Prévention des catastrophes : Concilier connaissances traditionnelle et scientifique

mardi 13 octobre 2015 à 21h19min

La chronique du gouvernement ci-après est relative à la célébration en cette année 2015 de la Journée internationale de la prévention des catastrophes sur le thème des connaissances pour la vie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez


« CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT

Journée internationale de prévention des catastrophes 2015

Concilier connaissances traditionnelle et scientifique

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays du monde entier célèbre chaque année la Journée internationale de la prévention des catastrophes (JIPC). Cette journée a été instituée par l’Assemblée générale des Nations Unies au terme de la Résolution 44/236 du 22 décembre 1989. La JIPC est célébrée chaque deuxième mercredi du mois d’octobre, mais depuis Décembre 2009, le 13 Octobre a été retenu comme date officielle pour la commémoration de cette journée. Elle a pour objectif de sensibiliser les gouvernements et les populations sur l’importance de la réduction des risques de catastrophes, et de les encourager à construire des communautés et des nations résilientes.
La réduction des risques de catastrophes est une approche globale, qui inclut toutes les mesures visant à réduire les risques de catastrophes. Cette approche doit inciter tous les intervenants (gouvernement et privé) à réfléchir et à travailler ensemble pour des prises de décisions appropriées pouvant réduire considérablement les risques et l’impact des catastrophes.
Pour cela, chacun est invité à s’engager et à apporter sa contribution pour la construction d’une planète résiliente aux catastrophes.
C’est ainsi que l’initiative « Step Up » lancée en 2011, consiste à donner la parole aux différents groupes de la société afin de les sensibiliser sur la réduction des risques de catastrophes et de les amener à planifier, à prendre des décisions et à agir pour leur communauté.
Pour ce faire, l’accent a été mis sur le rôle important que peuvent jouer les acteurs clés, en témoigne la prise en compte des groupes sociaux dans les thèmes des quatre dernières années : les enfants et les jeunes en 2011 ; les femmes et les filles en 2012 ; les personnes vivant avec un handicap en 2013 ; les personnes âgées en 2014.
Cette année, le thème de la JIPC adopté lors de la Conférence mondiale des Nations Unies sur la prévention des catastrophes est : ’’Des connaissances pour la Vie’’.
Cette thématique vise les objectifs suivants :
-  sensibiliser l’ensemble de la population sur la nécessité de l’utilisation des connaissances traditionnelles, locales et autochtones et pratiques, afin de compléter les connaissances scientifiques en matière de gestion des risques de catastrophes ;
-  concevoir des approches incitant la participation des communautés locales et des peuples autochtones dans le cadre de la mise en œuvre du Cadre d’action de Sendai (2015- 2030) pour la réduction des risques de catastrophes.
Ce thème interpelle sur les connaissances et pratiques traditionnelles, autochtones et savoirs locaux qui, si elles sont bien exploitées contribuent énormément aux côtés des pratiques modernes à la Réduction des risques de catastrophes (RRC). Il met également l’accent sur la prise en compte des savoirs, pratiques d’alertes précoces et de prévention des catastrophes des populations autochtones, indigènes, marginalisées du fait de leur minorité dans la RRC.
Fort heureusement au Burkina Faso, il n’existe pas un groupe qui soit exclu dans la RRC du fait de sa minorité comme cela se passe ailleurs dans certains pays. Tous les groupes sociaux sont fortement impliqués dans la RRC à travers les démembrements du Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR).

Le gouvernement en phase avec ses engagements

En adéquation avec ses engagements au plan international en matière de gestion des catastrophes, le gouvernement du Burkina Faso a élaboré et validé un Plan d’action national pour le renforcement des capacités en matière de Réduction des risques des catastrophes et de Préparation à la réponse aux urgences (PRU) 2016-2020. Ce plan s’inspire du Cadre d’actions de Sendai qui est le référentiel au niveau mondial en matière de RRC.
Le plan comporte quatre (04) priorités :
-  comprendre les risques de catastrophe ;
-  renforcer la gouvernance et les institutions pour gérer les risques de catastrophe ;
-  investir dans la résilience économique, sociale, culturelle et environnementale ;
-  renforcer l’état de préparation aux catastrophes pour intervenir de manière efficace et pour « reconstruire en mieux » durant la phase de relèvement, de remise en état et de reconstruction.
Cette année, le thème de la JIPC s’inscrit dans la quatrième priorité qui prend en compte la préparation face aux catastrophes à travers les alertes précoces sectorielles, communautaires ou locales.
Jadis, nos communautés ont su observer et interpréter certains signes d’alerte pour s’adapter à certains événements de la vie. Ces signaux d’alerte précoce au niveau communautaire devraient être valorisés et jouer un rôle de prévision en complémentarité avec les connaissances modernes telles que les prévisions météorologiques et de manière bien conjuguée pour permettre la réduction des risques de catastrophes.
Malheureusement les inondations, les vents violents en 2015 ont encore entrainé des pertes en vies humaine et des dégâts matériels importants dans notre pays. Au total, 38.831 personnes, victimes d’inondations et de vents violents avec 11 cas de décès ont été enregistrées.
Le gouvernement de la Transition, à travers le Ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale (MASSN) traduit toute sa compassion à l’endroit des familles endeuillées suite aux catastrophes naturelles enregistrées au cours de cette année.
Le gouvernement burkinabè réitère également sa reconnaissance à l’endroit de toutes celles et tous ceux, qui ne ménagent aucun effort pour faire de la résilience de nos communautés une réalité.
Un appel est lancé, en particulier aux partenaires technique et financier, aux autorités locales et à tous les intervenants dans la Réduction des risques de catastrophes, afin qu’ils puissent davantage accompagner le gouvernement burkinabè dans sa quête perpétuelle pour le renforcement des capacités de résilience de nos populations, nos communautés face aux effets des catastrophes. »

Ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés