Discours du Président du Faso sur la crise du RSP : Des Bobolais réagissent !

lundi 20 juillet 2015 à 03h00min

Des bobolais ont suivi avec intérêt le discours du Président du Faso, Président de la Transition sur la crise Zida/RSP. Un discours « entaché » de satisfaction pour les uns et d’inquiétudes pour les autres. Lisez plutôt !

Discours du Président du Faso sur la crise du RSP : Des Bobolais réagissent !

Serge Désiré Ouédraogo, fonctionnaire
« J’ai vu un Président pas convaincu »

Je touche du bois, mais je pense que la situation pourrait davantage s’empirer dans les jours à venir. A mon avis le discours du Président ne va pas contribuer à désamorcer la crise. Il a, certes, fait des réaménagements au niveau des postes ministériels, mais je pense que si le Président enlève les autres militaires et laisser Zida à son poste, la crise ne fera que commencer. Bref, j’avoue toutefois que j’ai vu un Président du Faso pas du tout convaincu et le fait de traiter l’armée de perturbateur n’est pas sérieux.

Blaise Bonou, secrétaire général du Balai citoyen/Bobo
« J’ai senti l’homme d’Etat, le premier responsable du pays… »

J’ai apprécié positivement le discours parce que j’ai senti l’homme d’Etat, le premier responsable du pays dans son rôle. Et la gravité de son ton devrait rappeler à tous que nous sommes à un tournant décisif de notre histoire commune. Je suis de ceux qui regrettaient l’absence ou l’insuffisance de la manifestation de l’autorité de l’Etat. Et je pense les décisions prises ont un mérite : celui d’avoir recherché un certain équilibre entre les différentes positions. .Elles sont pour moi, compréhensibles. Mais, dire que ce sont les meilleures décisions, non. Parce que les meilleures pour moi sont celles qui auraient résolu définitivement, l’instabilité consubstantielle, au sommet de l’État, avec les sauts d’humeur du RSP. Je souhaite, de tout cœur, voir l’avènement d’un Burkina où la vertu redevient une valeur cardinale de notre société, où les calculs individuels ou corporatistes s’effacent au profit du bienêtre de tous, sans discrimination d’ethnie, de religion ou de région etc .

Serge Dao, Collectif Balai citoyen
« Le discours nous a laissé sur notre soif »

Ce discours très attendu du Président du Faso, nous a laissé sur notre soif. Même si il a permis de dénouer un tant soit peu cette crise dite RSP. Il nous a laissé sur notre soif parce qu’en tant que citoyen, on aurait aimé savoir ce qui s’est réellement passé. Quelles sont les causes de la crise parce qu’il y a beaucoup de non-dits qui ne permettent pas aux citoyens d’analyser et de comprendre si les décisions prises par le Président sont les bonnes. Je pense qu’il y a un manque à ce niveau. Il faut qu’il nous dise ce qui est à la base de cette crise. On a parlé de faux complots, de rumeurs d’assassinat etc. Le citoyen a donc le droit de savoir qui sont ceux qui voulaient ébranler notre transition. Si on s’en tient à ce qui se raconte, je pense que le Président a coupé la poire en deux en satisfaisant, et l’armée, et le peuple.

Un citoyen bobolais ayant requis l’anonymat
« Je pense que Michel Kafando a été sincère avec son peuple et l’armée »

Je trouve que le Président a été sincère avec le peuple et l’armée. Il ne reste que trois mois et je pense qu’on ne peut pas se permettre de sauter le Premier ministre pour se mettre encore à tout recommencer. Il a cependant bien fait de sauter Auguste Dénise Barry parce que c’est lui, le mal. Certes, le ministère est scindé en deux mais l’essentiel est qu’il ne gèrera plus le MATDS qui, on sait, est très stratégique pour les élections. En tout cas, si c’était lui qui devait gérer les élections, un parti politique serait favorisé.

Moussa Zerbo, coordinateur UPC à Bobo

Il serait hasardeux de porter une appréciation positive ou négative sur ce discours car nous pensons qu’il y a un travail de fond qui reste encore à faire. Quant aux décisions prises par le Président, je pense qu’il vaut mieux attendre le remaniement ministériel avant de se prononcer. Dans tous les cas la principale préoccupation connue de tous reste en suspens et nous pensons qu’il revient à chaque acteur de la crise d’apprécier. C’est pourquoi il va falloir prendre très au sérieux cette situation pour éviter tout dérapage qui pourrait être préjudiciable à notre transition. Des concertations franches et sincères seront nécessaires, mais aussi des décisions courageuses et responsables s’imposent à tous les niveaux

Propos recueillis par Bassératou KINDO

Messages

  • Moi je ne comprends pas les Burkinabè. C’est vous qui critiquiez le chef de l’Etat de manque d’autorité. Lors de son discours à la nation il attire l’attention de l’armée en tant chef suprême des armées d’être le garant de la sécurité des Burkinabè et non perturbateur de la transition. Vous voilà encore pour critiquer le fait qu’il dise de ne pas perturber la transition. Il faut savoir ce que vous voulez.C’est dans quel pays vous avez vu des militaires qui font sortir un Premier ministre en plein conseil de ministre pour lui demander des comptes ?

  • quand vous perdez une aiguille,ne chercher pas loin,regardez sous vos pieds....le probleme du RSP k on parle tant est un probleme interne au corps...ce probleme ne touche pas la politique mais certe creer un probleme de gouvernence vis avis de leur ancien chef,actuef premier ministre..pourkoi les gens detourne le probleme vers la politique ?les remaniements externes ne sront pas la solutions...une ecoute attentive de la part de son excellence Michel KAFANDO du fond des problemes entre les couches composantes du corps RSP sera une porte de sortie...pour mieux etteindre un feu il l attaquer de l interieur..
    contrairement a ce k les gens pense le RSP n a pas l intention de semer la terreur..
    il est bien au service de la nation,et il merite bien leur existance,surtout avec la propagation du poko harram...en resumer le RSP est comme un rat blanc k vou amener dan votre maison pour chasser les especes nuisibles(souri+rat noir+musareigne).SI vous le gerer bien,pas de problemes..si vous ne le gerer pas bien AH !!!

  • Franchement internaute 2. Parlant du RSP, ton exemple de rat blanc qui doit chasser des souris et musaraignes dans la maison est malheureux ; ce n’est vraiment pas ça qui est attendu du RSP. On a plutôt besoin d’un lion qui peut chasser d’autres lions voulant entrer et s’accaparer du territoire. Pour l’intérieur de la maison, quelques simples insecticides et poisons contre les rats règlent le problème. BOKO HARAM est là, et on passe plutôt son temps à terroriser des civils désarmés ; mrrrrrrrrrr.

  • Le RSP est une milice armée de Blaise. Elle n’est pas une armée républicaine. Si elle n’est pas dissoute la population Burkinabè n’aura pas la paix. Le rsp était à la solde d’un homme Blaise qui les finançait de façon occulte afin qu’il agisse à son nom et pour son compte. Le problème RSP n’est pas un problème de toute l’armée nationale ; c’est un problème RSP-Diendéré contre ZIDA. Et là, c’est Diendéré qui est entrain de manipuler le corps rsp pour assouvir ses propres intérêts. Le président KAFANDO ne doit pas écouter ce corps qui veut que le pays aille dans le chaos. C’est un corps qui continue de faire la politique de monsieur BLAISE ; que cela s’arrête. Que peut-on faire d’une transition sans une armée disciplinée et une sécurité forte Faire partir monsieur BARRY de la sécurité c’est comme déshabiller la transition de toute sa substance, et laisser l’impunité avoir droit de cité. Les attentes du peuple après l’insurrection ont volé en éclat. Vive le retour des vieux démons de Blaise.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés