Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

lundi 26 octobre 2015 à 02h09min

Le 6 septembre 2015, le Burkina Faso a adopté une loi portant prévention, répression des violences faites aux femmes, aux filles et la prise en charge des victimes. En entendant sa promulgation par le chef de l’Etat, le ministère de la Promotion de la femme à travers sa direction générale a organisé, à Bobo-Dioulasso, un atelier d’appropriation de ladite loi en vue de l’élaboration d’un plan d’action. C’était du 21 au 23 octobre avec le soutien du Fond Commun genre de l’Ong Diakonia.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression  à Bobo

Dans la cité de Sya, et ce pendant trois jours, les participants à l’atelier d’appropriation de la loi portant, prévention répression des violences faites aux femmes, aux filles et à la prise en charge des victimes, se sont véritablement penchés sur des actions à même de rendre plus populaire cette nouvelle loi. Une loi qui vient combler le vide juridique qui existait en ce qui concerne des infractions telles le rapt, le harcèlement sexuel, le viol conjugal etc. Ce texte se positionne comme un instrument important en ce sens qu’il aborde la majeure partie des violences que subissent les femmes au Burkina. C’est aussi une loi qui prévoit des procédures spéciales et des structures de prise en charge adéquates des victimes. La direction générale de la promotion de la femme comblée de l’adoption de la loi et dans le souci de mieux la faire connaitre, mais surtout, de faciliter son application et de permettre l’appropriation de son contenu par les couches vulnérable tente d’élaborer un plan d’action. Il est articulé autour d’objectifs, de priorités et d’axes stratégiques. Et selon la directrice générale Yaro/Sanogo Fanta, l’objectif du plan d’action est de « permettre de prévenir et réprimer les violences à l’égard des femmes et des filles, de protéger et prendre en charge les victimes ».
Traduire la loi en langue nationale
Pendant trois jours d’échanges, entre personnes ressources, acteurs des ministères de la promotion de la Femme et du genre, de l’Action sociale, de la société civile, de députés CNT, se sont particulièrement penché sur quatre axes. Il s’agit de :
-  La sensibilisation et l’éducation aux droits fondamentaux de la femme et de la fille
-  La prévention et la répression des violences à l’égard des femmes et des filles
-  La protection et la prise en charge des femmes et des filles victimes de violence
-  Le pilotage de la coordination des activités, c’est-à-dire le suivi et l’évaluation.
Différentes activités, notamment, les sensibilisations, des plaidoyers, la mobilisation des ressources humaines et financières, la mise en place de structures d’accueil et d’écoute, la création de fonds d’appui (…) sont prévues pour être menées sur la période 2016/2018. Traduire la loi reste une priorité majeure. Il y a certes, plusieurs d’autres activités, mais soutient Mme Yaro : « Il faut que la loi soit traduite dans les langues nationales parce que la grande majorité des premiers concernés ne parlent ou ne comprennent forcément pas le français ». Arouna Bandaogo, conseiller économique et personne ressource pour l’élaboration du plan d’action d’insister, en outre, sur la mise en place de structures, notamment dans les zones à fortes violences aux femmes. Et d’ajouter que la loi qui vient à point nommé pour recadrer les formes diverses de violences à l’autre moitié du ciel. « Nous avons pendant trois jours, en tant que personnes ressources, chargé de réfléchir sur les différentes actions, d’orienter les groupes de travaux pour l’élaboration du plan et enfin de définir les outils pour mener à bien le plan d’action », fait-il savoir.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 octobre 2015 à 09:11
    En réponse à : Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

    De prime abord, c’est très bien de penser aux violences faites aux femmes. Plus de femmes que d’hommes subissent des violences (peut-être) ; cependant, silencieusement et pour differentes raisons, tant d’hommes subissent des violences morales et psychologiques de nos jours que je m’inquiète de la bonne compréhension de la notion de ‘’violence’’.

    Exemple : un homme divorcé à qui l’ex-épouse refuse le droit de visite des enfants par des manœuvres diverses oubliant qu’elle détruit les enfants à petit feu. Penser à ces hommes et enfants aussi. A force de mal copier l’occident, nous nous retrouverons face au mur.

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2015 à 12:52, par le russe
    En réponse à : Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

    Bien dit. C’est du copier coller de facon la plus malhonnête. On reçoit les financements, on signe à tête baissée pour adopter des lois qui compromettent la femme elle-même. Continuez, ce sont les filles-mères qui vont remplir les villes. Dans aucune société, on incite à la violence contre les femmes. Ne prenez pas les exceptions pour la règle. Si la femme que je nourris, habille, soigne, motorise ainsi que sa famille me manque de respecte, que voulez-vous que je fasse ? La corriger selon la gravité de la fa

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2015 à 14:06, par NABIIGA-WEND-TONGO
    En réponse à : Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

    Il ne nous reste à nous les homme, comme ultime solutions à cette traque féminine que la castration. Oui ! La castration nous absout de toutes ses mesures aveugles qui pourchassent les hommes jusqu’au fond de leurs innocences.Par ce qu’en fait, la faiblesse apparente des femmes cache une force sombre et maléfique qui, lorsqu’elle s’exprime, liquide en douceur. C’est pas pour rien que les hommes meurent plus vites que les femmes. Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2015 à 17:50, par Adelle
    En réponse à : Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

    Quand on lit les réactions qui précèdent, on comprend que cette loi n’est pas superflue. Courage et persévérance à toutes les actrices et tous les acteurs d’un monde où la femme est l’égale de l’homme !

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2015 à 14:03, par c’est femme tu connais pas tu fait psssstttt
    En réponse à : Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

    Haadjaaa si vous saviez ce que subissent certains hommes comme violence psychologique vous oublierez vite fait les rares faits de violences physiques dont sont victimes certaines femmes gueulardes la preuve un dicton dit QUAND LA FEMME VEUT FAIRE DU MAL MÊME LE DIABLE S’ASSOIT POUR PRENDRE DES LEÇONS
    Les femmes exercent des violences plus sournoises plus insidieuses et plus perfides sur les hommes car elles sont éternelles manipulatrices
    Regardez le nombre de fous qui se baladent à Ouaga 98% des fous le sont devenus à cause de femmes (divorces abandon conjugal etccc)
    Idem si vous prenez le nombre de décès d’hommes par suicide pendaison etc... 99% le sont à cause de problème de foyer (divorces abandon conjugal adultère etc)
    bref arrêtez de mal copier l’occident parce que eux n’ont plus de repère et sont en train de revenir en arrière pour adopter nos méthodes "africaines " de conception de la famille en société
    Allez y demander à satan himself qui est Eve lui même connait que Ève n’est pas lui son camarade Prenez un groupe d’amis qui font des affaires ensemble où même un groupe d’amis tout cours quelque soit leurs projet dès qu’une femme rentre dedans tout est gnagami faut demander à blaise voir comment chantal l’a gnagami et puis il a liquidé son frère tomsank bref il ya tellement d’exemple que si on commence à citer la fin du monde risque de nous trouver assis encore alors qu’on a même pas citer le 1/10e des exemples là
    C’est pas les ex hommes d’affaires ruinés qui me diront le contraire eux qui rendent témoignage à présent de la mauvaiyure des femmes MDRRR
    L’argent n’a pas d’odeur, mais la femme à du flair !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2016 à 18:32
    En réponse à : Violences faites aux femmes : Des acteurs s’approprient la loi portant répression à Bobo

    Ah les hommes vous vous débattez comme des diables dans un bénitier vous avez peur de la femme si la femme est devenu plus sournoise c’est à cause de vous voulez avais tellement maltraité qu’elle a trouvé comme seul moyen de défense de ne rien dire de subir et de répondre autrement alors arrêtez de vous plaindre les plus mal lotis ce n’est pas vous c’est nous les femmes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés