Politique : Plus de 300 jeunes du CDP migrent au RPR d’Aly Badra Ouédraogo

lundi 14 septembre 2015 à 14h38min

Le nomadisme politique suit son cours à moins d’une semaine de la campagne présidentielle. Au Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), les forces s’amenuisent avec le départ de plus de 300 jeunes pour le Rassemblement des Patriotes pour le Renouveau (RPR) d’Aly Badra Ouédraogo. Au cours d’une conférence de presse animée dans la soirée du dimanche 13 septembre 2015, les dissidents, réunis autour de Justin Bonkoungou, ont justifié leur choix qualifié de « libre » et sans « pressions interne et externe ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Politique : Plus de 300 jeunes du CDP migrent au RPR d’Aly Badra Ouédraogo

« Un acte courageux et historique », tel est le sens que donne Justin Bonkoungou à leur démission du parti d’Eddy Komboïgo. Un départ qui est pour lui, « le résultat d’une introspection ». Lui et plus de 300 de jeunes disent quitter le CDP non pas parce que « la maison est devenue trop petite pour respirer », mais juste par conviction personnelle. C’est donc un choix délibéré qui ne souffre d’aucune « manipulation ». Ne se considérant pas comme étant des « vendus », Bonkoungou et ses camarades estiment avoir de la dignité et demeurent convaincus qu’« il n’y a pas ce parti qui puisse rivaliser financièrement avec le CDP ».

Et même s’ils quittent le navire à l’heure où il tangue, les démissionnaires tiennent à rappeler qu’ils abandonnent le parti « sans nourrir une poignée de haine à l’égard de qui que ce soit ». Bien au contraire, ils disent respecter le choix de leurs amis restés au CDP et qui leur ont légué des valeurs cardinales en politique. Toutefois, ils demeurent convaincus que c’est la jeunesse du CRAC (Cadre de réflexion et d’action pour le renouveau du CDP) qui a « réveillé le CDP de ces cendres ».

« Mieux vaut tard que jamais », déclare Justin Bonkoungou. Au RPR, les démissionnaires croient en leur liberté d’opinion car Aly Badra serait pour eux un homme accessible et ouvert. Convaincus de ce que le président du parti « vaut et peut », les dissidents comptent « veiller au grain » et prendre leur destin en main en se mettant du côté de « cette jeunesse qui a du mal à extérioriser ses talents ». Pour eux, tant que les partis politiques ne prendront pas garde aux problèmes des jeunes, ils programmeront « leur mort prochaine ». Ce message rejoint inéluctablement celui du président Michel Kafando qui avait déclaré lors des assises nationales de la jeunesse « avec les jeunes, oui tout est possible, sans les jeunes, attention ! ».

« Je suis un croyant et je ne fais pas un pas sans Dieu », clame haut et fort le représentant des dissidents. A quelques encablures des élections, Justin Bonkoungou a lancé un appel à plus de responsabilité de la jeunesse car elle n’a pas « le droit de saccager le Burkina Faso » ni de le « rwandiser », « quel que soit nos clivages politiques ».
Présent à la conférence de presse, Moussa Paré, Secrétaire général du RPR, a félicité les jeunes pour leur engagement et espère qu’ils adresseront au parti leur demande d’adhésion.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés