Pèlerinage au sanctuaire notre Dame de Yagma : Les fidèles catholiques prient pour la situation nationale

lundi 5 octobre 2015 à 07h42min

Rendre grâce à Dieu pour son secours durant la crise qu’a traversé le Burkina Faso et confier la nouvelle année pastorale de la paroisse de notre dame de Kologh Naaba, telles sont les intentions qui ont réuni les pèlerins au sanctuaire notre Dame de Yagma. En effet en cette matinée du 4 octobre 2015, ils venus d’autres paroisses se joindre à ceux de Kologh Naaba pour louer le seigneur à travers une célébration eucharistique assurée par le Cardinal Philippe Ouédraogo. Ce pèlerinage a été placée sous le thème « communion fraternelle, miséricorde, paix ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Pèlerinage au  sanctuaire notre Dame  de Yagma : Les fidèles catholiques prient pour la situation nationale

Le sanctuaire notre dame de Yagma a grouillé de monde en cette matinée. Guides par les mêmes intentions de prière, les fidèles, très tôt le matin, ont convergé vers la Basilique mineure. Chaque année, la communauté paroissiale de Kologh Naaba se rassemble au pied de la colline de Yagma pour son pèlerinage annuel.

Mais cette année, en plus de célébrer cette fête paroissiale, les fidèles sont allés communier aux intentions de l’archevêque de Ouagadougou, qui sont de rendre grâce à Dieu pour son secours durant la crise qu’ a traversée le pays et continuer de prier pour la justice, la réconciliation et la paix et aussi pour toutes les victimes de cette crise, les défunts et les blessés.

« Après ce que nous avons vécu comme tragédie, tout le Burkina Faso était traumatisé. Dans notre élan de prière qui était quotidienne, nous avons voulu nous retrouver à Yagma auprès de la maman. Comme le dit les mossi, « quand un enfant a une maman, il ne lui manque jamais de la farine ». Nous sommes donc là pour qu’elle intercède pour nous. C’est Dieu le maître de l’histoire des peuples. Nous sommes venus prier le seigneur et lui dire merci par Marie ». Cette journée de prière vient couronner déjà les efforts effectués dans les communautés chrétiennes qui avaient l’habitude de prier pour le pays.

« Situation nouvelle tâche nouvelle »

Après la crise qui a éprouvé notre pays, et comme le souligne le Cardinal, des blessures, des fractures entre personnes entre groupes politiques sont notées. La situation politique a changé. A cet effet, Mgr Philippe Ouédraogo a déclaré, « à situation nouvelle tâche nouvelle », afin d’évoquer les nouvelles missions de construction de paix, de fraternité, de justice qui incombent non seulement aux autorités religieuses, politiques, et coutumières, mais aussi à la population burkinabè. « Nous devons continuer courageusement et avec espérance notre tâche de réconciliation, de justice, de paix. Nous sommes tous des artisans de réconciliation de justice, de paix. Le pape (ndlr François 1er) voudrait qu’on fasse de cette année, l’année de la miséricorde. Dans toute cette mouvance, nous demandons au Seigneur de continuer à nous inspirer, d’inspirer toutes les composantes de la société. Nous sommes les grains d’un seul et unique panier, nous sommes condamnés à vivre ensemble. C’est comme les dents et la langue, parfois elles se blessent, mais elles sont condamnées à vivre ensemble, à cohabiter. Puissions-nous vraiment nous réconcilier dans la justice pour une paix durable et véritable ».

Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés