Selon un message de l’Etat-major général des armées, « Le processus de désarmement du RSP au camp Naaba Koom2 a bien commencé ce matin. Après l’inventaire dans la matinée du 25 septembre, le chargement a effectivement débuté ce soir. Tout se passe bien »

vendredi 25 septembre 2015 à 23h15min

Selon un message de l’Etat-major général des armées, « Le processus de désarmement du RSP au camp Naaba Koom2 a bien commencé ce matin. Après l’inventaire dans la matinée du 25 septembre, le chargement a effectivement débuté ce soir. Tout se passe bien »

Messages

  • Quand on dit que la haine fait plus du mal à celui qui le porte c’est vrai. C’est leur haine envers le MPP qui les ont rendu si bête de la sorte. Vous aviez brulé leur maisons entre nous qu’est ce que Salif DIALLO et Simon vous a fait vous militaires du RSP ? Si les CDPistes sont contre le MPP est ce qu’il revient à un groupe de militaire de se comporter en militant politiques ? Au contraire tous ces gens que vous avez fait du tord vont faire grossir le cote de Roch maintenant dans la logique de"l’ennemi de mon ennemi est mon ami". Vous n’aviez pas rendu service au CDP ni à vous même car en lieu et place de votre tenue c’est les tee short CDP nouveau que vous devrez désormais porter. Le MPP n’est pas le CNT et tous les partis sont représentés équitablement. Pourquoi cette haine ? Est ce dire que nous avions des faux opposants et que seul les responsables du MPP sont les vrais ? Eux sont les seul à vous quitter réellement ? Cette question est dû au fait que tout ce acharnement contre les gens du MPP et du PDC(on a tous été témoins de leur calvaire à l’hôtel Laïco) cache quelque chose. Ablassé, Zeph, Djibril, Yac, tous ont quitter le CDP comme les Roch et Sara pour créer leur propre parti alors où est le problème ? Ou bien les autres n’ont pas démissionné réellement ? Le constat que j’ai pu faire est que plus vous les détestez et diabolisez, plus leur cote de popularité monte réfléchissez un peu.

  • En meme temps que la dissolution du RSP.Nous attendons le compte rendu du CM avec impatience.

  • Je l’ai constaté ce matin sur Bassawarga avec le mouvement de nombreux cargos militaires vides en direction de Naba Koom. Bravo à nos forces armées nationales, surtout à sa frange jeune qui semble avoir joué un role important.... Vive le Burkina Faso. Paix et Justice pour mon Faso !

  • Nous voulons un réel désarmement. Que font les éléments du RSP toujours postés devant RTB jusqu’à ce soir 25/09/2015 à 19h 45 mn ?

  • Une très bonne chose mon Gl. Surtout traitez les très bien sans aucune animosité. Ayant presque tous des parents et amis au rsp, nous savons que ce sont des hommes valeureux que nous avons respectés jusqu’à présent mais qui ont été égarés. Ceux qui doivent répondre d’exactions doivent l’être de manière digne.

  • Sincèrement on devrais être sévère envers ces hommes de tenus irresponsables.Comment ce qui sont censés notre palais deviennent une menace pour la sécurité du président et du reste.Aujourd’hui j’ai vraiment vu l’indiscipline de ces gens.je voudrais demander à nos responsables de mieux enquêter sur les nouveaux recrus avant de les intégrer

  • La descente inéluctable de Gilbert Diendéré a commencé. Ce sont les fantômes de Thomas, de Lingani, de Henry, de Norbert, de Clément, tous les autres, qui sont en traîn d’agir en concert pour ait son tour.

  • Ces gens vivaient dans un autre monde, déconnectés de la réalité, déconnectés du peuple et déconnectés de leur propre nation. Ils se voulaient partout, ils sont désormais nul part. Lorsqu’on dit que la haine fait plus de mal à celui qui le porte, ne tombons pas dans ces travers tellement faciles qui veulent que la haine soit un sentiment sain et juste. C’est faux. Je n’ai pas la haine de ces gens, mais je réclame justice. Je ne réclame pas justice pour punir, mais pour que "ces gens " prennent enfin conscience de la stupidité de leurs actes malveillants et de leurs crimes, car des mères pleurent en ce moment. Je suis fier de mon peuple et que l’étoile qu’il y a sur notre drapeau, soit un phare dans la nuit pour tous nos frères d’Afrique.

  • Monsieur GAL etat major general des armées ,montrons nous quelques images

  • Nous allons pouvoir porter à nouveau fièrement ce mot "burkindi". Diendéré(Guéguéré) n’acceptera jamais de se noyer seul. Il va bientôt pouvoir balancer tous ceux qui ont conçu les projets et plans de l’exceptionnelle dictature depuis 30 ans. Il serait bête de porte seul toute cette responsabilité. Tous ces anciens fonctionnaires devenus milliardaires vont nous expliquer, comment économiser sur un salaire de la fonction publique pour devenir immensément riche. Guéguéré par son agissement n’a pas seulement tué physiquement des centaines de gens ; il va également envoyer malgré lui des centaines de personnes dans les prisons.
    La vraie justice arrive à grand pas au pays des Hommes intègres.

  • A internaute 1 : Quand on n’est pas assez intelligent et courageux pour publier des opinions, on s’abstient. Même si c’est ton gagne-pain de défendre le MPP, cherche un autre boulot car après les élections les vaches vont redevenir très maigres. Ici tu t’appelles Bibata Zongo. Tu es l’internaute 36 (Ablassé Dicko) sous le message apaisant du Balai Citoyen. Tu répètes exactement le même message en changeant de nom. L’heure est à la réconciliation et non aux injures. Il faut avancer mon frère. On est fatigué des querelles politiques qui vont détruire le pays.

  • Je reconnais mon peuple, plus rien ne sera comme avant. Merci aux forces armées loyalistes qui ont stoppé Guingéré et sa bande de drogués

  • En tout cas avec le rsp exit, le Burkina peut après une commission vérité, justice réconciliation s’ essayer à une vraie démocratie. Un état de droit où la séparation des pouvoirs est effective.Il faut qu’on réecrive une autre constitution avec en article 1 :" la vie humaine est sacrée.La dignité de l’homme est inviolable et inalienable".Il faut que nous arrivions à sacraliser la vie et la dignité humaines afin qu’on ait plus jamais au nom de la soif du pouvoir ou de l’argent, des burkinabe puissent sans état d’âme ôter la vie d’autres burkinabe.Plus jamais ça.On espère que tous les cas de violation des droits de l’homme depuis 30 ans ont été soumis à la commission de réconciliation nationale. On applique les propositions et après tout le processus on organise une vraie journée nationale de pardon et réconciliation.Tous les vestiges des eres de plomb compaore doivent être nettoyés afin qu’une nouvelle nation burkina renaisse ; reconciliee avec elle même dans laquelle tous les burkinabe sont égaux devant la loi.

  • Internaute 11, je ne vois pas ou est le probleme ? Il n’a fait que donner son point de vue et il n’a pas insulte. Ce sont des faits reels qu’il a revele mon cher. Il n’a rien invente. N’etait t’il pas vraix que Roch et Saran ont ete agresses ? POURQUOI ALORS CETTE HAINE ?

  • Faisons attention au Gl et cess collègues terroristes.

  • Selon un message de l’Etat-major général des armées, « Le processus de désarmement du RSP au camp Naaba Koom2 a bien commencé ce matin. Après l’inventaire dans la matinée du 25 septembre, le chargement a effectivement débuté ce soir. Tout se passe bien » , 25 septembre, 21:25, par Taarbéoogo

    Chef d’Etat major général des armées ! êtes-vous sur que pendant ces quelques heures, ils n’ont pas eu le temps de soutirer quelques armes, vue leur félonie désormais reconnu. Quelles dspositions avez-vous prises auparavant. Le peuple voudrait être informé, si ce n’est sécret militaire !

  • Ouf ! celle nouvelle est très bonne. Comme le disait internaute 9, nous avons besoin d’images vidéo et photographiques haute résolution pour la postérité. N’oubliez pas cela, c’est extremement important pour notre histoire.
    Merci de les diffuser pour nous.

  • Merci au chef d’Etat-major général des armées, merci à notre armé loyaliste et à cette population burkinabé "digne de ce nom" pour ce combat mené avec bravour et détermination jusqu’à ce moment de quiétude et à la victoire certaine que Alah à peint sur chaque mm carré de nos champs visuels. Ces énémis du peuple sont à déposséder de leur pouvoir. Le combat continue.
    Quand à leur devenirs, Dieu en décidera. Que Dieu nous bénis et que Dieu bénis le BURKINA FASO. La patrie ou la mort, nous vaincront.

  • Bonsoir chers internautes. Je souhaiterai qu’ensemble nous présentons d’abord nos excuses aux forces loyalistes que nous avions qualifié (moi avec) à un certain moment de tous les qualificatifs dégradants. Par la suite, nous devons avoir l’honnêteté de féliciter les forces loyalistes qui, depuis le début du coup d’Etat ; ont pris leur distance car en aucun moment elles ne se sont associées aux putschistes pour brutaliser la population, pour faire respecter le couvre feu. Notre ’homme de l’année 2015’ doit être les forces de défense et de sécurité (FDS).
    Le professionnaliste des FDS doit être salué car elles ont atteint leur objectif. N’oublions pas que dès leur premier communiqué, elles avaient précisé qu’elles venaient désarmer le RSP sans effusion de sang. Avec les prières et la volonté de Dieu tout puissant cela fut fait. Bravo aux FDS. Nous sommes fiers de vous et nous vous présentons toutes nos félicitations. Barka, An nitché, thank you...

  • Merci mon général. Mais c’est très dommage que sur des questions d’intérêt nationales et de de vie de la nation des personnes obsédé par leur mitantisme veuillent tout ramener à la politique ou à leur parti. C’est une honte. Mais je crois qu’après Blaise, le cdp, Rsp il reste d’autres insalubrités que le peuple saura mettre à la poubelle par la belle manière.

  • "L’exclusion de candidats de l’ancien régime ne pouvait que mener à la catastrophe "
    Dés le début, elle a fait fausse route. Sa volonté et son acharnement à exclure des hommes politiques ayant servi sous Blaise Compaoré ont fini par la discréditer et par biaiser cette phase politique cruciale pour l’avenir du pays. Avoir servi l’ancien régime n’est pas un crime. Par conséquent, ce motif n’était pas valable pour interdire des candidats de se présenter. Mais les responsables de la transition se sont arc-boutés, quitte à aller contre la décision de la Cour de justice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) qui a invalidé en juillet le nouveau code électoral. La communauté internationale n’a pas réagi et est restée silencieuse, à commencer par la France qui ne prend plus de positions diplomatiques sur le plan des valeurs et des principes démocratiques. Elle ne l’a jamais fait tout du long de la crise burkinabé. C’est dommage.

  • Bravo au Général Pingrenooma et à ses hommes. Mon Général vous méritez le grade de Général de Corps Armés. Notre président devrait le lui remettre cette distinction pour services rendus au peuple et à la nation. Merci mon Général !

  • Et pourkoi pas les radiés ?

  • - Est-ce qu’ils n’ont pas d’armes chimiques ? Vérifiez bien ! Parce que ces voyoux terroristes en sont capables, vu qu’ils ont été trempés dans de nombreux trafics d’armes dans la sous-région. Ne sont-ce pas eux qui envoyaient les armes en C.I. dans des sacs en jute pendant que l’ONU avait décrété la vente d’armes à ce pays ?

    Par Kôrô Yamyélé

  • Un ouf de soulagement de savoir hors-jeu le RSP.
    Sachez burkinabés que vous refaites encore une fois la fierté de l’Afrique.
    Je ne pourrais finir ici sans m’incliner encore une fois sur la mémoire du Capitaine Thomas Sankara qui en réalité est le véritable leader de cette nouvelle insurrection. Même mort, ses idées et son idéal continuent à façonner le peuple courageux et Héroïque du Burkina Faso.
    Votre peuple est courageux... Elle ira inéluctablement à la conquête de la liberté et du progré...

  • Vive le Burkina et vive la République,que Dieu bénisse mon pays.
    .

  • Mr Boizem j’ai repris les commentaire de Bibata ZONGO car en lisant ces commentaires ça m’a plus car d’impie de vérité que vous n’aimez pas surtout. Et c’est pour ça je l’ai copier et publier à nouveau.

  • Ceux qui veulent donner des leçons au Gle ZAGRE. Arretez car lui même sait que dans le cas d’espèces il n’y a pas d’erreur à commettre.si non !!!!

  • sa y es le règne du peuple en marche. Non à La France Afrique.
    Désormais le peuple burkinabe impose l’Afrique France. POUVOIR AU PEUPLE

  • "A quelque chose prêt, malheur est bon" a-t-on coutume de dire. Eh bien voilà ! Cette crise nous a coûté très cher. Plus de dix morts, plus de deux cent blessés, c’est un luxe que nous ne devrions pas nous payer . Sur le plan économique, ce sont en termes de milliards que se chiffrent les pertes ; les économistes nous en diront davantage dans les jours à venir.
    Mais hélas, le dernier carré de fidèles de Blaise Compaoré avec à leur tête le funeste Gilbert Diendéré n’en avaient que cure. En tuant, brûlant, saccageant et terrorisant, semant la désolation partout où ils sont passés, ils ont eu pour mérite de vivifier la flamme patriotique qui n’était qu’en état de veille.
    Comme un seul homme, le Peuple, tout le Peuple, s’est dressé les mains nus devant les kalachnikovs, les blindés et autres bazookas des barbares du RSP. Cela a eu pour corollaire la mobilisation de l’Armée du Peuple, l’Armée républicaine, l’Armée du salut, qui a volé au secours de la population, de la démocratie et de la liberté.
    Grâce à leur mobilisation, leur fermeté et leur sens élevé de la responsabilité, le coup d’état a échoué et par ricochet cela a facilité la tâche au Président Michel Kafando qui a pris le décret de dissolution de ce corps en en même temps qu’on procède à son désarmement.
    Avec cet acte, nous venons de balayer le dernier pilier du pouvoir de Blaise Compaoré. Nous avons ( le Peuple et son Armée) prouvé une fois encore à la face du monde entier que nous sommes désormais le laboratoire de la démocratie et de la paix en Afrique. Le Peuple s’est ressoudé avec son Armée. Nous sommes sortis grandis de cette crise.
    Rendons grâce à Dieu car c’est sa main protectrice qui nous a épargné du chaos. Dans tous les lieux de culte, louons le Seigneur car Il aime le Peuple et le pays des hommes intègres. Qu’Il continue de protéger ce pays et ses habitants, qu’Il fasse régner la paix, la concorde et le bonheur sur notre pays, l’Afrique et sur l’humanité entière.
    Amine.

  • Et le CDP ? Va-t-il toujours demeurer en l’état ? Pas de dissolution ? M’bon !!!!!!!Je pensais que c’était la toute première erreur commise par la transition pour ne l’avoir pas dissout dès leur prise de pouvoir !

  • Mais n’oubliez pas les hommes que le général félon a commis à la tache de garder Seydou Nagreongo et qui le suivent partout dans son patelin...En tout cas le mois dernier, ils y étaient encore.

  • Moi je ne crois toujours pas au désarmement. Faites un tour du coté du conseil et vous verrez toujours des soldats du RSP bien vêtus de leur tenu particulière (couleur verte)aux différents point en poste qu’ils occupaient. Certes,le RSP est en position de faiblesse mais des officiers et sous officiers de ce corps dit d’élite ne s’avouent toujours pas vaincus. Même si j’espère me tromper,je suis sur que cette histoire ne prendra fin qu’avec,malheureusement,un affrontement.

  • Pour être honnête je suis très triste de ce qui se passe dans ma patrie, le Burkina Faso. Mais, je ne sais pas avec qui en parler et faire des analyses objectives des faits et des évènements sans être taxé de pro-MPP ou Pro-CDP. Pourtant, en tant que citoyen dont l’avenir est compromis par ce qui se passe, j’ai le droit de donner mon point de vue.

    A la lumière des derniers évènements, je suis très convaincu que Dieu n’a pas dit son dernier mot en ce qui concerne le Burkina Faso. Malgré sa toute puissance et son omnipotence, Dieu use de miséricorde envers tous les humains, sans exception, en pardonnant leurs multiples péchés. Sa miséricorde prime sur sa justice. C’est pourquoi, il a envoyé son fils Jésus mourir pour sauver tous les pécheurs de l’enfer. Il aurait pu nous envoyer tous cramer en enfer ou nous détruire dans sa colère pour nos méfaits quotidiens sans nombre. Au lieu de cela, il pardonne aux plus grands pécheurs. Il les transforme après une sincère repentance et leur promet même le salut et la vie éternelle au Paradis.

    A Zida et Pingrenoma et à tous les nombreux leaders chrétiens au sein de la transition et dans le pays, je dis ceci. Faites tout pour que le Burkina Faso ne soit pas détruit sous votre gestion et par notre génération. Où est l’impact de la vision chrétienne qui devait marquer la gestion actuelle du pays pendant la transition ? Où sont la miséricorde, l’humilité et la justice selon Dieu dans cette transition ? Où est l’amour du Prochain sans distinction de camp politique ? Où est votre lumière qui doit luire et éclairer les ténèbres des coeurs remplis de haine et de méchanceté secrétés et injectés par les politiciens ? En quoi faites-vous la différence dans ce gouvernement de réconciliation nationale pour faire naitre un nouveau Burkina ? Si vous attisez la haine et la division entre les burkinabè, si vous servez les hommes politiques au lieu de la nation, Dieu vous aurait élevés pour rien. Si vous ne pardonnez pas aux autres leurs offenses, votre Père Céleste ne vous pardonnera pas non plus. Si vous ne pardonnez qu’à vos amis, vous ne refléterez pas l’image du Christ.

    La chasse aux sorcières ou une justice au service d’intérêts politiques n’apporte pas le pardon dans une nation en quête de réconciliation. Cette justice humaine politisée n’accomplit pas la volonté de Dieu, car elle devient un instrument de vengeance entre les mains des oppresseurs. Or, Dieu dit "ne vous vengez pas, ce serait mal faire". Et aussi "à moi la vengeance, à moi la rétribution". Il est contre toute forme d’oppression et punit les oppresseurs jusqu’à la neuvième génération. Je vous rappelle à toutes fins utiles qu’on ne peut servir deux maîtres sans que l’un d’eux soit trompé. On ne peut servir Dieu et l’argent (Mammon) ou le pouvoir.

    Dieu dit dans sa parole (la bible) que c’est par la clémence et la sagesse qu’on affermit une nation. La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse. Choisissez dès aujourd’hui votre camp, celui de l’obéissance à Dieu, et ne cautionnez pas une justice injuste et téléguidée par des politiciens ou inspirée par la vengeance. Sans une justice indépendante et impartiale, vous allez contribuer à approfondir les rancœurs, la fracture sociale et les risques de confrontation due à la frustration et à l’exclusion évidente de citoyens burkinabè du débat politique contradictoire. La justice aux ordres tue la paix sociale. A deux mois des élections, si on gèle les comptes des partis d’opposition ayant soutenu le putsch, cela est contre la liberté d’expression, la démocratie et contre la paix sociale. Ne cautionnez pas les dérives judiciaires qui éloigneront de nous la stabilité et la cohésion sociale.

    La raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure, car la loi du talion produit la destruction et la désolation. L’injustice sociopolitique sert les puissants du moment pour opprimer impunément une partie du peuple. C’est ce qu’on reprochait à l’ancien régime. Reproduire les mêmes actes, renforce la conviction des opprimés qu’il n’y a pas une justice équitable pour tous les citoyens. Ils réalisent que rien ne change en réalité, si ce n’est le rapport de force. La révolte des opprimés actuels se fera aussi tôt ou tard en réaction aux tords subis et nous serons dans un cercle vicieux malheureux sans pouvoir nous mettre au travail pour construire le pays. La roue de l’histoire tourne et la conscience citoyenne évolue. La classe moyenne burkinabè a fait son insurrection et la défend âprement au prix de vies humaines, sans pour autant avoir une vision claire de l’avenir à bâtir, de l’alternative à l’ère COMPAORE. A cette allure, la révolution des pauvres viendra surement, dans peu de temps, si on continue de faire de la politique une fin en soi et non un moyen pour répondre réellement aux aspirations profondes de tous les citoyens sans exclusion.

    Que Dieu nous aide à changer nous-mêmes pour apporter au peuple burkinabè le vrai changement dont il a besoin et non des discours belliqueux et des calculs machiavéliques sans fin.Pour être honnête je suis très triste de ce qui se passe dans ma patrie, le Burkina Faso. Mais, je ne sais pas avec qui en parler et faire des analyses objectives des faits et des évènements sans être taxé de pro-MPP ou Pro-CDP. Pourtant, en tant que citoyen dont l’avenir est compromis par ce qui se passe, j’ai le droit de donner mon point de vue.

    A la lumière des derniers évènements, je suis très convaincu que Dieu n’a pas dit son dernier mot en ce qui concerne le Burkina Faso. Malgré sa toute puissance et son omnipotence, Dieu use de miséricorde envers tous les humains, sans exception, en pardonnant leurs multiples péchés. Sa miséricorde prime sur sa justice. C’est pourquoi, il a envoyé son fils Jésus mourir pour sauver tous les pécheurs de l’enfer. Il aurait pu nous envoyer tous cramer en enfer ou nous détruire dans sa colère pour nos méfaits quotidiens sans nombre. Au lieu de cela, il pardonne aux plus grands pécheurs. Il les transforme après une sincère repentance et leur promet même le salut et la vie éternelle au Paradis.

    A Zida et Pingrenoma et à tous les nombreux leaders chrétiens au sein de la transition et dans le pays, je dis ceci. Faites tout pour que le Burkina Faso ne soit pas détruit sous votre gestion et par notre génération. Où est l’impact de la vision chrétienne qui devait marquer la gestion actuelle du pays pendant la transition ? Où sont la miséricorde, l’humilité et la justice selon Dieu dans cette transition ? Où est l’amour du Prochain sans distinction de camp politique ? Où est votre lumière qui doit luire et éclairer les ténèbres des coeurs remplis de haine et de méchanceté secrétés et injectés par les politiciens ? En quoi faites-vous la différence dans ce gouvernement de réconciliation nationale pour faire naitre un nouveau Burkina ? Si vous attisez la haine et la division entre les burkinabè, si vous servez les hommes politiques au lieu de la nation, Dieu vous aurait élever pour rien. Si vous ne pardonnez pas aux autres leurs offenses, votre Père Céleste ne vous pardonnera pas non plus. Si vous ne pardonnez qu’à vos amis, vous ne refléterez pas l’image du Christ.

    La chasse aux sorcières ou une justice au service d’intérêts politiques n’apporte pas le pardon dans une nation en quête de réconciliation. Cette justice humaine politisée n’accomplit pas la volonté de Dieu, car elle devient un instrument de vengeance entre les mains des oppresseurs. Or, Dieu dit "ne vous vengez pas, ce serait mal faire". Et aussi "à moi la vengeance, à moi la rétribution". Il est contre toute forme d’oppression et punit les oppresseurs jusqu’à la neuvième génération. Je vous rappelle à toutes fins utiles qu’on ne peut servir deux maîtres sans que l’un d’eux soit trompé. On ne peut servir Dieu et l’argent (Mammon) ou le pouvoir.

    Dieu dit dans sa parole (la bible) que c’est par la clémence et la sagesse qu’on affermit une nation. La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse. Choisissez dès aujourd’hui votre camp, celui de l’obéissance à Dieu, et ne cautionnez pas une justice injuste et téléguidée par des politiciens ou inspirée par la vengeance. Sans une justice indépendante et impartiale, vous allez contribuer à approfondir les rancœurs, la fracture sociale et les risques de confrontation due à la frustration et à l’exclusion évidente de citoyens burkinabè du débat politique contradictoire. La justice aux ordres tue la paix sociale. A deux mois des élections, si on gèle les comptes des partis d’opposition ayant soutenu le putsch, cela est contre la liberté d’expression, la démocratie et contre la paix sociale. Ne cautionnez pas les dérives judiciaires qui éloigneront de nous la stabilité et la cohésion sociale.

    La raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure, car la loi du talion produit la destruction et la désolation. L’injustice sociopolitique sert les puissants du moment pour opprimer impunément une partie du peuple. C’est ce qu’on reprochait à l’ancien régime. Reproduire les mêmes actes, renforce la conviction des opprimés qu’il n’y a pas une justice équitable pour tous les citoyens. Ils réalisent que rien ne change en réalité, si ce n’est le rapport de force. La révolte des opprimés actuels se fera aussi tôt ou tard en réaction aux tords subis et nous serons dans un cercle vicieux malheureux sans pouvoir nous mettre au travail pour construire le pays. La roue de l’histoire tourne et la conscience citoyenne évolue. La classe moyenne burkinabè a fait son insurrection et la défend âprement au prix de vies humaines, sans pour autant avoir une vision claire de l’avenir à bâtir, de l’alternative à l’ère COMPAORE. A cette allure, la révolution des pauvres viendra surement, dans peu de temps, si on continue de faire de la politique une fin en soi et non un moyen pour répondre réellement aux aspirations profondes de tous les citoyens sans exclusion.

    Que Dieu nous aide à changer nous-mêmes pour apporter au peuple burkinabè le vrai changement dont il a besoin et non des discours belliqueux et des calculs machiavéliques sans fin.

  • Tout simplement que Dieu bénisse le Burkina Faso ! et que nous soyons un exemple pour l’Afrique. et a jamais les yeux ouvert, personne ne viendra marcher sur nos pieds.

  • internaute 21, va la bas, le régime compaoré a exclus pendant 27 ans la grande majorité des populations, pour avoir un marché il faut être du système, pour pouvoir exploiter une mine, il faut connaître quelqu’un du système et accepter graisser qui on sait, pour être nommé à un poste de responsabilité il faut être du système également. Quelque 44 personnes d’ailleurs remplaçables sur la liste électorale ne saurait être appelé de l’exclusion. Les jeunes du CDP même devraient s’en réjouir car c’est une chance pour le renouvellement des instances du parti pouvant mettre en avant des compétences qui pourront convaincre demain. Le verdict de la CEDEAO a été respecté, on l’a appliqué seulement aux dirigeants de l’époque (insurrection), et puis, cette loi du code électorale n’est pas sortie du néant, elle se fonde sur les textes de l’Union Africaine. L’aire COMPAORE est bel et bien close après la chutte de sa branche financière (FEDAP-BC), celle de ses vieux loups politiciens (CDP et alliés) voilà la dernière (que je peux appelé racine) sur qui elle avait placé toute sa confiance (le RSP) car armée, vient de mourir. La loi reste la loi même si elle est dure.

  • internaute 21, va la bas, le régime compaoré a exclus pendant 27 ans la grande majorité des populations, pour avoir un marché il faut être du système, pour pouvoir exploiter une mine, il faut connaître quelqu’un du système et accepter graisser qui on sait, pour être nommé à un poste de responsabilité il faut être du système également. Quelque 44 personnes d’ailleurs remplaçables sur la liste électorale ne saurait être appelé de l’exclusion. Les jeunes du CDP même devraient s’en réjouir car c’est une chance pour le renouvellement des instances du parti pouvant mettre en avant des compétences qui pourront convaincre demain. Le verdict de la CEDEAO a été respecté, on l’a appliqué seulement aux dirigeants de l’époque (insurrection), et puis, cette loi du code électorale n’est pas sortie du néant, elle se fonde sur les textes de l’Union Africaine. L’aire COMPAORE est bel et bien close après la chutte de sa branche financière (FEDAP-BC), celle de ses vieux loups politiciens (CDP et alliés) voilà la dernière (que je peux appelé racine) sur qui elle avait placé toute sa confiance (le RSP) car armée, vient de mourir. La loi reste la loi même si elle est dure.

  • Mon Général. Je vous connais et je vous respecte. Je sais aussi le fardeau qui est le votre aujourd’hui, le défi immense qui vous incombe d’agir pour l’intérêt collectif et non dans l’intérêt de l’un où l’autre camp dans notre pays divisé par les politiciens.

    Depuis l’insurrection, certains jeunes en mal de notoriété se font un crédit en manifestant bruyamment et en ensuite publiant les selfies et les photos d’eux-mêmes pendant les manifestations. Ils croient que c’est un show et un divertissement pour flatter leurs égos. Vous et moi et plusieurs burkinabè conscients savent cependant que la guerre civile qu’ils réclament à cor et à cri n’est pas un show, mais une question de vies et de morts. Ce n’est pas du tout de l’amusement.

    Aussi, mon Général, je viens vous demander respectueusement de faire appliquer urgemment un principe qui a toujours fait la force de l’armée : le secret militaire. Même à l’heure de Facebook et de Twitter, il faut à tout prix réinstaurer le principe du secret militaire. Je vous le demande parce que ces derniers jours, certains militaires de tous rangs n’hésitent pas à raconter au téléphone ou dans les quartiers, les moindres décisions, faits et gestes du Commandement pour se donner de l’importance. Ils fanfaronnent parce qu’ils ont accès à des informations sensibles et les diffusent sans précaution ou professionnalisme. C’est cette attitude qui fragilise l’Etat major et les autres corps engagés dans la recherche d’une paix négociée pendant la crise actuelle que traverse notre pays.

    Mon Général, dites à vos hommes de parler moins à leurs proches de ce qui se passe et se dit au niveau du Commandement et des casernes. Ils bavardent trop pour se vanter et mettent en péril toutes de vos stratégies de dialogue pour la sortie de crise et l’unification des forces armées. Au nom de la dignité de l’armée nationale, dites à vos hommes de la fermer !!! Dites aussi à ceux du RSP de la fermer !!! Ne laissez pas des soldats orgueilleux et inconscients saper vos efforts de réconciliation des différents corps de l’Armée Nationale. Il y va de notre sécurité à tous. Il y va de notre paix sociale et la préservation des acquis de notre pays en matière de développement.

    Mon Général, que Dieu vous donne la patience, la sagesse et l’intelligence nécessaire pour conduire vos hommes avec justice et droiture afin de les amener à faire ce qui est bien pour le peuple burkinabé dans sa globalité. Sachez rassembler tous les fils et filles de notre pays sous la bannière du pardon et de l’humilité. Ne faites pas comme les politiciens. Ne vous laissez pas entrainer dans la guerre des égos. Nous n’avons qu’un seul pays et nous n’irons nulle part pour la laisser détruire par des ennemis intérieurs ou extérieurs. Tous ceux qui n’œuvrent pas pour l’unité et l’amour entre les fils du Burkina et la cohésion des forces armées nationales sont des ennemis du Peuple. Le rôle des forces armées est de démasquer et combattre tous les ennemis du peuple sans exception.

    Mon Général, que Dieu vous donne la patience, la sagesse et l’intelligence nécessaire pour faire ce qui est bien pour le peuple burkinabé dans sa globalité, sans exclusion. Que rien ni personne ne vous perturbe ou vous détourne de cette noble mission. Que Dieu vous bénisse ainsi que tous vos collègues qui se tiennent actuellement sur la brèche à vos côtés. Vivent les forces armées nationales du Burkina Faso !! Vivent tous les fils et filles du Burkina Faso qui servent sous le drapeau national et défendent l’honneur et la dignité de notre pays. Levons-nous et bâtissons cette nation digne et fière dont nous rêvons !!!!

  • Mon Général. Je vous connais et je vous respecte. Je sais aussi le fardeau qui est le votre aujourd’hui, le défi immense qui vous incombe d’agir pour l’intérêt collectif et non dans l’intérêt de l’un où l’autre camp dans notre pays divisé par les politiciens.

    Depuis l’insurrection, certains jeunes en mal de notoriété se font un crédit en manifestant bruyamment et en ensuite publiant les selfies et les photos d’eux-mêmes pendant les manifestations. Ils croient que c’est un show et un divertissement pour flatter leurs égos. Vous et moi et plusieurs burkinabè conscients savent cependant que la guerre civile qu’ils réclament à cor et à cri n’est pas un show, mais une question de vies et de morts. Ce n’est pas du tout de l’amusement.

    Aussi, mon Général, je viens vous demander respectueusement de faire appliquer urgemment un principe qui a toujours fait la force de l’armée : le secret militaire. Même à l’heure de Facebook et de Twitter, il faut à tout prix réinstaurer le principe du secret militaire. Je vous le demande parce que ces derniers jours, certains militaires de tous rangs n’hésitent pas à raconter au téléphone ou dans les quartiers, les moindres décisions, faits et gestes du Commandement pour se donner de l’importance. Ils fanfaronnent parce qu’ils ont accès à des informations sensibles et les diffusent sans précaution ou professionnalisme. C’est cette attitude qui fragilise l’Etat major et les autres corps engagés dans la recherche d’une paix négociée pendant la crise actuelle que traverse notre pays.

    Mon Général, dites à vos hommes de parler moins à leurs proches de ce qui se passe et se dit au niveau du Commandement et des casernes. Ils bavardent trop pour se vanter et mettent en péril toutes de vos stratégies de dialogue pour la sortie de crise et l’unification des forces armées. Au nom de la dignité de l’armée nationale, dites à vos hommes de la fermer !!! Dites aussi à ceux du RSP de la fermer !!! Ne laissez pas des soldats orgueilleux et inconscients saper vos efforts de réconciliation des différents corps de l’Armée Nationale. Il y va de notre sécurité à tous. Il y va de notre paix sociale et la préservation des acquis de notre pays en matière de développement.

    Mon Général, que Dieu vous donne la patience, la sagesse et l’intelligence nécessaire pour conduire vos hommes avec justice et droiture afin de les amener à faire ce qui est bien pour le peuple burkinabé dans sa globalité. Sachez rassembler tous les fils et filles de notre pays sous la bannière du pardon et de l’humilité. Ne faites pas comme les politiciens. Ne vous laissez pas entrainer dans la guerre des égos. Nous n’avons qu’un seul pays et nous n’irons nulle part pour la laisser détruire par des ennemis intérieurs ou extérieurs. Tous ceux qui n’œuvrent pas pour l’unité et l’amour entre les fils du Burkina et la cohésion des forces armées nationales sont des ennemis du Peuple. Le rôle des forces armées est de démasquer et combattre tous les ennemis du peuple sans exception.

    Mon Général, que Dieu vous donne la patience, la sagesse et l’intelligence nécessaire pour faire ce qui est bien pour le peuple burkinabé dans sa globalité, sans exclusion. Que rien ni personne ne vous perturbe ou vous détourne de cette noble mission. Que Dieu vous bénisse ainsi que tous vos collègues qui se tiennent actuellement sur la brèche à vos côtés. Vivent les forces armées nationales du Burkina Faso !! Vivent tous les fils et filles du Burkina Faso qui servent sous le drapeau national et défendent l’honneur et la dignité de notre pays. Levons-nous et bâtissons cette nation digne et fière dont nous rêvons !!!!

  • Une très bonne chose. Mais pourquoi cette action de tirs et de résistance au niveau du Camp Naba Koom 2 ? On dit que 40 éléments ex-RSP s’opposeraient à leur désarmement. Vérité ou Intox ?

  • Une très bonne chose. Mais pourquoi cette action de tirs et de résistance au niveau du Camp Naba Koom 2 ? On dit que 40 éléments ex-RSP s’opposeraient à leur désarmement. Vérité ou Intox ?

  • DISSOLUTION, DÉSARMEMENT D’ACCORD. Mais
    le sort du lion et ses lionceaux D’ABORD

  • Quelqu’un peut-il me montrer les images du désarmement du RSP ? Sinon restons vigilant et exigeons leur désarmement immédiat. Le RSP este toujours une menace pour les populations tant qu’il n’est pas désarmé et redéployé. Exigeons de la hiérarchie militaire lé désarmement médiatisé, sinon moi je resterai septique parce que je n’ai pas du tout confiance au Gal Zagré.

  • Internaute 22, Wendsongdo : On doit tempérer votre enthousiasme envers le chef d’état major général des armées (CEMGA).

    1°) Depuis le Jeudi 17, jour de la déclaration du putsch, jusqu’au lundi 21, le général Gilbert Diendéré a pu dire que toute l’armée était avec lui pour ce putsch sans être démenti par la haute hiérarchie militaire, qui n’a jamais condamné le coup d’état. Pourquoi le général Zagré a-t-il ainsi gardé le silence ?

    2°) Le CEMGA n’a pris aucune disposition pour faire cesser les violences contre la population ni arrêter les putschistes. Alors qu’ils en étaient toujours aux tergiversations et aux palabres, il a fallu que les chefs de corps des différentes régions militaires (donc les subordonnés du général Zagré) prennent la responsabilité de marcher sur Ouaga et de donner un ultimatum aux putschistes pour que le CEMGA "entérine" les choses après coup. Il n’a donc aucun mérite dans ce dénouement.

    3°) L’accord de "non agression" qui a été signé chez le mooro naaba l’a été sans le CEMGA. Ce sont les officiers des garnisons arrivés à Ougadougou et du RSP qi ont négocié et trouvé cette solution de sagesse. Le CEMGA n’y a une fois de plus aucun mérite.

    En conclusion donc, si des gens doivent être reconnus et récompensés parmi les militaires, le CEMGA des armées serait loin d’être le premier. Nous devrions penser d’abord au Lt colonel Isaac Zida, qui au péril de sa vie s’est opposé depuis des mois à la volonté de ses frères d’armes de caporaliser le pouvoir pour faire leur volonté au lieu de celle du peuple. Au Colonel Auguste Denise Barry pour les mêmes raisons. Aux chefs de corps de différentes régions militaires qui ont marché sur Ouaga. Aux officiers et hommes du rang du RSP torturés ou tués pour s’être opposés en interne au coup d’état. Que la nation reconnaisse le mérite et non le poste, c’est ça la vérité.

  • Mes chers amis du Burkina je suis entrain de me demander, si vous n’êtes pas allés trop loin, en reniant tous ceux que la communauté internationale vous a apporte pour apaiser la situation.La transition a beau être dirigé par des civils mais elle reste un régime d’exception qui n’est pas issu de vote par suffrage universel.De ce fait, vous êtes entrain de prendre des décisions qui devraient être prise par un vrai pouvoir issu des urnes.Je prie dieu pour que vos décisions, prisent par des revanchards prêt à utiliser les enfants des pauvres qui gagneront rien au futur pouvoir, à aller défié des balles de kalachnikovs. Pour qu’il protège le Burkina des ambitions personnelles d’irresponsables prêts à risquer un affrontement aux conséquences incalculables de militaires pour revenir aux affaires.

  • Mes chers amis du Burkina je suis entrain de me demander, si vous n’êtes pas allés trop loin, en reniant tous ceux que la communauté internationale vous a apporte pour apaiser la situation.La transition a beau être dirigé par des civils mais elle reste un régime d’exception qui n’est pas issu de vote par suffrage universel.De ce fait, vous êtes entrain de prendre des décisions qui devraient être prise par un vrai pouvoir issu des urnes.Je prie dieu pour que vos décisions, prisent par des revanchards prêt à utiliser les enfants des pauvres qui gagneront rien au futur pouvoir, à aller défié des balles de kalachnikovs. Pour qu’il protège le Burkina des ambitions personnelles d’irresponsables prêts à risquer un affrontement aux conséquences incalculables de militaires pour revenir aux affaires.

  • Chapeau à l armée républicaine ! Mr l 00:52 j suis désolée si vous
    Pensez que Ns l burkinabés devrons tt prendre à la Cedeao .
    Mais Ns Ns prenons ce qi arrange l peule , l Burkina sinon on aurait
    Accepté l amnistie.vous savez il y a un proverbe qui dit q"si on reffuse
    D prendre avec la main gauche on prendra à terre dommage pour
    L cdp .dommage pr Eddy qui était un expert respecte e non inquièté
    Voila q d autre devrait vivre en exit c est dommage pr des personnalités

  • A internaute No 21 :
    C’est comme si apres le coup et les nombreux morts et blesses le gal Gilbert Diendere demandait a etre candidat a la prochaine election et que vous demandiez au Peuple de ne pas l’exclure au moins en 2015. Ceux qui sont exclus en 2015 sont responsables de la mort de dizaines de Burkinabe et centaines de blesses. Ils le reconnaissent eux-memes et c’est pourquoi tous etaient en train de chercher a remplacer les candidats exclus.
    Le RSP a fait son coup d’état pour sauver ses propres interets (non dissolution, retrait des militaires de la Transition, avantages materiels accordes sous Blaise Compaore). Ces revendications du RSP sont connues. L’exclusion n’en fait pas partie !
    L’exclusion des candidats aux elections du 11 octobre etait le dernier de leur souci. Tous ceux qui pensent que le contraire sont manipules par des journalistes internationaux employes par des palais presidentiels africains mon regard.

  • "Si vous tuez Norbert Zongo aujourd’hui, demain vous aurez des millions de Norbert Zongo au Burkina faso."
    Cette phrase de Norbert Zongo, je la garde et la répète en tout temps. Et c’est ce qui est bien arrivé.
    Tout le peuple Burkinabé est Norbert Zongo et Sankara.
    Et leur tueur Diendéré avec son nom de guerre "Guèguèrè" est dans ses petits souliers.
    Tout se paie ici bas.

  • Les parasites de l’Etat Des Homes Integres de notre Afrique, doivent etres detruits.

    Meme s’ils bougent a sud de l’Etat, Ils devront etres ramenes pour penance.

    J’etais a Ouagua, pour la premiere fois quand Francois Mitterand a fait sa visite Officiel.

    J’etais interesse au tribunal populaire, don’t je suis alle m’ assoir dans les gradins pour voir et ecouter les charges, et les criminels.

    Traduise ceux qui ont interrompu l’avancee de l’Afrique a travers la vie des hommes integres.

    Bravo a mes freres and soeurs du Faso.

    Des Jours Benis sont devant nous.

    David Akenou
    Londres

  • vs alimentez tous la haine dans commentaires ainsi d,autres coe le Gl GD naîtront et ce n’est pas sûr que ça sera si simple. donc pour l’avenir d’un BF prospère et uni ne faisons pas les mêmes erreurs.notre crise est seulement politique,seulement politique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés