Lucienne Ariane Zoma, présidente de la sous-commission Vérité, justice et réconciliation nationale : « Nous avons découvert un niveau de barbarie inimaginable »

vendredi 14 août 2015 à 01h27min

Les membres des trois sous-commissions à savoir – Vérité, Justice et Réconciliation-, Réformes politique institutionnelles et constitutionnelles et - Réforme électorale- de la commission nationale de la réconciliation et des réformes politiques séjournent depuis mardi à Bobo-Dioulasso pour finaliser les travaux de leur rapport. Jeudi 13 aout, nous avons approché les présidents des dites commissions et voici ce qu’a, pour sa part, confié Lucienne Ariane Zoma, présidente de la sous-commission Vérité, justice et réconciliation nationale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lucienne Ariane Zoma, présidente de la sous-commission Vérité, justice et réconciliation nationale : « Nous avons découvert un niveau de barbarie inimaginable »

A quelques jours du dépôt de votre rapport, quel est le bilan que vous pouvez dresser du travail des sous-commissions ?

Dans l’assemble, nous sommes satisfaits du travail que nous avons élaboré. Il s’agissait pour nous de nous approcher de l’ensemble des populations burkinabè, de vivre avec elles, les joies et les peines qu’elles ont vécues lors de l’insurrection populaire et de voir ensemble les propositions pertinentes qui peuvent être faites en ce qui concerne l’avenir de notre pays. Nous avons beaucoup appris et nous profitons de votre micro pour dire un grand merci à toutes ces personnes de bonne volonté qui ont bien voulu nous accompagner. Merci aux personnes ressources, aux autorités religieuses et coutumières, aux autorités administratives pour l’intérêt porté aux travaux.
Nous avons malheureusement découvert des Burkinabè - des hommes et des femmes – qui ont été meurtris dans leur cœur et qui continuent de porter des souffrances et des injustices. Certains ont vécu des situations plus que difficiles telles les disparitions et les assassinats. Cela nous a été partagé avec une grande émotion. Nous compatissons à leur douleur et regrettons ce qui s’est passé. Nous souhaitons et nous appelons de tous nos vœux que de telles situations ne se produisent plus dans notre pays. Nous invitions aussi l’ensemble des victimes, des coupables et des populations à convenir pour un dialogue plus nourri afin que nous trouvions des solutions plus heureuses.

Y a-t-il des motifs de satisfaction à l’issue de cette mission ?

Oui et Non. Oui, parce que des victimes et des personnes ressources nous ont accompagné et ont été disponibles pour ce travail. Et Non, en tout cas, pas encore, parce que nous attendons avec force que les recommandations qui seront issues de nos travaux aboutissent. Pour que réellement et concrètement, on voit des solutions apportées à ces nombreux appels, à ces cris de cœur, à ces cris de détresse. Il faut reconnaitre que des Burkinabè souffrent. Les injustices et les inégalités sont bien réelles et/ou latentes alors qu’elles mettent en mal la cohésion sociale et l’unité nationale de notre pays. Nous avons à retrouver les valeurs de solidarité, de partage, de justice, de fraternité et c’est sur ce chemin-là, que nous espérons, au fils des années, pourvoir affirmer que nous sommes satisfaits de notre travail.

Quelles sont les difficultés et les regrets que vous avez rencontrés ?

Dans tout travail, il y a des aspects négatifs et positifs. Nous avons eu des limites et comme on peut le constater, nous sommes une équipe de sept personnes avec un volume de travail très énorme. Nous avons eu à recenser près de 5000 dossiers qu’il fallait classifier et enregistrer. Nous nous sommes également penchés sur les propositions concrètes à formuler. Et tout cela après près de 5 mois de travail et malgré que nous avons démarré en retard avec les contraintes matérielles, nous sommes en train de finaliser le rapport. Il faut aussi signaler qu’au début, il y avait de la méfiance de certaines franges de la population à adhérer au processus. Heureusement après observation, les uns et les autres ont pris le train en route et cela a beaucoup facilité la mise en œuvre de nos travaux.

Vos sorties sur le terrain ont-elles apporté quelque chose dans vos recommandations ?

Bien sûr que oui. Nous voulons d’ailleurs profiter de ce cadre pour dire merci à tous les gouverneurs qui ont accepté de nous accompagner au niveau des 13 régions. Merci à nos points focaux et à toutes les forces vives des régions. Bien entendu, dans le cadre de la commission, il y a eu un large processus de consultation qui a été engagé. Et c’était justement de nous approcher des populations pour recueillir leurs propositions de réforme et de mécanisme de réconciliation. J’estime qu’elles ont été réelles car ce sont elles qui vivent leur réalité. Elles nous ont traduit ce qu’elles avaient du fonds du cœur. Elles ont fait des propositions fortes et nous les avons intégrées dans le rapport final avec l’espoir que tout cela ne restera pas lettre morte.

Lors de vos auditions avec les victimes et les personnes ressources, l’émotion était certainement au rendez-vous ?

Nous avons effectivement pleuré avec les victimes. Nous avons découvert un niveau de barbarie inimaginable. On ne pouvait pas imaginer que des Burkinabè aient accepté de faire ça à d’autres Burkinabè. Pour nous, c’est une occasion de lancer un appel fort à la notion fraternité. Nous avons à rechercher ce qui est fondamental en nous, cet aspect humain et que nous reconnaissons l’humanité qui nous est propre et intrinsèque. Nous invitons les familles à recentrer les valeurs cardinales telles que le respect, l’honneur, la dignité…

Alors une chose est de proposer des recommandations, une autre est leur mise en œuvre. Est-ce que vous avez un appel à lancer à l’endroit des autorités et des populations pour l’appropriation de vos recommandations ?

Ce que nous avons vécu les 30 et 31 octobre nous a convié à un rendez-vous du donner et du recevoir. Nous avons observé tous ensemble, ce qui nous a fragilisés, fracturés… Nous avons pris le chemin de la reconsolidation du tissu social et nous devons nous engager dans ce chemin de réformes pour une bonne gouvernance économique, politique et sociale. Notre espoir que cet engagement soit effectif. Et que les populations reprennent confiance aux autorités.

Propos recueillis par Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés