Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

vendredi 25 septembre 2015 à 08h01min

Notre chère patrie le BF, traverse depuis le 16/09/2015 une situation caractérisée par une instabilité politique et institutionnelle. Nous le savons, cette crise est liée à un coup de force perpétré par le Général Diendiere et ses hommes du RSP. Aussi cette situation survient à un moment où la situation épidémiologique de notre pays est marquée par une prédominance de morbidité liée au paludisme dont la mortalité bat le record dans notre sous région.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

Cette crise qui a été condamnée par l’ensemble de la société civile, suivie de leur prise de position ayant eu pour conséquences la résistance, la désobéissance civile et une grève illimitée. C’est dans ce contexte que il nous revient de constater que les structures de soins de santé fonctionnent presque au ralenti ; puisque la plupart des structures de santé notamment celles de premier niveau ( CSPS, maternité, CM et CMA ) à 80% sont quasi fermées. Ce ne sont que les structures de référence (CHR, CHU) où d’ailleurs il n’ existe que un service minimum, qui tentent d’ offrir quelques soins de fortunes car débordées dans tous les sens.

Nous pouvons donc être convaincus que la mortalité a pu atteindre un chiffre considérable dans cette situation de précarité. Cela se justifie d’ autant plus que au cours de cette période , beaucoup de malades ont dû manquer de soins tout net ou des soins de qualité adéquats. C’est face à cette triste réalité que l’opinion national et internationale ne s’ est focalisée que sur des questions politiques, militaires et diplomatiques et cela à travers des investissements faramineux dans les sommets, rencontres et autres.

Le plus éloquent aussi est que la presse, même internationale se contente de la couverture des mobilisations des résistants, des sommets et rencontres. Pire, les organisations de l’ONU (OMS ), les organisations humanitaires, les ONG tels : la Croix rouge, MSF et autres ont préféré un silence au point que l’ on demande quel pourrait être leur rôle dans une situation de notre genre, malgré l’évidence que l’instabilité politique soit considérée comme un des facteurs déterminants de l’ état de santé des populations.

Au demeurant, nous déplorons toutes les victimes de cette crise mais il serait important de refaire les comptes de tous ceux qui ont perdu la vie lors de cette crise parce que c’est sûr qu’ils atteindraient un nombre record. Il est donc urgent d’en appeler à la vigilance de l’opinion en l’ occurrence les mouvements de droit de l’ homme : cet hécatombe négligé doit être comptabilisé sur le dos de la crise que nous vivons.

Gnada B. Wilfried, IDE
Tel : 70110877/78789040
E-mail : lalopoko@yahoo.fr

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 septembre 2015 à 08:27, par abu imrane
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    VERITE INCONTESTABLE. C’EST EN CELA QUE NOUS REJETTONS L’IMPUNITE QUE LA CEDEAO VEUT ACCORDER AUX AUTEURS DU COUP D’ETAT. FAITES DONC LE POINT POUR QU’ON FASSE UN BILAN CLAIR DE CETTE FORFAITURE POUR QU’ILS RENDENT COMPTENT DEVANT LA JUSTICE BURKINABE.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 09:26, par RFB
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Merci de nous ramener à la dure réalité du pays. Je suis la première à faire mon mea culpa. Nous nous sommes tous focalisés sur ce qui se déroulait à Kosyam et avons complètement perdu de vue les victimes collatérales de la crise que nous venons de traverser. Merci d’être là pour nous rappeler à l’ordre.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 09:44
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Bien vu et bien dit.
    Merci mon frère !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 09:46, par Mandra
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    « Merci » M GNADA pour cette observation. Il est important d’attirer l’attention des acteurs de la santé et les autorités sur cette question, car les yeux étaient uniquement braqués sur les mobilisations et de l’autre côté les gens mouraient. Dieu seul sait combien de malades ont perdu la vie pendant ce temps de coup de force.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 10:33
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Si le probleme des victimes due a la greve est reel, je me demande si tu n’es pas un nostalgique. Tu sais ce qu’ on appelle la hierarchie des besoins ? Peux- tu nous dire que dans le conteste national qui est le notre, il fallait laisser Djendjere et ses voyous restes au pouvoir , ne pas se focaliser sur ca pour l’ opinion nationale et internationale ? Eric, tu es en train de lutter contre les effets, pas les causes. OK ? Qui a provoquer cette situation. Les morts par manque de soins de qualite, il faudra les reverser dans le dossier du general incapable et felon. Sinon ton ecrit n’ aura servi que de regretter en fait ce coup d’ etat foireux comme ce general qui a eus ses galons dans le parc animalier de Ziniare et qui tue les enfants des autres comme des lapins de garenne alors que lui meme il bande pas a forte raison, produire des enfants. Si vous croyer pas dites moi quant es-ce que vous avez entendus que lui aussi il frequente une femme meme dans le noire ? Avec son analphabete et betement ambitieuse de Fatou Dialo qui bave devant les petits garcons comme ca. Contribution nulle a l’ humanite.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 10:34
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Si le probleme des victimes due a la greve est reel, je me demande si tu n’es pas un nostalgique. Tu sais ce qu’ on appelle la hierarchie des besoins ? Peux- tu nous dire que dans le conteste national qui est le notre, il fallait laisser Djendjere et ses voyous restes au pouvoir , ne pas se focaliser sur ca pour l’ opinion nationale et internationale ? Eric, tu es en train de lutter contre les effets, pas les causes. OK ? Qui a provoquer cette situation. Les morts par manque de soins de qualite, il faudra les reverser dans le dossier du general incapable et felon. Sinon ton ecrit n’ aura servi que de regretter en fait ce coup d’ etat foireux comme ce general qui a eus ses galons dans le parc animalier de Ziniare et qui tue les enfants des autres comme des lapins de garenne alors que lui meme il bande pas a forte raison, produire des enfants. Si vous croyer pas dites moi quant es-ce que vous avez entendus que lui aussi il frequente une femme meme dans le noire ? Avec son analphabete et betement ambitieuse de Fatou Dialo qui bave devant les petits garcons comme ca. Contribution nulle a l’ humanite.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 11:01, par Sidpawalmdé
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Bien vu de votre part, tous ceux qui sont decedés par manque de soins durant la gréve de l’Union d’action syndicale doivent être considérés comme des victimes du coup de force injustement et bestialement perpetré par le soi disant général alors qu’il ne merite même pas le grade de caporal.Par conséquent, ces victimes méritent aussi indemnisation. Soiyons vigilents tout en restant mobilisés.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 12:19
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Lorsqu’un proche est malade durant ce type de crise, on réalise rapidement qu’on peut perdre bêtement la vie. Alors l’on comprend qu’il ne faut pas penser qu’à la chose politique. Il faut aider à sauver chaque vie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 12:59, par Monsieur LAPAIX
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Tu as tout fait raison internaute 5, il faut que les grévistes arrêtent leur cinéma. Il y a des malades qui meurent chaque jour pour défaut de soin ! Pitié pour nos enfants, nos femmes enceintes !
    Les forcénés se sont calmés, reprenons le cours de notre vie et la justice fera le reste. Ne paralysons pas notre pays et ne participons de manière indirecte à assassiner notre peuple !

    Un désespéré

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 14:01, par di
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Intervenant nº3 et 4, vous avez raison de parler de la sorte. si vous étiez à la place de mon ami qui a perdu son frère à cause de ce service très minimum à l’hôpital, c’est sûr que n’auriez pas tenu ce langage.
    Au demeurant, si vous détenez les secrets intimes du couple diendere, c’est bien. Tant que cela vous grandi....
    Merci au journaliste pour son article

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 14:23, par le realiste
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Reconnaissons avoir mal organisé cette résistance. Au lieu de considérer le pays comme en guerre contre les terroristes et chercher à leur barrer la route tout en continuant de mener une vie acceptable, nous nous sommes fait Hara-Kiri comme si nous luttions contre notre gouvernement alors qu’au contraire nous cherchions à lui porter secours.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 14:33, par le realiste
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Reconnaissons avoir mal organisé cette résistance. Au lieu de considérer le pays comme en guerre contre les terroristes et chercher à leur barrer la route tout en continuant de mener une vie acceptable, nous nous sommes fait Hara-Kiri comme si nous luttions contre notre gouvernement alors qu’au contraire nous cherchions à lui porter secours.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 14:39, par le realiste
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Reconnaissons avoir mal organisé cette résistance. Au lieu de considérer le pays comme en guerre contre les terroristes et chercher à leur barrer la route tout en continuant de mener une vie acceptable, nous nous sommes fait Hara-Kiri comme si nous luttions contre notre gouvernement alors qu’au contraire nous cherchions à lui porter secours.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 20:46, par WESTEKE
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Merci WILFRIED pour cet écrit. J’ai moi aussi passé le temps à penser à cette situation. Le service minimum semble être fait pour les gens de la villes puisque ce sont les CMA, les CHR et CHU qui sont concernés.Les pauvres paysans qui pour certains sont à une certaine distance du CSPS qui d’ailleurs est fermé, n’ aura m^me pas l’information que le CMA qui se trouve peut être à 100 km est ouvert. Que le syndicat, les ONG et nos gouvernants réfléchissent sur le SERVICE MINIMUM. Je suis un agent de santé mais je reste convaincu qu’à la porte du paradis, des semblables nous demanderons : Que t’ai je fais pour que tu me fermes les portes de ta salle de consultation et ta pharmacie ? Ce n’est pas DIENDERE qui va répondre ; c’est chacun de nous ! je suis déçu de toussssssssssssss !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre 2015 à 22:37
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Intervenant N°10,
    je compatis à la douleur de votre ami comme à celles de mes amis qui ont reçu des balles du RSP ainsi qu’à celles des proches de toutes les victimes de ce putsch et certainement avec moi toute la Nation Patriote Burkinabè !
    J’espère que vous vous remettrez de vos émotions et qu’à tête reposée et plus lucide vous relirez nos interventions (Intervenants N°3 & N°4).
    De la part de l’intervenant N°3.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2015 à 07:18, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    - Hey mon Ami, toi tu nous pompes l’air !! Personne n’a oublié ton hécatombe qu’est le paludisme ! C’est que actuellement on a une urgence qu’il faut vite régler : RSP et ses terroistes putschistes. A près celà on en viendra à ton palu. Mais toutefois merci de nous le rappeler.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2015 à 10:50, par idtaxéwussogo
    En réponse à : Crise au Burkina Faso : L’ autre hécatombe aux oubliettes

    Aux internautes 5 ; 10 ; 12 et 16 faisons pardon et preuve de discernement sauf erreur de compréhension l’auteur de l’article nous(état) lance un appel solennel de ne pas oublier les victimes collatérales et en particulier ceux qui sont morts faute de soins dans la suite de la gestion de la crise.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés