Elections 2015 : « Il n’y a jamais eu de saisie de 5 000 fausses cartes d’électeurs », dixit Abdallah Ben Azize Ouattara du CPPU

mercredi 14 octobre 2015 à 22h50min

Le Collectif pour un peuple uni (CPPU) a organisé une conférence de presse ce 14 octobre 2015. Face aux hommes de médias, le coordonnateur du CPPU, Abdallah Ben Azize Ouattara, a affirmé que les allégations sur les cartes prétendues fausses cartes électorales « ne sont pas fondées ». Il a fait cette affirmation à partir des informations des enquêteurs et des responsables proches du dossier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Elections 2015 : « Il n’y a jamais eu de saisie de 5 000 fausses cartes d’électeurs », dixit                                      Abdallah Ben Azize Ouattara du CPPU

« Nous tenons à rassurer le peuple burkinabè que les allégations sur les fausses cartes d’électeurs sont non fondées et qu’il n’y a jamais eu de saisie de fausses cartes dans le cyber comme d’autres l’ont prétendu », a déclaré le coordonnateur du Collectif pour un peuple uni (CPPU), Abdallah Ben Azize Ouattara.
Il dément par la même occasion les déclarations sur les cartes saisies dans les locaux de l’OTRAF. « Quant à celles saisies dans les bureaux de l’OTRAF gare routière par la gendarmerie de Bogodogo, il ne s’agit que d’un petit carton ne contenant pas plus de 150 cartes vierges appartenant à la CENI mais oubliées par les opérateurs d’enrôlement car les locaux ont servi à ce travail », a jouté Abdallah Ben Azize Ouattara.

Il dit tenir ces informations des personnes proches de l’enquête et d’autres acteurs impliqués dans l’affaire. « Nous avons eu à rencontrer les structures compétentes qui ont été commises à cette tâche tel que le commissariat de Ouaga 2000, la gendarmerie de Bogodogo, la direction générale de la police nationale. Nous avons rencontré les premiers responsables du bureau de l’Otraf de même que le jardinier et le tenant du cyber et quelques personnes de la CENI pour avoir toutes ces informations et porter à la connaissance de l’opinion publique », a –t-il déclaré.
Les éléments d’informations du CPPU
Selon le coordonnateur du CPPU, les enquêteurs n’ont rien trouvé au niveau du cyber café en question. C’est seulement un fichier sur lequel il y avait des informations relatives à des cartes d’électeurs. Tout serait parti d’un jardinier ami au tenant du cyber café. « C’est lors des conversations entre le jardinier et le tenant du cyber café que deux partis politiques lui ont dit de faire des fausses cartes d’électeurs. Il n’a pas voulu dire le nom des partis au jardinier. Le jardinier à son tour a passé l’information dans un QG d’un parti politique. Le directeur national de campagne informé, a contacté le commissariat de Ouaga 2000 ».
Après la saisine du cyber café et vérification par des experts, aucune fausse carte n’a été trouvée dans ce cyber. Et le gérant ne reconnait pas avoir dit qu’il a été contacté par des partis politiques pour faire de fausses cartes. Seul un fichier a été trouvé avec un tire « liste des personnes ayant reçu leurs cartes électorales ». « Ils ont contacté les personnes qui avait leurs noms sur la liste pour qu’ils apportent leurs cartes d’électeur. Après vérifications, il ressort que ces cartes ont été faites par la Ceni », a déclaré Azize Ouattara. Selon lui, les cartes d’électeurs trouvées au bureau de l’OTRAF aussi sont des cartes vierges de la CENI oubliées par des opérateurs.
Contacté au téléphone, une source policière nous a confirmé, sans rentrer dans les détails, qu’il n’y a pas eu de saisie de fausses cartes d’électeurs.
Pourquoi le CPPU communique sur cette affaire ?
A question de savoir pourquoi c’est une organisation de la société civile qui communique sur cette affaire, le coordonnateur répond que c’est pour la paix et la cohésion sociale. « Le but, c’est de lever le doute sur les allégations des fausses cartes électorales parce qu’il y va de la crédibilité des institutions commises à cette tâche, de la transition et des élections. Il n’y a jamais eu de cartes saisies » a déclaré Azize Ouattara. « Le peuple s’interroge. Donc nous avons jugé bon de trouver l’information, de la porter à l’opinion publique. Ils auraient dû communiquer et je ne sais pas pourquoi ils ne communiquent pas », a-t-il ajouté.
Cette information nous paraissait assez sensible pour qu’aucune institution plus habileté en parle. Ni les forces de l’ordre chargées de l’enquête ni les la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’ont communiqué sur les résultats de l’enquêtes sur ces « fausses » d’électeurs. Laissant ainsi libre court à la rumeur.

Judicaël Gaël Lompo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés