Formation professionnelle : Les encadreurs des centres de formation en recyclage à Ziniaré

mardi 14 juillet 2015 à 00h20min

Le Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré a accueilli ce 13 juillet, l’ouverture de la 4e session de perfectionnement des formateurs de centres et lycées professionnels. Ce sont 122 formateurs de huit domaines professionnels qui bénéficieront d’un renforcement de capacité durant neuf semaines. La formation sera assurée par les experts de l’assistance technique taïwanaise appuyés par les formateurs burkinabè. C’est le ministre de la jeunesse de la formation professionnelle et de l’emploi qui a présidé l’ouverture des travaux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Formation professionnelle : Les encadreurs des centres de formation en recyclage à Ziniaré

La formation des formateurs est la mise en œuvre d’une des dispositions de la convention de coopération sur la formation professionnelle signée par la république de chine (Taïwan) et le Burkina Faso. Initiée par le programme de renforcement de la formation professionnelle (PRFP) elle est assurée par les experts de l’assistance technique taïwanaise appuyés par les formateurs burkinabè pour les spécialités menuiserie bois et génie civil.

Le directeur général du Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré (CFPR-Z) a indiqué qu’au cours de la formation, les formateurs burkinabè vont s’inspirer des expériences et des méthodes de la formation professionnelle de Taïwan, vont se faire renforcer les compétences en travaux pratiques et en gestion d’atelier pour atteindre un niveau supérieur aux promotions précédentes.
La première session de formation des formateurs a débuté en 2012, et depuis, ce sont 345 stagiaires qui ont été formés. Celle de 2015 réunit 122 stagiaires des 13 régions du pays, dans les domaines de l’électromécanique, l’électronique, la mécanique automobile, la mécanique agricole, la mécanique de précision, la menuiserie bois, le génie civil, et l’agroalimentaire.

« A travers cette initiative, le PRFP et l’ambassade de la république de Chine (Taïwan) répondent aux atteintes d’une jeunesse burkinabè qui se ploie sous le joug du chômage et de la pauvreté ; toute chose qui les rend vulnérables aux différents maux qui minent la société », a soutenu le premier responsable du CFPR-Z, Nelson Congo. Pour lui, s’il est vrai que la formation initiale résout les problèmes de l’emploi, la formation continue améliore davantage et sécurise mieux les conditions de l’employé.

La lutte contre chômage en filigrane

Selon le ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi, la pertinence de la formation des formateurs est certaine. « Le déficit d’ouvriers qualifiés dans notre pays est une question cruciale non encore résolue de façon optimale, ce qui oblige nos entreprises à recourir très souvent à la main d’œuvre qualifiée de pays voisins ». Salifou Dembélé a ainsi ajouté qu’à l’heure où le Burkina s’est engagé dans le développement et la généralisation de la formation professionnelle, la session de formation venait confirmer la volonté de faire des centres de formation de véritables outils de renforcement des compétences opérationnelles de la jeunesse.
La formation professionnelle de qualité, qui résout l’épineuse question du chômage, passe aussi par une formation de qualité des encadreurs qui ont la charge de transmettre de savoir. « La technologie évolue rapidement, pour que ces enseignants soient bien outillés, on a estimé avec la république de chine Taïwan, qu’il était impératif de doter ces formateurs de nouveaux outils et concepts », a poursuivi le ministre.
L’ambassadeur de la République de Chine Taiwan au Burkina, Shen Cheng-Hong a quant à lui souhaité que la session de formation des formateurs soit pérennisée pour offrir à tous les formateurs du dispositif, un maintien constant de leurs niveaux de compétences techniques, condition incontournable pour assurer une formation de qualité.
Le perfectionnement des formateurs de centres et lycées professionnels est une réponse aux préoccupations recensées avant la mise en œuvre du PRFP, la réduction du déficit, en quantité et en qualité, de formateurs.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés