Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

mardi 6 octobre 2015 à 03h19min

L’accès à la terre est l’une des difficultés auxquelles les femmes rurales sont confrontées. Collette Nana est la présidente de la Fédération nationale des femmes rurales du Burkina (membre de la confédération paysanne du Faso). En marge du lancement de la campagne « les femmes rurales pour un Burkina sans faim » en septembre dernier, elle nous a parlé des obstacles qui freinent le développement de l’agriculture des femmes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

« Les difficultés que nous rencontrons sont essentiellement le problème d’accès à la terre. On n’a pas droit à la terre en tant que femmes. Donc on est obligé de négocier avec les hommes. Là aussi quand vous mettez l’engrain, vous travaillez bien et que les récoltes sont bonnes, la saison qui suit, le propriétaire retire son terrain. Il peut prétexter que c’est son fils qui est revenu de la Côte d’Ivoire ou que c’est son beau-père qui a besoin d’un champ. Par conséquent, il retire sa propriété.
On est obligé d’aller négocier ailleurs. Ce qu’on nous donne, ce sont des terrains arides. Nous prenons le temps qu’il faut pour les rendre fertiles. Et c’est le même problème, car on va te le retirer encore. Donc les femmes rurales souffrent de ce manque de propriété de terrain.
Lire la suite

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 octobre 2015 à 22:28, par Obouma
    En réponse à : Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

    Le faso.net est un site serieux. Il faut eviter d’y publier des articles aussi mal traites. Le francais est lamentable et le sujet, si important qu’il est, est mal traite.
    Prenons juste le titre : un journaliste serieux n’ecrira pas "les femmes n’ont pas acces a la terre". Quand elles cultivent est-ce sur la planette mars ? Elles ont acces a la terre. Le probleme est q’elles n’y ont aucun controle (ou decision). Elle n’ont pas de droit (de propriete) sur les lopins de terre qu’elles exploitent. Enfin, disons qu’elles sont dans une situation d’insecurite fonciere.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2015 à 09:46, par Wendtweni
    En réponse à : Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

    Le législateur doit légiférer pour que les femmes puissent avoir les mêmes droits que les hommes en ce qui concerne la terre et tout le reste. Ce qui participera à la satisfaction de l’autosuffisance alimentaire. Nous les femmes, on se bat avec nos tripes pour nourrir nos enfants. Il faut que l’Afrique comprenne qu’elle ne peut pas se développer en excluant ou en minimisant le rôle des femmes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2015 à 09:46, par Wendtweni
    En réponse à : Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

    Le législateur doit légiférer pour que les femmes puissent avoir les mêmes droits que les hommes en ce qui concerne la terre et tout le reste. Ce qui participera à la satisfaction de l’autosuffisance alimentaire. Nous les femmes, on se bat avec nos tripes pour nourrir nos enfants. Il faut que l’Afrique comprenne qu’elle ne peut pas se développer en excluant ou en minimisant le rôle des femmes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2015 à 10:04, par Sayouba
    En réponse à : Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

    Je pense que ce problème est même vécu par certains hommes (par des chefs de famille) s’ils ne sont pas propriétaires terriens. Donc c’est pas un problème typiquement féminin. En outre au Burkina si une femme a son argent et veut acquérir une terre je ne vois pas qui va s’opposer ou qui va refuser de lui céder la dite terre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2015 à 17:43, par Gaël
    En réponse à : Colette Nana : « Les femmes n’ont pas accès à la terre »

    Il faut traiter ce genre de sujet avec tact. je ne dirais pas pas le système traditionnel de gestion du foncier est parfait ou irréprochable mais elle semble actuellement la mieux adapté. Si la succession était mécanique comme celle de l’héritage calquée chez le colon(comme le souhait beaucoup d’hommes et de femmes), des villages entiers seraient actuellement sans terre car ces terres seraient entre les mains des habitants d’un autre village et on ne parlerait plus de village car à tous moment les propriétaires peuvent les expulser. Je vois mal une femme ou un homme aller dans le village de ses oncles maternels expulse ses oncles soit disant qu’elle/il a hérité de sa mère de cette terre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés