Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

lundi 3 août 2015 à 02h06min

Il s’est tenu du 22 au 26 juillet dernier, la 3ème édition du séminaire de promotion de la culture et de la langue Birifor. C’est le village de Sidoumoukar à quelques encablures de la ville de Gaoua qui a accueilli cette 3è édition placée sous le thème « Langues sous menace de disparition : causes et conséquences ». Communications, échanges, chants, danse, tir à l’arc, etc. étaient au menu pendant les cinq jour qu’a duré le séminaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

Promouvoir les valeurs culturelles et linguistiques des Birifor, c’est l’objectif affiché par la mise en œuvre depuis 2013, d’un cadre de rencontre des fils et filles Birifor du Burkina, de la Côte d’Ivoire et du Ghana. « A travers l’organisation annuelle des séminaires, nous visons essentiellement la promotion des valeurs culturelles et linguistiques des Birifor en accord avec notre foi chrétienne. C’est pourquoi ces séminaires constituent pour nous un cadre privilégié pour mener la réflexion commune et entreprendre des actions d’envergure », a laissé entendre le président du Comité de suivi de la langue Birifor, Ata Robert Dah. « La cause de ce combat mérite nos meilleurs sacrifices », renchérit la marraine de cette 3ème édition, Mme Honadia née Kambou Mimine Clarisse.

En la choisissant comme marraine, Mme Honadia estime que c’est un honneur fait à toutes les mères birifor qui sont en réalité le socle de transmission, la source de vie de la langue Birifor. Un honneur fait à la mère parce que la langue maternelle est la première langue qu’un enfant apprend ; et la mère est celle qui transmet les premiers mots à l’enfant. « C’est dire que dans ce noble combat pour la promotion de la langue Birifor, le rôle de la femme est incontournable », a-t- elle reconnu. Retraçant l’historique des efforts et combats pour que jamais la langue Birifor ne disparaisse, Mimine Kambou a rappelé la rencontre de 2007 à Ouagadougou des fils et filles Birifor pour la plupart vivant à Ouagadougou ; laquelle rencontre a posé les fondements de la reconnaissance officielle du Birifor par les autorités du Burkina Faso, par l’acte de création de la Sous-Commission nationale du Birifor.

Le troisième séminaire du Birifor fut une véritable opportunité de partage intergénérationnel, de communion et de ressourcement. Des concours de lecture en Birifor, de tir à l’arc, de balafon, de tam- tam et de jet de calebasse ont permis une saine émulation entre jeunes et personnes âgées. Des séances de contes, d’enregistrement de nouveaux cantiques, de danse au son du balafon et du tambour, et un tournoi de football inter-villages ont aussi constitué les temps forts du séminaire.
La promotion et la pérennisation d’une langue ne peuvent se faire sans la production littéraire. Les participants ont eu droit à la présentation du 3ème numéro du journal d’informations en Birifor et la dédicace de deux livres écrits en Birifor par le Pasteur Sié Joël DA.

Tout en lançant un vibrant appel à tous les Birifor, aux sympathisants à se joindre à ce cadre pour relever le défi de la pérennisation de la langue Birifor et de ses valeurs culturelles, Mimine Clarisse Honadia/ Kambou a exhorté les séminaristes comme ils l’ont d’ailleurs proclamé à la première édition, « Le Birifor est débout, il ne s’assiéra plus », à rester débout dans l’action, la fraternité et la solidarité. Rendez- vous est pris pour la 4ème édition en 2016, une 4ème édition qui a déjà enregistré deux candidatures pour son organisation, en l’occurrence le village de Holly et le Ghana.

Dalou Matthieu Da
Correspondant régional

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 août 2015 à 07:46, par Bandji fort
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    Non ! Moi je m’oppose formellement à la promotion de ce charabia !!! Il y a des langues nettement plus évoluées, plus élaborées qu’il faut promouvoir plutôt que ce caquetage qu’on nomme abusivement langue. On peut citer entre autres le Senoufo et le gouin qui sont beaucoup plus techniques et scientifiques.

    Chaque fois qu’un réseau téléphonique est défaillant, c’est que deux individus communiquent sur ledit réseau en utilisant un de ces bramements que sont le birifor, le lobi, le djan ou le dagari (je ne peux même pas les écrire en majuscule). Je ne sais pas ce que les opérateurs de téléphonie attendent pour sévir !

    Répondre à ce message

  • Le 3 août 2015 à 11:09, par LE REVEUR PATIENT
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    "AUCUN PEUPLE NE PEUT SE DEVELOPPER EN DEHORS DE SA CULTURE ET MOINS ENCORE DANS LA CULTURE D’ UN AUTRE PEUPLE CAR, LE DEVELOPPEMENT D’UN PEUPLE N’EST PAS LA CAPACITÉ DE CELUI-CI A MIMER, SINGER D’AUTRES PEUPLES. LE
    DEVELOPPEMENT D’UN PEUPLE, C’EST L’ÉVOLUTION DYNAMIQUE DES US ET COUTUMES DE CELUI-CI." Dr KAMBOU Sansan Stanislas 10 Décembre 1983
    Courage au Peuple Birifor.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août 2015 à 12:03, par l’éveillé
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    j’ai été surpris en tant que moaga quand j’ai entendu le regretté Prince Palé parler cette langue à un de ses amis à Bobo,je lui ai demandé c’est quelle langue il parlait parce que ça ressemblait au mooré,et c’est là qu’il m’a dit que c’était du birifor,j’ai eu l’impression que cette langue était bien plus proche du mooré que le dagara

    Répondre à ce message

  • Le 3 août 2015 à 13:10
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    Belle initiative. La langue est la matrice et le véhicule de toute culture. Elle est le fondement d’un peuple. Je me réjouis du volet de la production littéraire et j’encourage qu’il soit renforcé et pérennisé pour non seulement servir la génération présente mais aussi celle future. Courage !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 août 2015 à 13:11
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    Belle initiative. La langue est la matrice et le véhicule de toute culture. Elle est le fondement d’un peuple. Je me réjouis du volet de la production littéraire et j’encourage qu’il soit renforcé et pérennisé pour non seulement servir la génération présente mais aussi celle future. Courage !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 août 2015 à 15:56, par some youwènè jean
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    Très émouvant ! ça donne envi de pleurer de joie quand de mon Ouagadougou profond je peux lire ces choses sur la promotion de ma langue maternelle !
    Félicitations au pasteur SIE JOEL DAH qui a une épouse merveilleuse qui s’est penchée sur la femme birifor dans des hautes études !
    Comment avoir les livres que le pasteur a écrits ? Félicitations au comité d’organisation

    Répondre à ce message

  • Le 3 août 2015 à 16:41, par Dolo Intelligent
    En réponse à : Promotion de la langue et de la culture Birifor : Les fils et filles mobilisés

    bandji fort, on sent vraiment que la dose était trop forte, mais c’est pas toi oh !! Votre langue de pen-gouin, cè-du-faux abusivement appelé sénoufo,etc., ça manque tellement de finesse que vous les avez délaissé pour prêter le Dioula. Gare à toi si tu n’envoies pas ta contribution, disons le tribut de tous tes frères et sœurs !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés