Foncier urbain au Burkina : Un conclave pour l’élaboration d’un avant-projet de loi

jeudi 22 octobre 2015 à 16h50min

Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-est, abrite, depuis le lundi 19 octobre 2015, un atelier d’élaboration de l’avant-projet de loi sur le foncier urbain. Le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, René Bagoro, a souligné, dans son mot d’ouverture de la session, l’impérieuse nécessité d’une gestion rationnelle du foncier urbain.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Foncier urbain au Burkina : Un conclave pour l’élaboration d’un avant-projet de loi

La gestion à ce jour du foncier aubain au Burkina Faso n’est pas du tout reluisante. Faiblement traité par le Code de l’urbanisme et de la construction, le foncier urbain reste de ce fait confronté de nos jours à d’énormes difficultés, selon le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, René Bagoro. Ces difficultés tiennent, entre autres, à la spéculation foncière ; à l’étalement urbain du fait de la prolifération des lotissements et du développement de l’habitat spontané ; la non mise en valeur des parcelles ; l’accaparement des grands domaines à la périphérie ; l’absence d’organisation du marché foncier urbain ; l’absence d’une véritable politique foncière urbaine et l’absence de l’exploitation rationnelle du sol tenant compte de la densité.
C’est pourquoi, selon le ministre Bagoro, face aux pratiques sociales, à la pression démographique et à la forte demande du foncier ; l’impératif de développement urbain durable exige que le foncier soit géré de façon rationnelle et aussi, à ce que la sécurité d’occupation puisse être garantie aux générations présente et future.
Et c’est dans cette perspective que le ministère de l’habitat et de l’urbanisme organise du 19 au 23 octobre 2015 à Tenkodogo une session d’élaboration de l’avant-projet de loi sur le foncier urbain. La session réunit, entre autres, des responsables centraux du ministère, des consultants. Dans son mot d’ouverture de la session, Bagoro les exhortés à s’impliquer fortement dans l’élaboration dudit avant-projet censé conduire à une meilleure gestion du foncier urbain du pays.
De la loi sur le foncier urbain dont le processus a ainsi démarré, le ministre de l’habitat et de l’urbanise en attend beaucoup.
« Toute intervention, tout investissement, ou tout aménagement dans la ville doit être en phase avec les orientations de la nouvelle loi », précisera-t-il.

Menu du conclave

Le menu et les résultats attendus de la présente session ont été annoncés par le directeur de l’urbanisme et des travaux fonciers, Marc Ouédraogo, à l’entame de la rencontre.
Le menu est constitué dans un premier temps par des présentations synthétiques sur des rapports thématiques relatifs à la définition des terres urbaines ; aux outils de gestion du foncier ; aux modes d’occupations ; aux formes d’usage et aux pratiques d’accès aux terrains urbains. Les rapports thématiques ont également porté sur la sécurisation de droits sur les terrains ; le marché foncier urbain et les acteurs du foncier urbain. Les différentes présentations seront suivies d’échanges. Il y aura ensuite la phase du cadrage sur l’élaboration de la loi sur le foncier urbain.
Au finish, il est attendu de la représente retraite un draft de l’avant-projet de loi sur le foncier urbain.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 octobre 2015 à 11:33, par ISMO
    En réponse à : Foncier urbain au Burkina : Un conclave pour l’élaboration d’un avant-projet de loi

    Pourquoi ne pas fixer le prix du m2 par ville avec des critères pour permettre à chacun d’avoir un toit ? C’est les mêmes qui bénéficient des parcelles à Ouaga..

    Moi je peux vous informatiser le fichier domaniale en 3 mois. Ressortir ceux qui ont plusieurs parcelles. Ces parcelles doivent être retirées et réattribuées.

    Un petit audit des lotissements sous Blaise Compaore permettra de voir l difference d’avec le temps où Sankara avait décidé de donner un toi à chacun dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre 2015 à 15:49, par Bancé Ibrshim
    En réponse à : Foncier urbain au Burkina : Un conclave pour l’élaboration d’un avant-projet de loi

    Cette initiative de reglementer le foncier est un bon en avant et louable. Le prix du foncier à Ouagadougou est hors prix comparé à celui des pays développés. Il faudrait songer à faire des copropriétés en construisant des résidences. Si non en construisant des maisons traditionnelles sans étages, sans la vision de construire des copropriétés en étage, comme le disait je ne sais pas qui, Ouagadougou irait jusqu’à Bobo, jusqu’à Pô, jusqu’à Koupela et j’en passe.
    Saluons donc l’initiative du Ministre.

    Ibrahim Bance

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre 2015 à 19:25, par Dramane Traore
    En réponse à : Foncier urbain au Burkina : Un conclave pour l’élaboration d’un avant-projet de loi

    Moi j’ aimerais juste savoir si habiter dans un non loti donne droit a une parcelle et selon quelle logique ? Si non pourquoi donc ce resencement illegal lors des operations de lotissement. S’il faut forcement habiter un non loti avant d’ avoir une parcelle alors n’ oublier pas d’ en tenir compte. Adoptons des textes applicables !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés