Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Hygiène et assainissement dans la Gnagna : Le projet SaniEst progresse normalement

Accueil > Actualités > Environnement • • lundi 26 octobre 2015 à 21h50min
Hygiène et assainissement dans la Gnagna : Le projet SaniEst progresse normalement

Après le lancement du projet SaniEst le 16 juin 2014 à Bogandé dans la Gnagna, la machine venait d’être lancée pour plus d’hygiène et d’assainissement dans cette partie du Burkina. Une année d’exercice après, les différents acteurs se sont retrouvés pour un bilan d’étape. C’était le 22 octobre dernier.

« Au 21è siècle, si vous apprenez que des gens défèquent toujours dans la nature comme des animaux, ce n’est pas très intéressant. » Ce propos est de Salam Ouédraogo, 1er vice- président de la commune de Manni dans la province de la Gnagna. La province de la Gnagna, qui selon les chiffres officiels fait partie des provinces qui affichent les plus faibles taux en matière d’assainissement au plan national. A en croire Fabrice Agognon, Assistant technique d’IRC Burkina, c’est ce qui a prévalu au choix de cette province pour le lancement le 16 juin 2014 du projet d’assainissement familial durable, SaniEst. Sur la période 2014- 2017 et sur financement de l’Union Européenne, d’IRC, de HelvetasSwissIntercooperation et des communes concernées, l’objectif de SaniEst est d’améliorer durablement les conditions d’assainissement ainsi que les pratiques d’hygiène des ménages. Après une première année d’exercice, les différentes parties prenantes étaient le 22 octobre dernier en conclave à Bogandé, la capitale de la Gnagna. Il faut noter qu’au cours de cette période, le projet a bénéficié de l’assistance du programme USAID-WAWASH qui a été clôturé en juillet 2015.

Une première année relativement satisfaisante

D’un côté les partenaires techniques du projet que sontIRC et HelvetasSwissIntercooperation ; de l’autre, les bénéficiaires que sont les représentants des six différentes communes (Manni, Thion, Bilanga, Coalla, Liptougou et Pièla), qu’assistaient des représentants de l’administration centrale, le compte rendu détaillé des activités de l’année écoulée a été fait en plénière. Un compte rendu dont on retient entre autres que sur les 3400 latrines et 250 douches-puisards initialement prévues, 3780 latrines et 84 douches- puisards ont été réalisées et sont utilisées par les ménages. 50% des ménages équipés en latrines ont effectivement adopté des pratiques adéquates d’hygiène, contre une prévision de 90%. Principale fausse note, aucun village sur les 20 qui constituaient la cible n’a été certifié FDAL, entendez Fin de la Défécation à l’Air Libre. La raison, la situation socio- politique nationale. L’insurrection populaire de fin octobre 2014 conduisant à la dissolution des conseils municipaux aurait en effet porté un sérieux coup de frein au processus.
Relever entre autres défis, 100 villages FDAL au plus tard le 31 mai 2016
Pour les organisateurs de la rencontre, il faudra alors rattraper le retard enregistré au cours de la première année et réaliser les prévisions pour la deuxième année, notamment d’arriver à certifier 100 villages FDAL, construire 5000 latrines et 1000 douches- puisards au profit des ménages, parvenir l’adoption des pratiques adéquates d’hygiène par au moins 90% des ménages équipés en latrines améliorées.L’appropriation et l’exercice effectif de leurs responsabilités par les autorités communales constitueront la colonne vertébrale des opérations du projet tout au long de cette 2ème campagne. Et ces nouveaux objectifs, c’est la prochaine réunion du comité de suivi qui les appréciera dans un an.
Comment anticiper les contraintes et obstacles ? N’y a t- il pas lieu d’envisager une autre approche pour mobiliser la contrepartie financière à laquelle se sont engagées les communes ? Beaucoup de questions ont fusé à la fin de la présentation et ont été traitées en plénière ou lors des travaux de groupe ;« Les réponses apportées sont généralement orientées vers l’amélioration de la collaboration, à savoir la mise en place d’un point focal auprès des structures techniques étatiques (DGAEUE, DRS) pour permettre un traitement diligent de l’information avec les acteurs du projets. Toute chose qui permet non seulement une meilleure circulation de l’information, mais aussi une plus grande implication des différents acteurs. Le Directeur Pays de Helvetasse satisfait déjà de la tenue de cette première rencontre. « Je retiens que les gens se sont parlé aujourd’hui pour non seulement faire le bilan, mais surtout faire en sorte que des difficultés qu’on a pu rencontrer au cours de cette campagne puissent être surmontées dans l’avenir, et que les objectifs qui ont été fixés par ce programme puissent être atteints dans les délais qui nous sont impartis. », a déclaré Jean Marie Samyn.
Pour rappel, le projet SaniEst couvre 255 villages de la province de la Gnagna, 16 000 foyers pour environ 96 000 âmes. Pour cette première année, il a dépensé807 042 euros soit un peu plus de 529 millions de francs CFA représentant 83% du budget prévisionnel pour cette période.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gouvernance et la valorisation de l’eau : Un guide sur l’approche fondée sur les droits humains validé
Lutte contre le changement climatique : Les acteurs du Centre-Ouest révisent la Contribution déterminée au niveau national
Environnement et économie verte : Parents pauvres des programmes des candidats à la présidentielle
Journée Mondiale des Toilettes (JMT) édition 2020 : Message du Ministère de l’eau et de l’assainissement
Lutte contre le changement climatique : Les acteurs de la Boucle du Mouhoun révisent la Contribution déterminée au niveau national
Changements climatiques : Les acteurs sectoriels outillés pour une Contribution déterminée au niveau national (CDN) inclusive et ambitieuse
Gestion de l’eau et de l’assainissement : Un atelier pour valider la stratégie nationale et son plan d’action
Changements climatiques : Des journalistes et communicateurs sensibilisés aux Contributions nationales déterminées liées à l’Accord de Paris
« Empreinte verte » : Plaidoyer pour une gouvernance durable de l’environnement au Burkina Faso
Elections 2020 : L’Association Professionnelle des Environnementalistes de l’Etat (AP2E) invite à veiller à la propreté environnementale pendant la campagne
Prévention et gestion des conflits liés à l’eau : Les 5e journées scientifiques de l’eau et de l’assainissement se penchent sur la question
Lutte contre le changement climatique : Reboiser pour diminuer l’empreinte carbone
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés