Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

Discours • lundi 10 août 2015 à 06h46min

A la clôture du congrès extraordinaire de l’ADF-RDA tenu à Ouahigouya les 7 et 8 août, dans son discours d’investiture comme candidat à la présidentielle d’octobre 2015, Gilbert Noël Ouédraogo est revenu sur les événements qui ont marqué le Burkina Faso et son parti. Sur la modification de l’article 37, sur l’insurrection, sur sa mise en accusation pour détournement de fonds publics, il dit ses vérités. L’intégralité de son discours.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

Mesdames et Messieurs,
Chers frères et soeurs,

Je vous prie de bien vouloir observer un moment de silence et de recueillement à la mémoire de nos compatriotes décédés les 30 et 31 octobre 2014 dans notre pays ainsi que pour tous nos militants, parents et amis rappelés à Dieu au cours de l’année écoulée.
Je vous remercie.

Frères et Soeurs de l’ADF-RDA,
Chers amis,

En ce 8 août 2015, vous avez pris la décision historique de m’investir comme candidat de l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération - Rassemblement Démocratique Africain, à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015.
J’accepte cette décision avec émotion,
J’accepte cette décision avec gravité,
J’accepte cette décision enfin avec humilité.

J’ai pleinement conscience de la grandeur et du poids de la responsabilité qui est désormais la mienne. Il est régulièrement admis que l’élection présidentielle au suffrage universel est la rencontre d’un homme et de son peuple.
Sans le moindre doute, je mesure la forte confiance placée en moi.
Je mesure la hauteur du défi à relever.
Je mesure également la qualité du travail à fournir.

J’ai accepté de me porter candidat et de solliciter le suffrage de mon peuple pour plusieurs raisons que je me dois de partager avec vous.

D’abord, je considère que cette élection présidentielle est une tribune pour plaider en faveur de la paix et de la concorde nationale. Elle doit être l’occasion de convaincre cette jeunesse du mouvement des 30 et 31 Octobre 2014, que j’ai compris l’idéal qui les portait en ces journées de passion et d’extériorisation d’une frustration profonde. L’ADF-RDA déplore une fois encore et très sincèrement les pertes en vies humaines.

Je dois dire, comme l’ont relevé la plupart des observateurs avertis, que nous avons été surpris par le dénouement de cette crise. Ce d’autant plus que jusqu’au 29 octobre 2014 nous avions noté que les manifestations, même si elles avaient pris progressivement de l’ampleur, étaient restées pacifiques et n’ont jamais causé ni dommages physiques ni dégâts matériels.

Le Bureau Politique National que je présidais, après avoir consulté largement les structures du Parti ainsi que les sages, a pris une décision majeure qui s’est avérée ne pas aller dans le sens de l’histoire. Cependant, cette décision était adossée à une intime conviction et non à un vil marchandage comme certains l’ont fait croire. Nous étions convaincus au sein du Parti que le changement était possible sans violence et sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée.

D’ailleurs mon engagement et tout mon parcours politique ont toujours reposé sur une constante inaliénable : le refus absolu de la violence. J’ai toujours cru que le vote était plus fort qu’un gourdin, plus fort qu’une balle de fusil et j’ai construit alors ma culture démocratique sur cette base.

C’est guidé par cette conviction que nous avons toujours avancé au niveau de l’ADF-RDA, bien que cela nous ait valu d’être taxés à tort d’opportunistes ou de caméléons par nos contempteurs. D’aucuns ont même crié sur les toits, sans aucune once de vérité, que l’ADF-RDA avait été achetée et que j’avais personnellement empoché des milliards.

Aujourd’hui, je voudrais le dire haut et fort, il s’agit d’un mensonge et de la manipulation. Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent. Croyez-moi, il nous reste encore suffisamment de dignité pour refuser de jeter notre honneur et nos convictions pour de l’argent. Ceci n’est pas notre éducation et n’est pas notre modèle.
L’argent est un bon valet mais un mauvais maître. L’argent n’a pas été, n’est pas et ne sera pas mon maître. Si je le dis, c’est à l’endroit des citoyens burkinabè de bonne foi qui désirent connaître la vérité, sinon les collègues politiques me connaissent bien pour le savoir.

Il faut rappeler que bien qu’étant de la majorité présidentielle, nous nous sommes opposés à la volonté du parti dominant de modifier l’article 37 de la constitution pour en supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels. Cela a d’ailleurs entraîné notre départ du gouvernement. Contre vents et marées, nous avons toutefois, protégé nos principes jusqu’au bout.

Il est bon et honnête de rappeler que nous avons même été indexés à l’époque en raison de nos prises de position par certains de ceux qui se veulent aujourd’hui les chantres de la lutte pour le maintien de l’article 37. En droit, quand on parle d’infraction, on parle de l’auteur intellectuel de l’infraction.

L’ADF-RDA n’a jamais demandé la modification de l’article 37 de notre constitution contrairement à certains qui ont la paternité intellectuelle de cette révision. Ils ont introduit et entretenu le débat ou du moins le venin dans le pays avant d’aller trouver refuge dans l’opposition pour fustiger ceux qui essayaient de limiter les dégâts qu’ils avaient engendrés.
S’ils n’avaient pas organisé un certain congrès et décidé de supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels considérée comme anti-démocratique, l’ADF-RDA n’aurait pas eu besoin de tenter de trouver une solution pacifique et le pays n’aurait pas souffert en octobre 2014.

Burkinabè de bonne foi, rappelez-vous également que nous avions voté contre la loi sur le Sénat et que nous avions boycotté les élections sénatoriales pendant que beaucoup se faisaient élire sénateurs.
Rappelez-vous que nous avions refusé d’être membre du Front Républicain.
Rappelez-vous enfin que nous avions aussi refusé de participer aux marches et aux meetings recto-verso et cela au nom de notre profond attachement à la paix, car notre devise est : Paix-Liberté-Justice.

En effet, eu égard à notre volonté de mettre l’intérêt national au-delà de tout intérêt et d’éviter l’affrontement des deux camps en présence, nous avons été les ardents avocats et défenseurs du dialogue et des médiations. Les médiations n’ayant pas porté fruit, nous voyions venir les risques de violence généralisée sur l’ensemble du pays, surtout lorsque nous entendions dire, par exemple, qu’il n’y aura pas un seul endroit dans ce pays où l’on pourra poser une urne pour le référendum.

C’est pourquoi, à l’ADF-RDA, en toute bonne foi et en toute conscience, nous avons examiné la situation et estimé que face aux positions extrêmes, notre rôle, même s’il pouvait s’avérer ingrat, était de couper court à ces risques de violence généralisée entre civils en adoptant un compromis qui ne remettrait pas en cause le principe de la limitation des mandats et de l’alternance, pensant naïvement que le combat politique se mènerait selon les moyens démocratiques comme ce fut le cas ailleurs.

C’est dans cette logique que nous avions bien précisé que quel que soit le cas de figure, nous présenterions un candidat issu de nos rangs à l’élection présidentielle de novembre 2015.

Mesdames et Messieurs,

L’ADF-RDA, sous ma direction, n’a pas bien mesuré la grande soif de justice et de changement du peuple. C’était une erreur, notre erreur. Et c’est la raison pour laquelle, en mon nom propre et au nom de l’ADF-RDA, j’ai parcouru le pays pour demander pardon et présenter nos regrets.
Aujourd’hui, j’exprime de manière solennelle ces regrets aux jeunes, aux femmes, aux anciens, aux OSC et à tous nos militantes et militants pour n’avoir pas su apprécier finement cette situation.

Il serait toutefois illusoire de croire que l’ADF-RDA est seule responsable de ce qui est arrivé. En effet, lorsque nous entendons parler nos compatriotes, lorsque nous les entendons critiquer, lorsque nous les voyons protester aujourd’hui encore de manière plus ou moins colérique, ils parlent des vingt, voire des trente dernières années et pas seulement de notre décision qui n’est intervenue que le 26 octobre soit 4 jours seulement avant les événements.

En ce qui nous concerne en tant que parti, nous reconnaissons notre part de responsabilité. Mais, pour tout vous dire, nous affirmons que le vase était déjà plein.
Chacun de nous à contribuer à le remplir. Principalement la classe politique, toutes tendances confondues, les uns plus que les autres, certains moins que d’autres, mais tous autant que nous sommes.
Notre faute la plus grave, en tant que classe politique aura été de n’avoir pas su correctement jouer notre rôle d’animation de la vie politique, de formation et d’éducation politique de notre peuple dont notre jeunesse. Et de ne pas avoir évité de tomber, soit dans la facilité et le laxisme, soit dans l’embrigadement et le sectarisme. Et aussi de penser de que nous pouvons penser pour n’avoir pour les autres, alors qu’il s’agit d’un mouvement dialectique entre le peuple et ses représentants. Alors qu’en démocratie et avec le suffrage universel, chaque homme a une voix et aucune voix n’est supérieure à l’autre.

A l’ADF-RDA, ce qui est vital pour nous aujourd’hui, c’est de ne pas mettre entre parenthèses l’avenir de la jeunesse après qu’il ait été hypothéqué pour diverses raisons durant cette longue période. Pour ce faire, nous devons tous autant que nous sommes, frères et soeurs, oeuvrer à un Burkina Faso de concorde et de paix.

Je suis de ceux qui disent et reconnaissent la nécessité de la vérité et de la justice pour la réconciliation. Je suis de ceux qui luttent pour un Etat de droit et en tant que tel ma conviction est que nul n’est au-dessus de la loi. Voilà pourquoi en acceptant d’être votre candidat, je m’adresse d’abord à la jeunesse de mon pays, car au travers de cette dernière expérience, je sais encore mieux qu’hier ce que notre jeunesse attend et surtout ce qu’elle ne veut plus vivre.

Mesdames et Messieurs,
Burkinabè de bonne foi,

Permettez-moi de revenir sur des sujets un peu plus personnels. Je voudrais clamer, haut et fort afin que tout le monde l’entende, que j’ai exercé en tant que ministre, mes fonctions avec dignité, honnêteté et probité. Je n’ai jamais eu accès aux comptes de mon ministère puisque n’étant pas signataire de ces comptes.

S’agissant de la rénovation de l’aéroport, la commission d’enquête parlementaire sur les marchés publics indique clairement dans son rapport rendu public que les pièces justificatives sur lesdits travaux ont bel et bien été fournies à sa demande. J’attends donc avec calme et sérénité la suite de la procédure de mise en accusation.

Enfin, un autre sujet personnel que je ne saurais occulter est celui des personnes décédées suite à l’incendie de mon domicile à Ouahigouya. Paix à leurs âmes !
Personnellement, je m’associe à la douleur compréhensible des familles éplorées à qui j’ai présenté mes condoléances et je souhaite à l’instar de ces familles que ceux qui ont été à l’origine de cet incendie criminel soient recherchés afin que les responsabilités soient situées. Car, comment pourrais-je en être le responsable lorsque moi-même, au même moment, étant à Ouagadougou, j’étais en train de faire face à d’autres difficultés ?

Chers frères et sœurs,

Nous devons tous ensemble nous tourner vers l’avenir en tirant leçon des erreurs du passé et en tenant compte de ce que nous venons de traverser. Nous devons préserver la cohésion et la paix sociale afin de travailler sans relâche à la satisfaction des besoins réels des populations au service desquelles nous sommes, d’où mon engagement dans cette élection présidentielle. Je souhaite pouvoir œuvrer avec la participation active des jeunes et des femmes en particulier et de tous en général, à améliorer la sécurité de nos concitoyens, à créer des emplois pour les jeunes, à offrir un meilleur accès à l’éducation, à la santé, à l’eau potable, à une alimentation suffisante, à une énergie moins onéreuse, à plus de justice sociale.

Une autre raison de mon engagement est que j’ai tiré toutes les leçons des événements passés et j’ai décidé, comme cela m’a toujours été demandé, d’assumer clairement l’objectif premier de tout parti digne de ce nom qui est la conquête du pouvoir d’Etat. C’est pourquoi, je fais le serment devant la jeunesse, les femmes, les anciens et tout le peuple burkinabè de me mettre résolument à son écoute et à son service, de travailler à rétablir la confiance avec toutes et tous.

Chers frères et sœurs,

Au sortir de ce congrès, des résolutions fortes ont été prises conformément au thème, le renouveau sera effectif aussi bien au sein du parti que dans la gestion de nos mandats respectifs. Plus qu’un mot, le renouveau sera pour nous un credo et un impératif dont la mise en œuvre ne souffrira d’aucune ambiguïté.

Déjà au niveau des législatives prévues en octobre 2015, cette volonté a été traduite dans la configuration de nos listes de candidature sur lesquelles des jeunes de moins de 25 ans sont des titulaires, des jeunes sont têtes de listes et nos listes comprennent 70% de moins de 40 ans.

Du sang neuf il y en aura au niveau de toutes les instances, chers jeunes, votre heure est venue.

Je prendrai part à la compétition pour Kossyam, rassuré de votre accompagnement et de vos bénédictions. Je sais compter sur votre travail sur le terrain, dans vos cadres de vie respectifs pour que notre parti sorte vainqueur de cette compétition électorale.

Je profite de l’occasion pour appeler à la retenue l’ensemble des militantes et militants. Sachons privilégier le dialogue comme instrument de médiation et de résolution des différends qui pourraient nous opposer.
Sachons, proscrire, de nos paroles toute tendance à l’ethnicisme ou à l’intégrisme religieux, car en faisant cela, nous semons les graines de la discorde. Ayons du respect et de la considération pour la différence. Aucune provocation, aucune dérive, quel qu’en soit le degré, ne doit être du fait d’un militant de notre formation politique.

Je ne puis terminer mon intervention sans adresser mes chaleureux remerciements :
- Au Gouvernement de la Transition qui œuvre pour la tenue des élections ;
- A la CENI pour son abnégation à offrir des élections libres, transparentes ;
- Aux leaders des communautés religieuses ;
- Aux chefs coutumiers ;
- Aux amis venus de loin participer à ce congrès. Je peux citer notamment :
le Ministre Bocar du PPM-RDA, Mme Lerry représentante de mon ami Pascal DROUHAUT du parti Les Républicains, ex-UMP.
Je voudrais exprimer ma sincère gratitude pour l’amitié que vous nous faites en vous joignant à cette cérémonie. Cette marque de fraternité nous honore et nous renforce dans notre cri de cœur pour un Burkina uni. Car, plus que des amabilités confraternelles, cette tradition de prendre part mutuellement à nos différentes cérémonies politiques est bien une preuve suffisante que quand il s’agit de promouvoir des valeurs et des principes essentiels, nous pouvons mettre de côté nos différences politiques. C’est de cet esprit de paix et de cohabitation que notre belle Patrie a besoin. C’est de cet esprit d’acceptation mutuelle que l’Afrique toute entière a besoin ! Soyez-en remerciés.

Sur ces vœux, tout en vous remerciant une fois de plus de m’avoir choisi comme le candidat du Parti de l’Eléphant à la présidentielle de 2015 et en vous engageant pour une belle victoire, je déclare clos le congrès extraordinaire de l’ADF-RDA.
Puisse Dieu bénir notre pays.

Vive le Burkina Faso !
Vive le Peuple Burkinabè !
Vive l’Afrique !
Vive l’ADF-RDA !
Victoire le 11 octobre 2015 !
Paix – Liberté – Justice

Je vous remercie.

Me Gilbert Noël OUEDRAOGO
Président de l’ADF-RDA
Candidat aux élections du 11 Octobre 2015.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 août 2015 à 17:41, par vérité no1
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Ça toujours été comme cela ! On veut nous faire croire que le soleil se lève au Nord ! Entre le CDP et l’ADF/RDA, je ne sais pas quel parti est mieux !!!!!! On veut rouler tout le monde dans la poussière, enough is enough !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 17:52, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Rectificatif.La partie remerciement n apparait pas dans son intégralité ici,permettant à ceux qui s en prennent à tord à l UPC,de savoir que ce parti n était pas le seul participant à cette cérémonie d investiture.Voici le discours tel que je l ai lu sur la page facebook de GNO.Aprés le remerciement au représentant des républicains ,l ex UMP français,s en est suivi :
    « Mr Mahamoudou OUEDRAOGO du PCR -liberaux du Mali
    - La délégation du CDP conduite par Mr Moïse Traoré
    - La délégation de l UPC conduite par mme KORBEOGO
    - La délégation du MPP
    - La délégation de l UNIR-PS
    - La délégation de la NAFA
    - La délégation de LeFaso Autrement
    - La délégation du protocole d accord politique
    - La délégation du NTD
    - Nos amis et freres du Burkina ,merci pour votre présence. »
    ...

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:24, par okapi
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Tu ne pourra convaincre personne que toi et tes amis de l ADF n aviez rien reçu...
    Bref, pas de commentaires, tu est mort politiquement et tous les burkinabé soucieux de la venir du paysen sont conscient....
    Laisse la voix à d autre burkinabé de s exprimer..

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:33, par pingson Wilson
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Je regrette à ta place. Honte à toi Gno.si ADF/RDA n’avait pas soutenu la modification de l’article 37, pourquoi se retrouver à l’hôtel azalaï avec le cdp ? Pourquoi Assimi KOANDA avait dit haut et fort qu’il vs remercie pour votre..................Je crois bien que tu dois te pendre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:35, par lepeuple
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Me gilbert, vous courez a votre perte. c’est facile de croire quil suffit de prononcer un discours et on redeviens un politicien normal. sincèrement je pense quil vous faut dix à 20 ans pour que le peuple vous accepte. Vous devez faire comme françois, blaise et consorts, disparaitre du champ politique. Avec vos 18 députés, vous vous croyez capables de tout, c’est principalement votre parti qui créer l’insurrection. A y regarder de près, Me gilbert ’argent semble être votre bon maître.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:48, par MAJOR70
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Ce beau discours est presentement unitile en mon sens ; Toi ki n’avais de leçon a recevoir de personne. Finalma combient de fois voudrais tu te tromper dans ta carriere politique pendant que tu tiens le destin de ton peuple ? Kan tu auras echoué comme PF, tu diras encore que tu t’es trompé et tu demanderas tranquilement pardon au peuple ; Pourtant personne mieux que toi n’etais a meme de comprendre les aspirations profondes de la jeunesse burkinabè ; Ha maitre la la on peut pas ta aider...

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:52, par Sans rancune
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Donc ce monsieur se croit plus intelligent que le reste du peuple conscient. Tu as toujours été motivé par l’argent. Monsieur était député-maire et madame députée ; tous dans la même circonscription électorale. A l’ADF-RDA n’y a t-il pas d’autres cadres ou sont-ils tous amnésiques ?
    Monsieur Gilbert Ouédraogo, tout tourne autour de l’argent.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:56, par YIRMOAGA
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Burkinabè de bonne foi a dit GNO, OUI, mais politiciens de mauvaise foi qu’allez-vous faire ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 18:58, par honore
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    on vous connait, on on vous connait. ils sont nés avant la honte !!!!!!
    nous on a repris notre Burkina ; pourquoi voulez vous le gater
    on vous a chassé a Ouaga , pourquoi voulez vous y revenir
    on vous connait oui on vous connait

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:08, par enquete midi
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Discours émouvant. Ce que retiens surtout est ce passage : "En droit, quand on parle d’infraction, on parle de l’auteur intellectuel de l’infraction.

    L’ADF-RDA n’a jamais demandé la modification de l’article 37 de notre constitution contrairement à certains qui ont la paternité intellectuelle de cette révision. Ils ont introduit et entretenu le débat ou du moins le venin dans le pays avant d’aller trouver refuge dans l’opposition pour fustiger ceux qui essayaient de limiter les dégâts qu’ils avaient engendrés.
    S’ils n’avaient pas organisé un certain congrès et décidé de supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels considérée comme anti-démocratique, l’ADF-RDA n’aurait pas eu besoin de tenter de trouver une solution pacifique et le pays n’aurait pas souffert en octobre 2014."

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:10, par beti
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    TU FAIS HONTE AUX MOSSI QUI SONT SI FIER. FILS DU PÈRE OU EST TA FRANCHISE TOI QUI BOMBAIS TA POITRINE. TU FERA MIEUX DE TE RÉSIGNER ET ATTENDRE LA GESTION DU POUVOIR

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:30, par Ouedraogo
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Tu as pris des milliards tu n’a pas pris, tout ça n’engage que toi, mais sache tout se paye sur terre, espèce de vendu

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:36, par SID PAWALEMDE
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    A l’attention Me Gilbert Noel OUEDRAOGO
    Lettre écrite le 18 octobre 2014, savait-il lire ou pas ????

    LETTRE OUVERTE A ME GILBERT NOEL OUEDRAOGO : « LA TRAHISON DU PEUPLE VIENDRA DE VOUS, DE L’ADF/RDA »
    18 Oct 2014, 14h55 Opinions LA RÉDACTION

    Ce soir, je voudrais m’adresser à Me Gilbert Noel Ouedraogo, en sa qualité de Président de l’ADF RDA. Me GNO, notre pays est à la croisé des chemins. Blaise Compaoré lui-même l’a reconnu.
    La paix est menacée, les institutions de la république également. Le Président Compaoré et ses lieutenants sont décidés à faire valoir leur orgueil au détriment des intérêts supérieurs de la nation. De tous les scénarii possibles, on peut en retenir :
     La voie parlementaire (la plus probable pour l’instant). Si nous partons du fait que votre position est résolument ferme sur un NON à la modification de l’article 37, alors cette voie sera sans issue pour le Président Compaoré.
     Le Président Compaoré peut lui-même procéder à une modification de la constitution. Mais il ne va jamais décider de lui-même. Il a toujours fait porter ses fardeaux par quelqu’un d’autre.
     La voie référendaire : là aussi, sa côte de popularité est à un niveau bas qu’il ne va jamais risquer de s’égarer sur cette voie.
    Sur ces 3 voies, la plus probable et faisable pour lui, c’est la voie parlementaire.
    Si Blaise Compaoré opte pour ça, c’est qu’il a déjà balisé le terrain en ayant des garanties certaines qu’il aura les 96 députés nécessaires à sa solde. L’ensemble des députés du CDP et du front républicain réunis totalisent 81. Donc, il lui faut d’autres députés ailleurs. Il est plus que clair qu’aucun des 28 députés de l’opposition ne va faillir même à bulletin secret. Alors, vos 18 députés feront la différence. Si Blaise Compaoré fonce à l’assemblée nationale, c’est sans aucun doute avec votre aval. Ca, tout le Burkina Faso le sait. Me Gilbert, votre père, le Duc Gérard Kango Ouédraogo a été un grand artisan de la paix. En quittant ce monde le 01 juillet 2014, il vous a laissé dans son silence la lourde charge de faire valoir ses pratiques en matière de paix sociale. Aujourd’hui, la paix est menacée au Burkina Faso par l’entêtement d’un seul et unique individu de ne pas respecter la constitution sur laquelle il a juré. Cette même constitution a été modifiée 3 fois pour plaire à Blaise Compaoré. Quel compromis le peuple n’a-t-il pas fait pour le bonheur personnel de ce Monsieur ? Doit-on continuer éternellement à chiffonner notre loi fondamentale au gré de l’humeur d’un seul burkinabé sur les 17 millions ? Tout porte à croire que le mardi prochain, le Président Compaoré s’acheminera vers l’assemblée nationale pour modifier l’article 37.
    Tous les burkinabé sont convaincus de la constance de Blaise Compaoré dans sa volonté de modifier l’article 37. Le peuple s’est conséquemment préparé pour ne pas être surpris.
    Mais aujourd’hui l’entêtement du Président Compaoré ne constitue plus le danger qui menace la paix. Lorsque tu connais ton ennemi, tu es déjà averti et tu ne seras pas surpris. C’est votre position, la position de l’ADF RDA qui porte les germes d’une instabilité politique dans notre pays. Vous avez tellement tergiversé qu’on ne sait plus de quel bord vous êtes. Malheureusement, cette ambigüité va focaliser les efforts du peuple ailleurs pendant que vous, à l’ADF RDA, vous savez ce que vous tramez la nuit. La trahison de ce peuple viendra de vous, de l’ADF RDA. Sur tous les fronts, le Président Compaoré va perdre et il le sait très bien. C’est la raison pour laquelle, ce projet a trop trainé pour lui. La seule et unique condition pour réunir la charcuterie de la constitution c’est votre adhésion à son projet funeste. Votre non adhésion est aussi synonyme d’un échec certain pour lui.
    Me Gilbert Noel Ouédraogo, les nuits portent conseils et soyez assuré que la paix que vous prônez chaque instant dans les discours politiques et dans les églises, est désormais entre vos mains. C’est vous et vos 17 députés qui déterminerez s’il y aura paix ou instabilité au Burkina Faso. La paix, ce n’est pas un mot mais un comportement.
    Préfériez-vous sacrifier la paix au profit d’un intérêt matérialiste, égoïste et éphémère ? Souvenez-vous, personne ne mourra enterrer avec sa fortune. Me Gilbert Noël Ouédraogo, tous les Burkinabé vous regardent.
    Les 17 millions de burkinabé attendent de vous et de vos députés ce comportement ultime de paix en ces instants historiques de notre vie démocratique.
    Que Dieu vous inspire et veille sur le Burkina Faso !
    Harouna Dabré (Lengha Fils)

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:45, par ka
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Mr. Gilbert Ouédraogo, peut être dans votre tombe vous pourrez un jour tromper le peuple, mais de votre vivant, il vous sera difficile de tromper un peuple mûri par vos tromperies : Peuple Burkinabé, il est temps que l’on comprenne le genre de personne qui est Gilbert Ouédraogo : Depuis qu’il est en politique, il a constamment tourné sa veste pour rechercher un intérêt personnel, en s’adaptant à toutes les situations avec Blaise Compaoré et sa clique. Avant hier, il était dans les bonnes grâces de Blaise Compaoré. Hier il demandait au peuple pardon de l’avoir trompé, et aujourd’hui il est le chantre de de tous les nouveaux partis, UPC, MPP, NAFA, en attendant l’occasion de profit pour les trompé tous. Ce genre de personnes est dangereux, car pour ses intérêts égoïstes et mesquins, il est capable de vendre son père et sa mère. Il est l’auteur du soulèvement populaire du 30 et 21 Octobre 2014 qui a couté la vie de nos filles et fils, car le peuple était a ses genoux en lui demandant de respecter la lettre et l’esprit de l’article 37 de notre constitution qui interdisent tout président prédateur de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs, mais avec arrogance, cet individu dangereux pour la société, a ordonné ses députés de suivre Blaise Compaoré dans sa folie des grandeurs. Mr. Gilbert Ouédraogo, Ka farouche partisan de l’alternance politique et économique du Burkina avec les jeunes, et un vieux routier de la politique Burkinabé depuis son indépendance, vous dit que la constitution Burkinabé et ses articles de loi ne sont pas faites pour protéger des moutons, mais le peuple Burkinabé, ce ne sont pas des textes de lois ordinaires, notre constitution tire sa légitimité et sa puissance du fait qu’elle est la conscience de nos aïeux et de nos hommes de lois, pour des dignes Burkinabé d’aujourd’hui que nous sommes. et des générations à venir. Violer la constitution, est un fait très grave qui ébranle le fondement de l’ETAT : Et vous, vous aviez voulu le faire pour vos gosiers. Le peuple pardonne, mais n’oublie pas, et en ce qui vous concerne, vous aviez tué votre vie politique pour de l’argent et faire plaisir a un criminel sanguinaire. Allez-y garder des chèvres ou vous voulez, le peuple vous attend au tournant, et les Portes de la MACO vous sont grandement ouvertes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:46, par pelrawa
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    çe monsieur a toujours envie de modifier l’art.37. il signe un pacte avec le diable en se faisant investir candidat tout en sachant que sa candidature sera invalidée. C’est pour crier scandale après cette invalidation. Comprenez vous son jeu là ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 19:52, par vérité no1
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Toutes les transactions du régime déchu se faisait clandestinement ! Il n’y a aucune trace, seul Blaise et ses ex lieutenants peuvent nous situer ! Je donne ma tête à couper si Gilbert n’a rien reçu, aba, un deal d’une telle envergure ne peut se passer sans fuite de billets craquants, ce n’est pas possible !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 20:03, par Nabonsss saw
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    ça n’engage que toi et toi seul. tu es vraiment un plaisantin.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 20:06
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Le Chogobiteur de ADF/RDA nous manque bocou. Avant lui, on n avait jamais vu un Franco-Burkinabe avaler sa langue plus que les Francais de souche meme.
    Ou est-il aujourd’hui ? Est il encore au Burkina ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 20:17, par Jordy
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Effectivement tu n’as rien recu parce que la revolution est intervenue entre temps et les transactions financieres n’ont pas pu aboutir. De grace, n’insultez pas l’intelligence des Burkinabes. Vous feriez mieux de vous effacer de la scene politique et jouir de la clemence du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 20:35
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Toi gilbert tu te moques du peuple burkinabe. Tu metites d ’etre corrige’. Tu es ne’ apres la honte

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 21:01, par YABSORE
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Le Bureau politique national de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/ Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) a eu, le samedi 25 octobre 2014 à Ouagadougou, une réunion axée sur la situation politique nationale du moment. A l’occasion, le président du parti, Gilbert Noël Ouédraogo a réaffirmé et justifié la décision de ‘’l’éléphant’’ de soutenir le parti au pouvoir dans sa marche pour la modification de l’article 37 de la Constitution. Avec cette réunion, l’ADF-RDA a officialisé à l’attention de tous ses militants, sa détermination à soutenir – en dépit des « menaces » - jusqu’au bout, le processus de modification de l’article 37 de la Constitution. Ces menaces, précise Gilbert Ouédraogo, « nous confortent qu’il faut qu’on aille vite et que ceux qui nous menacent ne sont pas des démocrates »( faso .net du samedi 25 octobre 2014) . Honorable Avocat, alors ceux que vous accusez d’avoir introduit le venin et avec eux tous démocrates étaient déjà instruits par la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance et s’étaient reconvertis ou avaient changer le fusil d’épaule , vous vouliez jouer à la récupération. En effet, depuis 2007, les enseignements de l’Union Africaine sur la portée de la notion de changements anticonstitutionnels de gouvernement notamment à son point 30 qui stipulent ainsi qu’il suit : « La Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance du 30 janvier 2007 confirme les acquis de la Déclaration de Lomé sur les situations considérées comme changements anticonstitutionnels de gouvernement, mais adjoint à cette nomenclature une cinquième situation, à savoir « tout amendement ou toute révision des Constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique sauf trahison des mémoires, le venin que brandissez était véhiculer avant 2010 année de ratification de la charte par le Burkina Faso ; c’est certainement que les conseillers juristes de vos adversaires ont su jouer leur rôle. et par opportunisme, vous avez mordu l’hameçon certainement pas par naïveté.
    Ainsi donc, la Direction de l’ADF/RDA est en retard de 4 à7 ans pour la mise à jour de ses connaissances juridiques internationales ou elle est porte à faut avec la notion de démocratie. L’un dans l’autre le constat est amer : refus de soumission à la hiérarchie des normes juridiques en encourageant l’Etat Burkinabè au manquement de ses engagements en tant qu’Etat partie de la charte africaine ratifiée depuis 2010 et rentrée en vigueur.
    Non mon Avocat, vous n’étiez pas naïfs, partisan du rapport de force aveugle, vous avez choisi volontairement de faire de la politique politicienne en transgressant cette disposition de la charte transcrite à son article 52 au motif d’un nouveau rapport de force favorable suscité par votre appui. En conséquence, en tant qu’avocat dont la mission est de promouvoir le droit, acceptez subir les sanctions prévues à l’article 25.4 de la charte pour la faute commise. Le faut n’est l’enfant d’autrui, c’est celui qui transgresse la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 21:30
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Hé hé Hé GILBEREEE...... si le ridicule tuait

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 22:21, par one pac
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    blablablablablablablablablablablablablablablablabla !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! on s’en gnangne !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    ki a le temps pour lire ce truc !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 22:22, par Laka yi san
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Un beau argumentaire pour se tirer d’affaire.Que Gilbert Noël Ouédraogo sache que nous ne sommes pas dans les secrets des dieux.Lui seul connait la vérité.C’est lui et sa conscience.Conscience s’il y en a encore chez certains de nos hommes politiques de ce pays.
    Qu’il sache aussi qu’il y a ce qu’on dit et il y a ce qu’on fait.Je fais allusion à l’écart qui existe parfois entre la théorie et la pratique.Nos hommes politiques cherchent toujours plutôt à vendre des illusions au peuple que de se préoccuper leurs problèmes existentiels.Peut-être que je me trompe, moi à la place de Gilbert je m’éclipserais momentanément pour laisser certaines cicatrices guérir en un mot la douleur morale s’apaiser sauf s’il est mu par la soif du pouvoir.A vous les jeunes, vigilance et discernement.La jeunesse du Faso n’a pas besoin de mendier.Elle réclame juste le droit de vivre dignement.Puisse Dieu éclairer la jeunesse dans leurs options.Que Dieu bénisse la jeunesse du Burkina Faso, ce merveilleux pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 22:26
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    la naiveté, tu la dit. Mais sache que en tant parti responsable, etre naif, est un signe dimaturité politique d ta part. La longue expérience d RDA, n lui pa permet detr analyste politique. Domage que le vase a debordé par votr seul goute. A dieu RDA

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 22:33, par gourbo
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Beau discours m. le pdt, mais rappelez vous que dans l’histoire de l’humanité, vous êtes le premier parti arrivé deuxième à rejoindre la majorité et ça, le peuple vous le pardonne difficilement. Vous avez refusé, contre vents et marées, de vous mettre du côté du peuple pour combattre l’oppression dont il était victime depuis 03 décennies. J’ai attentivement lu votre discours, vous semblez vouloir dire, que la faute c’est ceux qui sont de l’autre côté. Rappelez vous que sans votre soutien (ADF/RDA), il n’y aurait pas eu tentative de révision de l’article querellé. Donc vous êtes coauteur intellectuel de l’infraction. A la décharge de ceux que tu sembles vomir, ils ont quitté le navire. Tôt ou tard, à chacun d’apprécier. Les juristes pourront nous situer sur le repentir de ces derniers.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 9 août 2015 à 22:43, par rimwaya
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Shamme on you, fils de p... Tu crois qu’on est amnésique ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 00:00, par vérité no1
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Je ne suis pas un expert en droit du travail mais je pense que Gilbert peut poursuivre Blaise pour réclamer son argent car il a risqué sa vie pour ça ! C’est bien fait pour lui, pour avoir signé un pacte avec le diable !!!!!! Sûrement que le CDP attendait que la loi passe d’abord avant de décaisser l’argent !!!!! Les caméléons se connaissent !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 02:58, par Le Peuple debout
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Malgré cet investiture , vue les messages des vaillants patriotes sur le net , s’il reste une petite dignité à GNO qu’il convoque une conférence de presse et qu’il se retire tranquillement sinon à ce rythme s’il s’entête , le parti va disparaitre . Merci

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 04:03, par ka
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Ouédraogo Gilbert, vous êtes un menteur né : En Octobre 2014, vous et vos députés ont reçus une avance d’argent de la part de Yoda Alain et d’ASSIMI Kouanda, les meneurs du tripatouillage de l’article 37 qui devait permettre a Blaise Compaoré de s’éterniser au pouvoir. Digne mossi que je suis et fier de l’être, je vous prie au non des cracheurs de vérité qui sont les descendants des Etalons, de dire la vérité au peuple avec dignité, et racheter votre erreur qui est aussi humain. Pourquoi vouloir enfoncer le clou ? Le peuple pardonne mais n’oublie pas.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 07:37, par vérité no1
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    J’attendais la réponse de ka pour me situer, Gilbert et sa bande ont reçu de l’argent sinon il n’allait pas être motivé ! Il paraîtrait qu’un deal a été conclu en son temps pour qu’il soit PM.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 08:31, par Je porte plainte au CC
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    En attendant que sa fameuse candidature n’arrive au Conseil Constitutionnel, moi citoyen lambda et en vertu de ce que la loi m’autorise, je suis entrain de préparer ma plainte contre la candidature de celui-là qui a été le premier responsable de l’insurrection qui a abouti à l’assassinat d’une trentaine et aux blessures de centaines de vaillants fils et filles du Faso. Non à la candidature de GNO même si on sait qu’il ne va pas avoir 5% des voix ; c’est une question de bon sens, de justice, de morale.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 08:38, par Ouedraogo Noaga
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Mr Ouedraogo la sagesse aurait voulu que vous faites fi de votre candidature à cette élection présidentielle. Jusque là vous n’avez pas encore compris le message des jeunes insurgés des 30 et 31.
    Nous prions que Dieu vous accorde de la sagesse et du discernement !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:02
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Ce monsieur n’a pas du tout honte ! Militants de l’ADF/RDA vous devez vous séparer de cette race de politiciens sans foi ni loi. GNO que DIEU tout puissant nous préserve de toi !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:08, par Amadoum
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : N’IMPORTE QUI SAUF SAUF M. Ouedraogo !

    Le blame de cette arrogance est sur le dos des membres du parti de M. Ouedraogo. Sa vanite a vouloir a tout prix etre president du Faso l’empeche d’apprecier la gravite de son acte. C’etait aux quelques personnes decentes du parti, s’il en reste encore, qui devaient lui dire de se mettre de cote un instant.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:09, par SANA
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Beau discours mais peu convainquant quant à votre responsabilité sur la crise. Vous avez voulu jouer à l’équilibrisme et vous êtes sortis perdant. Il vous fallait avoir une position claire et constante sur toute la ligne et on ne serait pas là. Sachez bien que sans votre soutien Blaise et son CDP savaient bien que ça ne pouvait pas passer à l’AN et ils allaient donc reculer parce que l’echec était prévisible avec de lourdes conséquences politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:24, par YABSORE
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    "L’ADF-RDA n’a jamais demandé la modification de l’article 37 de notre constitution contrairement à certains qui ont la paternité intellectuelle de cette révision. Ils ont introduit et entretenu le débat ou du moins le venin dans le pays avant d’aller trouver refuge dans l’opposition pour fustiger ceux qui essayaient de limiter les dégâts qu’ils avaient engendrés". Comme contribution à l’éclatement de la vérité, YABSORE vient partager avec l’opinion des extraits d’un article : L’AMORCE D’UNE FEROCE DICTATURE. du journal BENDRE du mercredi 16 juin 2010 :
    1. Lors de son interview sur France 24 au cours de laquelle il s’est clairement déclaré candidat à la présidentielle de novembre prochain, Blaise Compaoré lui-même n’a laissé aucun doute sur le fait qu’il serait partant pour une révision de la constitution dans le sens de sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels consignée dans l’actuelle article 37. Ainsi, en dépit des contestations des différentes couches de la société (religieux, partis politiques, société civile…), le CDP veut opérer un passage en force. La démarche est grosse de dangers pour la paix sociale car il faut le sens de la mesure et de la pondération en toute chose. Ce n’est pas en restant au pouvoir à vie que Blaise Compaoré entrera forcement dans l’histoire par la grande porte.
    2. Au contraire, en respectant à la lettre la constitution et en favorisant l’alternance après son dernier mandat de 2010, il sera perçu comme l’un des plus grands artisans de l’instauration d’une culture démocratique au Burkina Faso.
    3. C’est un signal fort. Il sait qu’il est entouré de courtisans et il ne voudrait pas en être l’esclave……..
    4. Il s’est sans doute rendu compte que ceux qui crient urbi et orbi pour qu’il se présente ne le font pas parce qu’ils l’aiment mais parce qu’ils s’attendent à des espèces sonnantes et trébuchantes en retour. En commentaire, YABSORE constate que ce comportement du Président Blaise COMPAORE s’observe quatre mois seulement après que le BURKINA ait ratifié la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance en février 2010. Ce comportement n’autre qu’un défit lancé à l’opinion nationale et internationale. En effet le journal Jeune Afrique révèle dans sa livraison du 2 juin 2011, que déjà le 9 mai 2010 à Paris, la France de Nicolas Sarkozy avait demandé à Djibril Bassolé, le Ministre burkinabè des Affaires étrangères, de faire savoir à son « patron » que mieux valait ne pas toucher à cet article37, cette observation à été réitérée le 21 Mai 2010 Le à Yamoussoukro, en marge de la cérémonie d’investiture d’Alassane Ouattara .
    Comme l’on peut le constater, le venin venait du Président Blaise COMPAORE lui-même. Conscient que ceux qui crient « urbi et orbi au tour de lui ne le font pas parce qu’ils l’aiment mais parce qu’ils s’attendent à des espèces sonnantes et trébuchantes en retour ». Ainsi c’est la lutte de lève toi que je m’assois. C’est cette politique de la « ventrologie » que les autres ont fuit préférant la désobéissance de la discipline du parti que celle des autres idéologies et consciences. Voyez-vous maintenant, Me Noel OUEDRAOGO, que vous vous êtes trompé de propriétaire intellectuel du venin tripatouilleur de constitution ou transgresseur de charte ? Vous vous êtes laissé tomber dans le piège œsophagique ? Comme le complice risque la même peine que l’auteur, vous devez essuyez vos larmes comme Blaise COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:28, par Optimiste
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Internaute 1 a terminé son propos par "enough is enough" pour dire trop c’est trop !!! SVP, SVP... le politico-politiciens, arretez de nous prendre pour des moutons de Panurge ! Nous ne sommes ni idiots, et surtout pas amnésiques ! Le 21 octobre 2014, toi, GNO avait la possibilité de changer ton histoire et celle de ton pays ! Et c’est bien à cause du poste de PM en vue (promesse) et de milliards qui sont allés dans tes comptes personnels que tu ne l’as pas fait ! STP... bouffe ton argent tranquillement, aies un peu de pudeur et cache-toi un peu !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:33, par vérités des vérités
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    le serment d’un traitre n’a point de valeur. Si l’on s’amuse avec ce monsieur, c’est le Burkina qu’il va vendre la prochaine fois. Donc, méfiez vous de lui

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:44, par In GOD we trust.
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Shsss ! S’il vous plaît, du silence ! Laissez-le se présenter. On l’attend à son premier meeting et on n’en parlera plus. Merci de comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 09:53, par Indjaba
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Les gens font un procès faux et taché de contradiction à Roch et à son MPP. Si on suppose que c’est Roch qui a initié la modification de l’article 37 et que ce même Roch avait en son temps cette capacité de manipuler tout le CDP au point où sa vision a bénéficié d’une adhésion aveugle de tous ces cdpistes , on doit se demander pourquoi quand Roch a déclaré en janvier 2014 qu’il ne voulait plus de la modification de l’article 37, il n’a pas provoqué la même adhésion aveugle à sa nouvelle vision ? Comme Roch est le cerveau et le corps de tous les CDPistes pourquoi, il n’a pas pu envoyer tous ces CDPistes dans son parti le MPP ? Le fait que tous les CDPistes n’ont pas suivi Roch au MPP et le fait que tous les CDPistes n’ont pas suivi ROCH quand il s’es opposé à la modification de l’article 37 amenent a tirer au moins 2 conclusions : 1) Les militants CDP (qui ont tous au moins 18 ans) ont une capacité autonome de réfléchir et d’agir et n’ont jamais été manipulés par Roch et n’ont jamais suivi aveuglement ce dernier par conséquent ces militants sont responsables de leurs actes. 2) L’ entêtement des patrons du CDP en 2014 à modifier l’article 37 au prix de la vie des Burkinabè ne saurait être justifié par le fait que Roch ait défendu cette cause 2 années auparavant.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 10:03, par le catholique
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    je demande à GNO de garder ses opinions pour lui seul et son parti.je lui demande également en toute modestie que la situation est telle qu’il est devenu un raté en politique.il doit comprendre aussi que les burkimbis n’ont pas à recevoir de leçon de sa part.GNO IL Temps pour toi d’accepter ta défaite et ne cherche pas à comprendre car c’est la sanction DIVINE sur terre d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 10:11, par Indjaba
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Caricaturons un peu les choses par un exemple :
    1) Roch demande à son ami Gilbert qui a la quarantaine de l’accompagner à Bobo.
    2) Roch décide qu’ils utiliseront son véhicule V8 pour faire le chemin
    3) A l’entrée de Sabou, Roch se rend compte que le système de freinage du véhicule ne donne plus et que le risque d’accident est très grand
    4) Vu le danger imminent, Roch propose que le véhicule soit abandonné et que les transports en commun soient utilisés pour faire le reste du chemin.
    5)Son ami Gilbert refuse d’emprunter les transports en commun et se sépare de Roch à Sabou. Mieux, il bricole une autre clé pour démarrer la V8 abandonné par Roch. Il essaie de le conduire et malheureusement fait un accident vers Houndé où il se fracasse le nez ? Soyons sérieux mes amis, dites-moi Qui est le responsable d’un tel accident ? Est ce Roch est vraiment condamnable. Il croyait que les choses allaient se passer sans danger et par la suite il a vu que le peuple n’en voulait et il demande de changer d’avis. Les gens ont refusé et ils se sont créés des problèmes pour ensuite crier comme des enfants que c’est faute à Roch.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 10:17, par BURKIMBILA
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    A bien lire ce discours, surtout dans ses "interlignes" on se demande en réalité que veut ce "Monsieur - Candidat". C’est à croire qu’au Burkina Faso, il n’y a plus personne capable de "réflexions et d’analyses". Il y quelques temps seulement, moins d’un an, il se tapait la poitrine pour dire qu’il menait ses "activités politiques" en bonne connaissance des choses. D’où son soutien à la modification de l’Art. 37 avait été par lui, bien analysée et acceptée quand on lisait ses déclarations rapportées par les Presses. Puis, parce qu’il a fait "chou blanc" au sortir de l’insurrection après le très grand risque de frôler les crises de folie après sa détention à la Gendarmerie qui lui a sauvé la vie, il se promène au devant de toutes les personnes ressources du pays pour dire en substance "J’ai été trompé et je regrette. Je demande pardon". Il lui a fallu l’appui scrabbleux de Roi du Yatenga bien connu par le peuple de cette contrée pour sa "versatilité en fonction de ce qui se présente devant lui" pour, se retrouver rengaillardi et recouvrer ses esprits qui l’on ramené à ses "ambitions premières" qui est d’être Roi à la place de Blaise Compaoré en oubliant qu’il n’est que le descendant d’un "Kourita biiga" (les mossis et particulièrement ceux de la région du Yatenga savent ce que cela veut dire). Il sait de ce faite qu’il pourra jamais être Roi dans ce pays. Son père toute sa vie l’a bien compris et s’est limité à gesticuler dans les méandres de la "Politique" pour gagner son pain. Aujourd’hui, il nous revient en essayant d’accuser les Fondateurs du MPP "d’avoir organisé et nourri ce Projet de Modification de la Constitution (Art. 37 notamment) avant de courir à l’Opposition pour crier "Au Voleur". Que croit-il pouvoir faire avaler au burkinabé ? Quant à sa course en avant pour dire qu’il n’est pas auteur des 600 000 FCFA à lui reprochés dans l’Affaire "Aménagement de l’Aéroport" parce que dit-il, je le cite : "Je ne suis pas signataire des Comptes". Cet argument nous le savons, sera avancé par tous ceux qui sont incriminés dans ces mêmes types de crimes. Un peu comme le Gl. Bassolé qui l’avait devancé d’ailleurs pour dire qu’il n’est ni ordonnateur, ni signataire des Compte du Ministère des Affaires Etrangères pour pouvoir voler ; sic : les Presses burkinabé. Ce qui me plairait de démontrer à Maître, le Grand GNO et Grand Avocat connu, c’est que : 1)-Si tous les vols et détournements n’étaient faits que par les seuls signataires de Comptes, on n’en serait pas là. On aurait pu limiter ces Crimes économiques. Tout le monde connait quelles étaient les pratiques de l’époque des "vaches grasses" qui fut la leur, le sien. Les Juges ne sont pas si dupes que lui le croit ; 2)-On sait que les Avocats sont passés Maîtres dans l’art de déformer les choses selon les capacités d’éloquence de chacun avec ou sans la complicité de "Magistrats véreux" pour gagner tranquillement les procès qu’ils défendent au détriment d’innocentes personnes car, bien protégés par la Loi. On sait également qu’un Avocat "n’est pas tenu de Résultats". D’où l’adage généralisé qui dit "qu’un Avocat est un voleur couvert et protégé par la Loi". Sur ce point précis, on retiendra qu’il est connu de ce monsieur, le "la verve, l’éloquence". Mais qu’il s’en rassure. Le peuple a tout compris et le temps est maintenant aux Juges probes, aux Hommes intègres qui gèreront bien notre pays en "bons pères de famille". Si oui que les Fondateurs du MPP sont comme il le dit auteurs des choses (ce qui est du rechauffé car déjà connu et entendu), cela finira par ce se savoir si ce n’est déjà connu. Qu’il cherche d’autres arguments s’il veut être bien compris car, ce ne doit pas être seulement l’électorat du Yatenga acqui à sa cause qui lui faudrait pour accéder à Kossyam.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:13, par kiparé
    En réponse à : La honte du siècle

    Maître Noël Gilbert COMPAORE, je me demande si vous pouvez encore vous regarder dans un miroir après tout ce que vous avez fait dans ce pays des hommes intègres.

    Que Dieu bénisse le Burkina Faso ma patrie et nous éloigne des charognards politiques.

    Changez de métier il n’ y a pas que la politique dans la vie.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:16, par some alfred
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    mn frere gilbert si tu crois en dieu stp retire toi pr tn bien celui du peuple burkinabe on na pas encors digere ce ke tu as fais pardon faut partir.tu as fait l ecole je pense ke tu es sence comprendre la situation dans lakelle tu es.le peuple es tjrs enerve pardon n agrave pas ta situation stp. tu es jeune tu pourras revenir une prochaine fois.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:20, par KC
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Si je comprends bien, votre décision n’est pas motivé par l’argent ; donc avant c’était pour de l’argent ? si tel est le cas pourquoi faire de la politique si ce n’est pour l’argent ? Vous en avez tellement reçu que cette fois-ci, vous n’en voulez plus, ( c’est ce que que vous dites) Et les morts de l’insurection, J’oubliais que vous n’êtes pas comptable de ce qui est arrivé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:47, par veine amer
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    si la honte pouvait tuer ! mais décidément ce monsieur n’a pas de conseillers ou quoi ? OUBIEN il n’a pas de bons amis ou de véritables frères qui pouvaient lui suggérer de ne pas accepter sa candidature ? VRAIMENT vraiment quel déshonneur : ressaisi toi tu fais honte ; merdes !!!!!!!!!!!! et tous ceux qui ont accepter votre candidature sont des suivistes aux attitudes grégaires ! Franchement les mots me manquent pour qualifier cette situation !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:51, par Portalis
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    < En plus le terme auteur intellectuel me parait un néologisme juridique pour brouiller....peut être une stratégie de défense ?Ou bien j’oubliais.Vous n’avez plus bosser le Code pénal depuis votre entrée au gouvernement !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:51, par anj
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Peux tu avoir pitie de Dieu au moins ; ne nous raconte pas des histoires car nous n’avons pas
    besoin de raviver nos plaies.Mange et tais toi ,et surtout n’insulte pas tes maitres qui t’on rendu esclave pour quelques millions de francs.Un esclave ne peut pas gouverner le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 11:52, par Peace Maker
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Il faut que Gilbert prenne le peuple au sérieux.S’il n’a rien reçu alors qu’est ce qui a motivé son soutien à la modification de l’article 37.GNO est égoïste et cela se justifie par le fait qu’il soit député-maire et sa femme aussi était député.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:02, par Sidpassata - Veritas
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Franchement nos anciens hommes politiques sont incorrigibles. Avec tout ce qui s’est passé et que tout le monde connait au Faso, Me GNO croit qu’il suffit d’un plaidoyer politiquement bidon pour que les Burkinabè lui fassent confiance à nouveau ! Peu importe le montant et la nature du bénéfice avec lequel vous et vos complices aviez été payés pour le forfait que le peuple vous reproche d’avoir voulu commettre. Ce peuple vous a vomis, donc comprenez que vous êtes politiquement morts.
    C’est un tel entêtement de la majorité et de la fausse opposition qui a conduit notre pays dans cette situation déplorable. Et vous ne trouvez rien de mieux que de nous resservir le même type de discours d’aveugle politique fonçant tout droit et obstinément vers un mur infranchissable. Foutez-nous la paix et laissez le BF respirer enfin une vraie démocratie totalement différente de celle de l’irresponsabilité des actions et propos sans conséquences aucune. PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:04, par lewang
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Si un de ma decendance milite dans ce truc la appele adf je le bannis et maudits toute son existence. ces gens m,ont trop decus ici bas. pourtant je savais de quoi GNO etait capable, opportuniste...... comme l,a d,ailleurs ete son geniteur

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:09, par Le sage
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Mon ami........... Ta femme est encore sur la liste des candidats à la députation à Ouahigouya. Tu veux dire que c’est elle seule qui a les capacités pour être député parmi tes cadres à Ouahigouya ? Il ne faut pas insulter l’intelligence des honnêtes citoyens. Tous ces jeunes cadres dont les parents ont soutenu le RDA jusqu’à en mourir et Dieu seul sait combien il y en a à OHG ne pèse rien devant ta femme !!!! De grâce ait pitié des vieux RDA et de tes cadres qui te suivent parfois comme des moutons dans tes deals politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:29, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    - GILBERT, ton dossier est actuellement le 8ème posé sur la table du Juge de la Haute Cour de Justice et c’est écrtit dessus : ’’ Gilbert Noel OUEDRAOGO, ancien ministre des transports et de l’économie numérique, accusé de détournements de deniers publics et d’enrichissement illicite portant sur la somme de 600 millions de FCFA’’

    Alors je ne vois pas comment tu seras Président dans ce pays. Peut-être à Doumbelâne ou ailleurs, mais pas au Burkina ici !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:36, par Ladji
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Le discours est bien rédigé, mais QUI AU FASO PEUT ACCEPTER QUE GNO N’A RIEN REçU ???
    IL Y A EU TELLEMENT DE NEGOCE AVEC ADF/RDA POUR SAUTER LE VERROU DE L’ARTICLE. ON N’A RIEN OUBLIE. C’est mieux de faire profil bas pour attendre la JUSTICE.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:38, par yammuss
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    rien que du bla bla arrete de nous bourrer le mou gilbert

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 12:39, par Alexio
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Ce n est pas la faute de l homme Gilbert. Il aheriter les coups bas de son defunt pere Gerard Kango Ouedraogo. L ADF/RDA est un parti detourner quand l ancien premier President de la Haute-Volta, aujourdhui Burkina Faso etait demis de ses fonctions par l inssurection de Janvier 1966. Il a ete demuni de sa nationalite Voltaique par le cynisme politique des Kango et autres Jo Weder tous partisans du RDA. Le Sponser etait Houphouet F.Boigny a l epoque, ou les conflits internes ont crees des scissions au sein de ce parti. La ruse de Gerard Kango a balayant tout antagonisme. et sortait vainqueur.

    LUNDD fut creer pour pouvoir rehabilter Maurice Yameogo apres la prise du pouvoir. Macaire reussissa a balotter le General Lamizana au premier tour. Chose unique au Faso et en Afrique.

    Quand GNO nous chante que ce nest pas a cause de l argent il fait s est engager dans la politique, il veut nous faire croire au pere Noel en August. Il est lui meme un produit de la poltique politiciene genetiquement. Le seul boulevard de l Ascension sosiale au Burkina Faso est la politique. Et le nombre plethorique des partis politique en dit mieux.

    L adage le dit, Fais pas la politique, la politique te fera est connu sous nos cieux en Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 13:04, par Ousmane SAWADOGO
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Quel monstre ! Fils d’un faiseur de Paix, d’un patriote, d’un homme qui a fait la fierté de l’AOF et du Burkina, Gilbert tu es une honte pour tout homme intègre. Gérard vrais fils du Yatenga est mort 3 fois par ta faute Gilbert.
    1. Quand tu as trahit tout ton peuple en choisissant de trahir ton peuple en accompagnant Blaise dans sa forfaiture. Tu es aller même jusqu’à menacer certains de tes députés qui étaient hésitaient
    2. Quand tu t’es rendu sans état d’âme en Côte d’Ivoire auprès de maître monstre, et quelques temps après tu t’es mis à pleurnicher partout dans le pays pour demander pardon alors que les avertis, comme ton père défunt savaient et lisaient en toi un traître jamais égalé au Yatenga.
    3. Quand tu as confirmé ton désir satanique et cynique d’aller jusqu’au bout dans la destruction de RDA de papa Gérard ce week-end.
    Tu es vraiment comme ton autre ami fini, Hermann Yaméogo que tu as trahi entre temps.
    Il n’y a pas de doute, le même sort t’attend : mourir socialement et politiquement. Quémander pour survire et se prostituer politiquement pour espérer des miettes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 13:52, par Bonswendé
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    M. KAFANDO et son équipe auront trahi le peuple burkinabé et ses martyrs si jamais GNO se présente effectivement aux élections, s’il bat campagne (même au prix du lynchage).

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 14:01, par Idnew Sevy
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Me Gilbert, toi seul peux croire à ce que tu dis. Reconsidère tes termes de ton discours qui te condamne à la lettre :
    -  « nous voyions venir les risques de violence généralisée sur l’ensemble du pays, surtout lorsque nous entendions dire, par exemple, qu’il n’y aura pas un seul endroit dans ce pays où l’on pourra poser une urne pour le référendum. » Voilà, si vous étiez bien sages, cela devrait vous servir d’indicateur qui prouve le refus du peuple pour le changement. Alors pourquoi vouliez-vous envoyer les urnes à l’assemblée ? Vous étiez bien téméraires et entêtés à aller contre le peuple.
    -  « couper court à ces risques de violence » ce n’est pas aller contre le peuple, mais aller avec le peuple. C’est ce qu’ont su faire Roch et consorts.
    -  « L’ADF-RDA, sous ma direction, n’a pas bien mesuré la grande soif de justice et de changement du peuple ». Voilà la preuve que vous ne vouliez pas de changement. Tu parles de renouveau dans votre formation politique. Ceci serait mieux crédible si un autre que toi était le candidat investi de l’ADF-RDA.
    Si tu construis ton discours sur un chapelet d’excuses et une kyrielle de justifications de tes forfaitures, c’est bien la preuve que tu t’es trompé, que tu as échoué et donc que tu es incapable. Alors retire-toi de la politique, ne serait-ce que pour un temps, pour te former et murir. Le peuple n’est pas si dupe pour confier son destin à un parvenu qui ne sait pas lire les signes du temps.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 14:03, par avertissement mon cher NGO
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    NGO : tu as pleuré, cela n’a pas suffi pour te raisonner. Tes larmes étaient celles de crocodile et tu t’es moqué des jeunes de l’insurrection. Ta prochaine correction risque ... car l’incendie n’a pas suffit pour te corriger

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 14:07, par ZAS
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Gilbert Ouedraogo gros menteur de son état. On pourrait le décorer pour ça, vraiment !
    Mais tout ça démontre un manque de ligne directrice du parti ADF/RDA. C’est le parti de Gilbert et sa famille et ils en vont ce qu’ils veulent. Sinon comment comprendre que les gens ayant une conviction( j’espère qu’il y’en a encore au sein du parti) ne l’aient pas débarqué de la tête du parti. Gilbert Noël a lamentablement échoué et c’est ce que l’Histoire retiendra. Alors suivre Gilbert c’est se suicider politiquement à moins que l’on se soit motivé que par l’argent.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 14:37, par Béonéré
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Si le conseil constitutionnel valide la candidature de Gilbert, la révolution d’octobre n’aurait servit à rien....

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 15:09, par ziguehi
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    je ne serai long ; je vais juste invité le peuple burkinabè a donné une leçon de sagesse à ce messieurs dépourvu de tout sens de responsabilité et de respect. COMMENT UN MESSIEUR QUI ETAIT FOU IL y a que UNE TRENTAINE DE JOUR VEUT VOULOIR BRIGUER UN MANDAT CHEZ NOUS.
    je vous dis comment ces gens la sont sans morale et ne pense qu’à l’argent, je vous explique : il fait son discour et oublie de prendre les nouvelles de santé de leur mentor blaise compaore ; comme ce blaise compaore, celui qui est en C.I n’est plus une mine d’or pour ce GNO sa santé est sans evenement pour GNO. JE VOUS DIT UNE CHOSE CE GNO DANS 3 ANS VENDRA SA DIGNTE ( si lui reste un peu de dignité) à MPP ; je le connait bien ; PEUPLE BURKINABE MEME PAS 5% DES VOIX ET IL COMPRENDRA QUE LA GENERATION A CHANGE. HONTE A TOI HONTE A TA FAMILLE A CAUSE DE TOI J’AI PERDU MON GRAND FRERE. VIVE LE BURKINA VIVE LA JEUNESSE ACTUELLE ET QUE ALLAH NOUS BENIT

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 15:14
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Noël, tu n’es pas digne comme Gérard, car lui avait refusé les compromis comprémettant en 1974 !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 15:19
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Maitre Gilbert, et si votre passage en force avait réussi, serais-tu Candidat à la Présidentielle contre Blaise COMPAORE ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 15:20, par vérité no1
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Merci Indjaba, vous avez tout dit. Rock à demandé à Blaise de laisser tomber le projet de modification de l’article 37 et ce dernier jouait au sourd muet jusqu’à une date ou il fallait obligatoirement quitter le navire ! Le temps n’était pas en faveur des RSS ! Il ont dit la vérité à Blaise de laisser tomber, il pensait maîtriser la situation et comme le CDP est bourré de ta..., les conséquences !

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 15:34, par LOP
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Depuis l’ annee 2006, je ne cessais de dire qu’ il ne fallait rien attendre de GNO dont l’ epaisseur politiquement et simplement humaine etait inversement proportionnelle a l’ aura de son pere Feu Gerard Kango Ouedraogo, un politicien reactionnaire mais respectable. Quant a Gilbert, son cas suffit pour apprendre qu’ il ne suffit pas de naitre de grands hommes pour ne pas etre un nain humain. Nain, il l’est, tout comme son ex- compere de l’ ADF-RDA, L’ homme qui erre comme Hermann. Ce n ’est un hasard s’ ils ont fricote ensemble entre temps jusqu’a ce que le plus roublard de ces fils sans merite qui ont vandage l’ heritage de leur papa respectif ait le dessus ? Ces fils indignes donc qui font moins que leur pere ne nous ont pas trompes. Ils ont donne le meilleur d’ eux- memes comme ca. Leur meilleur etait terriblement decevant, certes, mais c’ etait le meilleur comme ca. Ihre sehr beste.
    Un sacre avocat a voulu me trainer en justice a l’ epoque parce que je l’ assommais de coups et il ne pouvait s’ elever a la hauteur du debat. Il ne suffit pas d’ etre avocat docteur pour soutenir n’ importe quel debat, surtout s’ il ne s’ agit pas de reciter des articles de droit. Alors, Mr. L’ Avocat, pour rappeler la formule sympathique usitee pour m’adresser a votre statut social, pouvons nous revisiter nos anciennnes croisades sur ce Gilbert Ouedraogo dont je disais qu’ il n’ avait aucun merite a part celui d’ etre le fils de Gerard ? Vous voyez, il a mis la republique a feu et a sang. Et comme il n’a pas le sens de la dignite et de l’ honneur, il n’a meme pas la sagesse d’ attendre que nos plaies se cicatrisent. Mon cher Monsieur l’ avocat, Gilbert et Hermann ont ete la peste de la politique ces 20 dernieres annees au Burkina. Ils etaient heureux d’ etre les traitres chosiis par Blaise pour faire la sale besogne. Maintenant avec le recul, toi et moi qui n’ avons jamais herite de quoi que ce soit sauf notre engagement au travail bien fait, nous pouvons etre des amis. Tu voulais forcer pour entrer dans le cercle des traitres, oubliant que tu ne viens pas de la meme classe sociale de ces illumines et qu’ ils ont tres peu de consideration pour les enfants des talse que nous sommes. Eux, ce sont des aristocrates au sang bleu mais il s vautrent dans la fange du deshonneur sans le savoir. Alors, Mr. L’ Avocat, on se rencontre quand pour, a defaut de fumer le calumet de la paix, vous ne fumez pas, ainsi que moi, trinquer au moins le vin dela liberation ? Car le peuple s’ est libere de ses assassins et autres spoliateurs et il ne va pas accepter de redescendre dans le wc apres s’ en etre libere. Que tous ses oppresseurs qui s’ excitent se le tiennent pour dit. Le p[euple vous a deja identifies. Tenez- vous a quia, mechantes creatures. J’ ai mis trois bouteilles de Mouton Cadet au frais. Il parait que c’etait le vin prefere de votre dieu Laibse a l’ epoque. Je suis pret a n’ importe quel moment pour te rejoindre dans ta province ou toi, pour me rejoindre a Paris. A tout moment mais de preference un samedi. Car le peuple a triomphe de ses ennemis mortels apres une patience legendaire prise par aveuglement pour de la soumission.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 15:35, par vérité no1
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    D’accord avec lewang, si par hasard ma femme milite dans ce parti, elle va retrouver ses effets sur la route nationale 1, je n’aurai pas le temps d’acheminer ses torchons chez ses parents ! Quant à mes enfants, je les retire le nom Sawadogo ! On ne joue pas avec le démon !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 16:07, par Dedegueba SANON
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    N’avait-on pas dit que GNO avait perdu la "boule" ?
    Malgré ses dénégations, je pense qu’il doit effectivement avoir perdu les "pédales". Cela me rappelle notre illustre réfugié en belle famille.
    Comment peut-il s’entêter ainsi, s’il n’est pas "hors réseau" ? Lui qui cristallise certainement après BC et son frère toute la colère du peuple ?
    Comment à l’ADF RDA, peut-on encore mettre ce gars là en porte étandard ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 17:03, par LE REVEUR PATIENT
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    SI LE RIDICULE POUVAIT TUER ! HEUREUSEMENT QUE LE BURKINA FASO EST LE PAYS LE PLUS TOLÉRANT DU MONDE : LA PREUVE EST QUE C’EST AU BURKINA FASO SEUL QUE DE TELS INDIVIDUS PEUVENT ENCORE EXISTER ET SE PAVANER AVEC DES DRAPEAUX ; PAUVRE DE MON PAYS ! JE RÊVE OU QUOI ! DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO A JAMAIS.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 20:01, par paul
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    La giffle que tu a pris t a rendu fou .si tu n avais pas dit oui a Blaise 33 de nos frères seraient tjrs en vie.pendant les luttes , j ecrivais sur ma pancarte :< judas iscariote ,president de l adf rda> je me rend compte que tu es pire que lui .lui a eu le decence de se pendre .fils de p....ta place est ailleur

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 20:25, par Bahiya
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Chers internautes, vous croyez qu’on peut quitter la politique comme on quitte un marché ? je ne le pense pas. beaucoup de politiciens (99%) sont drogué par le pouvoir. Dans tout ça c’est la candidature de l’autre Maître que j’attends. Je parle bien de Maître H.Y. le premier bandit politique comme il se nomme lui-même.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 21:29, par Bassénéré
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Monsieur GNO, vous pensez que nous ne serons jamais au courant de vos déals. Qu’en est-il de la visite du grand manitou à l’hotel LAICO (où vous étiez embastillés) dans la nuit du 29 au 30 oct.2014 pour vous vous motiver ? Tout fini par se savoir.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2015 à 22:31, par TRAORE YAYA
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Le deuxième miracle n’aura pas lieu. Le premier doit son existence à la sagesse et à la tolérance légendaire du peuple Burkinabé. Le vrai peuple insurgé est là et les yeux ouverts pour parer à toute éventualité. Les racourcis n’ont plus droit de cité au Faso. Ceux qui ont pris et ceux qui n’ont pas pris de l’argent, qu’ils sachent que le peuple n’est pas dupe au point de ne pas savoir que si l’eau se fermente, c’est qu’on y a ajouté quelque chose. Mais sans être ou prétendre être un prophète, le deuxième miracle sera un rêve inoui. Que ceux qui sont encore lucides renoncent pour ne pas être dans ce rêve.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2015 à 00:39, par verité
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Laissez moi ce comédien, moi à sa place je me cacherais même, ce monsieur ne connait pas la honte. Tu dis que tu n’as rien réçu pourtant nous savons tous ici que tu as reçu des sommes d’argent considérables. Sérieusement, juste qu’à quand vas tu continuer de jouer avec nos pauvres parents, tu les utilises et les manipules tout simplement parce qu’ils n’ont rien et la majorité d’entre eux ne savent ni lire ni écrire. Jusqu’à quand vas tu continuer de jouer avec Dieu en faisant semblant de demander pardon au peuple au nom de Dieu ? Tu savais que tu pouvais être président et tu as accepté des sous pour soutenir le renouvellement de l’article 37 ? et d’ailleurs même y’a t-il pas d’autres personnes de ton parti capables de se présenter ?
    rien que pour des esprits pareils j’ambitionne rentrer et créer un parti politique non pas pour être président, mais juste pour sensibiliser la population et les ouvrir les yeux sur des personnes malsaines comme toi et tous tes pseudos intellectuels qui ne servent à rien et te suivent comme des moutons. honte à toi et à ton parti.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 11 août 2015 à 14:32, par himself
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Ne craint rien Gilbert car ils ont dis pire que ça en 2005 et en 2010 mais tu les as cloué le bec...
    ton courage et ta persévérance sont à salué,ils seront surpris au soir du 11 octobre... tu as l’a dit à ouahigouya l’éléphant avait seulement baissé la tête pour laisser passer l’orage...

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2015 à 15:44, par agri
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    je retiens dans ce discours d’investiture pour la présidentielle deux choses : la repentance et la vengeance

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2015 à 17:09
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Très bien, l’ADF-RDA va se faire hara kiri en choisissant cet idiot de Gilbert. La fin programmée du parti est pour le 11 octobre 2015. Merci pour leur lucidité et Gilbert passera par la case prison aussi pour son positionnement sur l’article 37, sans oublier l’argent avec un grand A détourné pour rénover l’aéroport de Ouaga, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2015 à 17:23, par sidsaya
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    C’est un pauvre type intellectuellement parlant car il est en partie, et non des moindres,responsable de ce que nous avons vécu les 30 et 31 octobre 2014. Il ne peut tromper personne aujourd’hui. Blaise l’a fait mais Blaise n’est plus.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2015 à 22:21, par Bantchandé le Numbado
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    Le mensonge est l’art préféré au RDA ou du moins à l’ADF/RDA. C’est plutôt une tradition sinon un héritage pour le fils. L’esclave affranchi par l’insurrection pense qu’il est suffisamment libre pour prétendre à la noblesse. Il oublie qu’il restera dans la basse classe. La libération est physique mais pas mentale ni psychologique. A en croire ce discours, les chaînes qui retenaient l’ADF/RDA ont été modelées au goût du prisonnier de sorte qu’il ne trouve point de maladresse en les mains du maître-forgeron. Cette cantique de "l’indépendance" retrouvée est moins un avis de recherche d’un nouveau maître qu’une surbornation malsaine du peuple burkinabè. Au lieu de Paix – Liberté – Justice, la devise du pachiderme devrait être " Impudicité -Discorde,Abdication"
    Le vrai éléphant est mort et enterré. Ce qui survit est la filariose lymphatique qui va aussi bientôt être éradiquée avec les campagnes massives de déparasitage de notre espace politique. La cure va être douloureuse car la dose sera assez forte pour fondre les carapaces les plus dures et les plus résistantes. L’avant-goût sera les poursuites judiciaires contre les auteurs de l’attentat à notre constitution. Vous êtes prévenus Messieurs de l’éléphant dégonflé.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2015 à 18:56, par yama
    En réponse à : Gilbert Noël Ouédraogo : « Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent »

    MrcGilbert doit comprendre que le temps des erreurs sordides dans le but de revenir demander pardon est révolution il n’a rien compris de la politique et a sa place je tirerai ma rêve rance .honte a un avocat du genre

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés