage, « par Notre Dame de Fatima, allons à Jésus et bâtissons une famille de paix et de miséricorde », l’évêque de Koudougou, a invité à imiter la Vierge Marie. « La Vierge Marie dit-il, était une personne qui écoutait la Parole de Dieu, elle aimait Dieu, s’engageait pour le service des autres, elle était toute disponible au Seigneur. Si nous voulons construire des familles où règnent la paix et la miséricorde, nous devons l’imiter ». En parlant ainsi, il martèle sur une vraie et équilibrée dévotion à avoir à l’égard de la Vierge Marie. « L’honneur que nous voulons rendre à la Vierge Marie, explique Mgr Joachim, n’est pas une dévotion qui nous détourne de la gloire à rendre à Dieu ». Notre dévotion à la Vierge Marie en effet, s’inscrit dans le vouloir de Dieu Lui-même qui a choisi Marie comme Mère de son Fils. Elle a donc droit à notre hommage poursuit l’évêque, « elle qui a su au mieux écouter Dieu et l’accueillir dans son sein ». Les chrétiens sont invités à l’imiter donc par l’accueil de la parole de Dieu dans leur vie et aussi par le témoignage de leur vie imprégnée par cette Parole.

La célébration de ce pèlerinage à Buugtenga en est à sa troisième édition et se veut en phase avec le sanctuaire marial de Fatima, tendu vers la célébration de son bi centenaire. L’un des grands projets est qu’en 2018, et en accord avec Fatima, le sanctuaire connaitra la pose de sa première pierre. Selon l’abbé Blaise NONGKOUNI responsable du sanctuaire de Buugtenga, « nous aurons la construction d’une église, d’un grand podium pour les célébrations et probablement un presbytère pour le ministère sacerdotal nécessaire dans un tel endroit ». En attendant, les fidèles qui adhèrent à l’apostolat mondial de Fatima, devront continuer l’effort entrepris pour assurer de l’ombre et de la vie à ce flanc de colline assez rude, en plantant des arbres et en entretenant les 33 hectares de superficie obtenus.
Le sanctuaire Notre Dame de Fatima de Buugtenga, créé il y trois ans sous les hospices du curé de la paroisse Saint Paul de Guilongou, se retrouve désormais sur le territoire de la nouvelle paroisse notre Dame de la consolation de Luinooghin, à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou.

Ce groupe de spiritualité de l’apostolat mondial de Fatima est présent dans quelques paroisses de l’archidiocèse de Ouagadougou et fait son petit bonhomme de chemin par des rencontres régulières des membres tous les 13 du mois, et surtout par ce rendez-vous annuel de Buugtenga.

Pour rappel, ce dimanche 25 octobre a été retenu comme jour de prière des chrétiens du Burkina pour la paix dans le pays. L’intention a été portée par les centaines de pèlerins et Mr Abdoulaye OUEDRAOGO, gouverneur de la région du plateau central a appelé à la réconciliation des cœurs : « La réconciliation est nécessaire dans le contexte que nous traversons depuis bientôt un an. C’est sans doute pour cette raison que les plus hautes autorités de notre pays font des efforts pour qu’à tous les niveaux, la réconciliation soit vraie entre les citoyens, en vue de garantir des élections qui soient à l’abri des troubles ».

Abbé Joseph KINDA
www.egliseduburkina.org

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 octobre 2015 à 12:21
    En réponse à : Notre Dame de Fatima reçoit les honneurs à Buugtenga.

    Un grand merci à Notre Maman du ciel qui fait des miracles et merci pour Sa Protection .

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2015 à 15:53, par changeons
    En réponse à : Notre Dame de Fatima reçoit les honneurs à Buugtenga.

    Boudtenga et non buugtenga. Attention à la déformation des noms des villages qui défigurent leur sens intrinsèque.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2015 à 18:34, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Notre Dame de Fatima reçoit les honneurs à Buugtenga.

    Buugtenga, c’est le nom originel. Ma mère m’a raconté l’histoire de Buugtenga. D’après elle, ils étaient deux frères, l’ainé et le cadet. Leur père, le grand Tengsoba de Guiloungo, était mort pendant que l’aîné était à Salaga (pour ramener des noix de Kola). Arrivé à la maison, il fut placé devant l’évidence même de la mort de leur père, et du fait accompli du petit frère qui le succéda à sa place Au lieu de rentrer en conflit avec son frère dans une entreprise fratricide, il décida de s’installer dans les montagnes afin de continuer à sacrificier à NabaZidwendé ses chèvres. D’où le nom du Village « Buugtenga » (village de chèvres) car il avait dit : Mam na léba tanmsê wâ ti kudê m’buusé.

    N’oublions pas que c’est en zone Yonyonga, donc les habitants sont des Tengêbissi et les chefs des Tengsobindamba (à ne pas confondre avec les tanpsobindamba qui sont des archers chefs des armées et des guerres). Les tengsobindamba comme sacrificateurs sont les prêtres du pays. Ce sont eux les chefs de terre en pays mossé et grands protecteurs (plus particulièrement les femmes) et défenseurs de l’environnement. Pour eux, la terre est leur mère parce qu’elle est l’épouse de Nabazidwendé. Leurs tombes sont des tombes-puits qui configurent exactement le sexe féminin.
    Le grand prêtre du royaume des descendants de Naba Oubri, dont précisément la mère était yonyonga, est le Mankougdougou (mot à mot le sacrificateur, de Maongo= mânes des ancêtres, kougdougou : de n’kou=tuer donc sacrificateur) de Ouagadougou. Voilà en gros ce que j’ai appris de mon Yestenga par ma mère Bila Mitiba Hélène, native de Buugtenga.

    Quand j’ai vu cette information de la dame de Fatima, j’en ai été très émue. Car ceux qui ont eu l’idée d’installer ce sanctuaire ont certainement été gratifiés d’une révélation de l’Esprit Saint. En effet le Christ qui a parlé aux vents et aux tempêtes dans la barque de ses apôtres, n’est-Il pas le Maître des vents et des tempêtes ?

    Que par l’intercession de cette Dame de Fatima qui a répondu à l’appel des Burkinabé pour s’installer à Buugtenga, le Christ des temps modernes, Grand-Prêtre sur l’autel, parlent également aux vents et aux tempêtes de « l’Hades » qui sécouent le Burkina et le monde entier et qu’ensuite Il fasse descendre une pluie de grâce pour la paix dans mon pays et dans le monde entier. Amen
    Félicitation aux habitants de Buugtenga et à l’Église du Burkina pour la révélation reçue.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés