Coupures d’électricité et d’eau à Ouahigouya : La population exaspérée, les responsables s’expliquent

mardi 6 octobre 2015 à 03h18min

Depuis plus d’une semaine, les populations de la ville de Ouahigouya sont confrontées à des difficultés d’approvisionnement en électricité par la SONABEL, et un dysfonctionnement de la desserte en eau potable par l’ONEA. Au regard de la situation préoccupante, le gouverneur de la région du Nord Hassane Sawadogo a voulu mieux comprendre en rencontrant les premiers responsables de ces structures en présence des organisations de la société civile et des forces de défense et de sécurité.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Coupures d’électricité et d’eau à Ouahigouya : La population exaspérée, les responsables s’expliquent

La SONABEL et l’ONEA, deux services publics stratégiques connaissent des difficultés pour mettre à la disposition de leurs usagers l’énergie et l’eau potable. Conséquences, les services administratifs et les commerces tournent au ralenti, et les populations de tous les secteurs de la ville sont dans l’obscurité totale la plupart du temps la nuit tombée.
Comme explication, le directeur régional de la SONABEL Sawadogo Raouda a fait savoir que sa structure dispose de trois grands groupes électrogènes et d’un petit. Ce dernier, à l’entendre, est tombé en panne avant la programmation des travaux de la maintenance des machines qui est actuellement en cours et cela pour six semaines. Un planning de délestage avait été programmé à la période d’entretien des machines, mais la situation s’est empirée avec les pannes des alternateurs de deux groupes électrogènes survenues au court de la nuit du 25 au 26 septembre 2015. L’unique machine en marche ne pouvait plus fournir l’électricité à la ville et il fallait jouer des pieds et des mains pour faire fonctionner les services stratégiques tout en veillant à la réparation des pannes. Pour M. Sawadogo une solution a été trouvée à ces pannes des deux appareils depuis la nuit du 29 septembre. Cela prévient-t-il, ne suspend pas le plan de délestage qui avait été programmé. Comme bonne nouvelle, Il a annoncé que des dispositions sont prises pour améliorer la fourniture en électricité dans un futur proche. En effet dira t-il, il est prévu la connexion d’une ligne de 90 000 volts sur la centrale de Kossodo à Ouagadougou et l’acquisition d’un puissant groupe électrogène de 7,5 mégawatts sur financement de la banque mondiale. D’ici la fin 2016, les travaux de l’interconnexion et ceux de l’installation du groupe électrogène pourraient prendre fin ce qui atténuera le calvaire des populations en terme de fourniture d’électricité.

Des puits inondés et un taux élevé de déchets dans l’eau

Du coté de l’ONEA, Harouna Semdé le directeur régional de ce service public fait comprendre que la forte pluviométrie en cette saison hivernale après la longue pénurie d’eau de mars à juin 2015 dans la ville de Ouahigouya s’est transformée en un véritable cauchemar. En effet fera remarquer M. Semdé, la forte quantité d’eau pluviale a provoqué une inondation des puits d’eau de l’ONEA engendrant une augmentation du taux de « troubilité », c’est-à-dire le taux des déchets. Cette même situation est constatée au niveau du barrage de Goinré source d’approvisionnement pour le traitement de l’eau par l’ONEA où le taux de déchet est actuellement à 1200 alors que l’unité mobile dont dispose l’ONEA/ Ouahigouya ne peut filtrer l’eau d’une troubilité de 720. Cet état de fait a obligé la nationale des eaux à suspendre le ravitaillement à partir du barrage de Goinré et des puits inondés. Les coupures d’électricité ont empiré la situation du fait que les puits installés aux secteurs 13 et 10 ne peuvent fonctionner sans l’électricité. Du coup, pour un ravitaillement de 3500m3 par jour, l’ONEA a rechuté à 946m3 à cause du manque d’électricité. Selon Harouna Semdé, le directeur régional de l’ONEA, sa structure met les bouchées doubles pour atténuer les dysfonctionnements en remettant en marche certains puits, mais le manque de gasoil pour faire fonctionner le groupe électrogène se pose présentement. La réalité est qu’en temps normal, la fourniture d’eau dans la ville de Ouahigouya est en deçà des attentes alors que le besoin réel journalier est de 6000m3.
En attendant l’opérationnalité du barrage de Guiti prévu pour desservir Ouahigouya, les populations devront prendre leur mal en patience en s’adaptant à la nouvelle donne malgré eux. Hassane Sawadogo, gouverneur de la région du Nord a invité les travailleurs des deux structures à redoubler d’efforts et d’ingéniosité afin que les populations aient le minimum d’énergie et d’eau. Le premier responsable de la région a insisté aussi sur la communication par les deux services publics afin d’informer les usagers sur la situation exacte et les efforts consentis quotidiennement pour résorber les problèmes.

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés