Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Elections 2015 • • mercredi 14 octobre 2015 à 17h28min
Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

Le Président du Faso, assisté du Premier ministre et du Chef d’Etat-major général des armées (CEMGA), a rencontré les parties signataires de la charte de la transition, le 13 octobre 2015 dans la salle polyvalente de Kosyam. Il était question d’échanger sur le chronogramme des prochaines élections présidentielle et législatives. Après un briefing sur la situation sécuritaire du pays par le CEMGA, la date du 29 novembre a été proposée aux signataires de la charte qui l’ont approuvé. Cette date devrait être avalisée par le conseil des ministres de ce mercredi 14 octobre.

Le putsch du 17 septembre étant derrière nous, tous les regards étaient désormais tournés vers le prochain chronogramme des élections couplées présidentielle et législatives. Les états-majors des différents partis et formations politiques, visiblement pressés de repartir en campagne, proposaient ça et là des dates. Le Président du Faso a donc décidé de rencontrer ce 13 octobre les différentes parties signataires de la charte de la transition, en vue d’arrêter un nouveau chronogramme pour les élections présidentielle et législatives. Mais, Michel Kafando n’a pas manqué de rappeler avoir « été indisposé de voir que pendant que nous avions des victimes innocentes qui gisaient encore à l’hôpital, des gens ne parlent que d’élections ». Tout en précisant, dans son mot introductif, qu’il n’est point question de prolonger la transition.

Il avait à ses côtés, le chef du gouvernement Yacouba Isaac Zida et le chef d’Etat-major général des armées, le Général Pingrenoma Zagré. D’ailleurs, avant le début des échanges, le Général Zagré a fait un briefing sur la situation sécuritaire de notre pays aux différents participants à la rencontre. Faut-il le rappeler, le Burkina vient de traverser une grave crise avec le coup d’Etat du 17 octobre. L’attaque de la gendarmerie de Samorogouan du 09 octobre dernier est aussi venue rappeler l’urgence de régler la question sécuritaire avant toute élection. Après des échanges qui auront duré moins d’une heure, un consensus a été trouvé entre les différentes parties sur la date des prochaines élections.

« Nous nous sommes retrouvés ici avec toutes les parties concernées et nous avons eu un consensus pour le prochain chronogramme. Je ne peux pas vous dire la date parce qu’il faudra que le conseil des ministres l’avalise. Ce que je peux vous dire, c’est que les élections se situeront vers la fin du mois de novembre », affirme le Président du Faso à la fin des échanges.

Mais, le suspens autour de la nouvelle date ne durera pas longtemps. Les représentants des partis politiques et de la société civile déclarent très rapidement qu’un consensus a été trouvé pour fixer les élections au 29 novembre.

Les acteurs politiques prennent connaissance de la situation politique

Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso autrement, un autre candidat à la présidentielle ne fait pas de mystère autour de la nouvelle date. « La rencontre que nous venons d’avoir avec le Président du Faso, assisté du chef d’Etat-major général des armées nous a donné l’occasion à nous acteurs de la vie politique au Burkina Faso de nous rendre compte de ce qu’il y a comme difficultés sur les questions de sécurité. Comme vous le savez, une élection n’a de sens que si elle peut de dérouler dans la paix, dans la sérénité, dans la tranquillité. C’est pour cela que dans la concertation, la date du 29 novembre a été retenue par l’ensemble des acteurs politiques du Burkina Faso pour l’organisation des élections législatives et présidentielle », explique-t-il.

Les explications du chef d’Etat-major des armées sur la situation sécuritaire semblent avoir convaincu les acteurs politiques. « Les mêmes personnes qui vont s’occuper des ratissages au niveau des frontières, c’est les mêmes qui doivent retourner à leur base aussi pour s’occuper également de la sécurité des élections. Ce faisant donc, il est évident que ça pose un problème d’effectifs. De ce point de vue, nous ne pouvons que prendre acte puisque c’est des dispositions qui sont incompressibles. Si non, en ce qui nous concerne, nous nous sommes rangés du côté des propositions qui consistaient à ce que les élections soient organisées le 15 novembre. Mais, il ne s’agissait pas pour nous de venir nous batailler sur des dates. Des questions de sécurité nous ont été exposées, nous avons pris bonne note et nous avons pris acte de ces décisions », déclare le président du MPP.

Baliser le terrain pour un passage à la 5e république, selon les OSC

La société civile dit avoir suivi avec grand intérêt le briefing du Chef d’Etat-major des armées sur les dispositions prises pour sécuriser le territoire. « Suite à cela, le Président de la république et le gouvernement de la transition a soumis à l’approbation des signataires de la charte la proposition de la date du 29 novembre. Tour à tour, les différents acteurs ont pris la parole et indiqué qu’ils s’inscrivaient dans cette logique. A partir de cet instant, la société civile qui est apartisane a pris acte du fait que les différents acteurs s’accordent par consensus pour aller aux élections le 29 novembre », soutient Harouna Kaboré, représentant des OSC à cette rencontre.

Mais, les OSC souhaite que d’ici à la date du 29 novembre, certaines préoccupations soient prises en compte. Il s’agit notamment de la mise en œuvre des réformes proposées par la commission nationale de la réconciliation nationale et des réformes. « Que le conseil national de la transition puisse adopter une loi modificative de la constitution qui verrouille définitivement l’article 37, qui supprime le sénat et qui désormais affirme le caractère républicain de l’armée en y ajoutant un titre au niveau de la constitution (…) Nous avons indiqué également qu’il est essentiel qu’il y ait un accord politique autour de la nouvelle constitution qui est proposée pour que nous puissions envisager par exemple un couplage des élections municipales avec un référendum pour adopter la nouvelle constitution permettant de passer de la 4e à la 5e république », a précisé Harouna Kaboré.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 octobre 2015 à 07:02, par Ouedraogo Assane En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Il faut corriger la date : le putsch a eu lieu le 17 sept 2015 et non le 17 octobre comme vous l’avez écrit.
    C’est cas même déplorable que nos chefs politiques ne savent pas tenir leur langue. Le P F a bien dit qu’il ne pouvait pas dévoiler la nouvelle date avant le conseil des ministres de ce mercredi 14. Hélas ! nos candidats tellement pressés dévoile cette nouvelle date. Est ce cette question mérite d’être à l’ordre du jour pour ce mercredi si on sait déjà ? peut être la logique administrative !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 08:21, par Nameba En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Monsieur le président vous êtes profondément humaniste et Dieu vous le revaudra. Par contre tous les honnêtes gens ont été indignés de l’attitude de certains démons politiciens qui voulaient aller aux élections ici et maintenant sans enterrer nos morts. Est de ceux l’attitude indigne du Dr Paré qui menaçait le PF à travers son OSC bidon.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 08:26, par ka En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Si cette date est confirmé au conseil des ministres, je dis Bravo a la transition, et vive l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse. Qui l’aurait cru en Septembre 2014 avec les arrogances d’Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Anicet Pooda, Alain Yoda, François Compaoré ? Avec leur slogan : C’est nous qui avons le pouvoir, c’est nous qui décidons avant le peuple, ou c’est nous qui avons les armes, c’est nous qui décidons. Oui ! Dieu tout puissant est capable de faire ce qui est impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 08:57, par Emil En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Il faut que nous arrêtions de nous faire peur.
    Comment comprendre que l’on parle d’insécurité pour fixer la date des élections et pendant ce temps le vieux n’a ni ministre de la défense encore moins un ministre de la sécurité.
    Tout le monde sait qu’il n y connait rien en ces matières sinon il ne se serait pas fait cueillir comme un lièvre. Il sera encore manipulé.
    A méditer

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:03, par HALTO En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Quoi qu’il en soit, il appartient désormais au peuple SOUVERAIN de PRENDRE ses RESPONSABILITÉS vis à vis de certains de nos RESPONSABLES ET PARTIS POLITIQUES qui n’ont AUCUN RESPECT pour ce PAYS les HOMMES ET FEMMES qui le composent.

    Le BURKINA FASO n’est PAS OBLIGE de faire comme les autres pays. Le BURKINA FASO ne peut pas et ne doit pas ALLER aux ÉLECTIONS parce que certains pays y sont allés malgré les mesures d’insécurité.

    Le BURKINA FASO ne souhaite pas vivre ce que ces pays vivent AUJOURD’HUI...

    Organisez comme bon vous semble les élections ; Mais sachez que si les conditions ne sont pas réunies LES BURKINABÉS auront leur MOTS à vous DIRE...

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:10, par YANOGO En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Bien dit mon frère Assane. Les hommes politiques ne font que nous étaler leurs limites à chaque occasion de rencontre avec la presse. Il est important également de signaler au journaliste que chez nous il n’ y a pas de président de la république, Mais un président du Faso."le Faso est le forme républicaine de l’État" article 31 alinéa 2 de notre Constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:26, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Ouédraogo Assane a raison. Je dirais même que la date réelle est le Mercredi 16 Septembre, même si la proclamation du CND a eu lieu le lendemain 17.

    Pour ce qui concerne la date du 29 Novembre pour les élections présidentielles et législatives, cela reste dans des limites acceptables mais une ou deux semaines de plus n’auraient pas été un luxe.

    Car cette date met une pression impossible sur la justice et la commission d’enquête sur le coup d’état. En effet, en pratique, il faut qu’au moins une semaine avant le début de la campagne, donc le Samedi 1er Novembre au plus tard, les conclusions des investigations soient disponibles pour valider ou invalider des candidatures, dissoudre ou pas des partis et arrêter les positions définitives sur les bulletins de vote afin d’imprimer et donner aux partis des spécimen. Sinon, il faudrait lever tous les gels des avoirs des partis pour qu’ils puissent battre campagne, imaginez l’indignation des populations.

    Autant dire que le mois donné à la commission est théorique, puisque installée le 12, elle a à peine trois semaines (21 jours !) pour rendre des premières conclusions avec suffisamment de preuves pour que le conseil constitutionnel et le MATD puissent prendre des mesures concernant les élections. Je pense que c’est très (trop ?) court et que cela va créer des problèmes.

    La question qu’on se pose c’est quel est l’objectif des partis politiques qui ont mis cette pression sur les autorités de la transition ? Que pensent-ils gagner à aller à des élections dans une pagaille qui peut entrainer des contestations ? Quel intérêt ont-ils dans la situation floue des partis comme le CDP et la NAFA pour vouloir se précipiter aux élections avant tout éclaircissement ? Ils voudraient mettre le pays à genoux qu’ils ne s’y prendraient pas autrement, et on se demande POURQUOI ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:27 En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    En ce qui me concerne, moi je pense que le délais n’est pas assez long. Est-ce que les auteurs de coup de forces auront été jugés et punis avant qu’on ne remette le pouvoir au prochaine gouvernement issu de ces élections ? Quel impact aura t-il sur la quête de justice pour tous les crimes de sang et économiques commis par le/lles différents gouvernements de l’ère Compaoré. Et si un consigne de vote par un parti recallé pour implication dans le coup de force souhaite le la libération des détenus, et le parti bénéficiaire de ce consigne gagne effectivement les élections que fera t-on alors pour que la justice soit servie. Voyez-vous, voilà mes inquiétudes sur cette date. Les choses me semblent trop précipitées et je crains que cette précipitation risque de nous conduire dans l’abysse d’un fossé ou sous des cieux très inconnus surtout en ce que concerne la justice. Ngaw !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:30, par Le transitaire En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Le problème d’effectif posé par le CMGA m’inquiète à plus d’un titre. Devrons-nous comprendre que c’est vraiment que ce sont "les mêmes personnes qui vont s’occuper des ratissages au niveau des frontières, c’est les mêmes qui doivent retourner à leur base aussi pour s’occuper également de la sécurité des élections" ? Si tel est le cas, cela voudrait dire que pendant les votes les frontières seront poreuses. Est-ce vraiment cela M. le CMGA ?
    Je me pose en outre les questions suivantes :
    - Si le CDP est reconnu coupable d’avoir soutenu le putsch, va-t-on dissoudre le parti ?
    - Est-ce que les activités judiciaires en cours n’affecteront pas les dispositifs de la CENI auquel cas il lui faudra réaménager ses documents électoraux in extremis ou alors demander un nouveau report de date
    - Est-ce que la date du 29 novembre sera la bonne ?
    - A quand la fin de la transition ?
    De toutes les façons je crois que je ne suis pas le seul à lire entre les lignes. Il ne nous reste plus qu’à compter sur les bonnes volontés et surtout les prières et donc sur Dieu pour nous sortir de ce gouffre. Peut-être qu’entre temps d’autres masques tomberont.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:33, par Le transitaire En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Le problème d’effectif posé par le CMGA m’inquiète à plus d’un titre. Devrons-nous comprendre que vraiment ce sont "les mêmes personnes qui vont s’occuper des ratissages au niveau des frontières, c’est les mêmes qui doivent retourner à leur base aussi pour s’occuper également de la sécurité des élections" ? Si tel est le cas, cela voudrait dire que pendant les votes les frontières seront poreuses. Est-ce vraiment cela M. le CMGA ?
    Je me pose en outre les questions suivantes :
    - Si le CDP est reconnu coupable d’avoir soutenu le putsch, va-t-on dissoudre le parti ?
    - Est-ce que les activités judiciaires en cours n’affecteront pas les dispositifs de la CENI auquel cas il lui faudra réaménager ses documents électoraux in extremis ou alors demander un nouveau report de date
    - Est-ce que la date du 29 novembre sera la bonne ?
    - A quand la fin de la transition ?
    De toutes les façons je crois que je ne suis pas le seul à lire entre les lignes. Il ne nous reste plus qu’à compter sur les bonnes volontés et surtout les prières et donc sur Dieu pour nous sortir de ce gouffre. Peut-être qu’entre temps d’autres masques tomberont.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:42, par Nabiiga En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    En ce qui me concerne, moi je pense que le délais n’est pas assez long. Est-ce que les auteurs de coup de forces auront été jugés et punis avant qu’on ne remette le pouvoir au prochaine gouvernement issu de ces élections ? Quel impact aura t-il sur la quête de justice pour tous les crimes de sang et économiques commis par le/lles différents gouvernements de l’ère Compaoré. Et si un consigne de vote par un parti recallé pour implication dans le coup de force souhaite le la libération des détenus, et le parti bénéficiaire de ce consigne gagne effectivement les élections que fera t-on alors pour que la justice soit servie. Voyez-vous, voilà mes inquiétudes sur cette date. Les choses me semblent trop précipitées et je crains que cette précipitation risque de nous conduire dans l’abysse d’un fossé ou sous des cieux très inconnus surtout en ce que concerne la justice. Ngaw !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:44, par zemosse En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    J’ai toujours dit et répété que nous n’avons que des partis politiques mange-mil , adeptes de la mangecracie, dont les militants ne voient deja que leur panses à remplir,leurs postes juteux,leurs marchés . J’ai la nausée en voyant sur la photo des individus comme Ablasse et Rock qui ne rêve que d’occuper Kosyam rien que Kosyam pour perpétuer la bamboula de Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:46 En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    L’empressement des parties politiques m’inquiète. Ils ne veulent pas que les dirigeants actuels ne mettent de l’ordre ou quoi ?
    L’insurrection a eu lieu parce que des problèmes existaient au niveau de la gouvernance. Qu’est-ce qu’on fait des revendications du PEUPLE ?. Croyez-vous qu’une fois élus nos politiciens vont y penser ? Je parle de la nouvelle constitution qui repartie de façon équilibrée la gestion du pouvoir dans le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:49, par Rtor En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Avant de partir,il faut remettre les corrections,mandatement,frais de vacation 2014-2015 sur pied.Vs avez tout bloquer même recuperer plus de deux milliards dans le billetage et jusqu’à present rien de concret.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:55, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Ouédraogo Assane a raison. Je dirais même que la date réelle est le Mercredi 16 Septembre, même si la proclamation du CND a eu lieu le lendemain 17.

    Pour ce qui concerne la date du 29 Novembre pour les élections présidentielles et législatives, cela reste dans des limites acceptables mais une ou deux semaines de plus n’auraient pas été un luxe.

    Car cette date met une pression impossible sur la justice et la commission d’enquête sur le coup d’état. En effet, en pratique, il faut qu’au moins une semaine avant le début de la campagne, donc le Samedi 1er Novembre au plus tard, les conclusions des investigations soient disponibles pour valider ou invalider des candidatures, dissoudre ou pas des partis et arrêter les positions définitives sur les bulletins de vote afin d’imprimer et donner aux partis des spécimen. Sinon, il faudrait lever tous les gels des avoirs des partis pour qu’ils puissent battre campagne, imaginez l’indignation des populations.

    Autant dire que le mois donné à la commission est théorique, puisque installée le 12, elle a à peine trois semaines (21 jours !) pour rendre des premières conclusions avec suffisamment de preuves pour que le conseil constitutionnel et le MATD puissent prendre des mesures concernant les élections. Je pense que c’est très (trop ?) court et que cela va créer des problèmes.

    La question qu’on se pose c’est quel est l’objectif des partis politiques qui ont mis cette pression sur les autorités de la transition ? Que pensent-ils gagner à aller à des élections dans une pagaille qui peut entrainer des contestations ? Quel intérêt ont-ils dans la situation floue des partis comme le CDP et la NAFA pour vouloir se précipiter aux élections avant tout éclaircissement ? Ils voudraient mettre le pays à genoux qu’ils ne s’y prendraient pas autrement, et on se demande POURQUOI ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:13, par ka En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Si cette date est confirmé au conseil des ministres, je dis Bravo a la transition, et vive l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse. Qui l’aurait cru en Septembre 2014 avec les arrogances d’Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Anicet Pooda, Alain Yoda, François Compaoré ? Avec leur slogan : C’est nous qui avons le pouvoir, c’est nous qui décidons avant le peuple, ou c’est nous qui avons les armes, c’est nous qui décidons. Oui ! Dieu tout puissant est capable de faire ce qui est impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:22, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    - ASSANE et YANOGO, ne généralisez pas. C’est ABLASSÉ qui a dévoilé la date. ROCK lui, il a dit : ’’Sinon, en ce qui nous concerne, nous nous sommes rangés du côté des propositions qui consistaient à ce que les élections soient organisées le 15 novembre. Mais, il ne s’agissait pas pour nous de venir nous batailler sur des dates. Des questions de sécurité nous ont été exposées, nous avons pris bonne note et nous avons pris acte de ces décisions’’.

    C’est très intélligent de la part de ROCK. Quand je dis que ABLASSÉ parle au hasards sans contrôler, les gens pensent que je suis contre lui. Voilà maintenant. On chasse les journalistes de sortir pour que vous parlez à hui clos, et lui il sort dévoiler ça aux mêmes journalistes qui l’ont étalé sur la place publique !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:24, par KAFANDO Bernard En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Vous aussi ! C’est chez quel candidat les journalistes sont allés soutirer la date du 29 ? Encore Ablassé OUEDRAOGO alors que la décence aurait voulu qu’il attende la décision du conseil des ministres pour dire que c’est le 29. Comprenez-le c’est sa nature on y peut rien.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:35, par El Volcano En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Souhaitons surtout que les élections se passent en paix et que le pays ne sombre pas comme le souhaitent chèrement certaines personnes !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:40, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    - ASSANE et YANOGO, ne généralisez pas ! C’est ABLASSÉ qui a livré le secret de la date en disant : ’’....elle peut de dérouler dans la paix, dans la sérénité, dans la tranquillité. C’est pour cela que dans la concertation, la date du 29 novembre a été retenue par l’ensemble des acteurs politiques du Burkina Faso pour l’organisation des élections législatives et présidentielle’’ ! ROCK lui il a dit : ’’...des propositions qui consistaient à ce que les élections soient organisées le 15 novembre. Mais, il ne s’agissait pas pour nous de venir nous batailler sur des dates. Des questions de sécurité nous ont été exposées, nous avons pris bonne note et nous avons pris acte de ces décisions: :

    - Réponse très intélligente de ROCK ! La différence est nette et sans bavure !

    Quand moi je dis que ABLASSÉ parle trop et au hasard, les gens pensent que je suis contre lui, alors que non. C’est un fait que je constate et comme je ne peux pas tenir ma langue, je le dis ! Sinon on chasse les journalistes afin que vous vous voyez à huis clos et ABLASSÉ lui, il sort larguer ça aux même journalistes qui l’ont étalé sur la place publique ! Il fallait donc laisser les journalistes participer puisque c’est comme si ils y étaient !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:43, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    - ASSANE et YANOGO, ne généralisez pas ! C’est ABLASSÉ qui a livré le secret de la date en disant : ’’....elle peut de dérouler dans la paix, dans la sérénité, dans la tranquillité. C’est pour cela que dans la concertation, la date du 29 novembre a été retenue par l’ensemble des acteurs politiques du Burkina Faso pour l’organisation des élections législatives et présidentielle’’ ! ROCK lui il a dit : ’’...des propositions qui consistaient à ce que les élections soient organisées le 15 novembre. Mais, il ne s’agissait pas pour nous de venir nous batailler sur des dates. Des questions de sécurité nous ont été exposées, nous avons pris bonne note et nous avons pris acte de ces décisions: :

    - Réponse très intélligente de ROCK ! La différence est nette et sans bavure !

    Quand moi je dis que ABLASSÉ parle trop et au hasard, les gens pensent que je suis contre lui, alors que non. C’est un fait que je constate et comme je ne peux pas tenir ma langue, je le dis ! Sinon on chasse les journalistes afin que vous vous voyez à huis clos et ABLASSÉ lui, il sort larguer ça aux même journalistes qui l’ont étalé sur la place publique ! Il fallait donc laisser les journalistes participer puisque c’est comme si ils y étaient !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:46, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    - ZEMOSSE, vraiment j’ai aimé ton post ! En effet, nos politiciens ne sont rien d’autre que des bandes de manges-mils, d’oiseaux granivores qui ne pensent qu’à leurs jabots. Ils le remplissent et s’envolent à tir d’aile en abandonnant le peuple à son triste sort ! Ils ont toujours été ainsi ! Ensuite parmi eux, il y des criquets, des fourmis-magnats et des serpents à sonnette !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 10:59, par Kabakoden En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Chers journaliste, SVP, arrêtez de donner la parole à Ablassé OUEDRAOGO ! Il n’est plus digne de rien. Rappelez-vous qu’avant même l’inhumation des Martyrs du coup d’Etat, il a repris ses activités politiques par un rassemblement médiatisé de "partis" politiques. Cette attitude irresponsable lui dénie toute considération.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:03 En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Question au Gal ZAGRE Pingrenoma, Chef d’Etat Major Général des Armées : Pourquoi le chef putschiste, le Gal Gilbert DIENDERE n’a pas encore écopé d’une sanction militaire ? Il doit être dégradé et ramené au grade de Caporal, sinon réduit au rang de soldat de 2ème classe !

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:07, par Le transitaire En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Internaute 7. Si donc on ne peut pas faire confiance à ceux qui seront élus, pourquoi aller aux élections tôt ou tard ? Je vous rappelle humblement qu’une transition est toujours une parenthèse qui n’a vocation qu’à gérer les affaires courantes et organiser des élections pour vite fermer la parenthèse. Mais ce que les gens craignent et pas seulement les politiciens c’est qu’à force de trainer à fermer la parenthèse sous prétexte qu’on veut résoudre les grands maux du pays (ce qui est une est une grosse responsabilité sur les épaules chancelantes d’une transition) on se retrouve dans un engrenage sans fin. Les dossiers pendants ne peuvent pas finir car comme qui dirait, là où il y a l’homme, il y a l’hommerie.
    Le "prophète" Laurent Bigot que les Compaoré ont rejeté a dit, il y a quelques jours de cela que la transition avait outrepassé ses prérogatives et que cela pouvait justifier l’instabilité qu’elle a connue. Quelque patriote vourait bien tomber sur moi à bras raccourcis (comme l’a fait Alain Edouard Traoré, tout zélé ministre de BC sur le même Laurent Bigot) pour me rappeler que ce que dit Bigot n’engage que lui. Soit ! Mais n’y a -t-il pas lieu de prendre ses propos au sérieux et de travailler à corriger pendant qu’il est encore temps ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:08, par El Volcano En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Souhaitons surtout que les élections se passent en paix et que le pays ne sombre pas comme le souhaitent chèrement certaines personnes !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:09, par ka En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Si cette date est confirmé au conseil des ministres, je dis Bravo a la transition, et vive l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse. Qui l’aurait cru en Septembre 2014 avec les arrogances d’Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Anicet Pooda, Alain Yoda, François Compaoré ? Avec leur slogan : C’est nous qui avons le pouvoir, c’est nous qui décidons avant le peuple, ou c’est nous qui avons les armes, c’est nous qui décidons. Oui ! Dieu tout puissant est capable de faire ce qui est impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:16, par Le transitaire En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Internaute 7. Si donc on ne peut pas faire confiance à ceux qui seront élus, pourquoi aller aux élections tôt ou tard ? Je vous rappelle humblement qu’une transition est toujours une parenthèse qui n’a vocation qu’à gérer les affaires courantes et organiser des élections pour vite fermer la parenthèse. Mais ce que les gens craignent et pas seulement les politiciens c’est qu’à force de trainer à fermer la parenthèse sous prétexte qu’on veut résoudre les grands maux du pays (ce qui est une est une grosse responsabilité sur les épaules chancelantes d’une transition) on se retrouve dans un engrenage sans fin. Les dossiers pendants ne peuvent pas finir car comme qui dirait, là où il y a l’homme, il y a l’hommerie.
    Le "prophète" Laurent Bigot que les Compaoré ont rejeté a dit, il y a quelques jours de cela que la transition avait outrepassé ses prérogatives et que cela pouvait justifier l’instabilité qu’elle a connue. Quelque patriote vourait bien tomber sur moi à bras raccourcis (comme l’a fait Alain Edouard Traoré, tout zélé ministre de BC sur le même Laurent Bigot) pour me rappeler que ce que dit Bigot n’engage que lui. Soit ! Mais n’y a -t-il pas lieu de prendre ses propos au sérieux et de travailler à corriger pendant qu’il est encore temps ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:19, par ka En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Si cette date est confirmé au conseil des ministres, je dis Bravo a la transition, et vive l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse. Qui l’aurait cru en Septembre 2014 avec les arrogances d’Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Anicet Pooda, Alain Yoda, François Compaoré ? Avec leur slogan : C’est nous qui avons le pouvoir, c’est nous qui décidons avant le peuple, ou c’est nous qui avons les armes, c’est nous qui décidons. Oui ! Dieu tout puissant est capable de faire ce qui est impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:35, par i En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    La transition a pu faire ce qu’elle pouvait faire dans le délai imparti, son rôle n’est pas de résoudre tous les problèmes du Burkina mais de nous conduire prioritairement à une élection crédible et transparente, aussi l’Etat est une continuité. Ceux qui pensent que cette transition est une panacée à tous nos problèmes ont tort. Le principal est de jeter les bases pour celui qui viendra. De toutes les façons le peuple est toujours là pour veiller aux grains

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:38, par Arzouma En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Une seule question :

    Admetons que le MPP gagne les elections, pourrons t´ils juger Diendere ?

    Si le jugement devais etre equitable, je pense que ces gens aimeraient voir Diendere en exile plutot que devant la barre.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 11:45, par ooo En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Le 2ème tour aurait lieu le 13 décembre soit 02 jours après le 11 décembre. Les troupes défilantes à Kaya seront en route pour rejoindre leur caserne et repartir pour sécuriser les élections. Hum !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 12:13 En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Ablessé mon parent merite un bon fouet comme ma maitresse savait bien le faire en son temps.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 12:18 En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    et le second tour ???

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 12:20, par Figo En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Bonjour,
    Pour le passage à la 5è République, est-il possible, en plus de verrouiller l’A37, de mettre aussi des dispositions qui empêcheraient de dissoudre purement et simplement la Constitution afin de contourner la limitation ? Si oui, il faudrait y penser car le cas se présente déjà ailleurs. Que les Constitutionnalistes nous éclairent.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 12:21 En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    une transition reste toujours une parenthèse qu’il faut tôt ou tard refermer par des élections libres et démocratiques.
    La transition n’est pas une situation normale dans laquelle on doit perdurer car le pays souffre sur divers plans notamment économique.
    Faisons un peu confiance aux politiques qui vont venir avec un programme politique et de développement sinon regardons ce qui se passe actuellement en Centrafrique.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 12:40, par calmos En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    D’accord avec l’internaute 1. Pourquoi avant le conseil des ministres, des politiciens évoquent le délibéré de la rencontre alors que le Président a été prudent. Je suis vraiment navré que des gens veulent coute et coute aller aux élections en ces moments précis. J’ai honte de nos politiciens et je suis d’avis avec Laurent Bado que le prochain Président sera balayé avant terme. C’est là qu’ils comprendront dans le tard comme Blaise qu’il avait des préalables à assainir.
    Honte à eux tous

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 12:57, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    La date du coup d’état est le Mercredi 16 Septembre, pendant le conseil des ministres et non le 17 Octobre. Quand à la date du 29 Novembre, cela reste dans des limites acceptables mais une ou deux semaines de plus n’auraient pas été un luxe. Le second tour serait le 13 Décembre, mauvaise date s’il en est, à cause de Norbert Zongo mais aussi parce que c’est 2 jours après le 11 Décembre.

    Mais surtout parce que cette date met une pression impossible sur la justice et la commission d’enquête sur le coup d’état. En effet, en pratique, il faut qu’au moins une semaine avant le début de la campagne, donc le Samedi 1er Novembre au plus tard, les conclusions des investigations soient disponibles pour valider ou invalider des candidatures, dissoudre ou pas des partis et arrêter les positions définitives sur les bulletins de vote afin d’imprimer et donner aux partis des spécimen. Sinon, il faudrait lever tous les gels des avoirs des partis pour qu’ils puissent battre campagne, imaginez l’indignation des populations.

    Autant dire que le mois donné à la commission est théorique, puisque installée le 12, elle a à peine trois semaines (21 jours !) pour rendre des premières conclusions avec suffisamment de preuves pour que le conseil constitutionnel et le MATD puissent prendre des mesures concernant les élections. Je pense que c’est très (trop ?) court et que cela va créer des problèmes. A moins que la transition prenne ses responsabilités et n’attende pas ces conclusions.

    La question qu’on se pose c’est quel est l’objectif des partis politiques qui ont mis cette pression sur les autorités de la transition ? Quel intérêts ont-ils à aller aux élections avec la situation floue de partis comme le CDP et la NAFA ? Espèrent-ils des reports ou consignes de votes ? Bref que pensent-ils gagner à aller à des élections dans une pagaille qui peut entrainer des contestations ? Ils voudraient mettre le pays à genoux qu’ils ne s’y prendraient pas autrement, la question reste POURQUOI ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 13:29, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    @Internautes 17 et 25 : La confiance ne se donne pas à priori et gratuitement à tous !

    * Oui, les dirigeants du MPP ont géré le pays avec Blaise Compaoré pendant la majeure partie de ses 27 ans de pouvoir.
    * Oui, ils peuvent être concernés par certaines affaires de crimes économiques et de sang.
    * Non, on ne peut pas compter sur eux pour laisser la justice travailler sur les dossiers qui concernent Diendéré, quitte à se retrouver eux mêmes accusés alors qu’ils seront au pouvoir ! Qui le ferait ?
    * Oui, l’UPC peut gagner les élections grâce à une consigne de vote du CDP en leur faveur.
    * Non, on ne peut pas compter sur un président élu grâce au CDP ou sur son assemblée pour prendre des mesures sévères contre le CDP et ses satellites. Même après condamnation ils sont capables de les gracier ou de les amnistier !

    Alors, oui, il y a des choses que la transition doit faire avant de partir, parce qu’on ne peut pas compter sur les politiques qui sont souvent en conflit d’intérêts avec ce qui est juste.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 13:39, par traore En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Attention a certains hommes politiques tels que Ablasse ouedraogo qui en plein millieu de la crise s efforcait pour manager les pushtistes sur rfi en proposant une mediation avec ces derniers en depit de leur qualification par l ua de terroristes et aussi au vu des actes terroristes qu ils posaient a l encontre de la population.
    Je me demande ce que ce ablassé cherche toujours dans les concertations pour un avenir radieux de notre pays. Qu est ce qu il peut bien nous apporter ? Quelles sont ses intentions reelles ?
    Aidez moi si mes inquietudes et interrogations ne sont pas fondees

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 13:45, par LEBGATROPTARD En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    A VOS MARQUES..... PRET ? PARTEZ.... CEUX QUI NE VEULENT PAS QUE LES ELECTIONS SE TIENNENT, EH BEN.... ELLES SE TIENDRONS, S’IL N’Y AVAIT PAS EU CE COUP STUPIDE ET INSENSE, ON AURAIT DEJA NOS DEUX CHALLENGER POUR LE SECOND TOUR, DE QUOI SE PLEIN T ON ALORS ?????? L’UE A DONNER UN SIGNAL FORT A KAF LUNDI DERNIER.......COMPRENEZ DONC

    LEBGATROPTARD

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 14:23, par Rtor En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    C’est bien de le faire tôt pour fermer la parenthèse.sinon le pays vas mal,tout est bloquer à savoir les corrections,les indemnités,les mandatements et même l’argent de la vacation qui est en ... Or le billetage a permis de recuperer plus de deux milliards FCFA
    .
    Il ne parle pas de l’education,

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 14:25, par Rtor En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    C’est bien de le faire tôt pour fermer la parenthèse.sinon le pays vas mal,tout est bloquer à savoir les corrections,les indemnités,les mandatements et même l’argent de la vacation qui est en ... Or le billetage a permis de recuperer plus de deux milliards FCFA
    .
    Il ne parle pas de l’education,

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 14:46, par koutou En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Allons aux élections afin que le mossi musulman du plateau central ferme son clapet car son score lamentable le ramènera à descendre des nuages sur lesquels il est juchés

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 15:26, par Davidos En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Il y’a des internautes qui étonnent et détonnent par leur raisonnement digne des ablasseries de Ablasse Ouedraogo. Franchement, je me pose la question sur certains d’entre nous savent ce que c’est qu’une transition ? La récréation est finie, il faut maintenant aller aux élections et le plus vite sera le mieux. Il y’a tellement de priorité dans ce pays et on y a beaucoup à perdre en se maintenant dans la transition, qu’il faut y aller maintenant. Même si on donne dix(10) ans à la transition, elle va pas finir sa mission. Sassou...fi heu, pardon ça suffit.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 16:22, par la plante florissante En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Nous attendions impatiemment la date des élections. je souhaite une élection apaisée pour le Burkina Faso notre cher pays. Dieu bénisse. et protège le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 16:36, par Narcisse En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Comme quoi il faut toujours apprendre de ses erreurs passees ; les corrigees et avancer. La question de l’article 37 NE DOIT PLUS JAMAIS FAIRE DEBATS. Deux mandats pour chaque president dans le future et bye et bye. Faisons en sorte qu’elle soit verouillee a jamais, et qu’aucun individu meme au plus profonds de ces cauchemards ni songe a modifier. C’est un droit acquis par le peuple Burkinabe ; le Peuple Burkinabe a lutte fort et meme au prix de pertes humaines pour aquerrir cette victoire et nous nous devons de la preservee surtout par respect des ames purs tombes dans son acquistion mais aussi pour que nos descendants soient fiers de nous parce que on les aurait leguer un Burkina democratiquement meilleur a ce que on a herite de nos parents. Victoir au Peuple Burkinabe.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 17:13, par El Volcano En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Souhaitons le meilleur pour notre chère patrie et que les élections se passent dans la transparence et que les parties en compétition aient la sage gentillesse d’accepter le verdict des urnes !!!!!!!!!!!!!!!!
    Par El Volcano

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 18:42, par ELKABOR En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Beaucoup de forumistes représentant la frange intellectuelle audible des burkinabés à travers leur réactions nous font percevoir clairement qu’ils ne croient pas en la démocratie . Sinon je ne sais pas pourquoi vous voulez que ce soit forcément la transition qui règle les problèmes de justice avec le risque de les bâcler pour aboutir à des non-lieu prononcés par la justice pour vice de procédure ? Rappelez vous que le même Premier Ministre Zida s’était précité pour prononcer le gel des avoirs des anciens dignitaires aux lendemains des 30 et 31 octobre 2014 sans aucune considération pour la justice qui, par la suite, a ordonné le dégel de ces avoirs : résultats les gens se sont barrés avec leurs frics volés ! Allons aux élections et laissons la justice faire son travail. Si des gens croient qu’ils peuvent se couvrir de la tunique de l’impunité en se faisant élire, c’est mal nous connaitre ! On va lever leur immunité et les juger comme il se doit. Pas de crainte à avoir pour cela !. Quand au faux prétexte de l’insécurité pour repousser les dates des élections, il n’y a pas plus d’insécurité au Burkina qu’en Afghanistan, au Mali, au Nigeria, en Israël. Mais on y a organisé et continue d’y organiser des élections. Alors mettons fin à la transition, cette espèce de régime d’exception qui ne dit pas son nom, qui n’inspire pas le capital de confiance nécessaire auprès de nos partenaires extérieurs qui soutiennent notre pays pour son développement et restons vigilant pour surveiller l’action des autorités nouvellement élues, point. KOUMA BANA.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 19:58, par La verite En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Internaute 39, je ne suis d’aucun parti ; mais une question,qui sont les militants du MPP ?! D’où viennent les 1ers responsables du MPP !? Ne pensez pas être les plus intelligents. La jeunesse n’est plus celle des années 90 et 2000. Elle est plus consciente et pas mouton.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 20:17, par Mohamed En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    Gloire à Dieu !Un consensus pour aller aux élections sans grande pression.Longue vie à M’Ba Michellé ! Il a su esquiver les dates imposées pardon proposées par makysalerie et bonioserie.
    Et même les dates des politicards dans leurs ablasseries leurs christianeries,leurs zepheries et que sais-je encore.BRAVO ! le 22 novembre pour les premiers,le 8 novembre pour les seconds et le 15novembre pour les derniers rempares dans leurs stanislasseries, leurs huberies, leurs baptisseries et quelques ignares tapis dans les OSC. Encore BRAVO !
    Bravo d’avoir su exploiter leurs faiblesses pour les faire cautionner la date du 29 en évoquant la fausse thèse sécuritaire.
    C’est ça la diplomatie ! on impose son point de vue sans forcer.BRAVO !

    Il y a cependant des non dits que je souhaite des éclaircis !
    Des lions s’étaient recouverts de peaux de béliers pour se faire passer pour des moutons .Ils réussirent leur coup et furent nommés deuxièmes ou troisièmes personnalités de certains ministères du gouvernement de la Transition
    Pourtant,ces Messieurs/dames se sont démasqués car ils auraient joyeusement pris part à la rencontre avec le terroriste qualifié pour exposer la situation de leur départements ministériels alors même que le Président et certains membres du gouvernement étaient entre les mains des ravisseurs. Y’a t il des enquêtes en cours pour savoir si quelques uns ne sont pas impliqués dans le putsch ? Un des leur a été déjà limogé certes, mais j’avoue qu’il faut fouiller d’avantage.
    wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2015 à 09:33, par L’Intègre En réponse à : Elections législatives et présidentielle 2015 : Le 29 novembre, la nouvelle date consensuelle

    hé Ablassé ! pendant la crise, il était entrain de signer des alliances avec 7 partis politiques au moment même ou les morts n’étaient pas encore dans des morgues ; sa réaction à RFI en soutenant la médiation de la cedao pendant que tout le monde la récuse ; c’est lui encore dans les image qui demande conseils au représentant de l’UNDD en pleine concertation et c’est lui qui dévoile premièrement la date alors que la question devait d’abord passé en conseil des ministre. tout ça pour montrer sa mépris envers le peuple.
    Dans le récit d’outre-tombe de Mr SAWADOGO, il disait que Blaise a dit que THOM SANK n’était pas un vrai moaga et qu’il fallait un du centre ou au alentour pour gérer le pouvoir. c’est cette même idée arrêtée qui anime Ablassé et qui le rend confiant. la preuve est que pendant que les autres arpentent les recoins du pays, lui se contente de sa zone (le plateau) avec des déclarations du genre je suis moaga, musulman, ressortissant du plateau et je serai le premier sur un examen en mooré ; comme si le Burkina se limitait au plateau et que les autres ne sont que des suivistes.
    Il faut qu’il se corrige vite s’il veut avoir un bon score aux élections.
    A tous les candidats, qu’ils sachent qu’aujourd’hui au BF, il ne sert plus d’être élu pour garantir son mandat, mais de répondre aux aspirations du peuple à la SANKARA, sans quoi ils seront remplacer encore par le vieux Kaf pour terminer leur mandat.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Arrondissement N°4 de Ouagadougou : « Il nous faut être plus civiques, avoir un esprit citoyen et républicain », invite le maire, Issa Anatole Bonkoungou
Commune de Saponé : « Je suis obligé de placer l’intérêt des populations au-dessus de toutes considérations », conçoit le nouveau bourgmestre, Abdoulaye Compaoré
Commune de Bouroum-Bouroum : Koko Momo, élu maire
Vie des communes du Nord : Zogoré a désormais son organe délibérant
Elections municipales : Le Conseil d’Etat a donné les résultats définitifs
Elections municipales complémentaires du 28 mai : Légitimité renforcée pour le MPP
Elections partielles à Zogoré : le MPP Yatenga tire les enseignements du scrutin
Elections municipales dans l’arrondissement 4 : Campagne de sensibilisation pour éviter les reprises
Élections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP vainqueur avec 31 conseillers sur 55
Elections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP et le CDP ont prôné la paix
Elections municipales partielles au Nord : Le MPP largement vainqueur à Zogoré
Elections municipales partielles : A l’arrondissement 4 de Ouaga, les électeurs sont fatigués
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés