La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

lundi 26 octobre 2015 à 21h17min

L’ex-Maire de la capitale, Simon Compaoré avait organisé un groupe de femmes en une compagnie de propreté dénommée « la brigade verte ». Cette équipe avait pour principales missions la préservation de l’environnement urbain, l’amélioration du cadre de vie de la population, la lutte contre la pauvreté et la protection des couches sociales vulnérables. Un tour dans quelques quartiers a permis de s’imprégner des conditions de travail de ces femmes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

Affectueusement appelées « les femmes de Simon », ces dames de la brigade verte ont pour principales missions le balayage des voies bitumées de la ville, le désherbage des espaces, lieux publics et cimetières. A son actif, la Brigade balaie 93 600 000 mètres linéaires de voies bitumées par an, au profit de la commune de Ouagadougou.

Sur pied dès 4 heures du matin, ses femmes sont présentes sur toutes les grandes artères de la capitale. Le lundi 26 octobre 2015 au environ de 5 heures du matin, au moment où la population sommeille encore, nous avons sillonné quelques quartiers pour constater de visu la difficile et noble tâche qu’elles exécutent tous les jours en vue d’assainir la ville.

Des femmes rencontrées ce jour à Tampouy, toutes vêtues d’une blouse de couleur verte un peu moisie, balaient l’avenue Yatenga, route de Ouahigouya. Selon Alphonsine Kaboré, visiblement moins âgée que les autres, le balayage des voies se fait en fonction du lieu de résidence des femmes. « Nous sommes constituées en petits groupes avec en tête une responsable. Chaque groupe à le devoir de rendre propre les zones qui lui sont affectées avant 8 heures du matin », a-t-elle expliqué, avant de poursuivre, « le travail de brigade verte possède autant d’avantage que d’inconvenants ».

A Tanghin, un autre quartier populaire, des femmes s’attèlent aussi au balayage de la voie longeant le barrage. En dépit du temps clément qu’il fait à cette heure (5 heures), de grosses gouttes de sueurs ruissellent sur le front des balayeuses. Signe que cette activité nécessite un effort physique, pourtant ce sont pour la plupart, de « vieilles personnes » dépourvues de force qui l’exécutent avec amour.

Les difficultés du métier

La plupart des membres de la brigade verte sont d’un âge avancé et issues d’un milieu social défavorisé, excepté quelques jeunes. « Nous avons nos salaires à chaque fin du mois, le matériel adapté au travail nous sont fournies » s’est réjouie « la femme de Simon », avant de reconnaitre que des difficultés sont lésions dans le métier. « Les autorités, même si elles fournissent des efforts pour jouer leur partition, il n’en demeure pas moins qu’elles doivent doubler d’efforts car des failles subsistent à quelques endroits. Il s’agit notamment, de la disponibilité des matériels adaptés au balayage des rues » a dit Mme Kaboré. Les femmes sont unanimes qu’en apportant le matériel nécessaire à leur directeur, El hadj Cissé, cela ne pourra qu’amoindrir considérablement leur peine.

Travaillant dans la poussière, ces « dames propreté » de la ville de Ouagadougou ne disposent pas souvent de « couvre-nez » pour se prémunir contre les maladies respiratoires. Conséquence, elles sont exposées à des maladies telles la pneumonie, la méningite, le rhume et les problèmes ophtalmologiques. Egalement, elles sont exposées à l’insécurité, quant on sait qu’elles se lèvent tôt le matin.
« A 3 heures ou 4 heures du matin, on rencontre toutes sortes de personnes : des bons comme des mauvais, des génies ou autres choses, mais on s’arme de courage pour accomplir le travail » raconte une quinquagénaire, avant de souligner qu’elles passent le temps dans une position inconfortable.

A cela, il faut ajouter que la population n’allège pas la tâche de la brigade verte soit en jetant qui, des coques d’arachides, qui, des mouchoirs, après utilisation, qui des crachats. Ces comportements peu louables sont à bannir et interpellent, de ce fait, chacun de nous à être un agent sensibilisateur à l’endroit de tous ceux qui salissent de manière malencontreuse la ville, la cité. En dépit des multiples contraintes, « les femmes de Simon » s’adonnent tant bien que mal à leur travail.
Au nombre de 3 000 membres, la brigade verte est une expérience à étendre aux autres villes du pays.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 octobre 2015 à 09:55, par le méssagé
    En réponse à : La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

    Bravo à ces braves dames !!!
    Vous êtes et vous faites la fierté de notre ville.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2015 à 12:37, par sidnooma
    En réponse à : La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

    nos mamans fond vraiment un travail formidable que Dieu les bénisse,mais Simon gérait très mal ces vielles,car premièrement elles ont travaillées gratuites pendant 1 à 2ans avant d’être payer à 12000f par moi jusqu’au départ de Simon, Marin Casimir est venu rehaussé leurs salaires à 35000f (25000 d plus ),il ya une semaine les femmes voulaient sortir marcher parce qu’elles avaient 3 mois d’arriérés et on voulait les ramener à leurs ancien salaire de 12000f, le directeur de propreté Cissé les a demandé de ne pas sortir, et les dames ont exigé leurs salaires sinon elles vont sortir, c’est suite à ça qu’on les a paye 2 mois et il reste 2 mois puisque le mois d’octobre est mort. Simon boufait l’argent Marin est venu rétablir, mais comme Gampiné le SG de la Mairie est MPP, il complote avec Simon pour ramener les vielles en arrière encore mais elles ont vu. claire

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2015 à 12:53, par sidnooma
    En réponse à : La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

    Simon les payait 12000f ,Marin est venu augmenter à 35000 f, mais avec la complicité de Simon,Gampine le SG d la Mairie voulait ramener encore à 12000f les vielles ont refusé, c’est pour cela elles avaient un arriéré de salaire de 3 mois ils ont payé 2 mois, mais il reste tjrs 2 mois inclu ce mois, elles voulaient sortir manifester leurs mécontentement mais, le Directeur de propreté Cissé les a demandé de ne pas sortir que ça va aller

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2015 à 20:17, par Jeunedame seret
    En réponse à : La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

    Vous cultivez l’esprit de paresse. Ne déplorez pas tant, ces activités de femmes balayeuses. Il suffit d’en faire une fonction, avec concours de recrutement et salaires ; et vous verrez que ce n’est pas si affreux ce travail. Ailleurs en Chine et dans les pays développés, il y a des employés pour nettoyer crachats, ramasser mégots de cigarette et kaka de chiens chats. YA N YA BOIN BALA ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2015 à 10:36
    En réponse à : La brigade verte de Ouagadougou : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front

    « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front »
    Non hein je ne suis pas d’accord de nos jours là on peut gagner beaucoup plus d’argent à la sueur de ses cuisses et en prenant du plaisir donc faut revoir votre "titre" là
    L’argent n’a pas d’odeur mais la femme a du flair

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés