La fabrication des paniers dans le sud-ouest : Une activité qui nourrit son Homme

dimanche 16 août 2015 à 00h10min

Comme dans les autres localités de la région du sud-ouest, les femmes de Holly, village situé à 12 km de la ville de Gaoua font de la fabrication des paniers leur principal métier. La vannerie est un artisanat que ces femmes de Holly pratiquent depuis leur tendre enfance. Zoom sur une activité qui force l’admiration et le génie des visiteurs du pays Lobi.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La fabrication des paniers dans le sud-ouest : Une activité qui nourrit son Homme

La vannerie est la principale source de revenus de l’autre moitié du ciel en pays Lobi. Les paniers fabriqués ont souvent la forme carré ou rectangulaire. Pour leur confection, les femmes de Holly font recours aux tiges d’une variété de roseaux qu’on surnomme « le bâtonnet » car c’est le même végétal – droit et dur – qui sert en classe pour apprendre aux enfants à compter. Il y a deux façons de confectionner les paniers. Le naturel, tissé à base des fibres ; et la récupération à l’aide des couleurs et d’objets modernes.
Comme ses consœurs, Tèrapièra Kambou fabrique les paniers depuis son enfance. « C’est dès mon bas âge que j’ai appris à tisser les paniers auprès de ma mère. Lorsqu’elle tissait, elle nous donnait des tiges pour qu’on s’exerce. C’est ainsi qu’on a appris et j’en ai fait mon métier aujourd’hui ».

La vannerie génère des revenus pour ses femmes. « Les bénéfices que nous tirons de la vannerie sont inestimables. Elle nous permet de nous nourrir, de nous soigner et de scolariser nos enfants mais aussi de soutenir nos époux », nous a confié Tèrapièra Kambou.
Malheureusement, la nouvelle génération des filles de maintenant ne s’intéresse pas à cette activité. « Elles préfèrent aller dans les sites d’orpaillage que de rester à nos côtés pour apprendre certaines choses » a martelé, madame Kambou.

Outre le désintéressement de la jeune fille de cette activité, le problème de transport, et l’absence de marché viable constituent les principales préoccupations des artisanes de Holly. « La sécheresse et les feux de brousse font que nous n’avons plus suffisamment de la paille pour la confection des paniers », a relevé Tèrapièra Kambou.
La fabrication des paniers draine du monde dans notre pays et précisément à Holly. Depuis plus de 20ans, une association de guides et touristes étrangers se rende chaque année à Holly pour assister et découvrir la chaine de fabrication des paniers.
Selon Bèbè Kambou, président de l’association des guides du pays Lobi, leur structure travaille à organiser ces femmes en groupement. Une manière de permettre à celles-ci de mieux accéder aux marchés étrangers afin de vendre leurs produits hors du pays.

Les femmes de Holly disent profiter de la clientèle se Ouagadougou, de l’étranger (surtout de l’Europe). D’ailleurs, M. Kambou Bèbè soutient que « la vannerie en pays Lobi (Birifor, Dagara et lobi) est très prisée à l’occident, les échantillons que nous envoyons à l’occasion des festivals, en Europe s’achètent comme des petits pains. C’est pourquoi nous envisageons organiser des sessions de formation à l’endroit des jeunes filles en vue de préparer la relève de ce métier en voie de disparition si nous avons des partenaires ».
L’inorganisation de ces femmes en association constitue un blocus pour un véritable essor de l’activité de la vannerie en pays Lobi. L’aménagement du marché de Holly et l’appui des femmes, en micro crédits pourrait contribuer à créer plus de débouchés et à générer d’avantages des ressources pour le développement de cette activité en pays Lobi.

Dalou Mathieu Da, Correspondant régional
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 août 2015 à 13:22, par Sié Lucien Kambou
    En réponse à : La fabrication des paniers dans le sud-ouest : Une activité qui nourrit son Homme

    Merci à tout ceux qui s’intéressent à cet artisanat traditionnel en pays Birifor, et précisément à Holly. C’est un art qui fait parti de la culture matérielle des Birifor. Il renferme beaucoup de significations qui peuvent permettre de connaitre davantage ce peuple du groupe Lobi (cf KAMBOU Sié Lucien ; 2012 ; ARTISANAT ET SOCIETE CHEZ LES BIRIFOR : SIGNIFICATIONS SOCIALES DE LA VANNERIE A HOLLY DANS LE DEPARTEMENT DE GAOUA (PROVINCE DU PONI/BURKINA FASO) ; Mémoire de maitrise ; Université de Ouagadougou). J’ai appris beaucoup de choses qui ont été relevés dans ce mémoire et qui m’inspirent présentement dans mes recherches pour le master 2 de recherche. Je suis particulièrement intéressé par toute initiative visant à la ré-valorisation de l’artisanat vannier dans la région du Sud-ouest. Merci Mathieu pour ton reportage.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés