Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

lundi 12 octobre 2015 à 22h54min

Les Burkinabè sont en grande majorité satisfaits des autorités de la transition. C’est la principale conclusion de la récente enquête d’Afrobaromètre au Burkina Faso, conduite par le Centre pour la gouvernance démocratique. C’est un échantillon de 1200 personnes sur l’ensemble du territoire national, qui a été pris en compte par l’étude menée entre les mois d’avril et le mois de mai 2015. Les résultats ont été présentés dans la soirée du 12 octobre à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des  autorités,  selon une enquête d’Afrobaromètre

1200 Burkinabè, 50% d’hommes, 50% de femmes de différents milieux sociaux ; à travers le pays ont été sondés. A en croire les résultats de l’enquête, 88% des Burkinabè sont « d’accord », voire, « tout à fait d’accord » avec l’action du président Michel Kafando. Le premier ministre, Yacouba Isaac Zida s’en sort avec 81% d’opinions favorables, les membres du conseil national de la transition (79%), et les autres membres des délégations spéciales des communes (79%).

Les citoyens ont répondu à plusieurs questions. Par exemple sur l’engagement des chefs coutumiers dans la politique, la majorité s’oppose. Pour trois Burkinabè sur quatre (75%), les chefs traditionnels devraient rester non partisans et ne pas se présenter aux élections sous l’étiquette d’un parti. On note par ailleurs que c’est chez les instruits et les citadins que cette opinion est plus partagée.

Devoir de rendre compte

Le round 6 de Afrobaromètre révèle également que la majorité des Burkinabè sont attachés à l’idée de demander des comptes aux anciens dignitaires, voire à l’idée de les sanctionner pour leurs comportements passés. 86% sont par exemple favorables à l’expropriation des biens mal acquis des anciens tenants du pouvoir, mais aussi que soient déclarés inéligibles pour les prochaines élections ceux qui ont soutenu le projet de modification de l’article 37 de la constitution (60%). L’idée de « l’exclusion » est surtout partagée par les plus jeunes (18 à 34 ans) 67%, des universitaires(81%) et des citadins(73%).

Devoir de mémoire

Enquête réalisée après l’insurrection populaire des 30 et 31octobre qui a occasionné des morts et favorisé le changement, les enquêtés, pour immortaliser la mémoire des victimes, ont suggéré « prioritairement » l’adoption d’une journée nationale de souvenirs (38%), l’édification d’un monument en la mémoire des victimes (19%), le développement de matériaux didactiques pour les écoles (17%).

Comme autre option d’hommage aux victimes de l’insurrection, 58% des Burkinabè suggèrent aussi de dédommager les victimes « sans discrimination ». Instruits ou non, les Burkinabè optent pour le dédommagement sans discrimination. Par contre en fonction du milieu de résidence, il y a une différence. 62% des Burkinabè en milieu rural sont pour le dédommagement sans discrimination, alors que c’est 42% qui le sont en milieu urbain.

L’enquête a été menée par Agnès Kaboré, chargée de suivi évaluation au CGD et Dr Dimitri Balima, enseignant à l’université de Ouagadougou. « Le CGD ne fait que livrer l’opinion des citoyens. Ce qui reste c’est l’utilisation qui sera faite des résultats par les différents acteurs. Toutes catégories confondues (partis politiques, société civile). Les partis politiques peuvent en tenir compte par exemple dans l’élaboration de leurs programmes de société », a dit Agnès Kaboré.

L’Afrobaromètre est un réseau de recherche non partisan qui mène des enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et les questions connexes dans plus de 30 pays en Afrique. L’équipe Afrobaromètre du Burkina est dirigée par le CGD. Les enquêtes précédentes avaient été menées au Burkina en 2008, 2012 et 2015.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 octobre 2015 à 22:31, par Tanga
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Il faudra faire la différence entre être satisfait des autorités de la transition et préférer la transition au RSP et compagnie. Les gens n’ont pas le temps de penser à ces autorités par ce qu’ils sont hantés par la peur d’un ’’retour de Blaise’’ sous un autre nom.
    Vous semblez oublier les remous du à la composition du gouvernement (c’est à 99% des frères), à sont temps, la question s’était posée mais à cause des multiples problèmes on est vite passé à autre chose. Aussi, un gros ministère a eu ce genre de problème avec le nouveau ministre qui est arrivé avec des inconnus du ministère ; si il n’ y a pas d’erreur s’était le même ministre qui avait eu des problèmes avec un des ces administré à propos de question posée lors d’une rencontre. Une des bévues qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est les fraudes aux concours ; malgré le slogan ’’Plus rien ne sera comme avant’’ les frères se sentent protégés et plongent dans la bêtise. Ils sont vraiment protégés puisque on hésitent à refaire les concours pour puis dire qu’il n’y a plus de temps.
    Il ne faut pas Biléler le peuple

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 04:35, par ENA
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Ce rapport se ferra une fois le travail fini l’heure n’est pas au bilan.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 06:19, par Sidpayétka
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    BONJOUR A TOUS !
    Hum !
    On se chatouille pour rire maintenant ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 07:58, par NANKOLENDUSE Pierre Claver à Ziniaré
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Vous êtes sûrs de ce que vous avancez.On peut ne rien dire étend mécontent.Approfondissez votre votre analyse sur des sujet pareils.
    Surtout quand les Autorités d’un pays sont concernées et dans un environnement comme nous vivons actuellement,il faut tenir compte de tous les biais possibles.Aussi bien dimensionner l’échantillon au plan horizontal.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 08:06, par ACHILLE DE TAPSOBA
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Merci pour cet excellent travail AFROBAROMETRE. Bravo aux enquêteurs. Le BRAVE PEUPLE demande un CHANGEMENT DÉFINITIF ET RADICAL

    HOMMAGE A NOS MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et 16, 17 Septembre 2015

    Honte aux forces du mal (ex-rsp + cdp + alliés)
    Honte aux déstabilisateurs du BRAVE PEUPLE BURKINABÉ.

    DIEU AIME LE BURKINA, il n’ y aura pas de chaos.

    BURKINA FASO , terre bénie TU SORTIRAS TOUJOURS GRAND VAINQUEUR

    Merci SEIGNEUR pour tout (BURKINA)
    Merci SEIGNEUR pour tout (BURKINA)
    Merci SEIGNEUR pour tout (BURKINA)

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 08:28, par Le transitaire
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Qui a commandé cette enquête ? Quel message veut-on faire passer ? Si on s’en tient au fait que c’est la population soutenue par l’armée républicaine qui a sauvé les autorités de la transition des griffes des putschistes, je ne vois pas véritablement la pertinence de cette enquête. Je demande aux autorités de la transition de se démarquer de cette enquête.
    Ne semez surtout pas le doute dans l’esprit des citoyens libres du Burkina. Nous respectons nos autorités de la transition et même que nous les aimons bien. Seulement, si la transition veut se vanter plus tard d’avoir bossé pour le pays, si les autorités de la transition veulent entrer dans l’histoire par la grande porte et pour toujours, il nous faut des élections sans tarder. C’est l’unique moyen de préserver la gloire.
    Autorités de la transition, vous avez déjà trop travaillé et bien travaillé. Comme vous le savez, après l’apogée vient le déclin. Alors faites vite si vous voulez sauver vos lauriers

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 08:38
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Je ne vois pas ce qu’a fait ZIDA pour mériter un tel score. Non seulement il s’est enrichit en faisant du trafic sous le régime compaoré, mais aussi il a longtemps participer aux basses besognes du RSP car étant un produit du RSP. Au finish il se la coule douce avec un train de vie insultant pendant qu’on nous parle de crise. Que dire du CNT des moins que rien qui passent le temps à voler notre argent malgré la crise. Les membres touchent entre 800 000 et 900000 par mois, après chaque mission, ils touchent 100 000f avant de rentrer. Comment comprendre ce pillage de la part de gens qui ne sont même pas élus ? Scandale !!

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 08:40, par blia hermann
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    la CGD c’est qui ?? LOADA !! et il est fait quoi ? Ministre de la fonction publique !! Ben voyons ! pourquoi ira-t-il se faire harakiri ? il est du gouvernement de la transition et bien sûr le travail est tjrs bien fait ! tchrrrrr, et puis quoi encore ! comme le dit un internaute plus haut tout le monde sait qu’il ya eu des ratés au début et à cause de d’autres préoccupations on a laissé certaines choses passées, donc laissez nous tranquille avec vos sondages ! fallait prendre l’argent du sondage là pour faire autre chose d’important ! sinon le gouvernement de la transition justement n’est qu’une transition...allez à l’essentiel, " LES ELECTIONS" car plus de lenga et plus rien ne sera comme avant " heyiiii"

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 08:44, par ka
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Voilà un sondage qui semble être a la hauteur, car ceux des questionnaires devant son ordonnateur avec des résultats personnel ne sont pas fiables. Bravo a Afro baromètre et son équipe. Bravo a l’équipe de la transition sur une dynamite a cause de l’ex-président Blaise Compaoré et sa clique qui sorte le denier publique pour la saboter. Beaucoup reste a faire comme celui d’organiser une élection transparente avec les remplaçants des tripatouilleurs exclus par le code électoral conforme à la charte de la démocratie de l’UA. Mes félicitations à son excellence Mr. Kafando Michel, président du Faso, pour sa diplomatie panaché d’humilité pour gérer une mission dangereuse qui est la transition sur haute tension.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 08:46, par vision
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    c’est trés mauvais comme pretexte pour prolonger la transition. nous en avons assez de cette transition mais comme c’est nous le peuple insurgé qui a mis place cette transition, c’est pourquoi nous avons le devoir de l’accompagner. maintenant si elle veut trouver des pretextes pour se maintenir, nous lui montrerons que nous sommes toujours là. allons rapidement au elections.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 09:09, par Kouka
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    c’est vous qui êtes satisfait ; il faut un audit de la transition ; des gens on beaucoup profité dans cette affaire de gouvernement à l’amiable.
    Ce qu’on veux now c’ est les élections les bailleurs n’entendent plus que ça, donc vraiment débarrassé le planché.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 09:21, par Raphael
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Je loue l’effort fourni par le CGD mais pour une meilleure crédibilité des résultats il serait bon de les recouper avec une enquête menée par une structure autre que le CGD qui a été géré dans le temps par le professeur Loada. Dire que les Burkinabé sont satisfaits ne signifie pas que la transition doit s’éterniser. De mauvaises élections valent toujours mieux qu’une transition chancelante. Il est vrai que les membres de la transition se battent comme ils peuvent mais il est temps qu’on tourne la page et qu’on cède la place à un président démocratiquement élu. Si c’est pour des raisons sécuritaires, celui qui sera élu saura comment gérer les postes d’insécurité. Le Burkina n’est pas moins en sécurité que la Guinée ou la Cote d’Ivoire mais les élections ont eu lieu ou auront lieu bientôt. Quel investisseur s’aventurera avec une transition ? La transition fait du bon boulot, mais de grâce, allons vite aux élections !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 09:58, par Bandit
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Hey s’ils sont malins ils vont organiser les élections rapidement et partir sinon ils seront impopulaire tout de suite on les voit venir.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 09:59
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    C’est normal ! On se chatouille vraiment pour rire ! Même position ! Même méthode ! Avant le départ de mon oncle, il était également plébiscité ! Pas vrai ? Mais dites nous aussi combien de burkinabé se sont abstenus ? Voulez vous nous faire croire que la grande proportion de gens qui mangeait avec mon oncle et qui dépendait de son système se sont déjà convertis à tel point de demander à ce que eux-mêmes rendent des comptes ? Avez-vous déjà oublié que c’est par crainte et contre cette grande proportion de la population que nous avons inventé la loi Chériff ? Pouvez-vous également nous brosser les résultats de la transition, à part la poursuite du pillage, les mensonges, les jeux de double rôle, le populisme, la simulation de l’amnésie (que devient l’enquête sur les tentatives de fraude sur les cartes d’électeurs que veut nous faire oublier et pour protéger qui ?) et j’en passe ! Ne nous bernez pas ! Tout le monde n’est pas Zida (Pardon, je voulais dire Juda) !!!
    Et ce n’est pas parce qu’on se tait qu’on ait maboule, mais parce qu’on préfère la paix et qu’on veut vite quitter le port (transition ou transit) pour un meilleur voyage ! On ne veut plus que certains se donnent des trophées ("nos morts") : Quel macabre système de se maintenir en poussant les autres à la trappe ?! Le pouvoir est vraiment une maladie qui contamine tous ceux qui le goute !
    A nos spécialiste d’enquête, sachez seulement qu’on n’a pas besoin d’être russe, pour contester des chiffes à la poutine !
    Avançons seulement, et que Dieu nous sauve !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 10:40, par Dina
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Franchement je ne vois pas l’intérêt de cette étude et puis pour moi on ne peut pas prendre l’avis de 1200 personnes et dire que c’est la majorité des burkinabè, nous sommes près de 17 millions. vous auriez du plutôt faire une étude concernant les élections, ca nous aurait mieux servi. A savoir même s’ils ont vraiment interrogé les 1200 qu’ ’ils prétendent.
    Ce qui nous intéresse maintenant c’est le vote afin qu’on le peuple puisse élire dans la transparence le vrai président, le vrai gouvernement et le vrai CNT (pas celui qui pille l’Etat et qui ne fout rien, franchement je suis déçu de Shérif Sy et des membres du CNT, vous êtes pires que vos prédécesseurs : vos frères et sœurs burkinabè ont versé leur sang les 30 et 31 octobre 2014, les 16 et 17septembre 2015 et vous au lieu d’honorer leur mémoire dignement, vous pillez et vous vous pavanez avec les 4*4 de l’Etat ! quelle honte !!!.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 11:15, par NELSON
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    J’étais surpris de voir que c’est des éléments du CGD qui tournaient dans les provinces pour faire le bilan de la Transition. Ont-ils été recrutés par le Gouvernement pour parler à sa place me demandais-je ? En tout cas du côté du CGD les gombos ont été florissants sous la Transition. Des nominations au MFPTSS, des consultations etc. Cette enquête est assez logique pour le CGD. Qui va cracher dans sa soupe ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 11:25, par sidpawalemdé sebgo
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Les gens perdent-ils le nord ? Ou alors la propagande CDPiste selon laquelle la transition veut s’éterniser au pouvoir a bien marché et les gens croient vraiment cela ? Dans ce cas, il faut peut être rappeler qu’à part quelques militants d’associations devenus députés, la plupart de ceux qui sont accusés de vouloir prolonger leurs avantages ne mourraient pas de faim, et ne mourront pas de faim après la transition ! Sachons donc raison garder.

    Mais laissons ce débat pour répondre à ceux qui se demandent pourquoi on ne peut pas aller immédiatement aux élections alors qu’on était prêt avant le putsch. Eh bien tout simplement parce que le putsch a changé la donne, en dehors même des questions sécuritaires ! Quelques exemples :

    1°) Le CDP est soupçonné d’avoir trempé dans le putsch et ses avoirs sont gelés. Ce parti doit-il aller aux élections ? Si non comment faire alors que ses listes sont validées ? Si oui avec quels moyens alors que ses comptes sont gelés ? Comment battront-ils campagne sans être blanchis, avec quelle sécurité organisée par qui dans le contexte actuel ? Quels bulletins de vote (avec ou sans CDP) doit-on imprimer sachant que ce parti peut être dissous d’ici la ? Et tout cela est valable pour d’autres partis.

    2°) Salvador Yaméogo est candidat à la présidentielle. Mais il a soutenu le coup d’état. On ne peut pas écarter Bassolé et Yac juste parce qu’ils faisaient parti d’un gouvernement qui a voulu convoquer un référendum et laisser un putschiste compétir ? Comment on fait alors ?

    3°) Si le CDP, soupçonné d’avoir participé sinon organisé le coup d’état donne une consigne de vote qui permets à un candidat de devenir Président du Faso, quelle suite ce président peut-il donner aux poursuites contre ce parti et ses dirigeants ?

    Voila entre autres pourquoi il faut voir clair un tant soit peu dans cette affaire de coup d’état avant de se précipiter vers des élections. Il ne s’agit pas de prolonger la transition de plusieurs mois mais bien de prendre le temps (Un mois devrait suffire à mon avis, donc des élections au plus tard en fin Novembre ou en Décembre) de savoir qui a fait quoi. Il faut à la fois ne pas laisser des putschistes arriver au pouvoir mais aussi ne pas sanctionner des innocents. Donc arrêtez de crier au scandale.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 11:27, par sidpawalemdé sebgo
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    es gens perdent-ils le nord ? Ou alors la propagande CDPiste selon laquelle la transition veut s’éterniser au pouvoir a bien marché et les gens croient vraiment cela ? Dans ce cas, il faut peut être rappeler qu’à part quelques militants d’associations devenus députés, la plupart de ceux qui sont accusés de vouloir prolonger leurs avantages ne mourraient pas de faim, et ne mourront pas de faim après la transition ! Sachons donc raison garder.

    Mais laissons ce débat pour répondre à ceux qui se demandent pourquoi on ne peut pas aller immédiatement aux élections alors qu’on était prêt avant le putsch. Eh bien tout simplement parce que le putsch a changé la donne, en dehors même des questions sécuritaires ! Quelques exemples :

    1°) Le CDP est soupçonné d’avoir trempé dans le putsch et ses avoirs sont gelés. Ce parti doit-il aller aux élections ? Si non comment faire alors que ses listes sont validées ? Si oui avec quels moyens alors que ses comptes sont gelés ? Comment battront-ils campagne sans être blanchis, avec quelle sécurité organisée par qui dans le contexte actuel ? Quels bulletins de vote (avec ou sans CDP) doit-on imprimer sachant que ce parti peut être dissous d’ici la ? Et tout cela est valable pour d’autres partis.

    2°) Salvador Yaméogo est candidat à la présidentielle. Mais il a soutenu le coup d’état. On ne peut pas écarter Bassolé et Yac juste parce qu’ils faisaient parti d’un gouvernement qui a voulu convoquer un référendum et laisser un putschiste compétir ? Comment on fait alors ?

    3°) Si le CDP, soupçonné d’avoir participé sinon organisé le coup d’état donne une consigne de vote qui permets à un candidat de devenir Président du Faso, quelle suite ce président peut-il donner aux poursuites contre ce parti et ses dirigeants ?

    Voila entre autres pourquoi il faut voir clair un tant soit peu dans cette affaire de coup d’état avant de se précipiter vers des élections. Il ne s’agit pas de prolonger la transition de plusieurs mois mais bien de prendre le temps (Un mois devrait suffire à mon avis, donc des élections au plus tard en fin Novembre ou en Décembre) de savoir qui a fait quoi. Il faut à la fois ne pas laisser des putschistes arriver au pouvoir mais aussi ne pas sanctionner des innocents. Donc arrêtez de crier au scandale.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 11:29, par raogo
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Je ne suis pas spécialiste en matière d’enquête mais avec certains sujets délicats, il faut souvent interroger des gens qui comprennent le ’’pourquoi du comment des choses’’ pas les suiveurs qui ne comprennent rien et suivent les autres........
    Souvenez vous des biens de Maurice YAMEOGO, de l’église catholique (les écoles) sous la révolution ils ont été retirés et à la longue restitués. Si les leçons du passé ne sont pas source d’enseignement nous n’allons pas avancer dans ce pays. S’il y a des dommages et intérêts à payer que les gens paient ( Mais si ça va prendre le temps...) même si le paiement de ces dommages nécessite la vente des biens ça c’est autre chose sinon les biens de certains fonctionnaires ( les maires, les DG, politiciens.....) tous doivent être retirés parce qu’ils sont mâles acquis.
    En ce qui concerne l’internaute Tanga, je voudrais seulement vous dire qu’il y a des frères compétent comme ils y a en incompétent mais ne dramatisons pas les choses parce que dans tous les sens il y a des problèmes. Des amis, les collègues, des voisins etc peuvent aussi causer certains désordres dans l’administration ......

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 11:50, par rance
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Dans quel but ce sondage ?? C’est du gaspillage de ressources, comme a dit un internaute, s’est se chatouiller pour rire. Intervenant num 10 Vision ; cette transition n’a pas été mise en place par le Peuple ; elle nous a été imposée par les suppos de Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 12:17, par Zenon
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Si ce sondage est dans l’optique de prolonger les echeances electorales c’est risque,au prejudice de mettre le pays berne economique,tous les comestibles agricoles connaitront la mevente, le flux monetaire sera ralenti,et les commercants pennalises,en somme l’activite economique sera paralysee et ce n’est pas bien pour le Burkina.A mon humble avis je veux les elections avant fin novembre meme si des agneaux deguises en brebis viennent au pouvoir,le peuple est averti, et pourra en tout temps apporter des corrections ou juger en fin de mandat.DIEU SAUVE LE BURKINA.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 13:03, par Bodo
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Bonjour,

    Il faut qu’on apprenne à regarder les choses de manières assez calme, en se basant sur des faits. Ce n’est pas parceque une étude dit qu’on aime la Transition, que cette étude demande en même temps à la Transition de rester. Moi je suis en effet content de la manière dont Zida et Kafando ont géré ce pays, depuis le départ de BC. Ceux qui se chatouillent pour rire, ce sont en fait ceux qui pensent que la Transition a été 100% mauvaise.

    Vous savez quoi ? Quand vous allez au marché, demandez aux commerçants s’ils aiment la Transition ou pas. Vous serez surpris de voir la popularité de cette Transition. Ce sont les INTELLECTUELS qui n’aiment pas la Transition, car nous sommes toujours en train de chercher un poil noir dans un bol de lait, on réfléchit trop, on fait des stratégies, on est sur Facebook et on croit tout ce qu’on voit... Ceux qui n’ont pas été à l’école, qui n’ont pas accès à Internet et qui sont les plus nombreux, aiment la Transition. Cela est un fait, simple (mais difficile à avaler pour les intellos qui savent tout). Maintenant, est-ce que "aimer la Transition" veut dire "Transition doit rester", que la "Transition a été idéale"... ? Si vous vous posez ces questions comme cela, alors comme le font les intellectuels africains depuis 1960, vous êtes en dehors du débats. Vous êtes hors sujets et loin des préoccupations des citoyens.

    Je ne le dis pas comme une injure, mais la réalité c’est que nous qui avons fait l’école pensons tout savoir et quand on nous présente des études sur ce que pensent nos compatriotes, si cela va contre ce que nous pensons, nous disons que c’est faux. Car nous sommes les détenteurs de la lumière. Voici une des raisons pour laquelle les intellos africains sont presque toujours loin de ce que pensent leurs concitoyens...

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 14:18, par Gomyimbou
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Pitié CGD, arrête de faire le griot de service et permets-nous de tourner la page de cette période macabre où il n’y a que du sang versé, des morts, des enterrements et des cérémonies funèbres. Vous êtes tellement malchanceux que mêmes quand les pèlerins vont à la Mecque, ils meurent par dizaine. Nous voulons retrouver une vie normale et positive pour que la construction du pays reprenne rapidement.

    Apparemment, comme le RSP n’est plus là pour menacer et effrayer, les intellectuels de la transition exécutive et gouvernementale ne veulent plus écouter les politiciens de la transition électorale. Chacun se sent subitement grand et fort et veut garder le pouvoir. De grâce, rendez au peuple son pouvoir pour qu’il décide à qui le confier. La nature a horreur du vide. On chasse un monstre pour qu’un autre prenne sa place. Mais, tôt ou tard, un jour nouveau se lèvera sur ce pays, débarrassé des politiciens et intellectuels véreux.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 14:29, par Gomyimbou
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Si on m’avait interrogé lors de ce sondage sur la satisfaction par rapport à la transition, je dirai haut et fort que je ne suis pas du tout satisfait. Je n’aime pas vivre dans une ambiance de haine et de pensée unique qui frise la dictature. Je suis fatigué de la transition car elle ne fait qu’ajouter de nouveaux problèmes qu’elle ne pourra pas résoudre qui compliquent la situation du pays sur tous les plans. Ce n’est pas une situation qui doit durer. Toutes les erreurs sont excusées au motif que c’est une transition.

    La constitution de notre pays prévoit 90 jours pour organiser les élections en cas de vacance du pouvoir, peut importe les raisons de cette vacance. Les insurgés ont convenu d’une année de transition, soit quatre fois la durée définie dans la loi fondamentale du pays. Maintenant, vous voulez un lenga. Pr Loada a cessé d’être constitutionnaliste. Au nom de ses intérêts dans la transition il ne défend plus la Constitution mais la transition. Les questions sont trop orientées et les réponses induites.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 14:31, par Gomyimbou
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Qui est l’inamovible Directeur exécutif du CGD depuis 2002 ? Professeur Loada, Ministre de la Fonction Publique, expert en bonne gouvernance.
    Qui est le Directeur par Intérim du CDG, omniprésent dans les médias sous la transition ? Abdoul Karim Saibou, ancien étudiant du Pr Loada, venu tout droit du Niger pour nous apprendre la démocratie.
    Qui est la chargée de suivi-évaluation du CGD qui présente le Fasobaromètre ? Mme Loada née Kaboré, épouse du petit frère du Pr Loada. Il reste bien des perles à découvrir au sein de cette organisation bien vertueuse en apparence. C’est un business familial que le Pr Loada appelle ses étudiants en situation de précarité de l’emploi pour aider à fructifier.
    On ne peut pas être juge et partie sur des questions nationales aussi importante que le bilan de la transition quand on parle de bonne gouvernance. Quand il y a des conflits d’intérêt évidents à cause des liens entre les agents et leur patron, il ne peut pas y avoir de l’objectivité dans les opinions émises à la suite de pseudo recherches scientifiques. Les données peuvent mêmes être trafiquées pour dire ce que le Pr et ses collègues veulent entendre. Comme l’a si bien dit un forumiste, il ne peut pas "se faire Harakiri" en disant que la population n’est pas satisfaite du bilan de la transition dont il est l’éminence grise. Alors la méthode de collecte des données et leur traitement sont subjectifs quand le DE du CGD est au gouvernement. C’est humain.

    Les résultats portent sur des déclarations/appréciations et non sur des évidences observables et mesurables. Quels sont les critères qui fondent la satisfaction des personnes sondées ? Comment peut-on mesurer cette satisfaction ? Quelles sont les éléments de comparaison avancés pour permettre de choisir entre la transition et une époque idéale ou même le passé récent ? Les questions de l’enquête sont fermées et trop orientées pour permettre de donner des avis en dehors des choix de réponses proposés. Les résultats positifs induits par les outils de collecte et la mauvaise qualité du questionnaire sont ensuite utilisés preuve de l’appréciation des leaders de l’équipe gouvernementale par l’opinion.

    Cela suffira-t-il pour convaincre de prolonger la transition pour que les mêmes continuent de manger dedans et dehors ? Je doute fort.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 14:32, par Gomyimbou
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Qui est l’inamovible Directeur exécutif du CGD depuis 2002 ? Professeur Loada, Ministre de la Fonction Publique, expert en bonne gouvernance.
    Qui est le Directeur par Intérim du CDG, omniprésent dans les médias sous la transition ? Abdoul Karim Saibou, ancien étudiant du Pr Loada, venu tout droit du Niger pour nous apprendre la démocratie.
    Qui est la chargée de suivi-évaluation du CGD qui présente le Fasobaromètre ? Mme Loada née Kaboré, épouse du petit frère du Pr Loada. Il reste bien des perles à découvrir au sein de cette organisation bien vertueuse en apparence. C’est un business familial que le Pr Loada appelle ses étudiants en situation de précarité de l’emploi pour aider à fructifier.
    On ne peut pas être juge et partie sur des questions nationales aussi importante que le bilan de la transition quand on parle de bonne gouvernance. Quand il y a des conflits d’intérêt évidents à cause des liens entre les agents et leur patron, il ne peut pas y avoir de l’objectivité dans les opinions émises à la suite de pseudo recherches scientifiques. Les données peuvent mêmes être trafiquées pour dire ce que le Pr et ses collègues veulent entendre. Comme l’a si bien dit un forumiste, il ne peut pas "se faire Harakiri" en disant que la population n’est pas satisfaite du bilan de la transition dont il est l’éminence grise. Alors la méthode de collecte des données et leur traitement sont subjectifs quand le DE du CGD est au gouvernement. C’est humain.

    Les résultats portent sur des déclarations/appréciations et non sur des évidences observables et mesurables. Quels sont les critères qui fondent la satisfaction des personnes sondées ? Comment peut-on mesurer cette satisfaction ? Quelles sont les éléments de comparaison avancés pour permettre de choisir entre la transition et une époque idéale ou même le passé récent ? Les questions de l’enquête sont fermées et trop orientées pour permettre de donner des avis en dehors des choix de réponses proposés. Les résultats positifs induits par les outils de collecte et la mauvaise qualité du questionnaire sont ensuite utilisés preuve de l’appréciation des leaders de l’équipe gouvernementale par l’opinion.

    Cela suffira-t-il pour convaincre de prolonger la transition pour que les mêmes continuent de manger dedans et dehors ? Je doute fort.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 15:22, par le vigilant
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    J’ai bien vu et écouté dans les medias les résultats de Afro baromètre commandité par le CGD de Augustin LOADA . Je me sens gêné que ce soit cet institut qui fait l’étude et trouve la transition satisfaisante. Moi personnellement, je suis pratiquement satisfait de la transition. J’ai fait ma propre analyse. J’ai classé les autorités dirigeantes de la transition en différents groupes selon leur travail et leur compétence et voila mes résultats. Je demande aux medias de publier mon appréciation.
    I : Le groupe des méritants

    1- Président Michel KAFANDO : parce qu’il a réussit à faire repeindre l’image du Burkina à l’étranger et faire tomber le mythe de Blaise COMPAORE aux yeux de la communauté internationale après l’insurrection. Il a eu une stratégie pour faire appliquer notre nouveau code électoral sans vexer la communauté internationale. bravo au vieux sage.

    2- Président du CNT : voila le sieur qui a été dans l’esprit de l’insurrection. Toute ses lois votées ont connu des épreuves mais sont entré en vigueur. Tout dernièrement il nous a prouvé qu’il est toujours vivace en dirigeant le Burkina sans qu’il n’ait besoin d’un palais présidentiel. Bravo à ce journaliste intègre.
    3- Le colonel Auguste BARRY. Même s’il n’est plus dans le gouvernement, son rang reste toujours haut. C’est lui qui a mis la machine des élections en marche. Il a même été visé à Abidjan par ceux que KOUTABA avait armés. Dès les premiers moments de la transtion, c’est ce colonel qui épuré en moins de un mois son ministère. Le MATDS est aujourd’hui 100% renouvelé et voila pourquoi le coup d’Etat du CND n’a pas donné surtout dans les provinces où les DR da police allaient nous faire frapper.

    4- Isaac ZIDA : Le premier ministre : Plus ou moins, il a contribué à affaiblir le RSP. Cet ancien n°02 de cette milice de Blaise COMPAORE à sacrifié ses intérêts au profit du peuple en devenant ennemis de son ancienne maison. Que Dieu le bénisse pour la bonne traitrise.

    5- SADOU MAIGA : Voila un type qui a travaillé dans le secret et avec sa plus grande énergie. Les burkinabé peuvent peut -être ne pas se rendre compte de cela. Dans son ministère les pendules ont été remises à l’heure. Les réclamations sociales tout azimut ont pris fin. Souvenez vous qu’il avait promis au corps des eaux et forets qu’il pèserait de tout son poids sur le gouvernement pour leur donner un statut particulier. Sans le rappeler ces derniers étaient étonnés que les choses soient si faciles de la sorte. Précisons que c’est le seul corps qui a eu un statut particulier sans mouvement de grève.

    6- Le colonel Boubacar BA. Bien qu’il ya eu des délestages dans les temps de chaleur à Ouagadougou. (chose que nous ne pouvons pas imputer au gouvernement car la c’était la suite logique de la gouvernance de Lamoussa KABORE que la transition à chercher à résoudre) ce colonel a réussi à faire voter le nouveau code minier et s’il est appliqué va contribuer beaucoup à l’économie nationale.

    II – Ceux à qui les moyens ont été donnés et qui n’ont pas été à la hauteur.

    1- Joséphine OUEDRAOGO : Juste après l’insurrection populaire le Burkina Faso a tourné ses regards vers la justice. Dans le budget d’austérité qui fut voté, la justice a été priorisée. Des états généraux furent organisés. Instances que les acteurs de la justice avaient trouvées inopportunes. La bonne dame à justifier le bien fondé de sa décision. Qu’a cela ne tienne les conclusions de ces états généraux n’ont jamais été mise en œuvre. Exemple : La commission chargée de l’exécution du pacte n’est pas encore mise sur pied. L’application des différents statuts des corps des acteurs des la justice que le pacte avait recommandé l’exécution à court terme n’est pas effectif. Le TGI de Koupéla n’est pas encore fonctionnel et nous ne savons pas pourquoi. Pas d’information sur le dossiers des martyrs des 30 et 31 octobre (Précisons que les autres dossiers tels que Thomas SANKARA qui avancent sont gérés par le tribunal militaire qui relève du ministère de la défense)
    C’est le seul ministère et de l’inédit dans la fonction public du Burkina où des agents ont fait un moi de grève et cela sans trouvé satisfaction à leur doléances. Des acteurs toujours en contestations. Je parle de la GSP, des greffiers, des avocats et je crois que c’est pour des causes très justes que des juristes comme ceux là osent donner à chaque fois de la voix.
    Cette Dame pourtant avait donné l’apparence d’avoir les compétences de gérer les affaires.
    a- Elle était candidate avec Michel KAFANDO et c’est le ciel qui les a départagés. Si elle se disait pouvoir gérer le Faso ; ce n’est pas un petit ministère qu’elle ne pourrait pas. Qui peut le plus peut le moins.
    b- Elle est une ancienne ministre de la révolution : On se disait qu’elle tiendrait la parole comme les révolutionnaires. Plusieurs fois elle a fait de déclarations et promesses aux acteurs de la justice et au peuple qui n’ont pas porté des fruits.
    2- Augustin LOADA : Il a confondu l’université de Ouagadougou avec la fonction publique. Il avait tout pour aller sur des bonnes bases. Il conteste le statut du SYNACIT chose qui est très claire. Il a organisé les concours comme au temps de Blaise COMPAORE en suivant les mêmes procédures. Il a constaté des fraudes massives et est aujourd’hui dans un dilemme.
    Le dossier de la relecture de la loi 013 a été bafoué par ce ministre. Il a fallu que le syndicat élève la voie pour le faire plier pourtant les fonctionnaires avaient demandé une simple relecture pas de l’argent. Il a fait des nominations en fermant ces yeux sur les textes que lui-même maitrise que tous. Il a fallu des contestations pour le faire replier

    III- Ceux que nous allons juger à la fin de la transition

    1- René BAGORO : Ce magistrat intègre n’a pas été beaucoup senti dans la transtion jusqu’au 16 septembre où il a été pris en otage. Tout juste après cela, il est devenu le grand bavard. On le voit devant tous les medias. Il a promis la loi pour la réglementation des loyers. C’est lui qui va mentir et non le temps. Nous l’avons à l’œil.

    2- FILIGA Michel :Malgré les contestations à l’université ce Pr a travaillé. Nous attendons de voir comment il envisage faire le rattrapage des années dans les universités publiques.

    3- Salifou DEMBELE : Nous attendons de voir comment va se faire le financement des projets. Est-ce vrai ou faux que le gouvernement veut financer ?

    4- Moumini GUIGDE : Il a travaillé dans le calme avec efficacité. Il a eu raison sur la gestion des menaces d’Ebola et il est toujours en avance sur la prévision des éventuelles épidémies. Nous le félicitons parce que il n y a pas eu de changements dans son ministère. Il a utilisé les mêmes personnes du système COMPAORE pour travailler lui-même étant issu de ce système et a donné des résultats satisfaisants. Espérons que cette administration COMPAORO-Sanitaire restera toujours avec le peuple.

    Les ministres dont les actions sont flous.

    Jean Gustave SANON et Amina BILA : Ces deux ministres nous ont parlé de budget d’austérité. Cette austérité est du à quoi ? Pas en tout cas à l’insurrection populaire qui s’est déroulé pendant deux jours et surtout un weekend. Ils peuvent nous parler de la baisse du prix de l’or. Pourtant le BF a découvert l’or qu’en 2008. Avant cette date, on ne parlait pas de budget d’austérité. De plus, le gouvernement de la transition a adopté un PSUT. L’argent pour le financement de ce programme est issu de la réduction du train de vie de l’Etat, chose que j’applaudis. C’est pour dire que l’argent de financement ne provient pas du budget ordinaire du MEF.
    Que le MEF nous dise clairement avec un français compréhensible de tous ce qui a amené l’austérité.

    Nous avons d’autres ministres comme l’agriculture, l’éducation nationale et autres qui sont dans le gouvernement et peut être y ont apporté leur contribution sacrificielle. A eux de nous le dire.

    Je n’oubli pas d’autres personnalité des institutions de la transition qui ont fait un travail excellent. Paul OUEDRAOGO Président de la Commission des reformes. Si les resultats des travaux de sa commission allaient être prises en compte, nous serions une nation convoitée de tous. Le Président du CES : ce Pasteur dont je connais le nom qui s’est penché sur la question de l’électrification. Dans cette lancé il pourra donner des piste claires au gouvernement. Félicitations à lui.

    Nous ferons une appréciation finale des autorités de la transition au soir des élections. Que Dieu Bénisse le Burkina Faso.

    Libre appréciation d’un patriote impartiale.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 15:37, par LoiseauDeMinerve
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Et pourtant, il y a comme couardise ou incompétence des uns et ambition non avouée, roublardise et cynisme des autres.
    Le grand mal dans cette transition c’est qu’on n’est pas gouvervé du tout. Je rappelle aux plus jeunes qu’à l’avènement de la révolution d’Août 83, des anciens dignitaires (.Maurice Yaméogo, Lamizana Sangoulé, Saye Zerbo ) et des ministres ont été arrêtés ou privés de liberté dans l’attente de clarifications éventuelles. Mais cette fois, avec Saint M’Ba Michel et son attaquant malicieux et ambitieux zinedine zidane, point de mesures conservatoires. On a comme l’impression que certains tacticiens voulaient créer les conditions d’une nouvelle impasse politique pour faire intervenir un ami ou Parent ou s’imposer soi même. On a assisté à tout sauf à un exercice plein et responsable d’un pouvoir d’état. Admirez avec quelle délectation ils ont maintenu l’hebdomadaire CD dans l’antre du félin alors qu’ils avaient le loisir de le tenir en paix au centre ville sous l’œil vigilant de la société civile et des autres Forces de sécurite. Et pourtant en son sein, combien y en avait-il pas dont la formation ou le corps d’appartenance pouvaient prévoir la réaction, somme toute logique par rapport à un défi, de la horde d’insoumis ? Les morts de septembre noir auraient pu être évités, malheureusement ils toujours là à faire pleurer des mères, des enfants, à faire soupirer des pères. Quel gâchi in fine madré de dios !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 16:05, par Faber
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    J’ai l’impression que certaines personnes font une interprétation gratuite et personnelle, et passionnée de cette enquête au lieu d’en faire une interprétation intéllectuelle. Il faut juste comprendre que l’enquête dit que les gens sont satisfaits des actions entreprises par la transition et rien d’autre !!!! Personnellement, je ne suis pas pour ces émoluments servis aux autorités mais je suis satisfait de ce qu’ils ont fait comme boulot.Là ou l’enquête trouve son importance, elle dit que les politiciens devraient s’ inspirer du travail commencé. Aussi, que les gens cessent de nous casser les tympants avec cette histoire "prolonger la transition" personne(ni Pdt Kafando, ni Zida) ne s’est manisfesté. Arrêtons !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2015 à 20:24, par Coup d’ Etat Maudit de Lagui Adam et de son FrereMogobiteur
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    N04, qui est ce on con qui n’est pas content ? Moi je suis tellement content meme que je suis heureux parce que l’ assassin peureux de ziniare a ete chasse comme un malpropre et cerise sur mon porcal de 10h 30, le poltron de Djendjere a joue et a perdu et auzogdoui, il poto garba, lui qui a vole des milliards. Moi je n’ai meme pas un demi- million dans mon compte mais je respire l’ air frais de Wogdougou. Mogow, ne man saa, koo beh djourou b’ i ila aaaaa ! Mogow, ne man saa, koo beh djourou b’ i ila aaaaa ! Franc- macon wooh, malhonnete - macon wooh, quand c’est pas dans les lois de Dieu, rien ne marche meme si ca prend 27 ans a nous bloubander. Dieu va toujours faire la bagarre de la majorite et de la verite. La rime est riche. hihihihihihihihihihihihi. C’est compris, Moussa ? C’ est compris, Cami ? C’est compris Lagui Adama ? Rira bien qui rira le dernier. Wha part you no anderstend ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2015 à 09:15, par Gladiator
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Internaute 23 mr BODO belle analyse !

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2015 à 20:18, par Foi en Dieu pour mon Pays
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Tout d’abord belle analyse de l’internaute 23 Bodo.
    Les burkinabes sont tellement aveugles par une sauf de changement ! Ils criiquent sans reflechir ! Entre nous, dites-moi combien de temps il faut ncecessairement pour des resultats appreciables au Burkina ?! A peine la transition installee, que ce sont les greves par ci par la, des revendications vieilles de 28 ans ! Vous n’avez pas laissez le temps a la transition de travailler normallement ! Quand je lis certains internautes disant que ces resultats sont une facon de vouloir prolonger la transition, mais je me marre de temps de betises ! Du grand n’importe quoi !!! J’ai pitie ! Que vous le vouliez ou non, sachez que beaucoup de membres de la transition attendent IMPATIEMMENT la fin pour pouvoir souffler ! Ce n’est pas un poste de tout repos ! Vous etes juges au milimetre pres, vous etes decortiquez, vous etes empeches de travailler librement ! Finalement c’est frustres que beaucoup (avec un ouf de soulagement) verront venir cette fin transitoire !
    Vous avez beau critiquer le CGD et son premier responsable, vous ignorez vraiment le grand travail abattu par ces personnes ! Demandez au moins aux enqueteurs, ils vous diront ! Et meme si on dit que l’adjoint ou la chargee du suivi evaluation de lies au Prof, sachez qu’ils ne sont pas venus de rien, ce sont de grands bossards, avec de grands diplomes ! Ce sont des tetes ! Il ne suffit pas de crier au scandale, renseignez-vous bien.
    Au lieu de critiquer, proposez en lieu et place quelque chose de meilleur ! Toujours prompte a jeter la premiere pierre ! La perfection n’est pas de ce monde, et comme dirait bien un proverbe entendu ici aux states "Tout Saint a un passe, et tout pecheur un futur" ! Comprenne qui pourra. En attendant, ne critiquez pas aveuglement, surtout ceux qui sont tapis dans l’anonymat, a deverser des "scoups" ! Ces gens-la travaillent vraiment avec abnegation, ils croient en ce qu’ils font et y mettent du coeur ! Vous pouvez ne pas y croire, cela n’engage que vous du reste !
    Webmaster, pardon, surtout que ca fait 2 jours que je n’ai pas commente.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2015 à 07:13, par la verite
    En réponse à : Transition politique au Faso : La majorité des Burkinabè satisfaits des autorités, selon une enquête d’Afrobaromètre

    Tres tot pour un sondage.quel est le but rechercher ? Je pense que la transition doit etre notee selon des criteres autre que ceux-ci. Il y’a la charte de la transition et les sondages doivent se faire en fonction de celle-ci, s’il y’a satisfaction ou pas. Evitez d’ajouter autre choses,telque les partis politiques ont fait si ou ca. Le burkina ne pourra jamais etre fort et puissant si toutes les couches sociales ne sont reunies. Inutile de faire une chasse a la sorciere. Kafando, zida,cnt,les partis pilitiques et osc dites moi qui n’est pas burkinabe.
    Arretez ces sondages inutiles et penchez-vous sur des question de securite face au terroristes et autres et on avance.
    Parce que se sont ces genres de sondage qui ont inciter d’autre a vouloir s’eterniser au pouvoir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés