Bobo-Dioulasso : L’AJIR exige la justice sur tous les crimes commis par le RSP

vendredi 9 octobre 2015 à 02h13min

« Donner sa lecture objective sur la situation sociopolitique du Burkina », tel était l’objet de la conférence de presse organisée par le parti d’Adama Kanazoé, l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (Ajir). Au cours de cette conférence de presse animée par Aboubacar Gansoré, premier vice-président du parti et député au conseil national de la transition, le parti a exigé que lumière soit faite sur tous les crimes de l’ex-régiment de la sécurité présidentielle (RSP) depuis sa création en 1995.

Bobo-Dioulasso : L’AJIR exige la justice sur tous les crimes commis par le RSP

L’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (Ajir) n’est pas allée du dos de la cuillère pour condamner le coup d’Etat orchestré par le conseil national pour la démocratie le 17 septembre dernier. Lui qui par ailleurs avait souligné dans son programme de gouvernement la nécessité de construire une armée unique et républicaine. Autrement dit, la dissolution du RSP était un impératif pour le parti d’Adama Kanazoé. Si ce régiment est mort de sa belle mort avec l’arrestation du cerveau du putsch en la personne de Gilbert Diendéré, pour l’Ajir, c’est un souffle nouveau qui s’ouvre sur tous les dossiers longtemps rangés dans les tiroirs. C’est pourquoi le parti exige que toutes les personnes impliquées dans la tentative de remise en cause des institutions de la république soient poursuivies et punies à la hauteur de leurs actes dans le cadre d’un procès juste et équitable. Ils exigent également que toute la lumière soit faite sur tous les crimes commis depuis la création du RSP en 1995 jusqu’au coup d’Etat du 17 septembre dernier. « Nous pensons que l’occasion est idéale pour savoir davantage sur les crimes comme ceux du Président Thomas Sankara, Jean-Baptiste Lingani, Henri Zongo, Oumarou Clément Ouédrago, Guillaume Sessouma, Dabo Boukary, David Ouédraogo, Norbert Zongo et ses compagnons, Salifou Nébié etc. », rappelle Aboubacar Gansoré.

En ce qui concerne les victimes du putsch, l’Ajir recommande l’érection d’une sépulture digne en leurs noms et qu’elles soient élevées au rang de martyres de la Nation. Félicitant l’armée loyaliste pour son engagement aux côtés du peuple, le professionnalisme et l’humanisme dont elle a fait preuve pour venir à bout du régiment sans effusion de sang, l’Ajir à surtout salué la mise en place d’une commission d’enquête sur les évènements. Toutefois exige-t-il que ces enquêtes s’étendent sur les événements des 30 et 31 octobre dernier. A la question de savoir comment le parti pourrait contribuer à la satisfaction de ces exigences, Aboubacar Gansoré répondra : « nous resterons vigilants. Aussi dans notre programme de gouvernance, plusieurs points portent sur une justice équitable, et bien d’autres qui répondent véritablement aux aspirations des jeunes du Burkina ».

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés