Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

jeudi 16 juillet 2015 à 07h40min

Que se passe-t-il au sommet de l’Etat ? Depuis le 28 juin, le Faso vit une crise que l’on peine à nommer. Militaire, politico-militaire ? La question reste posée. L’on sait seulement qu’elle n’est pas simple. Aux dernières informations officielles sur ce dossier (où la parole officielle est si rare), le ministre de la communication, face à la presse le 14 juillet, a reconnu que « nous traversons une crise particulièrement difficile ». Et que « les concertations continuent ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

Quelques jours plus tôt, après nous avoir fait languir pendant plusieurs jours, émaillés de fausses alertes, le président du Faso lui-même avait fini par faire son discours « indiscourable », qui s’est résumé à reconnaître son impuissance à dénouer cette grave crise. En effet, c’est …sorti de sa propre bouche quand il a avoué au soir du vendredi 10 juillet que : « Tour à tour, j’ai rencontré les représentants des autorités coutumières et religieuses, des partis politiques, des organisations de la société civile, des Forces armées nationales, ainsi que des personnes ressources.

Tous ont reconnu le péril que courait le pays, si rien n’était fait dans les meilleurs délais, pour calmer la tension. Hélas ! Je suis au regret de le reconnaître, tous ces contacts ne m’ont pas donné la certitude que les différents protagonistes étaient prêts à accepter ce compromis dynamique qui puisse amener à l’apaisement social ».
Quel est ce problème si coriace ? Qu’est-ce qui oppose fondamentalement les « protagonistes » ? Et combien de camps y a-t-il ?

Dans la grosse campagne de manipulation tous azimuts de l’opinion publique sur fond d’info, d’intox, de désinformation et de dénigrements, on a de la peine à distinguer le faux du vrai. Surtout que les acteurs au cœur de la crise se livrent à un concours de cachotterie et d’hypocrisie.

Ce que l’on peut donc retenir, c’est que l’heure est effectivement grave et que le problème à résoudre est un casse-tête chinois. Mais de quoi s’agit-il au juste ?
Jusqu’ici, beaucoup de rumeurs et de demi-informations ont circulé. Après la vraie fausse tentative d’arrestation du PM, on a parlé de (faux ?) complot pour neutraliser les premiers responsables du RSP. On a aussi parlé de détournements massifs et d’évasion de fonds publics, d’achat d’armes, de recrutement de mercenaires (parmi lesquels les radiés des mutineries de 2011 et des ivoiriens), d’actions remettant en cause la cohésion de l’Armée nationale.

Qu’en est-il de toutes ces rumeurs ?

Ce que l’on sait encore avec quelque certitude, c’est que le RSP, dont les chefs avaient été suspectés de complot contre le Premier ministre, ont à leur tour mis en cause le chef du gouvernement ainsi que son ministre en charge de la sécurité, Auguste Barry dont ils ont demandé la démission. Par la suite, la hiérarchie militaire a, à son tour non seulement appuyé cette demande, mais exigé le retrait de tous les militaires.

De sources concordantes, les partis politiques, qui ont été entendus par le collège des sages mis en place par le président Kafando, se sont alignés sur la position de l’Armée. C’est vrai que certains leaders politiques comme Bénéwendé Sankara et Etienne Traoré disent se démarquer de cette position. Mais comme ils l’avouent eux-mêmes, ils n’ont pas pris part à la rencontre avec les sages et ne sont donc certainement pas au courant du contenu du dossier. Changeraient-ils d’avis à leur tour s’ils « savaient » ?

On en vient alors à conclure que ce qui est en cause est suffisamment grave pour en arriver à ces prises de position. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Quelles sont ces informations confidentielles que l’on se transmet comme un lourd secret de famille que l’on ne communique qu’aux adultes ? Pense-t-on que l’opinion publique n’a pas droit de connaître de ce « secret d’Etat » ? Juge-t-on le peuple pas assez responsable pour lui dire la vérité ?
Comme le dit la sagesse populaire, « quand ça va pourrir, ça va sentir ».

En attendant, le cadre de concertation de sages qui a bouclé ses auditions ce mardi 14 juillet a sans doute déjà remis ses conclusions au chef de l’Etat, qui conformément à ses prérogatives, doit décider en dernier ressort. Une fois de plus, les regards sont tournés vers « l’archange Michel » Kafando. Aura-t-il la force nécessaire pour terrasser les « aventuriers, mus par les forces du mal » qui veulent créer des troubles et le chaos et prendre en otage notre cher Faso ?

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 juillet 2015 à 15:49, par absent
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Vraiment, nous les non informés,ne comprenons vraiment rien. Tout est comme si le diable veut tout gâter en sabotant les choses notamment un brouillard sur les élections à venir. Pourquoi ne peut on pas laisser tomber les revendications et monter un dossier (s’il existe et s’il est solide) pour que le futur Président élu traite ? Pourquoi ne pas trouver un compromis et garder le gouvernement pour mieux préparer les élections ? Pourquoi ne pas se pardonner et donner la priorité aux élections ? Pourquoi et encore pourquoi ?
    Ce qui semblait réussi risque de rater.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 15:50
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    QUEL QUE SOIT LE PROBLEME, L’INTERET SUPERIEUR DE LA NATION D’ABORD, LE RESTE APRES.
    VIVE LE BURKINA FASO ET SES INSTITUTIONS

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 15:59, par Somwaya
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Dans une situation d’incertitude où la preuve est difficile à établir et où l’opinion publique est gagnée par les a priori, le mutisme au sommet de l’Etat peut être compréhensible même s’il est difficilement justifiable. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue l’essentiel. L’essentiel à mon sens est que, quel que soit le problème, le Chef de l’Etat use de ses prérogatives à travers sa clairvoyance pour parvenir à une décision qui puisse permettre de poursuivre le processus de la transition pour l’intérêt supérieur de la nation.
    Que le sens des responsabilités et l’intérêt supérieur de la nation puissent guider Mba Michel.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:01, par Kon N’doungtouly
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Quand il y’ a beaucoup de dominateurs dans un État , c’ est toujours la confusion qui prend le dessus . Maintenant , le peuple épris de paix est dans le trouble. comment résoudre cette équation à plusieurs inconnus ? je propose que si nous sommes fiers d’être Burkinabè , alors il faudrait trancher dans cette circonstance en sorte qu’il n’ y ait pas de vainqueurs et de vaincus jusqu’aux élections du 11 octobre par le statut quo , le gouvernement reste en l’état , pareille pour le RSP et toute l’armée sur la base d’une charte bis sur l’HONNEUR à ne pas perturber les institutions de la transition .Cette charte verra apposée la signature de l’UA , et de Macky SALL qui fait office de médiateur.
    Le peuple Burkinabè revaudra à tous les protagonistes du moment pour leur sens élevé de patriotisme.
    Si la faute vient de l’une ou l’autre partie que les cœurs s’attendrissent car l’élévation vient aussi de l’humilité et du pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:06, par Cyr
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    BEL ARTICLE BELLE ANALYSE. OUI VRAIMENT QUE CE PASSE T IL AU JUSTE ? A T ON LE DROIT DE RESTER AUSSI LONGTEMPS SOUS SILENCE ET DE NE RIEN DIRE AU PEUPLE ? QUE DIEU NS GUIDE ET BENISSE LE FASO

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:07, par Alexio
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Qui veut notre pays le chaos et le mal ? Evidemment Blaise Compaore et ses acolytes du CDP. Qu ont devraient lancer un mandat international pour son arrestation. Les membres de la transition ont demontre leur incapacites pour ce chapitre. Il serait le seul President du faso a fuir ses responsabiltes des crimes de sang et economiques sous son regne. Le comble de notre malheur est que nous invitions nos anciens bourreaux a table pour dejeuner avec eux, sans qu on ne regle le contentieux national de leur gestions catastrophiques.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:10, par Jeanine Debo
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Pourquoi les militaires ne répondent pas à l’appel de leur hiérarchie ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:22
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    ce n’est pas à l’armée d’imposé ce quelle veut.elle fait des propositions à l’autorité .la demission du PM est la seule et unique solution ?.dans tous cas le problême rsp sera posé.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:50, par Cequejenpense
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    L’affaire est simple. Le RSP (Diendere et Blaise Compaore) a place ses hommes ZIDA et autres (par force) a la tete de la transition en vue d’avoir toujours le controle du pays (cf. un article de Jeune Afrique que tout analyste politique validerait). Une partie des manifestants et la communaute internationale ont exige que la transition soit civile. La encore, les militaires ont eu l’astuce de proposer un candidat civile (MIchel Kafando) qui sera finalement retenu par le college de designation face aux 2 autres candidats propose par la societe civile et les partis politiques.

    Tout ca c’etait en vue d’avoir une maitrise de la transition. Puis petit a petit Zida veut se demarquer de ceux qui l’ont place, s’emanciper au cote du peuple. Donc il faut l’abattre selon ceux qui l’avaient mis la ou il est pour trahison. Afin de reprendre les choses en main.

    Et puisqu’on a un President qui manque d’imposer son autorite, et qui avait nomme Zida premier ministre sur ORDRE du RSP, il ne peut reagir avec fermete face aux forces du mal tapis dans l’ombre (que dis-je ? Il semble pourtant les connaitre et savoir d’ou ils agissent) alors on ne peut qu’etre dans une grave crise a appelle a des compromissions qui surprendront plus d’un.

    Kafando serait (malheureusement) un des grands responsables de l’echec de cette transition s’il ne commence pas a affirmer son autorite au lieu de faire toujours le diplomate.

    Enfin, je propose :
    1- Un reamenagement ministeriel conservant Zida a la primature mais en lui retirant le poste de ministre de la defense qui sera attribue a quelqu’un d’autre ou assure par le president lui meme afin qu’il y ait face a l’armee un interlocuteur qui ne soit pas partie a la crise.
    2- Que Kafando reaffirme publiquement son soutien a son premier ministre et inviter les un et les autres a arreter le chantage.
    D’autres propositions pourraient s’y ajouter.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 16:58, par Le Cytoyen
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Quel que soit les vérités, il ya des voies normales et légales pour les poser et les résoudre dans un état de droit.
    Quelque soit le problème, il y a trois choses à considérer :
    La soumission de l’armée y compris le Général Dénguéré et son RSP, à l’autorité politique,
    L’arrêt des immixtions répétées de ce Général et de ses troupes dans gestion de la transition,
    La nécessité absolue de conduire la transition à bon port.

    Le vraie danger que cours notre pays avec cette fausse vraie crise, c’est que si des hommes en armes peuvent décider et se faire approuver de démettre un gouvernement, c’est plus personne ne pourra encore diriger ce pays.
    Il faut que l’aire des Coup d’État s’arrête véritablement et définitivement au Burkina et que l’armée se consacre à ces tache régaliennes.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:06, par ZONGUI
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Le problème est très profond. Etes-vous prêts à travailler avec quelqu’un qui a une liste des votre à éliminer tour à tour ? Demandez la publication des sms contenus dans les portables des proches de ZIDA q’on a arrêté. Vous tomberez à la renverse. Celui qui se présente devant vous en sauveur est pire que... Tous ceux qui s’approchent et découvre le problème ne peuvent que se ralier à la cause. Ce n’est pas simple !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:11, par Chapité
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Dans tous les régimes présidentiels le premier ministre est un fusible qu’on peut enlever à tout moment de par le fait du prince

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:24, par benjamin
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    il n’y a rien en face car la situation que connait notre pays actuellement ne rien d’autre que des machinations politiques de certains leaders.Puisque surement le premier ministre a déjà un parti pris concernant le futur président qui sera élu en octobre.Par conséquent des manoeuvres au sein de l’armée sont inévitables.Voila le quiproco mes amis.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:25, par Karissa
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Quel devenir pour nos mousquetaires aux têtes mises à prix
    Sans frémir par leur frères et complices d’hier en treillis ?
    Eux qui se flattaient d’être aux choses de la république
    Accepteront-ils si tôt et si jeunes de devenir reliques ?
    Ne faisons pas semblant d’ignorer une si pressante question
    Si en vérité nous entendons rendre service à la nation

    De nouveaux piroguiers alors aux talents inconnus
    Pour faire avancer la barque vers la rive voulue ?
    Pourquoi pas si la traversée est vue comme aventure
    Et qu’en l’espèce n’existe aucun contrat qui dure ?
    Les nouveaux coups de pagaies nous mèneront à bon port
    Ou dans des profondeurs abyssales à notre commun tort.

    Alors les sanglots de ceux qui nous ont admirés
    Et les ricanements de ceux qui nous ont enviés
    Nous réveilleront en un sursaut douloureux
    Et que personne n’affiche un visage malheureux !
    Le temps n’attend personne dans sa course parfois folle
    Surtout pas ceux pour qui il avait suspendu son vol.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:34, par PAPA
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    On ne prend pas partie d´une bagarre quand on connait pas son origine. Ceci dit je pense simplement que Zida est victime parcequ´il veut etre autonome en refusant de se soumettre aux injonctions de Diendere & compagnie . Cette position de Zida est salutaire et l´avenir lui donnera raison car il est du bon cote´ celui du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:37
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    La Rue a chassé Blaise, mais c´est le RSP qui a installé ZIDA. KAFANDO est le candidat de l´armée, mais l´armée c´est le RSP. La preuve ZIDA a évincé le Chef d´Etat Major Général.
    Tout le monde sait que c´est le RSP qui est au pouvoir mais on fait tous semblant, on se comporte comme si ce n´était pas le cas, c´est de l´hyprocisie.
    Il y a deux alternatives si l´on veut être sincère.
    1. Le peuple sort pour exiger le départ du RSP, c´est à dire son rattachement à l´état major Général de l´armée et la réorientation de ses missions, parachevant sa révolution. Mais encore faudrait-il qu´il trouve un leader accepté de tous et qui aurait aussi le soutien de l ´armée. On pourrait alors toilletter la constitution, toutes nos institutions militaires et civils, notamment la justice ; arrêter et punir sévèrement pour l´exemple tous les criminels ( sang, économique).
    2. A défaut de pouvoir obtenir le départ du RSP, lui remettre le pouvoir, afin quíl soit face à ses responsabilités.
    Toutes les autres solutions relevent d´un manque de courage politique ou d´un réfus d´accepter la réalité dans sa laideur.
    Aller aux élections sans résoudre les problèmes ? Meditons ce qu´un grand homme politique a dit "vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre".
    Les élections ? et après ? nous aurons toujours notre RSP avec la même force de frappe, avec les mêmes chefs et les mêmes exigences.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:47
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    je me rappelle les propos de l’ambassadeur Américain qui avait déconseille Zida comme premier ministre et la promulgation de la loi électorale sur l’exclusion. Voila ou on se retrouve quand s’efforce d’être têtu.

    Etant donné que l’armée et les partis politiques sont d’accord pour le départ du pm, Zida devrait tout simplement démissionné. les preuves contre lui doivent être irréfutable peut importe ce que diront les osc qui veulent se substituer au gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:48, par Tapsoba R(de H, actuellement au bercail)
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Vraiment en cette saison de dinsinformation,information ,intox en tout genre , on ne sait plus sur quel pied danser.Difficile meme de vous fier aux pages facebook des officiels.Sinon à en croire Clement Sawadogo du MPP, du moins ce qui semble sa page face, alignement des partis politiques à la position de l armée, il n en est pas question, je le cite :《Bonjour chers amis sur la toile.Il ressort des diverses presentations dans la presse et sur les reseaux sociaux que la position des partis du ccpp a été mal interpretée et mal comprise.Sans en etre le porte parole,je tiens à preciser que ces partis n ont ni demandé le depart du PM Zida,ni apporté une quelconque caution à un tel depart.Mieux que quiconque,ces partis sont soucieux de l achèvement de la transition dans les conditions de serenité et à la date non negociable du 11 octobre 2015.Aussi se demarquent- ils de tout agenda caché susceptible de compromettre ce pocessus auquel tient l ensemble du peuple burkinabe.
    Au regard de cette necessaire clarification de sa position qui repose ni moins ni plus que sur les principes de la charte,une declaration de ces partis pourrait intervenir incessamment pour apporter la dite clarification. A bientot !》Clement S

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 17:51
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    le people ne veut que la paix. que le rsp se calme ds son coin. pourquoi tjrs leur accorder ce qu’ils demandent ? A moins de 3 mois de la fin, svp, laisser les choses a l’etat et qu’on aille aux elections !
    ce sont les politiciens meme qui m’enervent ds tout ca !
    que Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 18:01
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    c’est ca on dit, il ne faut jamais chercher a faire du bien a tout le monde !
    quand on chasait le cdp, c’est pas Zida qui demande de travailler avec eux ?
    voice sa recompense !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 18:31, par AKROAH Burk
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Ne cherchons pas loin, Bjibril Bassolet et sa NAFA, Diendjéré et son RSP, CDP et les autres partis satellites sont en fait les déstabilisateurs du Faso. C’est le fameux RSP qui a choisi ZIDA bien sûr croyant qu’il allait faire leur affaire. Et comme les choses ne se font pas comme il le veut, voilà que les éléments de ce corps se lèvent pour tout brider. Ils montrent à la face du monde qu’au Faso tout se fait et se défait selon leur volonté. Que Dieu veille sur le peuple au moment où le RSP devient un loup.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 18:34, par Walaka
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    C’est vraiment dommage que les hauts gradés ne pensent qu’ à protéger leur seules têtes et intérêts accumulés à la faveur du règne de Blaso.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 18:34, par AKROAH Burk
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Ne cherchons pas loin, Bjibril Bassolet et sa NAFA, Diendjéré et son RSP, CDP et les autres partis satellites sont en fait les déstabilisateurs du Faso. C’est le fameux RSP qui a choisi ZIDA bien sûr croyant qu’il allait faire leur affaire. Et comme les choses ne se font pas comme il le veut, voilà que les éléments de ce corps se lèvent pour tout brider. Ils montrent à la face du monde qu’au Faso tout se fait et se défait selon leur volonté. Que Dieu veille sur le peuple au moment où le RSP devient un loup.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 19:05, par GEORGETTE
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    A mon humble avis le PM ZIDA doit etre le veritable probleme. Je pense que s’ il etait dans la verité le President Kafando avait tranché depuis en maintenant le PM mais s’il y a trop de consultation cela veut dire qu’il y a trop de choses qu’on reproche au PM.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 19:11, par Bernard Luther King
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Les uns et les autres proposent des solutions de sortie de crise. C’est une bonne chose. Mais il serait meilleur de voir le cadre conceptuel de nos propositions de solutions. Autrement dit, deux approches se livre à nous : une approche quantitative et une approche qualitative. L’approche quantitative consiste à proposer une solution sans ici et maintenant, pourvu qu’on sorte de la crise. L’approche qualitative prend en compte la qualité morale ou ethique de notre solution. Pour resumer, toute solution à cette crise appartiendra à l’une des categories suivantes :
    - Solution sans compromission mais avec compromis : Non demission de Zida mais moyennant quelque chose (quoi ?), le peuple respecte la parole avec un mais
    - Solution sans compromission et sans compromis  : Non demission de Zida point final, le peuple respecte la parole donnee
    - Solution PAR compromission : demission de Zida point final, tout un peuple qui se dedie !
    Qu’est ce que la compromission ? Qu’est ce qu’un compromis ? Je n’ai pas le temps de les definir. Mais ils sont differents. Dans la compromission, il ya troc d’une DIGNITE contre un objectif. Dans le compromis, il ya cession MUTUELLE d’interets de part et d’autre.
    Il ne suffit donc pas de proposer une solution seulement, encore faut-il avoir le courage de regarder à la qualité morale de notre solution. Serons-nous à la hauteur ? A moins que ce j’appelle compromission soit appelé par d’autres de tolerance et d’humilité, de sagesse. C’est aussi possible !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 19:24, par oudou
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Belle analyse Burk, le gouvernement n’est pas un gouvernement de la hiérarchie militaire et qu’elle arrête de se foutre du peuple. Aucun militaire ne va démissionner et aucun ministre également. C’est le gouvernement de tout le peuple et nous donnons cartons rouge à l’armée car c’est notre révolution et c’est nous et encore nous allons veiller sur cette transition

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 19:46
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Ils n’ont parlé entre eux âgés làbas, c’est la jeunesse qui vous a mis où vous êtes. Alors, si vous sortez de vos conciliabules avec une décision qui trahit l’esprit de l’insurrection, on vous balaie et on met d’autres transitoires, cette fois des "garçons piles" !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 20:19, par Miséricorde
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Humblement, je pense que le Président KAFANDO devrait rendre sa démission, non pas pour incapacité de conduire la transition, mais par principe. Pourquoi le RSP serait le corps qui doit dicter sa loi dans notre Faso à tous et que les avis des autres ne comptent pas ? Si c’est parce que ZIDA doit devenir Gal après la transition, que la RSP soit clair pour situer tous les Burkinabè sur ces doléances. Mais à moins de trois mois des élections, vraiment je m’oppose à une éventuel changement de gouvernement.

    1 - Avons vu comment cette équipe a peiné pour comprendre et prendre les affaires en mains ?
    2 - De combien de temps disposerait le nouveau gouvernement pour prendre la température des dossiers engagés et les conduire jusqu’aux élections ?
    3 - Le dossier Thomas SANKARA serait vraiment nuisible à la protection des intérêts de l’ex-régime ?
    4 - Y a-t-il eu une insurrection du peuple ou bien ce serait le RSP ou l’armée qui a crée cette transition ?

    Une chose est sûre les populations affamées du Faso attend de comprendre et tardera pas à demander les comptes quelque soit les circonstances.
    C’est pourquoi, dans la confiance, j’en appelle à la conscience et à la bonne volonté du grand frère Gilbert de donner le mot d’ordre à ses éléments pour accompagner ce gouvernement aux élections. Personne ne peut payer un acte patriotique posé pour le salut d’une nation.

    Dieu en ce mois bénis de ramadan tient compte des efforts de mes frères musulmans et de l’innocence des enfants pour éteindre dans les cœurs la flamme de haine et de l’orgueil. Amen

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 21:10, par Freeman de T
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Que voulez vous ? Quand dans un pays, la République fout le camp c’est toujours comme ça. Dès le début de cette histoire, c’est cette question que je me suis toujours posée : pourquoi "on" (c’est le cas de dire, parce qu’on ne sait plus qui) demande le départ des militaires du Gouvernement et pourquoi maintenant ?
    C’est à se demander à quoi servent nos institutions, ou tout simplement si on est encore dans une République. Sinon quelque soit le problème, il existe un cadre de règlement dans une république. S’il y a un complot contre l’Etat, on arrête les responsables (quels qu’ils soient !) et on les livre à la justice. Ce n’est pas à l’armée, encore moins un petit régiment de cette armée de l’attaquer à une institution comme la primature. Sinon il s’agit d’un coup d’état ; ce qui est interdit par notre Constitution. Il faudra que dans ce pays, nous cessions de régler les problèmes en dehors des institutions de la République.
    Parfois, il suffit juste de faire de la justice. si cela avait été le cas dès le début de la Transition, tous les membres du dernier Gouvernement Thiao, ainsi les bonzes du RSP auraient actuellement d’autres préoccupations plutôt que de penser à déstabiliser la Transition ou de parler "d’inclusion" aux élections à venir. Et comme ça n’a pas été le cas, chacun continue de faire le coq et pense même que c’est finalement l’insurrection qui a fauté...
    Dieu bénisse le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 22:15
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    En réalité il y a trop de mensonges dans cette histoire. Tout est question d’enjeux. Très humblement pourquoi le rsp attend d’être accusé pour à son tour sortir des machins faisant croire à ceux qui sont naïfs qu’ilya un projet de ceci ou de cela. En plus l’honnêteté et le patriotisme recommandent que l’on dénonce les cas de détournements dont on a connaissance. Pourquoi avoir attendu maintenant pour sortir avec ces machins ? En plus si Zida en voulait à la vie de certains comme on fait croire à certains, il ne va pas collaborer avec des gens qui travaillent avec des téléphones portables. Pour un officier ayant assumé les postes d’un certain niveau au sein du rsp. C’est pas parce qu’on n’est pas militaire que la logique nous manque .Par ailleurs le rsp a montré à plusieurs fois arme sous la tempe que Zida est votre esclave et que vous n’avez aucune considération pour l’autorité de l’état. ..
    Dieu Tout Puissant créateur de tout l’Univers Toi qui est l’Alpha et l’Oméga de toute chose. Dieu de justice de fond de mon être je t’implore afin que tu veilles sur toute la population du Burkina Faso ainsi qu’à toutes ses institutions. Que celui qui met l’intérêt de sa panse au dessus de l intérêt du peuple que la loi de la compassassion soit son seul juge. Ainsi soit-il.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 00:22
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Internaute n°11 ZONGUI vous dites que "Demandez la publication des sms contenus dans les portables des proches de ZIDA q’on a arrêté. Vous tomberez à la renverse." Si vous avez arrété des partisans de Zida, êtes-vous devenus la police ? Gendarmerie ? ou la justice de ce pays ? Ses éléments arrêtés ont-ils été transmis à la justice ? ou à la police pour que l’on déclenche une procédure judiciaire contre eux ? Ou bien comptez vous les éliminer comme Tuina Romuald et ses camarades ? De quel droit des militaires du RSP peuvent-ils arrêter des gens suspectés de complot ? Cela nous convainc d’avantage que ce RSP doit être dissout pour un véritable état droit dans notre pays !!! C’est la solution la meilleure !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 00:24, par BEEOGO NEERE
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Nous avons tous contribué à monter la tête du RSP ! nous prétendons toujours que c’est une unité ultra commando dont les éléments sont prêts à mourir comme les fous de BOKO HARAM . Ainsi gonflés à bloc , ils ont oublié leur mission première de soldats qui est de garantir la sécurité du territoire et de ses habitants.

    Si une guerre éclate à nos frontières ,vont ils attendre que l’ennemi marche sur les corps de leurs frères d’arme des autres garnisons pour se diriger vers Ouagadougou avant qu’ils ne bandent les muscles de commandos ? si oui, alors le peuple se résume pour eux au Président de la république.

    Avec le nouveau Président qui sera élu en Octobre prochain , je propose que cette unité dite d’élites soit démantelée au prorata dans toutes les régions militaires , et chaque groupe démantelée aura comme chef un de ses anciens officiers ; , comme cela chaque région bénéficiera de l’élitisme tant redouté de ce RSP qui sera proche des populations.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 00:46, par lambert
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Livrons Zida et cie s’il a vraiment fait des trucs graves. C’est pas vrai de penser que le départ des militaires des organes de la transition va forcément remettre en cause le calendrier électoral. Nous avons là une han chance d’exclure les militaires de la sphère politique de façon. Définitive. Pas de compromission si le PM et sa cie ont gravement fauté. Ce serait justice de toute façon car il est claire que ces gars ont confisqué la victoire du peuple sans qu’une bonne voix ne bronche à part nous autre pauvres forumistes. La nature semble avoir réagi plus tôt ce coup ci pour remettre les choses en place. Et dans tous les cas, tôt ou tard, l’ordre des choses finira par être rétabli même si c’est cette fois-ci.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 02:12, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Le vrai problème est que les vieux militaires sont jaloux du petit ! C’est comme ça ! Ils ont eu à dire qu’un lieutenant-colonel ne peut pas devenir général et qu’on doit supprimer cette loi. Le moaga est toujours jaloux ! Suivez mon regard ! On dit toujours la vérité crue n’en déplaise aux fauteurs de troubles !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 02:25, par Nabiiga
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Bonjour, je me présente : Nabiiga. J’aime la question de cet article : C’est quoi le problème ? Eh bien, c’est un problème d’égoïsme de la part de Diendéré et de Blaise. J’ai eu déjà à citer cet adage quelque part et je le ferai encore ici. Selon cet adage, celui qui égorge des gens ne dort jamais sans protéger son cou. Quel est donc le problème ? Le problème le plus cité est celui selon lequel Zida aurait formenté un faux coup d’état aux dépens de certains collègues qui, selon toujours ce qui est raconté un peu partout, allaient être éliminés. Cela étant, (un faux coup d’état pour éliminer des collègues) où est le problème ? En ce qui me concerne, il n’y en a pas car je me refère à l’élimination physique de Lingani et Henry Zongo. N’était-ce pas le même faux coup d’état que Diendéré et les autres ont monté de toute pièce contre ces deux derniers pour les éliminer ? Alors si quelqu’un d’autre emprunte une page de leur strategème, pourquoi doivent-ils se plaindre ? L’ont-ils pas fait, eux en leur temps ? Qu’on laisse Zida les faire suivre le même sort que Henry Zongo et Lingani. Lingani, avant d’être exécuté l’a très bien dit : "Ils sont venus me voir et je croyais en leur honnêteté" Le ’ils’ n’était nulle personne autre Diendéré et ses amis. Lingani et Henry ont mordu le lamçon qu’on leur avait tendu et ils ont été subitement éliminé au profit de Blaise. Alors, on vous tend le même lançon et voilà que vous pleunichez en criant au secours. Qu’on vous élimine vous aussi et la terre restera toujours ronde ! Le ciel ne tombera pas non plus ! Voilà le sens de l’adage. Ils tendent des pièges aux autres, mais il ne veulent qu’on leur tend les même pièges.

    Pour ce qui la chose que Zida aurait fait de grave. Là encore, ou est le problème ? Il n’y en a pas en ce qui me concerne ! Ça me rappelle de la situation de RDA et Gilbert. Peu après l’insurrection, Gilbert, sans vergorgne, sillonnait le pays pour demander pardon à qui voulait et poulait lui pardonner. Seulement voilà Gilbert n’a jamais dit pourquoi il demandait le pardon partout. N’est pas le même scénario encore ici ? Si Diendéré et le RSP croient fort bien que Zida a erré quelque part et que c’est si grave qu’il faille qu’il revienne à la casarne, de grâce, Zida est le PM de notre nation, dites nous publiquement ce que vous tenez contre lui et laissez-nous juger car nous sommes bien capable de discernement, nous. Vous ne pouvez tenir vos cartes à vos poitrines tout en voulant en même temps que nous vous croyons. Si c’est grave, c’est grave, mais qu’on le sache ; mais on est incapable d’accepter la gravité de ce qu’il a fait sans pour autant avoir l’ensemble des faits accablants contre lui.

    Pour ce qui est la position tenue par le RSP exigeant la démission de Zida, là encore, moi, Nabiiga, je ne vois aucunement pas le problème. Si Diendéré et ses amis réclament la tête de Zida parce qu’il croient nous l’avoir imposé ; nous, nous aimerions savoir les ententes signées entre Zida, Blaise, et Diendéré pour arriver à une conclusion ferme. Mais dès lors qu’on n’est au courant de rien alors qu’il y a bel et bien quelque chose qui a eu leiu entre ces deux parties c’est -à-dire, Diendéré-Blaise d’un côté et Zida de l’autre, il ne faut s’attendre que vous demandiez qu’il démissionne et que nous vous suivions. Donnez-nous aujourd’hui l’entente qui vous lie à Zida dès le départ, et nous déciderons le sort de Zida.

    Pour ce qui est la question de la promotion d’un Lt-Colonel au rang de Général, là encore, il n’y a pas de problème. Commencez par nous expliquer comment s’est fait-il qu’un Lt. Colonel a bien pu balayer au revers de la main un Général vers la port pour prendre sa place. N’est -ce pas la même dont on accuse Zida ? Zida a tout simplement fait ce que vous lui avez appris à faire : Ne pas suivre les choses hiérarchique de l’armée !

    Finalement, que Diendéré et le RSP sache qu’il y a bel et bien d’autres Burkinabè en dehors d’eux et leur corps très pompé. Enfin, je fais un appel solennel aux familles de Commandant Lingani et de Henry Zongo de demander des comptes à Diendéré car il en sait quelque chose sur l’assassinat de leurs fils et le poursuivre pour meurtre. Lingani n’a pas menti quand il s’apprêter à mourir. ’Ils sont venus me voir et je cru en leur honnêteté’ Voila !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 04:38, par PODA
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    juste pour poser une question .Pourquoi l’Armée demande la demission du premier ministre ?le motif ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 05:29, par PODA
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    juste pour poser une question .Pourquoi l’Armée demande la demission du premier ministre ?le motif ?si elle est partie prenante de la charte de la transition elle ne doit à aucun cas se precipiter quelqu’en soit le differend avec le PM,pour demander sa demission ?par ailleurs le meme PM est Minstre de la Defense au grade de Lieutenant- Colonel,donc tous les Généraux sont sous ses ordres.Ne serait ce pas une frustraction grandissante de se mettre sous ses ordres ?surtout que chacun sait comment chacun est arrivé au pouvoir dans cette transition ?et si tel est le cas,on parlera d’insubordination.Le Gal Diendéré lui meme avait dit"si un Lieutenant est ministre lui il se met au garde à vous ? Etant le patron inconstesté du RSP ,lui et ses fidèles n’ont qu’à savoir qu’on n’a pas encore commandé "REPOS" se disant bon militaire ils sont au toujours au Garde à Vous et qu’au GARDE A VOUS on ne parle pas,allant jusqu’à contaminer le CEMGA de toute l’Armée nationale,General de son etat à demander la demission de son ministre à la Defense,Qui commande qui ?ns ne sommes pas au Far west ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 06:15, par Trahison
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Merci, Cequejepense. Ou sont meme les grandes gueules au propre comme au figure qui ne pouvaient pas voir que Zida a la tete de la transition, c’ etait voler notre insurrection ? Pourtant, on n’ avait pas besoin de dessin pour comprendre le jeu. Le probleme a commence le jour meme ou Blaise a "transmis" son pouvoir a ses affides du RSP. Mais des soit- disant intellectuels ont applaudi sans aucune vision prospective. Nous payons tous aujourd’ hui le manque de pragmatisme politique. Zida n’ a jamais ete un personnage rassurant pour moi mais je trouve que le RSP n’ est pas dans son role de demander qu’ il demissionne. A quel titre il le ferait ? Dans toute chose, cherchons a voir l’ esprit qui motive les uns et les autres a agir.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 06:28, par oudou
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Gilbert et compagnie se cachent derrière le RSP et pensent que les autres vont les livrer et ils se mettent à gesticuler. je pense que KAFANDO a bel et bien dit qu’il ne va pas laisser les gens troubler la transition. OH Dieu, donne moi la place de KAFANDO en 72h ; étant le premier chef suprême des armées, je vais leur dire merde et que cette armée sache se taire et travailler dans la quiétude ; des délinquants du CDP qui partent provoquer des journalistes aves des armes à main. des assassins de RSP et autres officiers comme DIENDERE que nous allons bel et bien juger. Aucun militaire ne va démissionner et aucun ministre également. Quelle hiérarchie militaire ! c’est le gouvernement du peuple et arrêter vos idioties. Vous êtes couchés matin et midi et soir , vous mangez à des primes alimentaires élevées , vous ne faites rien, c’est courir engrosser les filles, vous pensez être les seuls intellectuels dans ce pays. des officiers corrompus et assassins comme DIENDERE et son RSP. Le gouvernement va rester piannnnnnnnnnnnnnnn. si vous êtes à la solde d’un individu. nous on défend un gouvernement et on va le faire. vous n’avez pas honte de vous mêler dans cette transition.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 06:40, par Zadane
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    La crise est vraiment profonde. Tous ceux qui découvrent la vérité acceptent la démission du PM et Cie. Ils ont dupé le peuple pour avoir leur tour de pouvoir. C’est très facile comme machination. Les burkinabe compte pour au moins 16 millions, un seul individu ne peut tout gripper a son profit. Organiser la démission du PM et Cie. Comment, peut on incriminer un président, montrer au peuple sa sainteté, puis dresser une liste des personnes (militaires soient ils) a abattre. Le Président court en ce moment le risque d’être éliminé. Le PM, arrive au pouvoir, s’est perdu dans les nuages. Sortez le, de la, et mettez le a l’abri, après la transition, il pourra être juge par le tribunal militaire. Tout manquement a la tête de l’Etat doit être sanctionne maintenant. Il faut une opération de dressage tout azimut.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 07:34, par yipenè
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Il faut que le président réaffirme sont soutien au Premier Ministre et procède à un remaniement avec soit un nouveau Ministre de la Défense soit assumer lui même le Ministère de la Défense dans l’intérêt supérieur de la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 07:37, par SY
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    JE CROIS QUE NOUS AVONS DES SÉRIEUX PROBLÈMES ICI AU FASO. OUI QUAND J’ÉCOUTE L’INTERNAUTE N°6 QUI ACCUSE BLAISE COMPAORE ET LE CDP, CELA ME FAIT RIRE. MON FRÈRE TU SAIS SI EFFECTIVEMENT LA FAUTE VIENT DE BLAISE COMPAORE IL FAUT RECONNAITRE QUE C’EST NOUS TOUS QUI SOMMES RESPONSABLES. JE DIS BIEN NOUS PARCE QUE LES PEUPLES SE SONT LEVÉS POUR DIRE NON AU REFERENDUM ET BLAISE COMPAORE PAR LA SAGESSE DES CHOSES A PRÉFÉRÉ SE RETIRER DU POUVOIR EN VOYANT LA MOBILISATION DE LA POPULATION PARCE QU’IL CONNAIT NOS HOMMES ET SAIT CE QUI PEUT ARRIVER ET MALGRÉ TOUT NOUS AVONS PERDU NOS FRÈRES SUR LE TERRAIN (PAIX A LEUR ÂME). MAIS QUI NOUS AVONS DONNE LE BÂTON DE COMMANDEMENT ? LE PRINCE ET QUI EST LE PRINCE ? UN DES HOMMES DE CONFIANCE DE BLAISE COMPAORE. APRÈS TOUT LE PRINCE NOUS A PROPOSE MICHEL KAFANDO JUSTE POUR POUVOIR LE MANIPULE. ET JE PEUX OSER AFFIRMER QUE C’EST CE QUE NOUS VIVONS AUJOURD’HUI. EXCUSEZ LAISSER LE PRÉSIDENT COMPAORE ET LE CDP EN DEHORS DE CETTE CRISE CAR C’EST UNE CRISE D’INTÉRÊT DES PERSONNES QUI VEULENT PROFITER DE LA SITUATION POUR SE POSITIONNER. DE VOUS A MOI EST CE QUE NOUS ALLONS ACCEPTER PAR EXEMPLE UN ADJOINT ADMINISTRATIF QUI SUBITEMENT DEVIENT ADMINISTRATEUR CIVILE PENDANT CE TEMPS NOUS AVONS AVONS LES VIEUX SECRÉTAIRES ADMINISTRATIFS ? NOUS AVONS TOUS LUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX OU IL Y A UN PROBLÈME SUR LE STATUT DES FORCES ARMÉES QUE LE PRINCE ET SON CNT VEULENT ADOPTER OU IL EST RESSORTI QUE DANS CE DOCUMENT IL ÉTAIT PRÉVU QUE TOUT MILITAIRE QUI A RENDU SERVICE EXCEPTIONNEL A L’ÉTAT COMME L’ÉTAT ACTUEL DU GRADE COLONEL DEVIENDRAIT GÉNÉRAL ET COMME LE PRINCE N’EST PAS UN COLONEL PLEIN MAIS LIEUTENANT COLONEL ; ALORS LORS DES SÉANCES DE TRAVAIL IL Y A DES MORCEAUX DE PAPIERS QUI SONT CIRCULES POUR AJOUTER DANS CE FAMEUX DOCUMENT EN PLUS DE COLONEL AUSSI LIEUTENANT COLONEL. ET J’AVAIS SOULIGNE CELA PLUSIEURS FOIS QUE LE PRINCE VEUT ÊTRE LE SANOGO 2 CAR LE PREMIER EST CELUI DU MALI OU IL S’EST FAIT TAILLER LA PART DE LION AVEC GRADES GÉNÉRAL A TROIS ÉTOILES. JE SUIS SUR QUE BEAUCOUP NE CROYAIENT PAS AU DÉBUT MAIS AUJOURD’HUI TOUT LE MONDE VOIT. DE TOUTE LES FAÇONS SEUL DIEU EST FORT ET PRIONS DIEU A CE QU’IL RAMÈNE LA PAIX AU FASO CAR NOS FEMMES, NOS ENFANTS SONT FATIGUES DE NOS INTENSIONS MAFIEUSES. SINON FRANCHEMENT JE TIRE MON CHAPEAU AU PRINCE CAR A LUI SEUL IL A DÉFIÉ TOUTE L’ARMÉE EN RESTANT A SA POSITION ET PERSONNE NE PEUT DIRE UN MOT.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 07:58, par OR
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    LA DISCIPLINE FAIT DIT ON LA FORCE DES ARMEES MAIS COMME ZIDA ET COMPAGNIE ONT TRAHI CE PRINCIPE, SINON CES MILITAIRES DOIVENT RESPECTER ABSOLUMENT LA POSITION DE LA HIERARCHIE EN DEMISSIONNANT D’EUX MEME. ILS AURAIENT PROUVE QU’ILS AIMENT LEUR PAYS EN LE SAUVANT DE CETTE CRISE QUI AU FINISH RISQUE DE LES ATTRAPER MEME APRES LA TRANSITION.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:03, par Le révolutionnaire
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Zida doit partir car une partie du peuple le réclame. un partie du peuple avait demander le départ de certains ministres et ZIDA a accepté. une partie du peuple avait demandé le départ de certains cadres compétents de leur fonction et Zida a signé un décret célérat pour faire partir des responsables cométents intègres. Zida veut la division de l’armée alors l’armée peut bien demander son déârt car c’est une armée patriotique. Zida est un génocidaire avec ses propres OSC qu’il a fabriqué et entretenu sinon pourquoi accepté qu’on dise devant lui à son retour de la RCI que lui et ses OSC vont nétoyer les opposants. Zida a usurpé la victoire du peuple il doit payer car il a menti au peuple : ZIDA n’a pas de compte bancaite ???? Il faut un premier ministre honnète pour transmettre le pouvoir au nouveau premier ministre qui sera désigné après les élections. Son départ ne dérangera pas la transition car il y a des cadres compétents dans les ministères car ce sont ces cadres qui travaillent réellement au lieu des ministres. ZIDA si tu es un croyant démissionne pour le bonheur du peuple. Tous ceux qui le défendent soyez patriotes regarder comment est devenu le pays par la faute d’un seul ZIDA avec la complicité de BARRY et Ba. Regarder comment BA ment au sujet de l’énergie. c’est sous lui que les mines ont été brulées car il ne sait pas dialoguer. ZIDA BARRY et BA doivent démmissionner pour le bonheur du peuple.
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:07, par Prix Africain de la Paix pour Papa Kafando
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    OSC indignes, Partis Politiques irresponsables, Militaires incontrôlés, etc., de grâce, foutez la paix à la Transition afin qu’elle nous conduise aux élections. Jusqu’à quel point vous voulez humilier le Président Kafando et son gouvernement ? N’obligez pas Papa Kafando à jeter l’éponge avant le terme de la Transition pour vos interêts égoïtes. Papa Kafando était entrain de cultiver son jardin et s’occuper de ses animaux dans sa ferme lorsqu’on lui a fait appel. Il a accepté par patriotisme pour apporter son expertise dans le but de redresser le Faso pour le bonheur de tous. Trop, c’est trop, il est temps que vous lui collez la paix pour faire avancer les choses. Je salue très sincèrement sa sagesse dans la gestion de notre cher Faso. Ne m’obligez pas à faire ressortir ma tenue de marche que j’avais rangée depuis le 30 octobre 2014 pour manifester mon soutien total à la Transition.
    Je voudrais saisir cette opportunité pour souhaiter qu’il soit recompensé après la Transition prr un Prix Africain quelconque de la Paix. Du courage Papa Kafando et son Gouvernement !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:09, par verityclear
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Bonjour
    Je trouve que la question est bien posée = c’est quoi au juste le probleme ? L’analyse qui suit est tres parlant. Moi je pense que l’article interpelle également les journalistes d’investiquation. J’ai l’impression qu’apres l’illustre Norbert Zongo, il n’y a plus de Journaux d’ investigation au BF. Alors chers journalistes d’investiguation, à vos mark.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:18, par DEMAIN
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    a mon humble avis, face a cette crise sans précédent les deux ex N0 2 et 1 du RSP suivez mon regard doivent au non de l’unité nationale, de la cohésion sociale et du fait qu’ils sont des frères de la même région et étant tous mariés et pères de famille doivent surpassés leurs divergences politiques et idéologiques pour l’avenir du burkina et de leurs enfants qui sont aussi les nôtres. on se rappel que cette même crise née a tenkodogo en 1987 entre les deux hommes forts de l’époque à envenimée la situation nationale avec des tracs et informations démagogiques et cela à aboutie a un dénouement très sanglant que le pays ne veut plus dans son histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:19, par baobab
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Le problème c’est que le 31 octobre,Blaise est parti afin que le RSP soit protégé.
    Le RSP a pris le pouvoir pour que Blaise soit protégé.
    Les élections étant là,quel est le Président consensuel qui acceptera et de protéger Blaise et de protéger le RSP.
    Dès lors que l’on trouvera ce Président,la crise est fini.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:31, par Megd’
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Ils n’ont aucune preuve contre Zida sinon, ils allaient balancer la preuve dans la presse. Tout ce remue ménage cache un agenda bien caché à la manière d’un jeu d’échec. Celui qui verra erreur sera "échec & mat".

    Si Zida démissionne ou est démis de ses fonctions, c’est tout son gouvernement qui saute. Il faudra donc au président Kafando de nommer un nouveau premier ministre qui mettra en place une nouvelle équipe dont très certainement certains membres seront contestés.

    Bref, on ne pourra plus tenir les élections en Octobre 2015 et ça sera une prolongation de la transition. L’autre camp demandera le remplacement du CNT pour une réelecture du code électorale. On retrouvera notre transition dans la même positon que celle de la Centrafrique.

    Pour ce faire, Zida ne doit pas démissionner pour préserver le calendrier électoral et l’on peut juste restreindre ses prérogatives de premier ministre et je pense que c’est un bon compromis. A savoir que le premier ministre ne voyage plus et tout contrat qui doit être signer doit avoir l’aval du président Kafando. Un mini remaniement ministériel avec à la clef la nomination d’un haut gradé militaire au poste de ministre de la défense ainsi que la révocation de l’actuel chef d’état major des armées. Il est simplement incompétent.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:37, par Tomo
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Le problème n’étant plus ZIDA RSP ou ZIDA reste de l’armée mais plutôt ZIDA contre cohésion de l’armée, j’invite le Président Kafando à prendre ses responsabilités. L’objectif étant de rester dans la logique des élections du 11 octobre pour ne pas trainer a faire des consultations pour un nouveau gouvernement je propose :
    - Qu’il choisisse parmi ces ministres actuelle un de la société civile qu’il nommera 1er ministre et qui cumulera avec son ministère ;
    - Lui même Kafando en tant chef de l’Etat et ministre des affaires étrangères il prend le ministère de la défense ;
    - les secrétaires généraux des autres ministères tenus par des militaires assurent l’intérim ou à défaut d’autres ministres cumulent ces portes feuilles avec leur ministères d’origines.
    L’objectif est de travailler sous pression dans les 3 mois restant sans se lancer dans de grandes consultations pour former un nouveau gouvernement et de maintenir la date du 11 octobre.
    Pour les 4 mousquetaires ou que dis-je les 4 militaires il pourra les nommer conseiller à la présidence en attendant.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:41, par le panafricain
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Peuple du Burkina Faso ecoute et suivez bien :
    ZIDA a balayé deux generaux (LouGué, Nabéré) ,Apres Zida ,il ya d’autres Burkinabés pour continuer le travail
    Donc si ZIDA doit partir comme la dit ses freres d’armes qu’il parte ,car je vous rappel qu’il ont tous fait l’ecole de Blaise : trahir ,comploter

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 08:53, par Ranini
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Face à cette volte face de l’Armée sur sa participation à la Transition (c’est elle qui s’était battu bec et ongles pour se l’accaparer), si elle veut vraiment se retirer du gouvernement et de toutes les structures de la Transition (CNT notamment), qu’elle signe un document dans lequel elle (l’Armée) se désengage définitivement de la politique dans ce pays. Plus de disponibilité qui tienne désormais. Même les ministère de la défense, de la sécurité ne seront plus jamais occupés par des militaires ou assimilés. Il n’y aura plus jamais de militaire dans un gouvernement au Burkina Faso. Ce sera la seule façon de convaincre le peuple que ce n’est pas de la lâcheté que de vouloir vous soustraire des forces vives de la Nation en quittant le gouvernement à un moment donné si crucial de son Histoire. ce sera votre seule preuve de bonne foi. Autrement, vous abandonnez, en haute mer, le navire que vous avez affrété, en vous faisant héliporter. ça s’appelle on assistance à un peuple en danger, votre peuple : il n’ y a pas d’attitude plus apatride que cela et ça vaut une cour martiale ! Cette cour martiale / sanction du Vaillant Peuple (civil) ne peut aboutir qu’à une indignité définitive de l’Armée de s’impliquer désormais dans la conduite des affaires de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:00, par EL KABOR
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Mon président je vous donne le joker pour apaiser la situation.
    1- vous faites un mini remaniement ministériel en gardant la primature et en cédant les affaires étrangères pour extraire tous les militaires du gouvernement.
    2- vous prenez un décret pour limoger tous les grands chefs militaires du RSP pour qu’aucun camp ne revendique une quelconque victoire sur l’autre,et éviter une nouvelle intrusion des militaires ds les affaires politiques.
    3-Délocaliser et assigner des nouvelles prérogatives au RSP outre la sécurité des institutions dévolue à la police et à la gendarmerie, suivie d’un changement de dénomination.
    Tel est la contribution d’un patriote soucieux du développement de son pays.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:14, par Lui
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    L’internaute Nabiiga a vraiment bien repondu à la question.

    Et comme il le dit l’histoire des faux complots ont commencé avec Diendéré et le RSP avec l’assassinat de Sankara et surtout l’assassinat de Lingani et Henri Zongo ! Ou bien Diendéré et le RSP pensent qu’on a oublié ! Erreur de gawa comme disent les ivoiriens ou erreur de bandit chef comme disent les mossis !!

    Concernant les officiers superieurs peureux et pleurnichards de la hierarchie militaire par rapport au non respect de la hierarchie militaire par Zida, je leur repose la tres bonne question pertinente posée par Nabiiga :
    "Commencez par nous expliquer comment s’est fait-il qu’un Lt. Colonel a bien pu balayer au revers de la main un Général vers la port pour prendre sa place. N’est -ce pas la même dont on accuse Zida ? Zida a tout simplement fait ce que vous lui avez appris à faire : Ne pas suivre les choses hiérarchique de l’armée !"

    Terminer et assumer ce que vous avez commencé chere hirarchie militaire !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:25, par TOUK GUILI
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    BONNE QUESTION LE PEUPLE N’EST IL PAS ASSEZ RESPONSABLE POUR CONNAITRE LA VÉRITÉ. CE MÊME PEUPLE QUI EST SORTI CHASSER BLAISE APRÈS 27 ANS DE RÈGNE ET QUI EST RESSORTI NETTOYER LA VILLE COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT ? SI C’EST CE QU’IL PENSE C’EST ALORS EUX MÊME LES IRRESPONSABLES ET SI CA CONTINUE CE MÊME PEUPLE RESSORTIRA ET ILS SERONT OBLIGES DE DIRE CE QUI NE PEUT PAS SE DIRE.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:28, par Joseph
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    En réalité, le problème c’est le RSP que le CDP et ses alliées certainement utilisent. On se rappelle tous que depuis la dernière sortie médiatique de certaines OSC pour demander la dissolution du RSP, ce dernier a commencé a intensifier ses actes. Ils veulent encore se faire craindre comme au temps de blaise. Leur ruse c’est taper du poing sur la table pour qu’on se rappelle de quoi ils sont capables, qu’on n’a pas à exiger d’eux quoi que ce soit car ils sont intouchables, des super militaires.
    Bref, pourquoi ont-ils forcé pour prendre le pouvoir lors de l’insurrection ? Simplement parce qu’ils cherchaient à contrôler les choses après et manœuvrer le peuple à leur guise. Mais comme Zida n’accepte pas cautionner leur projet comme ils l’entendent, c’est inadmissible pour eux, quand on sait que leur désirs sont des ordres.
    Frères et sœurs du Burkina, ouvrons l’œil et le bon car le RSP veut saboter notre transition.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:30
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    J’écrivais tantôt pour dire que nous aurions un problème avec le RSP. Je disais que Blaise Compaoré, de là ou il est actuellement, continuerait de tirer les ficelles avec l’appui de ses amis, nos voisins qu’il a aidés auparavant qui essaieraient de lui retourner l’ascenseur. Cela se confirme aujourd’hui encore. A partir du moment où ils ont actionné leurs puissants réseaux (mafieux), les mises en accusation vont être difficile immédiatement. C’est pourquoi certains gradés tristement célèbres dans notre pays et ailleurs se pavanent allègrement sans crainte. Ils sont tellement sûrs d’eux qu’ils continuent aujourd’hui de prendre tout le pays et ses institutions en otage. Tout cela en réalité, avec le parrainage d’une certaine puissance étrangère, et avec maintenant la caution d’une certaine communauté internationale qui ignore les aspirations du peuple insurgé. Pour ce pays, Blaise Compaoré et son fidèle chef d’état major particulier sont des pions essentiels dans leur leadership et leur mainmise sur les réseaux mafieux et terroristes dans la région. Ces deux personnalités sont trop informées sur ces réseaux et leurs pratiques. Il est donc difficile pour cette puissance de les lâcher aussi simplement.
    Cela entre autres explique la libre circulation de certains dignitaires de l’ancien régime et certains gradés du RSP entre Ouagadougou et Abidjan et des capitales voisines de notre pays. Ces personnalités continuent de prendre les instructions d’Abidjan et du Bénin.
    Avec d’autres internautes, je m’inquiétais de ce que contrairement à leurs dires, ce n’est pas l’institution présidentielle que le RSP défend et protège, mais un homme et sa famille : les frères Compaoré et leur famille. Blaise Compaoré n’est plus Président au Burkina Faso depuis fin Octobre 2014. Pourquoi des éléments du RSP continuent ces mouvements chez Blaise Compaoré ? Que vont-ils y faire ? Sont-ils envoyés par le Président Kafando ou le Premier Ministre en mission ? Sont-ils même au courant ? Les officiers du RSP qui y vont sont bien connus des burkinabè !!! Et ce qui est grave, c’est qu’aucune autorité ne peut les empêcher d’y aller !! Un officier supérieur d’une armée peut-il sortir du pays ainsi sans autorisation ? Il y a problème. Généralement, quand ces officiers et anciens dignitaires en reviennent, les lendemains sont chauds dans le pays.
    Je voudrais demander aux gradés du RSP qui sont bien connus, ceux qui dirigent tout, au nom de DIEU le MISERICORDIEUX, de reconnaître que COMPAORE, c’est fini. L’ère Compaoré ne doit pas se poursuivre. Le RSP a été utilisé pour commettre les crimes les plus abominables. Le RSP est devenu tristement célèbre. Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré (je ne voulais pas le nommer parce qu’en tant qu’homme je le respecte) ont utilisé des jeunes militaires, formés pour être des soldats remarquables à des basses besognes. Ils en ont fait des assassins. Les burkinabè ont mal dans leur âme et dans leur chair à cause du RSP. Pourtant, au sein de cette unité d’élite, des burkinabè y ont des parents. J’en appelle donc à tous ces soldats du RSP, de ne plus suivre les gradés dans leur entêtement à faire survivre le système Compaoré. Je les invite à faire une introspection et d’analyser les situations de crimes. Ils remarqueront qu’on se débarrasse presque toujours de vos collègues après les mauvaises missions !
    Je suis de ceux qui pense que le RSP en tant qu’institution chargée de la sécurité présidentielle doit accepter d’abandonner cette partie de ses missions. La gendarmerie et la police pourront s’en charger. Mais parce qu’étant une unité d’élite, bien formée, elle doit mettre l’accent sur ses autres missions dont parlait leur grand patron. Avec le nouveau contexte des organisations terroristes et du grand banditisme, cette force, ce génie, ces techniques acquises à fort coûts devraient pouvoir y servir, au lieu d’être la terreur de son propre peuple. Si vous prenez des personnes d’une certaine génération à Ouagadougou, plus de la moitié a toujours une anecdote sur les affres qu’il a subies du RSP . Comment des citoyens d’un pays peuvent-ils avoir si peur d’une partie de leur armée ? Il faut que cela vous interpelle, officiers supérieurs du RSP ?! Les burkinabè devraient aimer toute leur armée et en être fiers !! S’ils ont peur du RSP, c’est que ce ne devrait donc pas être une vraie armée alors !! Peut être une milice déguisée et à la cause de quelqu’un ou d’un groupe de personnes ? !
    Je pense, messieurs du RSP, qu’il faut revenir à la raison. Ne pensez pas que votre collègue ZIDA vous a trahi. En réalité, fusse un autre militaire que vous auriez proposé comme Premier Ministre, le résultat ne serait pas différent. Parce que le gouvernement de la transition ne fait pas tout ce qu’il veut et à sa guise. Il est obligé de tenir compte à la fois des préoccupations de la communauté internationale et des aspirations du peuple insurgé. Ou si vous voulez, il est obligé de tenir compte aussi d’un certain nombre de réalités jusque-là occultées : la personnalisation et la patrimonialisation du pouvoir par les dignitaires déchus. Cela a eu pour conséquence que le pays appartienne à une minorité élitique de burkinabè et d’étrangers. La quasi totalité des grosses sociétés appartiennent aux proches de la famille d’une manière ou d’une autre. Les grosses richesses du pays étaient inexorablement entrain d’échapper aux burkinabè qui en revanche étaient en train de s’appauvrir. Les infrastructures se construisaient à coup de plusieurs milliards pour enrichir les mêmes personnes. C’est à l’utilisation de ces ouvrages qu’on se rendait compte qu’on a été bien dupés, et que ces infrastructures ne valent pas les milliards que ça coûté. Voilà le système que les Compaoré ont installés au Burkina Faso. Et vous croyez que les burkinabè vont, après l’espoir de pouvoir se débarrasser d’un tel système qui suce le sang de ses enfants, laisser le RSP le sauver en le perpétuant ?
    Je lance un appel à tous les soldats du RSP. Vous êtes burkinabè. vos enfants, frères et parents constituent la population. Ne laissez plus les gradés faire de vous des assassins. N’acceptez plus de tirer sur d’autres burkinabè. Le RSP a fait trop de veuves et d’orphelins au Burkina.
    Ce qui prouve davantage que vous êtes devenus tristement célèbres à cause des Compaoré, c’est la date de leur chute les 30 et 31 octobre 2014. Le peuple insurgé avait les mains nues. et le RSP a encore tiré et tué. Certains l’ont été à bout portant. D’autres dans le dos. A moins que vous ne démontriez que ce n’était pas le RSP, mais des mercenaires. On sait aussi que tout le monde n’a pas accepté de tirer.
    Je pense que cette insurrection est l’occasion pour le RSP de se blanchir. Ce sont vos comportements violents et belliqueux actuels qui sous-tendent l’argument de la dissolution du RSP. Les multiples sorties et menaces des institutions par le RSP prouvent que vous ne craignez rien, que l’autorité de l’Etat ne signifie rien, que celui qui est sensé être votre commandant en chef, c’est-à-dire le Chef de l’Etat, n’est pas le vrai chef. Il y aurait un chef ailleurs, tapis dans l’ombre, qui a plus d’autorité que le chef de l’Etat Kafando. Lorsqu’une partie de l’armée se comporte ainsi, c’est elle-même qui devient un danger et une perpétuelle menace de la paix et la quiétude nationale.
    Je crois qu’il faut que vos chefs tirent leçon de ce qui s’est passé le jour de l’insurrection. Certes, certains n’ont pas tiré. Mais là où il y a eu des tirs, nous nous organisions pour transporter certains blessés à moto à l’hôpital et continuions à avancer les mains nues. Comme à la guerre. Les images sont là. C’est très symbolique, très révélateur de l’état d’esprit des insurgés de l’époque. Il faut qu’ils sachent que le peuple n’a pas peur. Nous n’aurons plus jamais peur des armes.
    Il faut que les responsables du RSP accompagnés par quelques civils, anciens dignitaires qui attisent le feu en bas cessent leurs coups. Si non, le peuple ne les oubliera pas. Il ne leur pardonnera pas. ils ne gagneront pas contre le peuple insurgé. DIEU ne le permettra pas.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:35, par aliende
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Nous sommes fatigués de tout ça ; nous voulons juste vivre en paix. Que les querelles de clans ne se fassent pas sur le dos des pauvres citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:38, par Raso 1er
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Où sont donc passés l’honneur et le patriotisme pour que les Burkinabè ne soient pas en mesure de trouver un compromis pour sauver leur patrie ? Le Burkina Faso ne se limite ni au RSP, ni à Zida et ses ministres. Pour les Burkinabè dignes de ce nom, le Faso est au dessus de tout.

    Si Zida et ses compagnons, sont vraiment coupables de complot et de malversations financières, ils doivent êtres limogés et traduits devant les juridictions compétentes. Et ce, quel que soit le coup que prendra la transition. Les populations n’ont pas payé le tribut de l’insurrection pour assister à la naissance de nouveaux pachas. Dores et déjà, il faut penser à un audit de la transition pour que plus rien ne soit comme avant.

    Quant à la suppression du RSP, je reprendrai simplement cette phrase du communiqué de presse du service de communication du même régiment qui a conclu que "le RSP sera donc ce que les politiques voudront qu’il soit. En toute lucidité, en toute sérénité". Et bien que les politiques demandent la suppression du RSP et qu’il en soit ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:42, par SOME
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Je le disais apres l’intervention du chef de l’etat : quand un chef di publiquement qu’il est impuissant à agir et fait des menaces a peine voilées et fait appel a des etrangers, la situation est foutue. Quand l’armee se tait devant un groupuscule qui menace la cohesion nationale, etc quand les partis politiques font semblant de ne rien voir, etc il ne rets plus que la vigilance du citoyen patriote pour sauver le pays . Si un chef d’etat ne peut pas decider (quitte a decider mal, mais au moins il a decide !), en quoi il est responsable ? si un premier ministre et en sus ministre de la defense ne peut remettre au pas u groupuscule de l’armee (qui s’impose meme a l’état major) alors il est clair meme a un aveugle que rien ne va. Il y a des forces superieures qui commandent et non pas ce groupuscule. Et surtout le silence assourdissant de partis politiques indique leur complicité. Ce collegue des sages est resté fidele a ce que je voyais : il est inutile car il vient pour donner une issue partiale. Le CNT et les OSC se se retrouves pieges.il n’appartient plus qu’a la rue d’imposer sa marche de sa revolution, sinon c’est le moment ou nous risquons de TOUT perdre, absolument tout. C’est un moment ou les forces s’equilibret et vont basculer d’un cote ou de l’autre Alors au peuple de faire la difference.
    Dans tout ca si tout le monde , y compris l’armee, s’oppose au premier ministre ,n’est ce pas parce que ce premier ministre ne fait pas quelque chose qui etait convenu ?Vu la facon dont zida est venu au pouvoir il ne fallait pas s’attendre a autre chose qu’aux luttes d’interets chacun pour sauver sa peau (RSP, armee, MPP ? CDP et meme UPC, et bien d’autres) Et si zida sous la pression du peuple ne peut pas agir ouvertement, tous se retourneront contre lui.
    Seul le peuple doit remettre les choses dans l’ordre de ce qu’il voulait en sortant le 30 31 octobre 14. Ressortons et mettons lea pressions et obligeons les uns et les autres a prendre positions et dire dce qui se passe et quelle est leur position. On n’a pas besoin de sages pour ca. Ils ne sont pas plus sages que nous.Arriver aux elections sans rien resoudre de ces problemes, voila le jeu. Et alors rien ne sera reglé apres. ON EST MORT FINI dans ce cas !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:48, par anta
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    C’est une guerre de gangs telle qu’on en rencontre dans les cartels de trafiquants pour la conquête de territoires nouveaux:trafic de l’or et autres minéraux, trafic d’armes, d’otages et autres deals. Notre malheur est que notre armée est infestée d’officiers trafiquants.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:50, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Tout est mélangé ! Personne ne fait confiance à personne ! Même le grand Kôrô je connais pas sa position, je ne fais qu’utiliser la logique aristotélicienne pour déduire sa position ! Tous les sages aiment la vérité or Kôrô Yamyelé est un sage, donc le grand Kôrô aime la vérité qui est le maintien de Zida !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 09:51, par Shalom
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Intervenant 43 : le respect de la discipline militaire est aussi valable pour le RSP. Autre chose, la fonction civile (politique) prime sur la fonction militaire. Les deux points de vue doivent être pris en compte par les protagonistes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 10:05, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Si cette crise perdure, on va chasser le pouvoir exécutif et laisser les commandes avec Shérif. Y’en a marre ! RSP RSP, qui peut avaler un couteau ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 10:05, par Malick
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    De toutes les façons même si Zida a fauté, je préfère encore le soutenir que soutenir le RSP dont on sait que certains ont travaillé à endeuiller des dizaines de familles, et mis des centaines de personnes dans la pauvreté et la faim parce que ceux qui les nourrissaient ont été assassinés, et certains mêmes calcinés. En Afrique on sait tous qu’une personne ayant des revenus nourrit au minimum une dizaine de personnes ; Faites le calcul vous même et vous verrez le nombre.
    Ce qui est écœurant, c’est le fait de voir l’UPC, le MPP, et d’autres partis politiques, se ranger du côté du RSP. Le peuple croyait que vous étiez des partis responsables et dont les candidats aux futures élections lutteront pour l’intérêt du peuple. Mais on commence à comprendre que vous ne valez pas mieux que blaise. C’est comme si on avait quitté les urines pour aller tomber dans les excréments.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 10:08
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    C’est quoi le problème ? L’égoïsme instauré au niveau national pendant les 27 ans de Blaise Compaoré, le mensonge, l’incompétence, la mauvaise foi.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 10:27, par NulNePeutVaincreLePeuple
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Pour nous masse silencieuse ce qui est important c’est que toute l’équipe de la transition que nous avons tous accepté et mandaté doit nous conduire vers des élections transparentes et acceptées par tous. Ce qui se passe entre le RSP et ZIDA doit attendre car nous ne sommes plus qu’à trois mois des élections. Eux seuls savent pourquoi ils s’en veulent entre militaires. Nul ne doit arrêter le processus de transition et si jamais les politiciens trahissent l’insurrection des 30 et 31 octobre qu’ils sachent que personne ne leur fera encore confiance et que nous opterons pour les militaires pour nous gouverner car on a l’impression qu’ils se montrent incapables d’analyser la situation pour nous amener aux élections qui porterons les civils au pouvoir. Nous faisons confiance au Président KAFANDO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 10:45, par RAPHA
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Un proverbe moagha dit que "celui qui accepte qu’on mette la corde à son cou doit également accepter qu’on le tire. Le RSP a accepté, mieux il a forcé pour que Zida soit dans le gouvernement. A présent, qu’il prenne leur mal en patience, et qu’il nous permette de terminer paisiblement notre transition. Ce n’est pas maintenant qu’il va vouloir retirer ses éléments. C’est faire preuve de négligence vis à vis de la transition, et pire c’est manquer de respect au président lui même. Il faut être au Burkina Pour voir des choses pareilles.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 10:58, par africa
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    voila ce qui se passe cher Burkinabe. apres le depart de Blaise grace a votre vigilance, les occidentaux qui n’ont pas voulu lache Blaise ont mis son bon petit Zida pour soit le faire revenir ou soit mettre au pouvoir un homme proche de Blaise. des que Zida a pris la primature il a commence a change en initiant notamment le proces sankara et autre comme vous peuples burkinabe vous l’exigez. les defenseurs de blaise ont tout de suite compris le danger. Obama a experessement demande a Kafando que le candidat des americains est Roch Kabore or parmi les recalles se trouvent roch kabore. toutes les interventions pour permettre aux gens de blaise de se presenter n’a qu’un but permettre a roch d’etre candidat et de gagner les elections car la france et les americains voient en roch un digne remplacant.
    si zida est enleve vous allez modifier votre constitution et vous allez permettre aux roch et donc au systeme de blaise de se mettre en place. en fait les opposants ne comprennent pas. Kafando veut suivre le peuple mais il a peur c’est pour cela qu’il ne veut pas prendre de decision. sinon ca fait quoi de laisser zida finir la transition. c’est lui l’obstacle au retour du systeme blaise. si vous n’avez pas compris continuez a jouer les etourdis, le temps que vous vous en rendez compte, blaise est de retour et vous vous aurez battu pour rien.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 11:01, par bibega
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    il sera necessaire d publié dè info just avc dè preuve m.zoundi(11) si cè vrè c q tu di necesairema tu as l liste,pourqw n pa publié ?nou avon mintena azawad au bf mè il fodra qil saisse q la transition n pa propisse pour s’ataqé dè ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 11:07, par ELKABOR
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    J’ai du mal à comprendre qu’on ramène notre chose d’Etat à quelques individus. Si l’armée demande le retrait des militaires du Gouvernement et que les partis politiques de l’ex CEFOP disent s’aligner derrière la position de l’armée, je ne vois pas pourquoi on tergiverse tant. Il n’y a pas d’indispensable dans ce pays et la preuve c’est que suite au départ de Blaise, nous avons passé plus de trois semaines sans gouvernement. La chose est simple :
    - les 4 ministres militaires se retirent du gouvernement,
    - Mba Michel dissout le gouvernement et nomme un nouveau Premier Ministre issu de l’ancienne équipe gouvernementale ou quelqu’un parmi les sages non religieux ni coutumiers.
    - ce nouveau Premier Ministre compose son gouvernement avec comme consigne de reconduire à leur poste tous les anciens ministres du gouvernement Zida.
    - il nomme de nouveaux ministres technocrates issus des ministères dirigés précédemment par les militaires (à l’image de ce qui s’est passé pour les ministres antérieurement contestés occasionnant la nomination de Daouda Traoré en remplacement de Djiguemdé aux infrastructures, et Jean Claude Dioma en remplacement de Adama Sagnon à la Culture).
    Le CAP de cette nouvelle équipe gouvernementale remaniée : l’organisation des élections du 11 octobre 2015, et la vie continue. KOUMA BANA !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 11:18, par siid naaba
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Posons-nous la question de savoir pourquoi la vérité depuis le fameux ( faux) complot d’arrestation de Zida n’est pas encore connue de l’opinion national et internationale et pourquoi certains militaires proches du PM ont été arrêtés après auditions par la gendarmerie et non pas ceux indexés ou accusés de fomenter le coup ? Pour quelle raison la hiérarchie militaire et certains partis politique se sont alignées a la cause du RSP ? Pourquoi Zida et Barry sont ils gênés, même en conseille de ministre ? A ces questions, on saura qui est coupable. Bonne réflexion

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 11:52
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Mon cher Burkina Faso, soyons au serieux.la hierarchie militaire et les partis politiques ne sont pas d’accord pour un gouvernement militarisé.Cela crée trop de problème et du désordre.Ne nous laissons pas aveugler en voulant remplir nos poches car nous risquons d’etre surpris de voir ce que nous ne croyons pas que ça pouvait arriver.Notre pays risque de prendre feu.c’etait une prevention.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 12:57, par Constance
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Quelque soit la gravité du problème, pour le solutionner, aussi bien ZIDA et Compagnie que le RSP et Compagnie doivent tous partir.Sinon demain ce sera pire. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 13:15, par Pagnagdé
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Nous Burkinabé ne sommes pas dupes. Le but de tout ce cafouillage c’est tout simplement d’empêcher la tenue des élections. Si non, comment le RSP a t-il pu supporter pendant 9 mois ses éléments qui sont membres du gouvernement et devient incapable de les supporter pour les 3 mois qui restent ?
    Quelque soit la situation, j’invite les Burkinabé à n’avoir qu’un seul objectif : la tenue des élections le 11 Octobre 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 13:25, par Le gourou
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Je l’avais dit en novembre 2014 au cours d’une discussion, que le problème de notre transition allait être l’Armée. Une Armée dans une armée ayant servi à tout faire et à la solde d’un seul individu ou toutes sortes de bévues faites. Cette Armée dans dans une armée a été politisée, transformée en opérateurs économiques, en ... Ue train de vie incroyable au delà de toute imagination. Je crois qu’on y échappera pas et ce n’est pas du pessimisme. L’armée doit faire sa toilette, tôt ou tard ... et se remettre définitivement au service du peuple, des institutions républicaines ! On revient aux propos de Barak Obama : « ... des institutions fortes... » pour sauver et stabiliser le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 13:33, par ka
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    A tous les responsables de l’ancien régime, Vous aviez pu corrompre la justice de la CEDEAO comme vous l’aviez toujours fait avec votre peuple pendant 27 ans, vous vous réjouissez, mais vous oubliez une seule chose, ‘’’’’’’la fierté et la sagesse Africaine, et quand cette sagesse oblige le peuple comme celui du peuple Burkinabé a posé ses actes positifs au 30 et 31 Octobre 2014, vous voilà encore dans l’égoïsme totale pour approprier ces actes de bravoure suivi des morts de nos fils, car le peuple a chasser celui que vous vénérez et détester qui le complexe Blaise Compaoré. Ce qui est sûr, si nous avons un vrai constitutionnel qui protège nos lois et le peuple, le Burkina et son CNT n’ont pas besoin de cette loi pour exclure les fautifs qui ont tué nos enfants. Ne réjouissez pas d’avance, Octobre 2015 n’est que demain, les urnes feront la différence entre le bon et le mauvais.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 16:49, par SRD
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    ke rsp nos dis pourquoi sons contre le pm oubien c ensenbl de ts burkinabe ? sinon ons peu pas conprend ke a 3 de election RSP veu perturbe notr election pourquoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 17:07, par Le prospectiviste
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Je vous invite a lire cet extrait d’article sur Zida et la stratégie de conservation du pouvoir voulu par Blaise et le RSP peu avant son départ du pouvoir pour Yamoussokro.
    On ne peut plus clair :

    Extrait de l’article de Jeune Afrique,
    Titre : Burkina : Zida l’affranchi, du 02 juin 2015

    « Blaise Compaoré avait cru, en le poussant sur le devant de la scène, pouvoir continuer à tirer les ficelles. C’est raté : le Premier ministre a su s’émanciper de ceux qui l’ont porté au pouvoir. Et demeure un mystère pour tout le monde.
    Sur la porte de son ancien bureau, dans la caserne du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), un psaume biblique imprimé sur une feuille A4 retient l’attention du visiteur. "Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs" (Nombres 13-30). Pour un croyant comme Yacouba Isaac Zida, convaincu que son destin est entre les mains de Dieu, cette phrase résonne aujourd’hui comme une implacable prémonition.
    Car ce protestant de 49 ans ne voulait pas du pouvoir. Ce sont les circonstances qui l’y ont poussé – ou plutôt Blaise Compaoré et son ancien bras droit, le général Gilbert Diendéré. Le 30 octobre 2014, tandis que les manifestants réclament la tête du chef de l’État, Zida, alors numéro deux du RSP, est chargé des opérations sur le terrain. Dans le bureau présidentiel, "Blaise" et Diendéré, son chef d’état-major particulier, réfléchissent à la manière de contenir l’insurrection. Une réunion de crise doit se tenir en fin d’après-midi à l’état-major général des armées. Se sachant exposés, Diendéré et son adjoint, Boureima Kéré, jouent la prudence et mandatent Zida, en qui ils ont entière confiance.
    Hauts gradés
    Au fil des heures, la contestation prend de l’ampleur. Le 31, au petit matin, Compaoré comprend que la partie est perdue, mais prend soin d’organiser son départ. Diendéré et lui décident de placer Zida à la tête de la transition militaire. Des pressions sont exercées sur les hauts gradés de l’armée pour qu’ils laissent la place à cet officier de second rang. Dans la soirée, le lieutenant-colonel Zida annonce le départ du président et affirme qu’il assurera l’intérim. Le plan a fonctionné.
    Mais les choses vont vite dérailler. Zida n’est pas la marionnette que ses anciens mentors espéraient contrôler à distance. "Il s’est rapidement affranchi de leur tutelle, glisse un protagoniste au coeur des événements. Ils ont perdu la télécommande !" Profitant du désordre ambiant après la chute de Compaoré, ce Mossi aussi imprévisible que rusé impose son rythme. Il parvient à se maintenir à la tête du gouvernement de transition et tire à boulets rouges sur l’ancien régime, dont il est pourtant un pur produit.
    Dès 1996, peu après son arrivée au sein du RSP, la garde prétorienne de l’ex-président, Zida a été repéré et pris sous son aile par Gilbert Diendéré, originaire comme lui de la région de Yako (Nord-Ouest). Chargé de la sécurisation des déplacements présidentiels, il est ensuite placé à la stratégique division "renseignements" – aussi bien intérieurs qu’extérieurs – de la présidence. Figurant parmi les officiers les plus prometteurs du régiment, ce polyglotte (il parle français, anglais, mooré et dioula) est sélectionné pour participer, entre 2005 et 2012, à différentes formations spécialisées à Taïwan, au Cameroun et aux États-Unis ».

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 17:37, par Frédéric V
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Le Dieu qui a su préserver ce pays du désastre à mettes reprises est toujours le même et n’a guère changer. A l’heure où nous sommes, il est plus qu’important que chacun cultive la paix et la cohésion sociale pour permettre à notre pays d’éviter ce que les autres pays ont connu. Le pays est à nous tous, par conséquent, je pense personnellement que personne n’a intérêt à ce que le pays bascule dans la violence, car ceux qui ont connu les violences regrettent aujourd’hui. Voulons-nous aussi emboîter leurs pas ? Je pense que non, que Dieu continu de protéger notre cher patrie. Vive le BURKINA, vive la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 17:48, par Razotnikoudba
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    On a crié victoire trop tôt au lendemain de la fuite du dictateur. Des gens ont même béatement demandé de ne pas tirer sur les militaires et tentaient de vilipender ceux qui osaient réclamer le droit de voir l’avenir autrement,avec toute sa laideur. Ils croyaient avoir la science infuse. Aujourd’ hui, ils sont dans leurs petits souliers. Mais auront- ils seulement le courage et l’ honnêté de reconnaître leur mauvaise lecture de la situation ? Mystère et boule de RSP. Voilà ce que les militaires, eux qui ont les fusils en fait et qui ont toujours tiré sur nous, veulent faire à mon pays. On ne tue pas un serpent à moitié. Le mal burkinabè n’ avait pas été réglé à sa source. On a voulu s’ en prendre à ceux qui ont eu le malheur de voir les choses venir. Rien ne se perd, tout se transforme. Cette vérité est encore plus vraie en politique qu’ en chimie.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 18:44, par RAOKE
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    ZIDA ne doit pas partir. S’IL a trahi Blaise Compaoré, c’est une bonne chose. S’il était resté fidèle à Compaoré, imaginez dans quel état, le pays allait se retrouver.
    Si ZIDA doit démissionner, il faut remettre le pouvoir au RSP une bonne fois pour toute, pour qu’on ait au moins une paix des cimétière. C’est le RSP qui a envoyé ZIDA, et c’est le meme RSP qui veut le faire partir, le reste de l’armée, ce sont des suiveurs.
    Au cas ou KAFNDO veut conserver ZIDA, il suffit d’expliquer à l’armée que les militaires qui sont dans le gouvernement ne représentent plus l’armée, mais ils ont été nommés intuitu personae. De la meme manière que René BAGORO ne représente pas les magistrats dans le gouvernements, des militaires peuvent etre dans le gouvernement sans représneter l’armée. Est ce que les militaires nommés ambassadeurs représentent l’armée dans leurs juridictions ? NON !
    Sauter ZIDA à cette étape, c’est sauter dans l’inconnu, et c’est se rabasser devant le RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 20:46, par BOUDA
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    LORSQUE LES GENS PARLENT DE COMMANDE D’ARMES ET AUTRES , VOUS DEVEZ SAVOIR QUE MÊME SI C’ÉTAIT VRAI, C’EST LE RSP QUI A CAUSE TOUT ÇA. A CE QU’ON DIT,COMMENT EN EFFET PEUVENT ILS SE PERMETTRE DE CONVOQUER UN PM ET AVEC UNE ARME PRESQUE SUR LA TEMPE LUI INTIMER L’ORDRE DE REVENIR SUR DES DÉCISIONS PRISES ? PERSONNE NE FERA COMME SANKARA ENCORE.C-A-D SE LAISSER ABATTRE TOUT EN AYANT LES MOYENS DE L’ÉVITER.DE TOUTE FAÇON S’ILS NE VEULENT PAS SE RANGER LA SOLUTION ALTERNATIVE EST D’ÉQUIPER D’AUTRES CORPS AFIN D’AMORTIR UN TANT SOIT PEU LEUR CAPACITÉ DE NUISANCES.CE N’EST PAS L’IDÉAL MAIS QUE VOULEZ VOUS ? S’IL SE LAISSE DESCENDRE,IL SERA MORT EN VAIN.POUR RAPPEL LE DOSSIER DE TOM PEINE DEPUIS 30 ANS.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2015 à 05:38, par Seydou Coulibaly
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Pourtant j’avais conseille’ au PM zida de rester avec ses hommes dans la caserne militaire et surveiller la situation politique a’ distance. Maintenant, nous sommes dans une situation ou’ des hommes fortement arme’s ne se font pas confiance. Le President de la republique est certes le chef supreme des arme’s mais tout indique que la realite’ du pouvoir est toujours entre les mains des militaires !!!
    La solution qui retire du PM le role de ministre de la defense,peut calmer le jeu mais n’est pas la solution definitive a’ la situation.
    Aujourd’hui la priorite’ doit etre d’eviter une confrontation arme’e entre les soldats d’un meme pays.
    Je tends a’ croire qu’il serait sage de faire appel au President Francais Francois Hollande pour deployer des soldats francais au Burkina jusqu’a’ la prestation de serment de la personne qui sera elue a’ la presidence du Burkina. Une presence militaire francaise va tres probablement encourager les uns et les autres a’ privilegier une solution pacifique a’ la crise.
    PM Zida, faites tout pour sortir par la grande porte !!!
    Le vaillant people burkinabe’ merite mieux !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2015 à 06:41
    En réponse à : Situation nationale : C’est quoi le problème au juste ?

    Tout çca c’est la trahision

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés