Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Projet minier Riverstone Karma SA : Un comité de suivi et de liaison communautaire pour prévenir toute crise

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • mercredi 19 août 2015 à 00h57min
Projet minier Riverstone Karma SA : Un comité de suivi et de liaison communautaire pour prévenir toute crise

En janvier 2015, les populations impactées par le projet minier Riverstone Karma SA sis à Namissuiguima avaient saccagé les installations de ladite société (True gold mining). Aujourd’hui, les deux parties semblent fumer le calumet de la paix. Mieux, elles ont décidé de travailler ensemble et de manière transparente afin de prévenir toute éventuelle crise. Dans ce cadre, un comité de suivi et de liaison (CSL) communautaire a été installé le 15 Août dernier. Cette nouvelle structure comprend 80 membres, représentant les 36 localités de la province du Yatenga impactées directement ou indirectement par les activités minières dudit projet. Il compte également une dizaine d’observateurs.

Les activités du projet minier Riverstone Karma SA impactent directement ou indirectement trois communes de la province du Yatenga. Il s’agit de Namissiguima, Oula et Ouahigouya, avec 36 villages touchés. C’est donc le chef-lieu de ladite province, Ouahigouya, qui a servi de cadre à la cérémonie d’installation du nouveau Comité de suivi et de liaison communautaire de True gold mining le 15 août 2015. Une cérémonie co-présidée par le secrétaire général du ministère des mines et de l’énergie et le gouverneur de la région du Nord. C’est d’ailleurs le gouverneur, Hassane Sawadogo, qui a procédé à l’installation officielle des nouveaux membres du comité.

Un comité plus représentatif

Ce comité de suivi et de liaison communautaire est présidé par le président de la délégation spéciale (PDS) de la commune de Namissiguima. Avec quatre vice-présidents à savoir : les PDS de Oula et de Ouahigouya, un représentant des populations impactées par le projet, et le directeur général de Riverstone Karma SA (4e vice-président). Le comité compte, en plus, 80 membres, trois rapporteurs et neuf observateurs. Les membres représentants des 36 localités de la province du Yatenga impactées directement ou indirectement par les activités minières sont répartis ainsi qu’il suit :
- deux représentants pour chaque village directement impacté
- un représentant pour chaque village indirectement impacté
- un représentant des autorités traditionnelles pour chaque commune de la zone du projet
- un représentant des confessions religieuses pour chaque commune
- un représentant d’une association de la jeunesse enregistrée légalement et active pour chaque commune
- une représentante d’une association de femmes pour chaque commune
- un représentant d’une association de développement local pour chaque commune.
Les autorités gouvernementales et administratives seront représentées au niveau provincial lors des réunions plénières qui doivent se tenir tous les six mois. Ce nouveau CSL se veut plus représentatif des communautés locales qui ont, elles-mêmes, désigné leurs délégués, que la précédente structure dissoute au moment des troubles qui avaient interrompu la construction de la mine en janvier 2015.

Un pas vers la normalisation des relations

Les travaux de ce comité constituent un pas de plus vers la normalisation des relations entre True gold et les populations voisines du projet aurifère, et marque la volonté du gouvernement de voir la paix et l’ordre régner au Burkina ; et les investissements miniers ainsi que l’intérêt des populations préservé. Les responsables de True gold ont souligné leur volonté de dialogue avec les communautés impactées ainsi que leur souhait de participer au développement économique de la province du Yatenga et du Burkina dans son ensemble.
A entendre les différentes interventions, cette cérémonie était une sorte de soulagement. « Fini maintenant les rumeurs, les aller et venir individuels. C’est à partir de votre comité que désormais vous poserez vos problèmes, c’est à partir de votre comité que vous aurez les solutions à des problèmes et c’est à partir de votre comité que la mine pourra sereinement mener ses activités et contribuer au développement de la région du Nord tel qu’indiqué et au développement de notre pays. C’est l’occasion pour nous de remercier l’ensemble de la population du Yatenga pour s’être réuni ce matin après tout ce que nous avons connu », a souligné Maître Halidou Ouédraogo, représentant de la société minière True gold.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Abdoulaye Barry, PDS de la commune de Namissiguima, président du comité de suivi et de liaison

Diriger une telle structure n’est pas une tâche légère. Du reste, je suis conscient de l’ampleur de la tâche qui m’attend. En collaboration avec l’ensemble des acteurs, je crois que nous ferons le maximum pour que le comité puisse répondre à son nom « de suivi et de liaison des personnes impactées par les activités minières ».
La tâche a déjà commencé avant même la mise en place du comité. Nous étions sur le terrain, nous suivions d’une manière ou d’une autre ce qui se passait au nom du conseil municipal, actuellement délégation spéciale communale. Ça fait partie de nos prérogatives, de nos devoirs de suivre et de répondre immédiatement de la façon la plus prompte aux préoccupations des populations en attendant la mise en place officielle du comité qui a eu lieu ce matin. Déjà, ce qui se profile à l’horizon, c’est de voir le plus tôt possible la situation de l’employabilité des jeunes qui posent beaucoup de difficultés. Il faut chercher à voir clair dedans, informer les gens, leur faire comprendre ce qui se passe pour que nous soyons tous au même niveau d’information.
L’ensemble des acteurs sont présents ici ce matin pour la mise en place du comité. Tout le monde s’est engagé pour l’accompagnement et le suivi de ces activités. Actuellement, la page est tournée avec l’accompagnement de tous les acteurs et la diffusion de bons messages émanant de la presse, je pense que nous allons de mieux en mieux gérer la situation.

Emmanuel Nonguierma, secrétaire général du ministère des mines et de l’énergie

Si on repart en janvier, si on regarde la scène que nous avons vue, je pense qu’aujourd’hui, nous devons être très fiers d’avoir réussi à mettre en place ce comité de suivi et de liaison. Aujourd’hui, le leitmotiv du secteur minier, c’est une exploitation apaisée dans l’intérêt des populations, de la mine et du gouvernement. Et, l’objectif de ce comité, c’est pour permettre de prévenir les conflits.
Les programmes de développement sont discutés en commun. Les difficultés sont passées en revue en commun pour éviter qu’on aboutisse à des extrémités qu’on a connu en janvier
Il faut que les populations acceptent que la mine industrielle peut leur apporter un développement. Qu’elles aient confiance que nous allons être là pour suivre, pour surveiller et faire en sorte que leur intérêt soit protégé.

Propos recueillis par Moussa Diallo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Exploitation minière artisanale : Bilan satisfaisant pour le projet AMORCA-EMAPE
Chambre des mines du Burkina : Adama Soro prend officiellement les commandes
Exploitation minière artisanale et à petite échelle : Des acteurs non-gouvernementaux s’approprient le cadre législatif et des politiques du secteur
Fonds minier de développement local : Les acteurs échangent pour une meilleure participation du fonds à la vie des collectivités
Délestages au Burkina : Quand le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo court plus vite que son ombre
Centrale solaire de Nagréongo : Le niveau d’avancement des travaux évalué à 35%
Secteur minier : Les acteurs se penchent sur l’évolution des textes
Secteur minier : Le Canada a investi plus de 1 700 milliards de francs CFA au Burkina Faso
Développement du secteur de l’énergie et des mines : Le Burkina s’inspire de l’expérience du Ghana
Fonds minier de développement local : La Commune de Gorom-Gorom à l’heure du bilan
Fonds minier de développement local : Le Comité communal de Falangountou passe en revue les réalisations
Gaoua : Signature d’un protocole d’accord pour la réouverture du site d’or de Djikando fermé suite au drame survenu en janvier
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés