Don de Sang : ma toute première expérience !

jeudi 20 août 2015 à 00h13min

L’idée de donner de mon Sang médicalement m’a souvent effrayé ! Elle a été souvent vécue comme une amputation sanguine. Aujourd’hui, lors d’une opération de don de sang, mon collègue, tenant la caméra en main, m’accueille avec un bonjour chaleureux comme il est de coutume entre nous. Et immédiatement, il m’invite au don de mon Sang…

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Don de Sang : ma toute première expérience !

Wâïïï ! Ça, ce n’est pas envisageable ! J’ai une course urgente à faire et le temps manque déjà ! Pourtant, pour donner de son Sang, il faut bien s’asseoir un instant … A côté de cet argument particulièrement fondé à l’instant même, il y a aussi le fait de cette phobie de regarder son sang en train de sortir par une aiguille, puis parcourir un tuyau, pour aboutir dans une poche prenant au fur et à mesure une couleur rouge foncée effroyable !!!
Vu la relation gaie et amusante qu’il y a entre mon interlocuteur et moi, qui semble déterminé à me pêcher parmi les rares clients du jour, j’ai dû malgré tout, prêter attention à quelques mots saisissants qu’il a su asséner et bien placer, pour balayer mes préoccupations de l’instant : « Ça ne va pas prendre du temps ! 15 minutes sont largement suffisantes, et tu ne sentiras rien du tout ! On fait rapidement et c’est fini ! Tu peux demander aux agents de santé que voici ! »

Les mailles du filet de son argumentaire, semblaient suffisamment serrées, pour ne pas prendre un gros P… ou un gros R… comme moi, enclin au don, pour sauver des situations nobles, surtout, quand on n’a rien à y dépenser, ni à y perdre… Bien au contraire !
Je dis donc à mon cher ami du jour, sans véritable conviction jusque là : « j’arrive ! » C’était juste un mot servant d’échappatoire. Mais un courant ou encore une impulsion me jette hors de mon bureau subitement ! Je me retrouve devant l’agent de santé, pour prendre mon poids, ma tension et entreprendre d’autres formalités, qui consistent à se faire identifier clairement sur une fiche et à travers un label codifié.

Passé cette première étape, je me retrouve devant un autre agent de santé - une dame cette fois-ci -, pour les entretiens avec ma fiche d’identification à lui transmettre. A ce niveau, toute une batterie de questions s’enchaîne à un rythme fulgurant, allant des simples blessures connues ces derniers mois, aux greffes, sutures, transfusions sanguines, vaccins, prises de médicaments, chirurgie dentaire, en passant par la sexualité et le nombre de partenaires sexuels habituels… ééh ! ah bah !
Arrêtons-nous ici net ! Il semble que c’est la réponse à cette dernière question qui fait peur à beaucoup d’autres personnes ! Et visiblement, l’on constate que les motifs de la fuite de ces opérations de don de sang ne sont pas les mêmes, d’une personne à une autre… Mais pour cette question relative au nombre de partenaires sexuels, j’ai pu constater que les agents de santé conduisant l’entretien, sont souvent inconnus, discrets, tenus au secret professionnel et, ne détiennent pas du tout de détecteurs de mensonges ! Cette difficulté tant redoutée par certains, est donc vite contournée avec un peu de tact …

Passé ces deux niveaux, la troisième étape me mène dans le fauteuil, pour le prélèvement du sang. L’agent de santé passe un élastique autour de mon bras droit pour mettre en exergue nettement les vaisseaux sanguins, essuie ledit bras avec du coton imbibé d’alcool et enfonce une aiguille-seringue dans mon corps !
Le sang jaillit « sangs » attendre, atterrit dans la poche placée au sol. Moi qui craignais tant, constate dans l’action expérimentale, que les choses sont plus simples que boire sa petite tasse de thé. Au bout de 7 bonnes minutes, c’est-à-dire, à 10 heures 20 minutes, la poche est déjà pleine !

Au bilan, le ciel, ne s’est ni assombri, ni n’est tombé sur ma tête ! Aussi, c’est un plaisir énorme de pouvoir sauver des Vies, y compris ses proches éventuellement, avec 0,45 litres de son Sang, sans véritablement dépenser en tant que tel. Et le moment est opportun en cette saison pluvieuse, car les besoins en la matière, sont énormes et les risques de décès pour faute de sang sont importants.
En effet, cette période de pullulement des moustiques, est caractérisée par la recrudescence du paludisme, avec ses états sérieux que sont les stades de l’anémie chez le malade (« insuffisance ou besoin de sang chez le patient »)…
Désormais, je donnerai de mon Sang pour sauver des vies, sans plus passer nécessairement, par l’étape de me laisser convaincre… C’est une opération totalement sécurisée avec le soin et l’assistance des agents de santé commis à la tâche. Vous aussi, faites de mon expérience, la vôtre, et donnez de votre Sang pour sauver des vies !

Ouagadougou, le 18 août 2015, 12h02’.

Idrissa Diarra
Géographe & politologue.
Secrétaire exécutif du MGC/Faso.
Institut d’Etudes politiques Martin Luther King
(IEP-ML King)
Mobile : (+226) 66 95 04 90
diarra.idrissa@rocketmail.com
La non-violence et l’intelligence au service de l’humanité.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 août 2015 à 10:28
    En réponse à : Don de Sang : ma toute première expérience !

    Merci mon frère, puisse ton témoignage servir de propulseur pour tous

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2015 à 10:44, par Joelle
    En réponse à : Don de Sang : ma toute première expérience !

    Félicitation Mr Diarra pour cette première expérience relatée de façon simple et intéressante et qui contribuera à faire tomber beaucoup de préjugés sur le don de sang qui est pourtant un acte noble.

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2015 à 13:46, par Jeunedame seret
    En réponse à : Don de Sang : ma toute première expérience !

    Belle littérature ! Ça sent du sang ! Attend-on une deuxième expérience ? Faites mieux que les Syriens avant de chanter l’exploit. FÉLICIT....

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2015 à 14:12, par DCPDS
    En réponse à : Don de Sang : ma toute première expérience !

    BRAVO, BRAVO et encore BRAVO M. DIARRA. Le don de sang est un geste simple mais vital pour sauver de nombreuses vies. Merci d’avoir fait votre premier pas et d’encourager les autres à suivre ce bel exemple de générosité et de solidarité.

    Une poche de sang donnée = deux vies d’enfant sauvées. Vous pouvez donc ressentir à juste titre ce sentiment de joie et de bravoure en sachant que grâce à votre geste, des enfants et des mères retrouveront le sourire.

    Ensemble suivons ce bel exemple pour que plus personne ne meurt par manque de sang !
    Hommage à vous !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés