Promotion de l’auto-emploi : 5 000 jeunes bénéficieront de formation en entreprenariat

dimanche 6 septembre 2015 à 22h57min

Le ministre de la jeunesse de la formation professionnelle et de l’emploi a lancé dans la matinée du 4 septembre 2015, le Programme de formation en entreprenariat (PFE). Cette cérémonie a eu lieu à Ouagadougou. L’objectif visé est l’accroissement de la capacité des jeunes à la créativité et à l’esprit d’entreprise pour promouvoir l’auto- emploi. Cette formation vise 5000 jeunes sans emploi, scolarisé ou non.

Promotion de l’auto-emploi : 5 000 jeunes bénéficieront de formation en entreprenariat

« Les vertus, qui permettent de s’en sortir dans le monde des affaires, ont pour noms la détermination, la créativité, l’esprit d’initiative, la rigueur et la discipline personnelle. Cet appel à la culture de ces valeurs s’inscrit dans un changement profond de mentalité ». C’est sur ces mots que le ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi Salifou Dembélé a déclaré officiellement lancée le Programme de formation en entreprenariat (PFE), édition 2015. Ce programme initié en 2008 est placé sous le pilotage du Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ).

Cette formation est dédiée à tous les jeunes burkinabè âgés de 20 à 35 ans, de bonne moralité et ayant une idée de projet. Cette année, une innovation s’est ajoutée. Elle concerne la prise en compte des jeunes non scolarisés. C’est donc dire que les personnes non scolarisés pourront aussi prendre part à cette formation auparavant dédiée uniquement aux jeunes scolarisés.

Pour la formation, un quota a été élaboré par région. Les inscriptions ont débuté depuis le 25 août et se terminent le 7 septembre 2015. Les inscriptions seront donc prolongées d’une semaine d’après la Directrice Générale du FAIJ, Salimata Sié et cela est dû à un problème survenu au niveau des fichiers d’inscription.

Pourquoi le PFE ?

Le chômage est un problème récurrent au Burkina Faso. La fonction publique ne peut contenir une telle quantité de travailleurs. Pour le représentant du gouverneur du centre, le PFE vient à point nommé, « l’auto-emploi est une donne incontournable à laquelle les jeunes doivent s’y atteler. La fonction publique qui est la vache à lait ne produit plus suffisamment de lait. En 2014 il y avait 590 042 candidats pour 14 600 postes à pourvoir. Je salue cette initiative du gouvernement. »
Le but de ce projet est d’éduquer et soutenir les jeunes à l’entreprenariat. « Nous voulons à travers ce programme, inculquer à la jeunesse la culture entrepreneuriale et des connaissances basiques en matière de création et gestion d’entreprise. Le programme comprend deux phases. La première est celle de la sensibilisation et d’évaluation du potentiel entrepreneurial des jeunes et la deuxième consiste à l’identification des projets et à l’accompagnement des jeunes dans l’élaboration de leur plan d’affaire », explique Salimata Sié, directrice générale du FAIJ. L’enveloppe attribuée au programme s’élève à 500 millions de FCFA, soit 400 millions pour les centres de formation et 100 millions pour la mise en œuvre. Depuis la création, 4 600 jeunes ont été formés, et 2 402 plan d’affaires établis.

La cérémonie de lancement du PFE a connu la participation des bénéficiaires du programme. Chez ces derniers, on note un sentiment d’espérance et d’ambition. « Je suis contente de participer à cette formation. J’espère qu’elle me donnera plus d’idées pour réaliser mes projets », s’exprime Boubacar Ouédraogo.
Pascaline Ouédraogo, elle, ambitionne de développer son association. « J’ai une association qui est chargée d’encadrer des femmes, les former sur l’hygiène, comment entretenir son foyer, son pays, pour qu’elles puissent s’occuper. On assiste également les personnes qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisé à s’en sortir dans la vie », soutient-elle.
Le souhait de Désiré Sédogo, c’est de voir perdurer l’initiative. « Je suis content d’avoir participé à cette cérémonie et je souhaite que le PFE continue chaque année ».

Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • Je pense que la transition insulte l’intelligence du peuple burkinabé, sinon comment comprendre que vous refusez de payer des prestataires privés, de ce même ministère de la jeunesse, qui ont formés plus de 10 000 jeunes aux métiers ( Programme de Formation Métiers) depuis décembre 2014 sans percevoir le moindre sous, c’est ce même ministère qui trouve toujours des possibilités financières pour lancer régulièrement de nouveaux programmes ; ce n’est pas sérieux. La plupart de ces privés ont de sérieux problèmes aujourd’hui, pour ce qui n’ont pas fermé, où déclaré faillite par votre faute. C’est ça la promotion de l’auto-emploi ? monsieur le ministre ?

  • Hé ! PFM 2014 que j’ai lu sur ce même fasonet depuis là, n’a toujours pas été payé ! c’est quoi ! donnez l’argent des gens monsieur le ministre de la jeunesse, quant même depuis décembre 2014, soyons sérieux.

  • Merci mes frères pour votre soutien, car je suis une des victimes de ce PFM 2014, pour avoir formé 150 personnes avec mes maigres économies et de l’argent emprunté. je suis aujourd’hui au chômage, avec des engagements pris à la gendarmerie en vue de payer mes employés et mes fournisseurs, pardon je veux mon argent à cause de Dieu un point c’est tout.

  • On croyait que la transition était venue pour rompre avec les salles habitudes du régime compaoré (plus rien ne sera comme avant), mais hélas sous prétexte de promouvoir l’auto-emploi des jeunes, on affame des burkinabé en leur privant de leurs dûs. ils ont droit à leur argent comme vous les ministre et les fonctionnaire de l’état qui percevez votre salaire chaque mois parce que vous l’avez mérité en travaillant ; car le salaire c’est la contrepartie du travail accompli ; de décembre 2014 à septembre 2015, donc 10 mois de retard, pour des gens qui ont contribué de façon substantielle à la formation de ces mêmes jeunes promis à l’auto-emploi, que vous pronnez tant.

  • j’espère au moins que ceux qui vont assurer la formation de ces 5000 jeunes en entreprenariat seront payés ? Moi je pense que c’est de la pure démission pour un gouvernement qui privilégie
    la jeunesse (c’est le président KAFANDO qui l’a dit ! "avec les jeunes tout est possible mais sans les jeunes attention !"). De grâce régler nos formateurs c’est urgent

  • Bien dit monsieur le ministre, seulement la belle information donnée se trouve gâchée par ce que j’ai appris avec les internautes qui m’ont précédés à savoir : des formateurs de ces mêmes jeunes qui attendent d’être payés depuis décembre 2014, n’est ce pas priorité ? Je crois que les jeunes en lisant cette information ne vous ferons plus confiance.

  • Si vous n’arrivez même pas à payer vos formateurs, c’est pas la peine de nous parler de ce programme, car c’est de la poudre aux yeux ; avec tous ces chèques partagés et des programmes lancés au hasard 2015, on trouve toujours des formateurs de 2014 qui réclament toujours leurs salaires dans votre ministère ; y a quel problème ?

  • Chers membres du gouvernement de la transition, refuser de payer les formateurs des jeunes depuis 2014 afin de lancer des programmes en faveur des jeunes, c’est ça le budget austérité ? ça s’appelle de l’injustice et il est tant de l’arrêter.

  • Si on comprend bien, le ministère de la jeunesse doit à des formateurs de jeune, mais il ferme les yeux sur ça et veut distribuer de l’argent à des gens pour ce faire voir.

  • Président KAFANDO même l’a dit plus jamais d’injustice, donc donnez leur argent au lieu de parler tous les jours de promotion d’auto-emploi, c’est ce qu’ils vont manger ou quoi ! 10 mois c’est pas 10 jours c’est pas facile ces beaucoup de familles que vous affamés, car cette formation a été réalisée dans les 13 régions, je sais de quoi je parle car je suis du ministère et j’ai participé à ce PFM 2014.

  • Et les 25 milliards récupérés ainsi que l’opération billettage où des centaines de millions ont été récupérés avec les fonctionnaires fictifs, ces pauvres formateurs peuvent payés sur ces fonds.

  • On ne peut pas lancer un tel programme ( PFM 2014) sans avoir réunis au préalable les fonds qu’il faut ; c’est clair l’argent a été détourné et il appartient à ces formateurs de déposer plainte contre ce ministère, avec les contrats éventuels qu’ils ont pu bien signer au lancement de ce programme avec le dit ministère c’est tout.

  • On ne peut pas lancer un tel programme, si le financement n’est pas bouclé, donc l’argent a été purement et simplement détourné au niveau de ce ministère. je pense qu’il revient à ces pauvres formateurs de déposer plainte contre ce ministère de la jeunesse avec lequel ils ont dû signer des contrats de prestations, c’est tout.

  • Pourquoi lancer des programmes alors que d’autre plan d’affaire retenu depuis 2013 n’ont toujours pas été financier et les factures des formateurs de PFE et PFM2014 sont toujours en instance. Mr le Ministre SVP, il faut regler d’abord les dossiers et facture en instances.

  • Promotion de l’auto-emploi, SVP monsieur le ministère arrêtez de nous distraire avec vos fausses publicités, commencer par régler vos factures impayées de 2014 de vos formateurs au de vous exciter tant.

  • Ce programme est une aubaine que les jeunes burkinabés doivent saisir afin d’acquérir une capacité entrepreneuriale déterminante pour leur futur. N’oublions pas que l’entrepreneuriat est la nouvelle donne mondiale question employabilité des jeunes. Jeunes du Burkina Saisissez votre chance !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés