Message des évêques du Burkina à propos des élections : « L’engagement politique est l’expression suprême de la charité »

Déclaration • dimanche 6 septembre 2015 à 22h58min

Ceci est un message des évêques du Burkina Faso à l’occasion des élections du 11 octobre 2015.

   Message des évêques du Burkina à propos des élections : « L’engagement politique est l’expression suprême de la charité »

« L’ENGAGEMENT POLITIQUE :
EXPRESSION SUPRÊME DE LA CHARITE

MESSAGE DES EVEQUES A L’OCCASION DES ELECTIONS
DU 11 OCTOBRE 2015
Salutation

1- Fils et Filles de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso, et vous tous, frères et sœurs en humanité,

Que Dieu, Créateur du monde et Source de toute solidarité, justice et réconciliation vous donne la paix en abondance ! Rendons grâces au Seigneur, Maitre bon et miséricordieux dont « l’amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. » (Lc. 1, 50.)

Nous, vos pères Archevêques et Evêques du Burkina Faso, soucieux de l’instauration d’une démocratie qui soit à la hauteur des attentes du peuple, sentons le devoir de vous adresser ce message de confiance et d’espérance.

Cinq années de turbulences

2- Après la célébration du cinquantenaire de son indépendance en 2010, notre pays a connu cinq années d’hésitations, de turbulences et de manifestations plus ou moins violentes qui ont conduit à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. C’était l’expression d’un peuple qui aspire à une démocratie véritable, laquelle suppose que soient résolus les problèmes des droits humains, et particulièrement ceux d’une jeunesse consciente des enjeux de son avenir. Nous vous le rappelions déjà dans notre message à l’occasion du cinquantenaire. « Au regard de l’importance de la jeunesse de la population il convient de mettre en place une politique d’encadrement de la jeunesse qui la mette au travail et qui cultive en elle le sens du bien commun et les valeurs du travail, du mérite et de la rigueur »

3- Le souvenir de ceux qui ont perdu la vie, la santé ou des biens lors de cette insurrection doit nous interpeller et désormais stimuler nos engagements en les orientant vers le don de soi jusqu’au sacrifice pour le bien de tous. Nous devons nous convertir en acceptant un examen de conscience individuel et collectif : les confessions religieuses, les autorités coutumières, les forces de défense et de sécurité, les partis politiques, les organisations de la société civile (OSC) et même la communauté internationale. Aucun problème ne peut trouver de solution véritable dans la violence. « Les guerres sont souvent causes d’autres guerres, car elles nourrissent des haines profondes, elles créent des situations d’injustice et elles foulent au pied la dignité et les droits des personnes. D’une façon générale, elles ne résolvent aucunement les problèmes pour lesquels elles sont menées. »

4- A la fin de cette Transition que nous vivons depuis le 16 novembre 2014, les citoyens burkinabè sont appelés à élire le Président du Faso et leurs représentants à l’Assemblée Nationale le 11 octobre 2015. Tous, nous aspirons à une démocratie qui nécessite surtout un changement de mentalité à tous les niveaux pour parvenir à des élections apaisées, libres et transparentes. Tous, nous devons nous engager à réduire la fracture sociale actuelle et à marcher vers une réconciliation véritable.

L’engagement politique : expression suprême de la charité

5- Chers Fils et Filles de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso !

Nous vous rappelons que tout chrétien doit participer à la construction de son pays dans un esprit de service en participant au choix des responsables politiques ou en s’engageant dans la vie politique. Dans ce sens, nous n’avons cessé de vous encourager à vous inscrire pour obtenir vos cartes d’électeurs. En effet, pour le chrétien, la politique est une expression noble et exigeante de son engagement au service des autres. Le Pape François a demandé de prier « pour que la responsabilité politique soit vécue à tous les niveaux comme une forme élevée de charité »

L’action politique doit être orientée vers la recherche du bien commun dans un esprit de service et de justice avec une attention particulière aux situations de pauvreté et de souffrances, dans un esprit de dialogue et de paix.

Des repères pour agir

6- La recherche de repères pour asseoir une véritable démocratie tant souhaitée à la fin de cette Transition est réelle mais est parfois faussée par des calculs politiques à court terme ou par la recherche d’une popularité à bas prix et sans lendemain.

Le premier repère est sans conteste un peuple réconcilié. Pour fixer ce repère, fils et filles de notre Nation, cinq conditions nous paraissent essentielles :

• le courage de dire la vérité, toute la vérité, quel que soit le prix à payer, pour une réconciliation effective, socle de la paix ;
• Le courage de demander, de donner et d’accueillir le pardon ;
• le courage de pratiquer la justice ;
• le courage de combattre l’impunité ;
• le courage d’aller aux élections sans corrompre et sans se laisser corrompre.

Chaque citoyenne et chaque citoyen sont donc invités à intégrer personnellement, les valeurs cardinales de pardon, d’intégrité, d’entente et de cohabitation pacifique.

7- L’Eglise en Afrique annonce une année continentale de réconciliation qui va du 29 juillet 2015 au 29 juillet 2016. Fils et Filles de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso, hommes et femmes de bonne volonté, vous tous qui entrez en campagne électorale, c’est sur le terrain de la réconciliation, du pardon, du respect mutuel que vous gagnerez la compétition des élections.

8- Les élections présidentielle et législatives d’octobre 2015 ont besoin d’un deuxième repère : le respect mutuel et le fairplay.
En effet la recherche effrénée de la victoire à tout prix expose à de joutes verbales et des empoignades fratricides. La perspective de ces élections ne doit donc pas nous faire perdre de vue les valeurs fondatrices de notre nation, à savoir l’intégrité, la solidarité, la cohésion sociale, l’unité nationale, la stabilité et la paix. Le moindre dérapage pourrait remettre en cause les légitimes espoirs suscités par les événements d’octobre 2014. Alors les morts, auxquels nous ne cessons de rendre hommage, auraient été sacrifiés pour rien.

9- Dans notre quête d’un avenir meilleur, le troisième repère est une bonne expérience politique.
En effet, sous d’autres cieux, l’expérience politique a prouvé que les tenants du pouvoir, nouveaux comme anciens, opposants comme organisations de la société civile, n’ont pas souvent su, après avoir défait les gouvernements, se montrer d’habiles architectes pour reconstruire lorsque vient leur tour. Que ceux qui seront élus s’en souviennent et travaillent à faire advenir une démocratie vraiment participative. L’expérience des transitions démocratiques en Afrique semble révéler presque partout, l’incapacité des acteurs politiques à aller au bout de leur propre engagement, à respecter l’éthique, à honorer tout simplement leur signature. Alors, le manque de confiance entre acteurs politiques, l’indignité et la mauvaise foi manifeste ont souvent conduit au bout du compte, à des conflits postélectoraux plus ou moins violents, chacun réclamant la victoire du scrutin. Cela n’arrive pas qu’aux autres. Soyons vigilants !

Pour une véritable démocratie

10- Fils et Filles du Burkina !
Des élections transparentes avec des résultats crédibles et acceptables ne nous seront pas données comme par enchantement. Elles proviendront de nos comportements et de notre langage. Les rancœurs, la vengeance et la jalousie ne feront que fragiliser davantage notre tissu social.

11- Il convient en outre de rappeler que les régions, les ethnies ou les religions ne doivent pas nourrir les divisions, renforcer les barrières ou développer les exclusions. Elles sont là pour apprendre aux hommes l’interdépendance économique, culturelle et spirituelle qui rassemble les humains et consolide le ciment de l’unité nationale et de la cohésion sociale.

12- La démocratie à laquelle nous aspirons tous ne saurait être la dictature d’une majorité politique, ethnique, régionale ou religieuse. Il s’agit d’une démocratie où sont garantis le pluralisme, les droits humains, les droits des minorités, des personnes vulnérables, la liberté d’expression dans le respect de l’autre, la sincérité et la libre expression du suffrage. Ceci est beaucoup plus difficile à réaliser que les actions commandées par la haine, l’individualisme, l’égoïsme, le communautarisme sectaire, etc.

Un défi à relever

13- Les élections du 11 octobre 2015 s’annoncent comme des plus ouvertes de l’histoire de notre pays. On nous observe de toute part. Allons-nous nous en sortir ou allons-nous sombrer ? Des élections pour un simple remplacement des gouvernants ne garantissent pas forcément une démocratie véritable. Celle-ci exige à la base une culture qui réponde aux exigences de la solidarité nationale, de la justice, de l’équité et des valeurs spirituelles et morales. Nous appelons alors les filles et fils de l’Eglise-Famille de Dieu et tous les hommes de bonne volonté au Burkina Faso à un sursaut national pour créer les conditions d’une démocratie qui permette un vivre ensemble dans la solidarité et la paix.

14- Pour sa part, notre Eglise-Famille de Dieu à travers des structures appropriées prendra les dispositions nécessaires pour observer le déroulement des élections du 11 octobre 2015 aux côtés des autres observateurs. Nous voulons des élections apaisées et acceptées par tous.

15- Fils et Filles de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso, évoluer dans des partis politiques différents est un appel à faire valoir vos projets et programmes de société, dans la vérité, en trouvant le langage approprié et le comportement adéquat. Une campagne électorale est une compétition et non pas une bagarre, un débat d’idées mettant en œuvre la force de l’argument et non l’argument de la force. Les disparités et autres oppositions traditionnelles et historiques devraient faire place à l’harmonie dans la diversité.

Tâches à prioriser

16- Filles et Fils du Burkina Faso !
Nous devons construire dans notre pays un système de gouvernance où la démocratie participative et la démocratie représentative se complètent et se renforcent harmonieusement. Dans une telle démocratie, on devra prendre l’habitude de prêter une attention particulière aux groupes vulnérables ou laissés pour compte. « Je prie le Seigneur, écrit le pape François, de nous offrir davantage de politiques qui aient vraiment à cœur la société, le peuple, la vie des pauvres » .
A cet égard, nous ne devons pas oublier que la plupart des hommes et des femmes de notre pays vivent une précarité quotidienne aux conséquences parfois funestes. Les paysans notamment se posent des questions sur l’issue de cette saison hivernale incertaine.

17- C’est pourquoi, les programmes de société doivent viser à atteindre la sécurité alimentaire pour tous et à mettre en place une administration adéquate ainsi qu’une économie performante respectueuse de l’environnement et qui tienne compte du développement intégral de l’homme. « C’est un humanisme plénier qu’il faut promouvoir. Qu’est-ce à dire, sinon le développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes ? »

L’audace qu’il nous faut avoir aujourd’hui, c’est d’oser être créatifs et actifs pour continuer notre marche avec les peuples qui bâtissent des nations libres et réconciliées.

18- Fils et Filles de l’Eglise Famille de Dieu au Burkina, nous vous invitons à redoubler d’ardeur et de confiance dans la prière pour notre pays et pour nos gouvernants actuels et futurs

Dieu Notre Père,
Ce qu’il y a de meilleur dans Ta création, c’est l’homme.
Tu l’as crée à Ton image, afin qu’après le temps de sa vie terrestre,
Il jouisse d’un bonheur éternel auprès de Toi.

Pour que notre pays soit le milieu de vie
Où nous obtenions cet unique nécessaire qu’est la vie éternelle,
Nous T’adressons cette prière :
Accorde à notre pays du Burkina Faso
Les institutions qui lui garantissent le bien-être, la liberté et la paix :
Accorde-lui avant tout des autorités religieuses et civiles
Qui se laissent guider par l’Esprit Saint,
Afin qu’elles exercent leurs charges selon la justice
Et dans le seul souci du bien de tous.
Nous Te le demandons par Ton Fils Jésus Christ Notre Seigneur.

Très Sainte Vierge Marie, priez pour nous.
Notre Dame de Yagma protégez notre pays
Anges gardiens du Burkina Faso, veillez sur lui.

Donné à Ouagadougou, le 06 Septembre 2015 »

Vos Archevêques et Evêques.

Mgr Paul Yemboado OUEDRAOGO, Archevêque de Bobo-Dioulasso
Président de la Conférence Episcopale Burkina-Niger
Cardinal Philippe OUEDRAOGO, Archevêque de Ouagadougou
Mgr Séraphin François ROUAMBA, Archevêque de Koupéla
Mgr Joachim OUEDRAOGO, Evêque de Koudougou
Vice-président de la Conférence Episcopale Burkina-Niger
Mgr Lucas Kalfa SANOU, Evêque de Banfora
Mgr Thomas KABORE, Evêque de Kaya
Mgr Joseph SAMA, Evêque de Nouna
Mgr Jude BICABA, Evêque de Dédougou
Mgr Der Raphaël KUSIELE DABIRE, Evêque de Diébougou
Mgr Justin KIENTEGA, Evêque de Ouahigouya
Mgr Gabriel SAYAOGO, Evêque de Manga
Mgr Modeste KAMBOU, Evêque de Gaoua
Mgr Pierre Claver Yenpaabu MALGO, Evêque de Fada N’Gourma
Mgr Prosper KONTIEBO, Evêque de Tenkodogo
Mgr Laurent BIRFUORE DABIRE, Evêque de Dori
Mgr Léopold Médard OUEDRAOGO, Evêque auxiliaire de Ouagadougou

Messages

  • Celui qui n’est pas charitable ne peut pas être un bon gouvernant. On n’a pas besoin d’être évêque pour constater que les François COMPAORÉ et leurs bandes de razzias n’avaient aucune pitié envers les gens. Leur avenir est où maintenant ? Le plus grand malheur pour un citoyen c’est de ne plus pouvoir rentrer dans son pays. Quel triste sort. Chacun de nous doit tirer les leçons du malheur de ces sangsues du peuple pour se positionner en bon gouvernant. Merci aux évêques de poser les bases à travers ce réquisitoire sans complaisance. Un citoyen libre.

  • """L’expérience des transitions démocratiques en Afrique semble révéler presque partout, l’incapacité des acteurs politiques à aller au bout de leur propre engagement, à respecter l’éthique, à honorer tout simplement leur signature.""Notre transition,est une illustration parfaite,où l’injustice et le règlement de compte ont pris le pas sur une gestion juste ,équitable pour tous ayant entraîné l’exclusion d’une partie du peuple ;d’ailleurs que disent les évêques de cette exclusion de certains candidats de l’ex majorité ?

  • L’Eglise catholique a une fois encore choisit de montrer le chemin, plutôtque de se contenter de rester dans l’intemporel,elle montre qu’il faut d’abord assurer aux hommes le temporel en même temps que l’intemporel. Bon vent à nos leaders catholiques !Je suis vraiment très fier de vous, avec ce message, nul doute que je vais reprendre la cathéchèse. Que le Tout-Puissant que nous vénérons tous vous inonde de sa Grâce et de sa Bonté !

  • Eh oui le Clergé a parlé et de la manière la plus claire. L’avenir de notre pays nous intéresse tous. Lisez bien ce message et vous tirerai de bonnes leçons pour parler de notre classe politique. Lisez, lisez et lisez encore ! Amen !

  • merci pour vos prières, vos vœux, que dieu vous bénis et qu’il bénie le du Burkina amen.

  • Que dire après ça ? Tout bien dit seulement ces politiciens sont à la recherche de popularité à bas prix et le gain facile. Écoutez pour une fois car ceux qui ont minimisé leurs sages conseils et fraternels par des quolibets du genre ce n’est pas une institution de la république ou s’ils s’invitent(l’Église) dans le débat politique qu’il prennent leur récépissé, peuvent témoigner ils voient juste, bien et parle à propos. MERCI à vous

  • Comme c’est souvent le cas, vous, les évêques de notre pays, comme des bons bergers, donnez la direction aux fidèles chrétiens mais aussi des conseils francs, honnêtes et courageux à tous les burkinabé pour construire un pays consensuel, libre, respectueux des valeurs morales spécifiques des uns et des autres.
    Merci aux valeureux fils de notre digne pays !

  • Merci chers Évêques.

    C’est avec grand intérêt que j’accueille votre message plein de sagesse et de repère pour asseoir une démocratie participative au Burkina. j’ai toujours été édifie par vos messages non pas parce qu’ils proviennent d’une religion,mais surtout qu’ils sont d’une sagesse profonde et leurs justesses proviennent des réelles observations du quotidien des burkinabé. En effet ce message traduit même le chemin du bonheur de mon peuple,celle vers un pays de paix ,d’amour et de justice. Ce trésor politique est même la bible de l’homme politique burkinabé.
    Je m’engage en tant qu’homme politique à prendre en compte les piliers d’un Burkina nouveau que vous avez édictés.
    Je comprends la profondeur de votre bonne volonté a accompagner le développement réel de notre pays et que toute la Nation entière vous gratifie par cette grande contribution.
    Merci chers Évêques. C’est dans nos actes et nos paroles que vous saurez la réception du message.

  • Le clerge doit etre neutre pour etre credible !

  • Merci à nos pères évêques, Dieu vous bénisse et vous éclaire d’avantage. Merci pour ces écrits limpides, merci et mille fois merci. J’aurai souhaité que l’on fasse un encadré avec ceci : « Au regard de l’importance de la jeunesse de la population il convient de mettre en place une politique d’encadrement de la jeunesse qui la mette au travail et qui cultive en elle le sens du bien commun et les valeurs du travail, du mérite et de la rigueur » ; que l’on accrochera dans le bureau du futur président et de touts ces ministres. Merci encore à nos évêques.

  • "La démocratie à laquelle nous aspirons tous ne saurait être la dictature d’une majorité politique, ethnique, régionale ou religieuse. Il s’agit d’une démocratie où sont garantis le pluralisme, les droits humains, les droits des minorités, des personnes vulnérables, la liberté d’expression dans le respect de l’autre, la sincérité et la libre expression du suffrage. Ceci est beaucoup plus difficile à réaliser que les actions commandées par la haine, l’individualisme, l’égoïsme, le communautarisme sectaire, etc.".
    Et voilà qui est bien dit. Malheureusement, nos politiciens ont jusque là choisi le chemin de la facilité qui ne s’inscrit que dans le cours terme. Très vite, ils parviennent au pouvoir mais très vite ils sont rejetés par le peuple. N’ayant plus d’arguments pour rester, ils usent de tout moyens (tripatouillage des Constitutions, achats de consciences, propos injurieux, assassinats, violations des droits et libertés fondamentales, ...), résultat : perte en vie humaine, insurrection populaire, expulsion du pays, exclusion de gré ou forcée, transition, austérité, .....
    Ce message, bien que provenant des évêques, est un message laïc qui pourrait servir de boussole à chaque citoyen, surtout à la classe politique.
    Dieu bénisse le Burkina Faso.

  • Merci chers archevèques et évèques pour le message qui j’espère prendra echo dans l’oreil des fils et du filles de notre pays.
    Que DIEU vous benisse et vous protège

  • Merci à toutes les autorités de l’Eglise Catholique du BURKINA pour leur sens élevé à cultiver la paix dans les cœurs de toute la population du BURKINA, pour leur clairvoyance et leur interpellation permanente des politiciens et des citoyens au sens élevé de la paix et du vivre ensemble, gages d’une démocratie véritable et constructive. Que Dieu vous bénisse chers évêques. Votre message est sans complaisance et profond de tout sens pour celui qui aime l’humanité.

  • intervenant No8, qu’est ce que tu veux dire ? expliques toi

  • Quand Kouadio l’internaute 8 dit "Le clerge doit etre neutre pour etre crédible" . Que veut-il dire ? Il sait qu’il doit être neutre, raison pour laquelle il adresse ce message à la nation entière sans considération ethnique, raciale, régionale, politique, ... Par exemple, ils n’ont pas appelé à voter telle ou telle autre personne mais ils ont dit la vérité afin que notre démocratie soit renforcée et réelle pour le bonheur de tous.
    A moins que tu t’est pas fait comprendre, je t’exhorte à bien lire et relire le message des évêques.

  • La profondeur de ce message, ne laisse indifferent aucun lecteur. vivement que les partis politique en tiennent compte pour reajuster leur programme, leur vision et leur comportement. Merci aux preres Eveques pour leur prevoyance,et que le tout puissant qui a toujours veuillez sur ce pays ecoute vos prieres et nos prieres pour nous surprendre agreablement encore comme au depart de Blaise.
    Que le seigneur vous benisses ! Amen

  • Laisse l’internaute n° 8 balbutier comme un ignard. Ceux qui n’ont pas écouté les évêques ont toujours payés cash leur forfaiture et pourtant l’église n’est pas et ne sera jamais une institution politique. Même OBAMA est allé s’incliner devant le Pape François. Et pourtant le Vatican est le plus petit Etat au monde. Ceux qui doute de la neutralité de l’église doute de la vérité. Ils n’auront point de répit et de salut ni dans le temporel, ni dans l’intemporel. Un pieux Chrétien laïc.

  • L’ESPRIT SAINT a fait son travail en inspirant nos pères évêques dans la culture de la paix. C’est à nous de faire le nôtre en mettant en pratique ce qui a été dit. Il vaut mieux prévenir que guérir. Très fier de nos responsables religieux.

  • Mon reproche à cet écrit, après l’avoir lu c’est sa teneur politique. il est vrai qu’au regard de l’actualité nationale cela pourrait se justifier sans ambages. Mais pour des "imminents" responsables religieux je trouve le discours fortement déséquilibré avec des relents de populisme qui confondent leurs auteurs à la melée suscitée par la situation nationale de ces dernières années.
    le principal déséquilibre de ce texte, chose qui me surprend d’ailleurs, c’est sa portée spirituelle. Chers évêques, permettez-moi à ce sujet de vous poser une seule question : Pourquoi dans vos repères Dieu ne figure nul part ? Pour monsieur tout le monde je peux comprendre cette omission, mais venant de vous, j’avoue que je ne comprend pas cette omission dans les différents repéres que vous avez cités. Pour vous, que vaut le courage, la justice, la réconciliation, etc s’ils sont accomplis sans l’amour et la crainte de Dieu.
    Des autres j’aurais compris cet écrit.
    Merci

  • Mon reproche à cet écrit, après l’avoir lu c’est sa teneur politique. il est vrai qu’au regard de l’actualité nationale cela pourrait se justifier sans ambages. Mais pour des "imminents" responsables religieux je trouve le discours fortement déséquilibré avec des relents de populisme qui confondent leurs auteurs à la melée suscitée par la situation nationale de ces dernières années.
    le principal déséquilibre de ce texte, chose qui me surprend d’ailleurs, c’est sa portée spirituelle. Chers évêques, permettez-moi à ce sujet de vous poser une seule question : Pourquoi dans vos repères Dieu ne figure nul part ? Pour monsieur tout le monde je peux comprendre cette omission, mais venant de vous, j’avoue que je ne comprend pas cette omission dans les différents repéres que vous avez cités. Pour vous, que vaut le courage, la justice, la réconciliation, etc s’ils sont accomplis sans l’amour et la crainte de Dieu.
    Des autres j’aurais compris cet écrit.
    Merci

  • Merci à vous les évêques du BURKINA pour votre clairvoyance. Tout est proprement dit, à vous les politiciens de saisir cette opportunités et de suivre les sages conseils.
    paix, paix, justice, justice !!!!

  • 1- Fils et Filles de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso, et vous tous, frères et sœurs en humanité,

    Que Dieu, Créateur du monde et Source de toute solidarité, justice et réconciliation vous donne la paix en abondance ! Rendons grâces au Seigneur, Maitre bon et miséricordieux dont « l’amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. » (Lc. 1, 50.)

    QUE CELUI QUI VOIT, VOIT ; QUE CELUI QUI ENTENDE, ENTENDE internaute N°19

  • A ce message très profond des évêques, on ne peut que dire AMEENN ! Que celui qui a des oreilles l’entende. Que nos leaders, avec un coeur de charitable, se laissent inspirer par cette sagesse.

  • Juste une contribution pour répondre au reproche et à la question de l’internaute n°19 (Momo). Pour ma part, je pense que Dieu n’est pas omis dans le message des Évêques. Car on dit que "Où sont Amour et Charité, Dieu est présent." Si donc ils parlent d’amour et de charité, c’est donc que Dieu est présent. Plus qu’un repère, Dieu est la destination de tous les repérés énumérés dans le message. Pour nous qui le lisons, c’est une évidence ! Point besoin de citer Dieu, l’inspiration qui traverse tout le message suggère sa présence dans le discours des évêques. Dieu bénisse nos évêques.

  • Je me demande de quelle planète vient ce Kouadio (l’internaute) ? Est-il burkinabè ? Même un étranger, qu’il soit croyant ou pas, pourvu qu’il aime le Burkina ne doit pas douté de la crédibilité de l’église catholique, en tout cas, pas concernant ce messages de vérité des évêques.

  • Sida noomame la reegra n ya toogo !Gloire au Père au plu haut des cieux e paix sur la terre aux hommes qu’il aime !Nous te louons et te rendons grace car tu nous a donné des évèques avertis e responsables !

  • mes chers amis les évêques doivent aller au bout de leur logique et dire c’est mauvais mais allons seulement. Après ce que vous avez écrit vous devez vous dire que rien n’est sur pour une paix au Faso. Mais comme vous avez choisi votre camps allons seulement

  • Heureusement que le Clergé veille au grain. Votre intervention vient au bon moment pour influencer l’opinion des fidèles. Je trouve vraiment que le Clergé et les laïcs catholiques font un bon boulot pour que Rock devienne président du Faso. Bravo. J’aime quand l’église se mêle aussi ouvertement de la politique pour donner son avis sur l’avenir de la nation. Je m’en fous de ceux qui disent que l’église doit être neutre dans un moment aussi critique. Les intellectuels catholiques à l’exemple de Mr Paul Ouédraogo font du bon boulot au sein de la Commission de réconciliation nationale. Il ne travaille pas comme Desmond Tutu pour le pardon, mais au Burkina la justice humaine doit s’appliquer sans réserve. La réconciliation viendra après.Tant pis pour Blaise qui n’a pas écouté les pères spirituels. Le Clergé s’est toujours rangé du bon côté. Bientôt la justice divine va s’exercer pour sauver le Burkina de tous ses fils véreux et méchants. Amen.

  • Internaute numéro 20 vous n’avez rien compris dans la déclaration des évêques.

  • J’invite l’internaute N°20 à bien relire le texte. Le paragraphe suivant du début campe bien la SOURCE : "Que Dieu, Créateur du monde et Source de toute solidarité, justice et réconciliation vous donne la paix en abondance ! Rendons grâces au Seigneur, Maître bon et miséricordieux dont « l’amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. » (Lc. 1, 50.).
    Je rends ici un vibrant hommage à nos Pères Évêques pour la constance dans leur sollicitude.

  • Il faut que l’internaute 20 sache qu’il ne s’agit pas ici du verbiage mais de la destinée de notre pays. Tout le monde doit impérativement faire de la politique à moins de ne pas être un citoyen responsable. C’est la manière de faire cette politique en fonction de son statut. Les évêques ne font pas de la politique politicienne et partisane. Ont-ils de te voter ou de ne pas te voter ? Par contre, en tant qu’hommes de Dieu, ils ne doivent pas fermer les yeux sur certaines vérité telle que la démagogie de nos politiciens, l’oppression du peuple, etc. Ils disent cela dans l’intérêt même de ces politiciens. Ils avaient dit cette vérité à Blaise et il n’avait pas cru, il est où aujourd’hui ?
    Respecte ces gens qui n’agissent pas au hasard, ils consultent leur hiérarchie.
    Es-tu sûr de les avoir compris ?

  • AMEN ! AMEN ! AMEN !

  • A l’internaute 19-20.
    Apparemment vous n’avez pas lu complètement le message des évêques.
    Sinon en le lisant on voit bien que Dieu est l’alpha et l’oméga c’est-à-dire le commencement et la fin.
    Je cite
    " 1- ....
    Que Dieu, Créateur du monde et Source de toute solidarité, justice et réconciliation vous donne la paix en abondance ! Rendons grâces au Seigneur, Maitre bon et miséricordieux dont « l’amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. » (Lc. 1, 50.)
    ...
    18-....

    Dieu Notre Père,
    Ce qu’il y a de meilleur dans Ta création, c’est l’homme.
    Tu l’as crée à Ton image, afin qu’après le temps de sa vie terrestre,
    Il jouisse d’un bonheur éternel auprès de Toi.

    Pour que notre pays soit le milieu de vie
    Où nous obtenions cet unique nécessaire qu’est la vie éternelle,
    Nous T’adressons cette prière :
    Accorde à notre pays du Burkina Faso
    Les institutions qui lui garantissent le bien-être, la liberté et la paix :
    Accorde-lui avant tout des autorités religieuses et civiles
    Qui se laissent guider par l’Esprit Saint,
    Afin qu’elles exercent leurs charges selon la justice
    Et dans le seul souci du bien de tous.
    Nous Te le demandons par Ton Fils Jésus Christ Notre Seigneur
    .

    Très Sainte Vierge Marie, priez pour nous.
    Notre Dame de Yagma protégez notre pays
    Anges gardiens du Burkina Faso, veillez sur lui."

    Merci aux pères évêques de l’Église Famille du Burkina.

  • Je veux partager quelque chose de très intéressant avec mes concitoyens : la foi en Dieu, quelle que soit la religion ou la confession choisie, n’est pas donnée à tout le monde. Voyez vous-même internaute n° 19 et 20 (même texte) qu’en dépit de la référence à Dieu, vous avez beau lire le discours, mais vous n’avez pas vu cette allusion à Dieu faite par les évêques et archevêques. Ce n’est pas de votre faute parce que vous n’avez pas la foi. Parce que la foi est donnée au plus petit de ce monde, vous devez vous faire plus petit pour bénéficier de cette foi ? Autrement dit, le saint esprit vous visitera si vous faites preuve d’humilité et de simplicité afin de vous imprégner du message sacro-saint de l’Eglise catholique qui n’a pas besoin de conquérir le pouvoir d’Etat. L’église n’a aucun enjeu électoral. Elle dit simplement la voie à suivre. Celui qui s’éloigne de cette voie, assumera sa propre responsabilité ici bas et dans l’au-delà. Esprit saint, viens nous envahir et surtout ceux qui ont besoin de cette foi salvatrice afin que l’humanité puisse mieux se porter. Ce n’est pas seulement celui qui fait les 5 prières régulières ou passe le temps au temple ou à la messe tous les matins qui a la foi, mais celui qui agit selon les commandements de Dieu. Un citoyen pieux et laïc.

  • Toujours dans la même logique de sagesse et de crédibilité.
    Un message ne vaut que par le fond...mais si des gens (internaute 20) rentrent dans une logique de critique littéraire je ne suis pas très certain qu’il fasse le poids devant cet aréopage d’hommes d’église.
    Du reste ce message ne s’adresse pas qu’aux seuls catholiques.
    Cela dit chers prélats bon courage à vous et restez toujours dans cette logique de sagesse et de neutralité. Au besoin revendiquez votre proximité avec les "petites gens"...quitte à être traités de populistes. Que Dieu (de nous tous) éclaire les uns et les autres pour qu’ils écoutent votre message.
    Soutient.

  • J’exhorte l’internaute 19 à bien lire au lieu de se jeter dans des conjectures qui dépassent son petit esprit. i)Ce message est politique pcq s’adresse aux hommes politiques d’abord et à tous les citoyens ensuite qui doivent choisir leurs dirigeants. Rien que pour cela, Dieu y est déjà. ii)En outre, ces Sages de l’Eglise Catholique se sentent le devoir de prévenir plutôt que d’attendre le pire pour s’inscrire dans les "comités de sages" pur éteindre le feu, iii) ceci n’est pas une dissertation scolaire, mais un message à la portée de tous les esprits ; et iv) enfin Dieu y est aussi bien dans l’esprit du message que dans la lettre (voir la dernière partie.
    Que Dieu Sauve le Burkina et longue vie aux Evêques du BF.

  • merci chers évêques, vous qui prenez toujours de l’avance sur les évènements le souhait pour tous les burkinabè que nous sommes est ’’une prière pour la paix’’ au Faso comme vous l’avez toujours fait à l’image des autres hommes de Dieu. merci merci merci

  • Merci chers pères évêques

  • Dieu Notre Père,
    Ce qu’il y a de meilleur dans Ta création, c’est l’homme.
    Tu l’as crée à Ton image, afin qu’après le temps de sa vie terrestre,
    Il jouisse d’un bonheur éternel auprès de Toi.

    Pour que notre pays soit le milieu de vie
    Où nous obtenions cet unique nécessaire qu’est la vie éternelle,
    Nous T’adressons cette prière :
    Accorde à notre pays du Burkina Faso
    Les institutions qui lui garantissent le bien-être, la liberté et la paix :
    Accorde-lui avant tout des autorités religieuses et civiles
    Qui se laissent guider par l’Esprit Saint,
    Afin qu’elles exercent leurs charges selon la justice
    Et dans le seul souci du bien de tous.
    Nous Te le demandons par Ton Fils Jésus Christ Notre Seigneur.

    Très Sainte Vierge Marie, priez pour nous.
    Notre Dame de Yagma protégez notre pays
    Anges gardiens du Burkina Faso, veillez sur lui.

    Message plein de sens.que Dieu bénisse le Burkina Faso

  • Cher internaute 20 (momo) ,sans prendre position pour les évêques je vous recommande le "compendium de la doctrine sociale de l’Église catholique". Vous comprendrez que votre post n’est que la preuve de votre ignorance que étalez en faisant usage de tout ce vocabulaire.C’est vous qui estimez que ce message à "une teneur politique" et c’est encore vous qui écrivez que le même message a "une portée spirituelle". Rien que cette contradiction montre que vous auriez mieux fait de la boucler !

  • Puisse ce message de paix rencontrer des oreilles attentifs/ Merci chers Eveques

  • Eliane, que dis-tu de l’entêtement de l’ancien régime face aux avertissements de l’Église catholique ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés