Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

3e Salon International de Mariage de Ouagadougou : La consolidation de la paix sociale au cœur des activités

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 22 octobre 2015 à 06h00min
3e Salon International de Mariage de Ouagadougou : La consolidation de la paix sociale au cœur des activités

Ouagadougou abritera du 29 octobre au 1er Novembre prochain, la 3e édition du Salon International de Mariage de Ouagadougou (SIMO). A quelques jours de l’événement, le comité d’organisation met les petits plats dans les grands pour réussir la tenue de ce prestigieux salon. Dans cet entretien, le chargé de la communication, Gildas Ouédraogo fait le point des préparatifs.

Du 29 octobre au 1er novembre se tiendra la 3e édition du SIMO. Quel bilan global faites-vous depuis le lancement du salon ? Et comment avez-vous pu occuper une place de choix dans un environnement comme le nôtre ?

Aucun début n’est facile, surtout dans un secteur comme l’évènementiel au Burkina Faso. Conscient de ce fait, nous nous sommes mis au travail sans attendre. Toute chose qui nous a permis de réussir les précédentes éditions. En 2 éditions, nous avons pu réunir à Ouagadougou, plus de 160 exposants du Burkina et d’autres pays, dans les différents métiers qui gravitent autour du mariage. le SIMO a énormément contribué à la promotion de certains métiers comme la décoration, le stylisme, la photographie, wedding planer et bien d’autres. Ce qui nous revient est que le SIMO a également dédié un cadre d’échanges commerciaux à ces acteurs.

Vous effectuez depuis un certain temps des tournées dans certains pays francophones pour des formations en évènementiel. Qu’en est-t-il exactement ?

Ce sont des formations professionnelles de courte durée que nous dispensons en décoration et en évènementiel afin de rendre professionnels et opérationnels, tous ceux qui viennent vers nous. A l’issus de la formation, chaque bénéficiaire est apte à s’auto employer et à employer d’autres personnes. D’où la réduction du chômage. C’est ce qui nous a conduits au Mali, en Guinée Conakry, en Côte d’Ivoire, au Togo, au Sénégal, au Benin, etc. Même certains établissements qui ont instauré ces modules de formation dans leurs programmes sollicitent aussi l’expertise du SIMO pour former des élèves et étudiants.

Le thème de la 3ème édition est : « Consolidation de la paix sociale et du développement économique ». Qu’est-ce qui vous a inspiré ce thème et quel message voulez-vous faire passer ?

Aucun développement n’est possible que dans un environnement de paix. Notre très cher pays a connu cette année de malheureux évènements qui ont endeuillé de nombreuses familles et occasionné d’importants dégâts matériels, toute chose qui a fragilisé la paix et la cohésion sociale. Fort de ce constat, la 3e édition du SIMO se tiendra autour du thème : « Consolidation de la paix sociale et du développement économique », afin de contribuer à apaiser les cœurs des fils et filles de ce très beau pays qu’est le Burkina Faso. Alors, nous invitions tous les Burkinabè à se joindre à nous pour fêter la victoire du peuple burkinabè.

Une dizaine de pays africains sont annoncés à cette édition. Qu’attendez-vous d’eux et que vont-ils proposer au public ?

Effectivement des pays africains comme le Madagascar, le Mali, le Bénin, la Cote d’Ivoire, le Sénégal, la Guinée Conakry… ont confirmé leur participation. Certains viendront exposer et d’autres pour des formations. Leur présence sera une occasion pour nous de leur montrer qu’en dépit de ce que nous avons vécu, les cœurs des fils et filles de la nation sont unis, afin de faire la promotion d’un Burkina où il fait bon vivre.

Le SIMO est aussi un rendez-vous festif. Quel sera le contenu de l’édition 2015 ?

Il est prévu une exposition, la visite des stands, des conférences publiques sur le thème et la rue marchande à la Maison du peuple. C’est un village de maquis avec des animations podium chaque soir qui permettra à la population de passer des moments de convivialité autour d’un verre et de la bonne grillade pour fêter la paix retrouvée au Faso. Le clou de l’édition 2015 reste la soirée gala avec des défilés de mode et prestations d’artistes.

Quelles dispositions avez-vous pris pour faciliter la location des stands aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers ?

Les stands d’exposition et maquis sont disponibles pour tous ceux qui souhaitent prendre part à l’évènement. Nous sommes visibles sur www.simo-bf.com et sur facebook : https://www.facebook.com/mariage.simo . On peut également nous contacter au +226 79202222.

Un mot pour clore cet entretien ?

Je voudrais tout simplement dire merci à la presse nationale pour l’accompagnement sans faille. J’invite tous les Burkinabè au Salon International du Mariage de Ouagadougou, pour la promotion du bien-être familial et la consolidation de la paix sociale dans notre cher Faso.

Adrien Ouédraogo

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La prématurité constitue la 3e cause de décès dans les formations sanitaires du Burkina
Bobo-Dioulasso : Des acteurs de l’éducation renforcent leurs capacités dans l’exécution de la dépense publique
Démographie, paix et sécurité : L’UNFPA au chevet des Etats du Sahel
Protection des enfants en situation d’urgence : SOS Villages d’Enfants et ses partenaires réfléchissent à une synergie d’actions
Festivités du 11 décembre à Banfora : Me Pacéré Frédéric Titinga plaide pour le maintien
Suspension des conférences pédagogiques : Le Synateb dénonce un mépris à l’égard des organisations syndicales
Individu tué vers le camp militaire Gal Baba Sy : Le parquet militaire explique
Ouagadougou : « Nous pouvons confirmer la mort d’un citoyen américain », un porte-parole du département d’État américain
Syndicalisme au Burkina : La F-SYNTER rend hommage aux devanciers
Zonta club de Ouagadougou : Une nuit consacrée à la passation de charge et d’accueil de nouveaux membres
Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina : Des organisations de la société civile plaident pour la légalisation de l’âge à 18 ans
Participation citoyenne et redevabilité politique : Le Projet JERP accompagne des associations et mouvements de jeunes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés