Le procès des fraudes aux concours de la Fonction publique s’est ouvert ce vendredi matin au palais de justice de Ouagadougou. Le procureur a demandé la peine maximale (1 an ferme et 1 million d’amende) pour l’ensemble des 23 prévenus. Le verdict est attendu pour le 23 octobre.

samedi 10 octobre 2015 à 09h03min (Date de rédaction antérieure : 1 av. J.C.).

Le procès des fraudes aux concours de la Fonction publique s’est ouvert ce vendredi matin au palais de justice de Ouagadougou. Le procureur a demandé la peine maximale (1 an ferme et 1 million d’amende) pour l’ensemble des 23 prévenus. Le verdict est attendu pour le 23 octobre.

Messages

  • Plus rien ne doit être comme avant.. Leur punition doit être un bel exemple pour dissuation les fautifs qui seront tentés de frauder les années à venir. Que la jistice soit rendue et que les meilleurs et chanceux triomphent..

  • je suis un profane en matière de justice . Mais je me demande pourquoi attendre 2 semaines pour le délibéré ? Ici là on est dans une procédure d’urgence parce que le gouvernement lie l’annulation ou non des concours incriminés à ce procès. Messieurs et mesdames les juges vous avez encore du chemin à faire pour redorer votre blason auprès du peuple.

  • C’est le même cabinet qui concevait les sujets des concours directs et des concours professionnels. S’il est vrai qu’il y a eu fraude au niveau des concours directs , au concours professionnel c’était pire. je m’explique : la plupart des incriminés sont des agents de l’État. Si ces gens là acheter des sujets pour leurs parents, ils peuvent aussi le faire pour leur collaborateurs ou collègues.

  • L’amende est très insignifiante vu les conséquences que leurs actes ignobles ont provoqués

  • un an de prison et un million d’amande c’est quoi sa pour des gens qui ont eu des million il faut revoir les lois de notre pays car vs encourager les gens a toujours frauder

  • Il y a quelque chose d’intrigant dans cette affaire de fraudes au concours de la fonction publique. C’est le fait que le gouvernement de transition ne semble pas prendre la mesure de la gravité du problème et lui donner la thérapie qui sied. Des l’annonce de l’arrestation de certaines personnes, nous nous sommes fait une double idée. La première est qu’un règlement de compte se fait sur la base des erreurs commises par certaines personnes par le passé. Ou que (c’est justement la deuxième idée et la plus plausible) la porte d’entré dans la fonction publique était si infectée que sous Blaise, tous les meilleurs ne sont pas tous les meilleurs ; des meilleurs ont dû essuyer anormalement un échec dans les concours directs et professionnels pendant que des mauvais candidats ont surgi sur la liste des meilleurs en usant de la courte échelle. Un gouvernement qui a vu le jour sur la base de la soif de justice du peuple qui a tapé du poing sur la table un certain 30 et 31 octobre doit prendre au sérieux une telle inconduite. Nous pouvons le comprendre quand il souhaite éviter le scénario de sessions qui se chevauchent à l’université. Mais cela ne doit pas être une occasion de caution à l’impunité. Nous espérons que la justice n’ira pas dans le sens du gouvernement mais au contraire fera un travail professionnel de sorte à déconcerter à jamais si nécessaire ceux qui croient qu’au Burkina Faso la corruption est devenue la règle d’or et que ceux qui ne s’y adaptent pas ne sont que des déphasés.
    Du même coup nous pouvons légitimement nous interroger sur ce qu’en est de la liste des personnes qui par le passé se seraient infiltrées frauduleusement dans les concours directs ou professionnels. L’enquête se poursuit elle ou est suspendue ? Du reste nous avions estimé que l’erreur du ministre de la fonction publique c’est d’avoir annoncé publiquement que cette liste verra le jour. Fait de cette façon, il ne fera qu’alimenter d’autres corruptions car il y en a parmi les accrocs de la duperie qui seront prêts à payer des millions pour que bien que fraudeurs leurs noms ne soient pas sur la liste des tricheurs qui seront appelés à se justifier à la barre. Mieux vaudrait pour eux de sacrifier des millions que de supporter un tel affront. En tout état de cause, le gouvernement transitionnel doit se faire définitivement l’idée que l’espoir du peuple post insurrection repose sur lui pour que « plus rien ne soit comme avant » ne soit pas un vain mot, voire un slogan qui fait marrer ceux qu’on a chassé.

  • Franchement, il faut revoir nos textes de base. comment des fraudeurs aguerris vont écoper seulement de 1 an de prison et 1 million d’amende ! on est où la ? Combien ont-il eu dans la fraude pour ne payer que cela ? vraiment nos textes doivent établir un lien entre le butin et le préjudice moral comme matériel. avec ces minables peines, vous risquez d’encourager d’autres fraudeurs sur d’autres pistes. Relisez les textes sil vous plait !!!!!

  • vous osez appeller ca une peine maximale ??? un million de francs cfa pour l ensemble des accusés c est infiniment peu et c est meme encourageant car c est un million comparé a ce qu il ont eu dans ce deal ne represente presque rien..je dis bien rien..quand t est ce que la machine judiciaire burkinabé sera sincère dans les punitions. ????

  • Que ceux qui ont reconnu leurs fautes humblement soient à moitié pardonnés.

  • Monsieur le procureur, on ne vous comprend pas. Comment comprendre une peine d’amende de 1 million de francs CFA pour quelqu’un qui a probablement empoché plus du double.

  • Que les juges réfléchissent deux fois avant de relaxer ces fraudeurs. Une fois ça passe mais deux ou trois fois, le peuple va vous lynché. L’exemple de Guiro n’est pas une justice équitable. Ces personnes ont fraudé et doivent être punis pour un bon exemple afin que le peuple sache que la justice a changé et que rien ne sera plus comme avant.

  • Que les juges réfléchissent deux fois avant de relaxer ces fraudeurs. Une fois ça passe mais deux ou trois fois, le peuple va se revolter. L’exemple de Guiro n’est pas une justice équitable. Ces personnes ont fraudé et doivent être punis pour un bon exemple afin que le peuple sache que la justice a changé et que rien ne sera plus comme avant.

  • On recule les dates pour mieux créer et défendre des innocences. Côté média les avocats seront bien servis pour bien servir à l’objectif. Et on verra les contorsions et suite. La justice au plus offrant ! CORRUPTION...QUAND TU LES TIENS..!

  • Les fraudes dans les examens et concours ne datent pas d’aujourd’hui. Tous ceux qui ont fréquenté dans les établissements publiques ou privés, combien peuvent dire qu’ils n’ont jamais triché.

    Le procureur donne une peine, vous dites que ce n’est pas suffisant et pourtant vous savez que leur travail est gaté.
    Le fait que les fraudeurs soient sanctionnés, c’est une mise en garde pour ceux là qui ont l’intention de faire la même chose.

    La loi peut être modifiée pour augmenter les peines en cas de fraudes, de corruption etc

    Vous pouvez croire que les fraudeurs ont eu beaucoup d’argent. Mais en réalité, ces types de bien ne sont pas durables

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés