Sinistrés de Bissighin : Christian Aid Sahel laisse parler son cœur

samedi 5 septembre 2015 à 01h53min

Dans l’après-midi du 3 septembre 2015, le représentant de Christian Aid sahel, Yacouba Koné en compagnie de ses partenaires du réseau MARP-Burkina sont allés rendre visite aux habitants de Bissighin. Ces derniers, faut-t-il le rappeler, ont été violemment secoués par la pluie diluvienne du 2 août passé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sinistrés de Bissighin : Christian Aid Sahel laisse parler son cœur

Après la forte pluie qui s’est abattue à Ouagadougou le 2 août causant de nombreux dégâts matériels dans le quartier de Bissighin, le gouvernement de la transition à travers le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR) et les délégations spéciales avaient apporté un soutien aux familles sinistrées et organisé leur relogement à l’école de Bissighin. C’est au tour de Christian Aid sahel, une ONG qui œuvre à sauver des vies, de laisser parler son cœur.

Face à l’ampleur des dégâts, le représentant de Christian Aid Sahel, Yacouba Koné est resté sans voix. « Voir les femmes et les enfants dans cette situation de détresse m’a profondément touché. Je reste convaincu qu’elle aurait pu être évitée si des dispositions avaient été prises ». L’ONG pour sa partition a mobilisé des ressources d’environ 100 millions de FCFA au profit des sinistrés de Bissighin. Ce geste à n’en point douter, leur permettra d’améliorer davantage leur situation en matière de sécurité alimentaire, l’accès à des matériels de première nécessité mais surtout de mettre à la disposition des enfants des moustiquaires imprégnés en vue de prévenir le paludisme. D’autres aspects tels que l’eau et l’assainissement sont également inclus dans leur intervention. Avant de clore ses propos, M. Koné a lancé un appel à l’endroit des pouvoirs publics : « Donner les vraies informations météorologiques aux populations afin qu’elles puissent adopter des mesures de précaution. Aussi, la rentrée des classes avance à grand pas par conséquent il est plus qu’urgent que des solutions pour le logement de ses femmes et hommes puissent être trouvées ».

Cette situation déplorable, a insisté le coordonnateur du Réseau MARP-Burkina, Issaka Sawadogo, a retenu l’attention de l’action sociale et de la mairie qui n’a pas hésité à alerter ses partenaires dont Christian AID. « Ils ont mobilisé un certain nombre de ressources qui va nous permettre d’apporter les premiers besoins en terme de nourriture, de nattes etc. Sont concernées par cette aide 500 ménages avec pour priorité les femmes, femmes enceintes, allaitantes, enfants, handicapés et autres » a expliqué le coordonnateur.

L’ultimatum de libérer le site le 5 de ce mois, inquiète plus d’un sinistré

La présidente des femmes, Naré Marie, d’une voix pleine d’émotion, a affirmé que la pluie du 2 août a emporté tous leurs biens. Toutefois, grâce à l’aide du gouvernement et des autres acteurs, les sinistrés ont pu surmonter en partie leurs difficultés mais des efforts restent à fournir car le besoin est toujours d’actualité. « On nous demande de libérer le site, où irons-nous ? Si rien n’est fait nous occuperons le terrain de l’école en attendant la décision des autorités », a promis la présidente des femmes du site de Bissighin.

Moussa Kaboré, occupant du site de l’école de Bissighin depuis maintenant un mois, n’a pas manqué d’exprimer sa déception : « Ou irons-nous ? Penser vous qu’avec les difficultés de la vie, qu’un parent, cousin, ou même un voisin pourra nous accueillir chez lui à bras ouverts ? J’en doute fort, la seule alternative serait que chacun loue une maison. Mais combien d’entre nous est à même de pouvoir honorer le prix d’un loyer à la fin de chaque mois ». Par la suite, il a fait mention de leurs difficultés quotidiennes dans le site. Il s’agit entre autres de l’insuffisance de la nourriture, l’absence d’un centre de santé et le manque d’hygiène dans le site. En dépit de ces manquements, M. Kaboré a tenu à remercier le gouvernement, l’action sociale, et leurs voisins qui n’ont ménagé aucun effort pour leur venir à la rescousse. « Nos hôtes du jour nous ont rassuré qu’ils nous viendrons en aide, cela nous remplit le cœur d’espoir et nous les en remercions ».
L’espoir des uns et des autres est d’avoir un logement. Ainsi, les bonnes volontés, particulièrement les politiques, sont vivement invités à se pencher sur la question.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés