Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La bouche de l’homme brûle davantage que le feu. » Proverbe Africain

Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • mardi 29 septembre 2015 à 05h30min
Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), en sa 547ème réunion tenue le 26 septembre 2015, au niveau des chefs d’État et de Gouvernement, a adopté la décision qui suit sur la situation au Burkina Faso :

Le Conseil,

1. Prend note de la communication faite par le Commissaire à la Paix et à la Sécurité sur l’évolution de la situation au Burkina Faso ;

2. Rappelle le communiqué PSC/PR/COMM.3(DXLIV) adopté lors de sa 544ème réunion tenue le 18 septembre 2015, dans le cadre des pouvoirs qui lui sont dévolus, conjointement avec la Présidente de la Commission, aux termes de l’article 7 (g) du Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, sur l’imposition de sanctions à chaque fois qu’un changement anticonstitutionnel de Gouvernement se produit dans un État membre. Le Conseil rappelle également les dispositions de l’article 16 du Protocole, qui stipule que les Mécanismes régionaux pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits font partie intégrante de l’Architecture africaine de paix et de sécurité de l’Union, qui assume la responsabilité principale pour la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique ;

3. Réaffirme le rejet absolu par l’UA des changements anticonstitutionnels de Gouvernement, conformément aux dispositions pertinentes de l’Acte constitutif de l’UA et à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, et exprime à nouveau la détermination totale de l’UA à en finir une bonne fois pour toutes avec les coups d’État et autres tentatives de prise du pouvoir par la force ;

4. Renouvelle la ferme condamnation par l’UA de l’acte terroriste que constitue l’enlèvement et de la séquestration, par des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), du Président et du Premier ministre de la Transition, ainsi que l’annonce subséquente de la prise du pouvoir par un prétendu « Conseil national de la Démocratie » ;

5. Exprime son appréciation au Président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Président Macky Sall du Sénégal, au Facilitateur de la CEDEAO sur la situation au Burkina Faso, le Président Thomas Boni Yayi du Bénin, et autres dirigeants de la région, pour leur action soutenue visant à mettre en échec le coup d’État perpétré par des éléments du RSP et à permettre la reprise du cours normal de la Transition et son parachèvement, avec la tenue des élections présidentielles et législatives. Le Conseil se félicite de la tenue, à Abuja, le 22 septembre 2015, de la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO sur la crise politique au Burkina Faso, ainsi que de la visite effectuée à Ouagadougou, le mercredi 23 septembre 2015, par une délégation du Haut Comité de chefs d’État de la CEDEAO comprenant les Présidents Thomas Yayi Boni du Bénin, John Dramani Mahama du Ghana, Mahamadou Issoufou du Niger, Faure Gnassingbé du Togo et Yemi Osinbajo, Vice‐Président du Nigéria, ainsi que le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest Dr. Mohammed Ibn Chambas ;

6. Exprime son appréciation aux Nations unies, à l’Union européenne (UE) et aux partenaires multilatéraux et bilatéraux, pour leur soutien ferme aux principes et à la doctrine de l’UA sur le rejet total des coups d’État et d’autres formes de changement anticonstitutionnel de Gouvernement, ainsi qu’aux efforts des pays de la région, dans le contexte de l’Architecture africaine de paix et de sécurité ;

7. Félicite le peuple du Burkina Faso et tous les acteurs politiques et de la société civile concernés pour leur mobilisation exemplaire qui a permis de faire échec au coup d’État, et les encourage à persévérer dans leur détermination pour mener à bien la Transition lancée dans leur
pays depuis novembre 2014 ;

8. Se réjouit du rétablissement du Président Michel Kafando dans ses fonctions de Président de la Transition, lors d’une cérémonie organisée en présence de la délégation du Comité de haut niveau des chefs d’Etat de la CEDEAO et du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest, et de la reprise du cours normal de la Transition. Le Conseil renouvelle son plein soutien aux autorités de la Transition au Burkina Faso et les encourage, ainsi que tous les autres acteurs, à œuvrer à son aboutissement, avec la tenue comme prévue des élections législatives et présidentielles ;

9. Décide, en conséquence, et conformément à l’article 26 de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, de lever la suspension de la participation du Burkina Faso aux activités de l’UA, telle que contenue au paragraphe 11 du communiqué PSC/PR/COMM.3(DXLIV). Le Conseil décide, en outre, de sursoir à la mise en œuvre des sanctions décidées au paragraphe 12 du communiqué, étant entendu que ces sanctions peuvent être réactivées à tout moment, à la demande du Président de la Transition au Burkina Faso, de la CEDEAO ou sur recommandation de la Commission, au cas où les éléments du RSP impliqués dans l’enlèvement et la séquestration des autorités de la Transition et dans la tentative de coup d’État, ainsi que leurs soutiens civils, tenteraient, de quelque manière que ce soit, d’entraver la conduite de la Transition et d’en compromettre l’aboutissement. Le Conseil souligne que la suspension de ces sanctions est sans préjudice des dispositions de l’article 25 de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, qui stipule notamment que les auteurs de changements anticonstitutionnels ne peuvent occuper aucune position de responsabilité dans les institutions politiques de leurs États et qu’ils peuvent être jugés par les instances compétentes de l’Union ;

10. Encourage la Commission, en collaboration étroite avec la CEDEAO et les Nations unies, notamment dans le cadre du Groupe international de soutien et d’accompagnement de la Transition au Burkina Faso (GISAT‐BF), de soutenir les efforts des autorités de la Transition et des autres acteurs concernés, pour faciliter l’aboutissement de la Transition, y compris à travers le lancement de la réforme du secteur de la défense et de la sécurité, ainsi qu’à travers la lutte contre l’impunité, la promotion du dialogue et de la réconciliation nationale. À cet égard, le Conseil prie la Commission d’organiser aussi rapidement que possible une réunion du GISAT‐BF à Ouagadougou ;

11. Prie la Présidente de la Commission de déployer, le plus rapidement possible, une mission d’observation électorale au Burkina Faso, et encourage tous les États membres d’envisager de dépêcher, à leurs frais, et dans le cadre de la Mission d’observation de l’UA, des observateurs, pour assurer une observation aussi effective que possible des scrutins qui marqueront la fin de la Transition. Le Conseil prie également la Présidente de la Commission de soutenir le déploiement envisagé par la CEDEAO d’observateurs militaires et en matière des droits de l’homme ;

12. Prie en outre la Commission de suivre de près l’évolution de la situation et de le tenir informé ;

13. Décide de rester activement saisi de la question.

Vos commentaires

  • Le 28 septembre 2015 à 21:34 En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Un peu trop de charabia quand la population reste toujours à la merci du terroriste Diendéré en fin de journée du 28 septembre 2015. J’aurais préférer mille fois un ultimatum contre ce Monsieur Diendéré et ses complices que tout le charabia.... à mille km des préoccupations de la moitié des burkinabè qui vivent avec moins de mille francs CFA par jour.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2015 à 21:44, par wedaga En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    L’UA doit se démarquer de la CEDEAO qui est purement une organisation des chefs d’États africains qui ont emmagasiner les richesses du pays et les utilisent contre le peuple africain. Et particulièrement Macky SALL n’a pas caché son soutient public aux putschistes et à leurs alliés.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2015 à 22:02 En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Les activistes de la transition disent eux-mêmes qu’ils ne sont pas liés par les recommandations et les protocoles de la CEDEAO. Alors ? Les autorités de la transition viennent de le démontrer en prenant un décret dès le premier conseil des ministres la dissolution du RSP. La CEDEAO demande de les cantonner dans leur caserne et il y a encore des militaires qui vont les provoquer dans leur cantonnement ? Quand même ? Aux dernières nouvelles Zida et Diendéré sont affectés à l’Etat-Major ensemble ? De la pure provocation inutile. Il y a des gens qui ne veulent pas la paix dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2015 à 22:42, par une Burkinabè En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Voilà un vrai message de réconfort et d’apaisement. Je félicite et remercie tous les membres du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine qui répondent vraiment à leur nom. Vous êtes les vrais acteurs de paix et de sécurité, vous êtes les véritables défenseurs des pauvres et des faibles. Votre réaction prompte et rapide en réponse favorable au cri de détresse des burkinabè que nous sommes a été un puissant secours pour nous débarrasser de nos agresseurs terroristes. Les vives sanctions que vous avez affligé sans complaisance à l’encontre des putschistes ont permis de sauver rapidement tout un peuple qui était entrain d’’être englouti par les forces diaboliques. Merci, merci et encore merci. Que Dieu vous bénisse abondamment. Merci encore de mettre en garde Diendéré et ses acolytes. Ne vous éloignez pas trop du Burkina parce que ces terroristes sont très dangereux et menace déjà la quiétude des burkinabè. Nous sommes très vigilants en ces temps incertains et nous sollicitons votre soutien à tout moment pour éradiquer le Mal à la racine

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2015 à 23:18, par Abu imrane En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    merci bcp à l‘UA.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2015 à 02:29, par Honte à l’U.A En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Je ne comprends pas l’Union Africaine. Elle s’acharne à être ferme avec la situation au Burkina Faso, elle joue au médecin après la mort. L’U.A gagerait en confiance si toute fois elle joue sur la prévention. Depuis la tentative de modification de la constitution au Burkina Faso entreprise par Blaise Compaoré jamais l’Union Africaine n’a dit quoi que ce soit, jamais à ma connaissance l’U.A n’a écrit et publié un avertissement à Blaise Compaoré pour lui demander d’arrêter ce projet parce que contraire aux textes de l’U.A. Maintenant que le projet de tentative de modification de la constitution de Blaise Compaoré a échoué. L’U.A veut jouer au bon professeur, c’est honteux. Prévenir est la meilleure méthode de diriger. Ce qui est aberrant est que d’autres projets de modification des constitutions sont en cours sur le continent face au silence malhonnête de l’U.A. Pourquoi l’U.A n’interpelle pas les deux Congo, le Rwanda etc. par une mise en garde sévère au lieu de bander ses muscles seulement au Burkina Faso. On se demande si l’U.A est au sérieux vis-à-vis de ses propres textes qu’elle rougit à rappeler et à faire appliquer au Burkina Faso. On se demande à quel jeu trouble joue l’U.A au Burkina Faso. Le jeu de l’U.A est trouble parce qu’il radicalise la position du Gouvernement de la Transition face à une guerre civile qui se profile à l’horizon. La sagesse recommanderait à l’U.A de chercher la voie de la paix au Burkina Faso au lieu d’attiser le jeu. Ce comportement serait plus compréhensible aux tentatives de modifications encours sur le nôtre continent. Curieusement elle n’en dit rien et préfère jouer au jeu de l’autruche. Actuellement au Burkina Faso l’U.A gagnerait en crédibilité en obligeant tous les acteurs de la crise à s’asseoir autour de la table de négociation pour trouver une solution pacifique et empêcher des milliers de morts. Mais l’attitude actuelle de l’U.A sur la crise burkinabè sera aussi la cause de milliers de morts. Parce que l’U.A ne cherche pas à trouver une solution à la crise burkinabè mais plutôt à la compliquer parce qu’elle refuse d’écouter tous les acteurs de la crise. L’U.A n’est pas seulement un organe d’application de ses textes sur le continent mais elle est aussi un organe de recherche de la paix sur le contient. Et quand on cherche la paix il faut éviter de radicaliser les positions comme elle le fait présentement au Burkina Faso. Je répète que ce comportement est seulement valable sur les tentatives de modification des constitutions en cours. Pour le cas du Burkina Faso elle doit être à la recherche de la paix par un dialogue de tous les acteurs de la crise. Il ne sert à rien de traduire qui que ce soit devant des tribunaux après la mort de milliers de gens pour la simple raison que ce jugement ne va pas ramener les morts à la vie. L’U.A doit montrer son visage de la paix en aidant les Burkinabè à trouver la solution à leur problème en écoutant tous les acteurs de cette crise par un dialogue total.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2015 à 02:38, par AD En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Conseilles, Gilbert Diendéré en demandant à ce que l’armée républicain recule de Ouagadougou de 50 km est un piège. Si vous le faite, il va sortir les chars pour barricader tous les issues de Ouagadougou.
    C’EST UN GRAND STRATEGE.
    Je vous conseiller d’occuper toute les zones stratégique de Ouagadougou en premier ainsi que tout le Burkina avec l’aide de la population.
    Encercle le camp Naaba Koom, couper l’électricité et l’eau dans la zone, puis passer a l’attaque s’il persiste sur son idée suicidaire.
    Il n’ya pas de place pour les terroristes au Burkina Faso.
    Surtout, les FAN, ne fait pas l’erreur de quitter vos position et soyer vigilent car Gilbert Diendéré vous posera toute sorte de pièges dans l’intentions de vous avoir.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2015 à 12:50, par adama zongo En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Je vous en prie L UA arreter vos articles et allez sur le terrain pour calmer les espris en attendant de trouver la solution.vous etes toujours le docteur apres la mort. On doit bientot ouvrir une caisse contre vous UA a la court penale internationale. Merci fermer vos bureaux et allez immediatement sur le terrain pour empecher la guerre entre ces orgueuilleux burkinabe qui pensnet que seul la violance est une solution merci ME. le secretaire general de l UA.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2015 à 16:47, par zongo En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    merci a l’algerie sud afrique nigeria. c’est ces pays qui ont poussé l’UA a boycotter Dienderé et sa bande et qui ont fait des pression énormes pour ecarter les putchistes.
    1000 merci.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre 2015 à 11:18, par DAH En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    L’UA ,LA CEDEAO et autres.....c’st toujours des scènes de théâtres, des décisions incongrues sans originalité. Des décisions irréfléchies et en désuétude qui meurent toutes seules.....des instances non crédibles et sans autorité.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2015 à 15:43, par Edwige Bienvenu En réponse à : Coup d’Etat du RSP : L’UA lève ses sanctions contre le Burkina

    Le Burkina Faso Terre des hommes Intègres ne mérite pas. L’UNESCO se doit d’une grande réflexion. Le Burkina, le Mali, le Sénégal sont les Pays qui ont bénéficié de l’appui et du financement de l’UNESCO pour la Culture de la Paix. Ces Pays continuent à traverser de grandes difficultés. La corruption, l’usurpation des idées, l’usurpation des fonctions, la pauvreté continuent à institutionnaliser la corruption, les violences, les crimes. Si une compétence réelle, franche, honnête et sincère se développe pour une action constructive, positive, égalitaire pour la Paix réelle, cette compétence est écartée et est en danger. C’est trop grave pour l’Afrique berceau de l’humanité. Une concertation réelle, une collaboration véridique, une supervision est une évaluation régulière pour toutes les actions pour la paix est urgente. L’être humain vit une absence de respect et d’intégrité humaine grave. Alors que l’arrêt de l’esclavagisme, les deux guerres mondiales, l’arrêt des colonisations avec le système des nations unies auraient dû amener les peuples à vivre heureux à travers une grande solidarité. Parce que personne ne demande de naître, de naître garçon ou fille, de naître dans telle famille riche ou pauvre avec telle religion, ni de naître dans tel pays développé, sous développé. Il nous faut apprendre avec humilité et sagesse le principe de réciprocité : je ne fais pas à l’autre ce que je ne veux pas que l’on me fasse, je suis avec l’autre comme je souhaite que l’on soit avec moi-même. Ainsi notre noble Terre qui appartient à Dieu pour les croyants à la nature pour les non croyants, sera une Terre pour développement humain heureux pour la Paix réelle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
La problématique de la liberté chez Jean-Jacques Rousseau
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés