Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

mardi 14 juillet 2015 à 00h24min

La Présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, continue de suivre de près l’évolution de la situation au Burkina Faso. Elle exprime sa préoccupation face à la tension qui prévaut dans ce pays depuis le 28 juin 2015, notamment à la suite d’incidents impliquant des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

La Présidente de la Commission rappelle les dispositions pertinentes de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, à laquelle le Burkina Faso est partie, et d’autres instruments connexes de l’UA. Dans ce contexte, elle souligne l’attachement de l’UA à l’impératif de subordination des forces de défense et de sécurité à l’autorité politique et au respect de l’État de droit.

Elle demande instamment aux acteurs burkinabè concernés de se conformer à ces principes, de faire preuve de la plus grande retenue et de s’abstenir de tout acte de nature à compliquer le déroulement de la Transition et à entraîner le pays sur la voie de l’instabilité, avec toutes les conséquences qui pourraient en résulter. L’UA et la communauté internationale tiendront tous ceux qui feront entrave à la bonne conduite de la Transition responsables de leurs actes.

La Présidente de la Commission, se référant à l’adresse à la Nation faite par le Président Michel Kafando le 10 juillet 2015, se félicite de sa détermination à conduire la Transition à son terme et salue les efforts soutenus qu’il déploie pour désamorcer la tension actuelle, y compris à travers la mise en place d’un Cadre de concertation de Sages. Elle forme l’espoir que les conclusions de ce Cadre de concertation permettront de surmonter les défis actuels dans le respect de la Charte et des institutions de la Transition. Elle lance un appel pressant à l’ensemble des parties prenantes burkinabè pour qu’elles fassent preuve d’un sens élevé des responsabilités et répondent à l’espoir né du changement pacifique d’octobre 2014.

La Présidente de la Commission exprime à nouveau la profonde appréciation de l’UA à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) pour ses efforts soutenus en appui à la Transition, ainsi qu’aux Nations unies et aux autres partenaires internationaux pour leur accompagnement. Elle réaffirme l’engagement de l’UA, conformément à ses instruments pertinents et aux décisions de ses instances compétentes, à continuer à soutenir la Transition au Burkina Faso et à en faciliter l’aboutissement dans les délais convenus, avec la tenue des élections présidentielles et législatives en octobre 2015.

À cet égard, l’UA continuera à oeuvrer en étroite collaboration avec la CEDEAO et les Nations unies, ainsi qu’avec l’ensemble des partenaires bilatéraux et multilatéraux concernés, et ce dans le cadre du Groupe international de soutien et d’accompagnement de la Transition au Burkina Faso (GISAT-BF).

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 juillet 2015 à 10:31, par OUEDRAOGO
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Voilaaaaaaa !!!!!!!!!!!!! Kuma bannan !!! Maintenant, Allons seulement !!!! On est à trois mètre de l’objectif. Après le 11 octobre après la proclamation des résultats, tous ceux qui veulent la tête de ZIDA et sa suite dans les instances de la transition peuvent venir les chercher. On aura plus besoin d’eux.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 10:42, par Tony Lova
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Merci pour le soutien et cette belle mise en garde des fauteurs de troubles.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 10:47
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    voila qui est bien dit, félicitation a vous Mme la Présidente

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:00, par WHISKY
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Une Transition INCONSTITUTIONNELLE ne saurait ÊTRE un état de droit elle est et restera pour l’histoire une transition BÂTARDE défendre l’article 37 pour le respect de la constitution et écarter cette CONSTITUTION pour un régime est cela constitue un CRIME et ce CRIME nous le COMBATTRONS PAR TOUS LES MOYENS

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:05, par Le Loup
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Bonjour ! Madame la Présidente merci de vous bien informer sur la situation avant toute prise de position. L’armée détient des preuves compromettante sur cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:07, par Nobga
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Espérons que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:07, par Shalom
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Voilà qui est bien dit ! La transition doit continuer sa marche vers les élections d’octobre sans entrave aucune. Que le RSP se tienne tranquille et nous montre qu’il a un sens élevé de l’intérêt commun et républicain puisqu’il prétend défendre les institutions !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:10, par Oeil de lynx
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    MERCI MAMAN. VOUS ËTES UNE DIGNE FILLE DE L’AFRIQUE, SOUCIEUSE DU DEVENIR DE VOS FRERES ET SOEURS ;
    Au Burkina, il est bon de rappeler aux hommes de tenue qui portent une arme, qu’ils ne l’ont pas acquise avec leur argent propre. Les armes qu’ils détiennent appartiennent au peuple et ils sont là pour défendre le peuple ;
    Malheureusement, une partie de notre armée est devenue une milice privée qui de surcoît veut diriger le pays.
    Imbue du pouvoir des armes qu’ils ont en main, ils menacent la vie du peuple et veulent entraver son développement pour les bas intérêts de leurs maîtres.
    AIDER-NOUS MAMAN, VOUS ËTES NOTRE DERNIER ESPOIR. MERCI ENCORE ;

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:10, par Bodo
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Que ceux qui veulent troubler la Transition regardent bien autour d’eux et se rappellent ceci : le Président Allassane Drame OUATTARA est en train de faire juger en ce moment, d’anciens rebelles, c’est-à-dire des gens qui l’ont aidé à accéder au pouvoir.

    Si donc aujourd’hui, un militaire de ce pays trouble l’ordre pour quelque raison que ce soit, il va finir devant la justice. gens du RSP, regardez bien autour de vous : que sont devenus les gens qui ont tué Norbert Zongo ? Comment sont-ils finis ? Et que deviennent les héritage, leurs enfants ? A quoi sert-il de tuer des gens, de jouer les bras lourds juste parque que tu tiens une arme ? Que valez-vous sans vos armes ? Là est la question.

    Aujourd’hui tu te crois brave, car tu as une arme devant des faibles ? C’est l’argument des faibles d’esprit en réalité. Car si tu es fort, tu dois semer la Paix et la Joie. Le militaire qui est allé tuer la pauvre Bernadette dans sa chambre, il était fort non ? Hé bien, aujourd’hui, il a déshonoré le nom de toute sa famille. Ses enfants ne seront jamais fiers de dire :"Oui, c’est mon père ça" ! Les gens ont honte de lui.

    Vous avez toujours dit que Blaise est l’homme de la Paix. Blaise a accepté de partir. Honneur à lui. Et vous, vous voulez semer la guerre ? Êtes-vous fier des gens qui sèment la guerre autour de vous ?

    Celui qui sème la Paix, celui là reste à jamais dans le jugement de tous, comme un héros ! Tachons d’être des héros et non des diables.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:14, par kouadio
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Ce sont les principes qu’elle a tenu a rappeler. Maintenant dans la situation actuelle ou lePM et Barry ont soudoye des militaires et des OSC pour eliminer physiquement des chefs militaires, il y a des dispositions a prendre pour preserver la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:14, par Bodo
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    L’une des raisons qui fait que les Blancs sont devant les Noirs ? Regardez un peu : là bas, les forts mettent leur force au service des faibles. Ici, les forts tuent les faibles et mangent leur pain. Et on les considère comme des héros.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:15, par Benao Cynthia
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Il est impératif que le Président Kafando et les organes de la Transition (CNT en tète) formulent a l’endroit de la Communauté internationale (CEDEAO, Union Africaine, Nations Unies) et a l’endroit de nos partenaires traditionnels qui ont toujours été prompts a réagir et a répondre a nos sollicitudes (USA - France ...) les besoins de toute nature au bon déroulement de la transition, SURTOUT CEUX SECURITAIRE. A chaque jour suffit sa peine. La contradiction principale aujourd’hui, et ce jusqu’aux élections, c’est le défit sécuritaire. Constatant que les organes de la Transition sont déterminés à mener a bien et a bon port leur mission les forces du mal et leurs allies contre le changement vont multiplier les actes de sabotage, et tous les moyens et alibis seront bons pour y parvenir. Tous les sacrifices et tous les investissements seront vains si rien n’est fait urgemment dans ce sens. DEMANDEZ A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE DE METTRE EN PLACE DES MECANISMES TECHNIQUES, SECURITAIRE Y COMPRIS MILITAIRE, pour appuyer la sécurisation des institutions et des élections avenir.
    C’est maintenant. Il ne s’agit pas d’attendre et jouer par la suite le médecin après la mort. Comme d’habitude, certains partenaires sont déjà montés au créneau, et c’est à leur honneur

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:21, par Bodo
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    La force du Général, c’est de faire régner la Paix et non de troubler l’ordre. Si tu te crois fort en semant la peur, Dieu te le revaudra...

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:25, par parate yelé
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    nous remercions beaucoup l’UA pour cette intervention,mais c’est mieux d’envoyer un émissaire pour s’imprégner des vraies réalités sur le terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:26, par Baso
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Merci bien à Mme la Présidente pour sa pertinente intervention et courage à notre cher Président pour sa détermination. Paix pour le Faso ! !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:35, par Badra
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Merci de dire la verité. Vous au moins n’êtes pas comme CEDEAO, qui est composé d’éléments au solde du CDP.
    Merci encore !
    Mobilisation et lutte pour une transition reussie

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:41, par kouadio
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    la cedeao vient de condamner l’etat burkinabe et ordonne le retrait de la loi Cherif. Un point un trait

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:52, par max naaba
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    voilà qui est bien dit, mais la jungle respecte une certaine hiérarchie. Les animaux sont-ils plus intelligents que nous ? Quand on ne veut pas ou ne peut pas se soumettre à l’autorité de son pays, on change de pays ou de nationalité.
    Zida, ALLONS SEULEMENT

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 11:56, par Amadoum
    En réponse à : Situation nationale : Pour UN BURKINA STABLE ET PROSPERE, LE RSP DOIT SE SOUMETTRE A L’AUTORITE POLITIQUE

    Tout ca pour dire ceci !
    Si les personnes honnetes du pays s’evertuaient a dire la verite au RSP, au lieu de perdre le temps de tou le monde avec ces commites de ceci et cela. De pres ou de loin, le RSP est la cause de tous les malheurs du pays. Ses membres se comportent comme des enfants gattes a qui on ne refuse rien. Les autres branches peuvent leur faire comprendre qu’ils sont une partie de notre armee, et non une armee au service de quelque potentat que ce soit.

    Le president Kafando a herite d’une situation tres difficile et il est en train de faire un excellent travail.
    Pour un Burkina Faso stable, prospere ou il fait bon vivre, il faut que tout le peuple burkinabe, une fois pour toute, accepte l’idee de la superiorite du politique aux forces de defense et de securite. Mais surtout, que nous acceptions de vivre cette idee, qui prevaut dans toute vraie democracie, en donnant au president issu des elections d’Octobre notre support total.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:07, par Badra
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Merci de dire la verité. Vous au moins n’êtes pas comme CEDEAO, qui est composé d’éléments au solde du CDP.
    Merci encore !
    Mobilisation et lutte pour une transition reussie

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:12, par Belco
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Bien dit madame la présidente. ceux qui cherchent à empêcher la transition de bien se dérouler , qu’ils sachent que la patience du peuple burkinabé a des limites. Qu’ils se rappellent de la Guinée Bisseau avec Assoumane Manné, de la Cote d’Ivoire avec IB , le Mali avec Sanogo , au Soudan avec John Garangue et j’en passe, et se dire qu’au finish force reste à la République. Nul n’était plus fort que ces hommes là, mais hélas, aujourd’hui ou il sont ?? Il faut savoir arrêter, on ne s’amuse pas avec la République .

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:33, par Ouagaskaïa Pravda
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Au moins une femme qui a des .............., pardon quelque chose en bas d’elle. Le vaillant peuple est là pour défendre sa "chose".

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:38, par Alberta désiré
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Voilà qui est clair pour les pêcheurs en eau trouble. Tous ceux qui rêvent de faire capoter la transition devrait réfléchir et s’inspirer du cas de SANOGO au Mali et plus près de celui de Moussa Daddis Camara. Il n’y a pas d’issue pour les officiers félons qui veulent ramener la felonie incarnée qu’est Blaise Compaore .

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:47, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    C’est fini maintenant ! Celui qui n’est pas d’accord, le Burkina a six pays limitrophes. Le choix est facile. Point barre !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:49, par Ibrahima
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Bravo !
    On imagine que le Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas loin d’établir des sanctions ciblées contre les fauteurs de troubles contre la transition : gels des avoirs, interdiction de voyager, transmission des noms à la CPI pour suivi. Vous pensez que le désordre vous arrange mais ça peut vous donner un billet aller-simple à la CPI, Vous n’aurez que vos yeux pour pleurer quand vous découvrirez que celui qui vous utilise reniera toute connexion avec vous.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:50, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    @internaute 22, il faut terminer, une femme qui a des testicules. Même l’ONU n’a rien dit.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:55
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    L’UA a rarement compris les vrais problèmes qui se posent dans les pays membres et là aussi elle passe à côté de la plaque. Nous sommes dans une situation ou votre soi disant autorité politique a menti en créant un faux complot en vue de liquider des militaires qui se trouvent être ses collègues. Voilà le dernier développement qui a mis le pays dans cette situation.
    Alors ! Que dit les textes de l’UA lorsqu’il y a un mensonge d’Etat ? Les militaires doivent se taire et se laisser traîner à l’abattoir ? Je dis non. Il y a bien des conséquences à tirer. Ce n’est pas parce que le nom du RSP est gâté depuis longtemps qu’il lui est interdit d’avoir raison lorsqu’il le faut. J’invite donc l’UA face à chaque situation de prendre la peine de comprendre le fond avant de prononcer au lieu d’invoquer platement les textes.
    Je profite parler du comportement de l’ambassadeur des Etats unis au Burkina. Je pense qu’il est bon que ce monsieur là observe la même réserve que les autres diplomates. S’il ne peut ou ne veut pas aider le pays à avancer qu’il arrête de prendre parti. Dans l’Observateur Paalga il dit que la priorité c’est l’organisation des élections. Moi je dis que la priorité aujourd’hui c’est la paix et la quiétude dans notre pays. On n’ira pas aux élections à n’importe quel prix parce que après la transition la vie continue et sans base solide, on ne fera qu’un perpétuel recommencement. La soi disant communauté internationale se fout bien du devenir de nos pays. et c’est celà qui crée souvent les conflits post électoraux dans nos pays. Pour eux ils ont sorti l’argent il faut faire les élections.
    M. l’Ambassadeur vous connaissez bien la gravité du problème actuel vous avez intérêt à aider à le résoudre avant la date des élections plutôt de jouer ce jeu flou. La fin de la transition n’est pas la fin de la vie au Burkina. Ce sera le début d’une nouvelle vie que nous voulons paisible, inclusive et rassurante pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:55, par Ibrahima
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, sur laquelle est allignée le nouveau code électorale est au dessus de la CEDAO instrumentalisée par la mafia Blaise Compaoré via Alassane Ouattara

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 12:56
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    L’UA a rarement compris les vrais problèmes qui se posent dans les pays membres et là aussi elle passe à côté de la plaque. Nous sommes dans une situation ou votre soi disant autorité politique a menti en créant un faux complot en vue de liquider des militaires qui se trouvent être ses collègues. Voilà le dernier développement qui a mis le pays dans cette situation.
    Alors ! Que dit les textes de l’UA lorsqu’il y a un mensonge d’Etat ? Les militaires doivent se taire et se laisser traîner à l’abattoir ? Je dis non. Il y a bien des conséquences à tirer. Ce n’est pas parce que le nom du RSP est gâté depuis longtemps qu’il lui est interdit d’avoir raison lorsqu’il le faut. J’invite donc l’UA face à chaque situation de prendre la peine de comprendre le fond avant de prononcer au lieu d’invoquer platement les textes.
    Je profite parler du comportement de l’ambassadeur des Etats unis au Burkina. Je pense qu’il est bon que ce monsieur là observe la même réserve que les autres diplomates. S’il ne peut ou ne veut pas aider le pays à avancer qu’il arrête de prendre parti. Dans l’Observateur Paalga il dit que la priorité c’est l’organisation des élections. Moi je dis que la priorité aujourd’hui c’est la paix et la quiétude dans notre pays. On n’ira pas aux élections à n’importe quel prix parce que après la transition la vie continue et sans base solide, on ne fera qu’un perpétuel recommencement. La soi disant communauté internationale se fout bien du devenir de nos pays. et c’est celà qui crée souvent les conflits post électoraux dans nos pays. Pour eux ils ont sorti l’argent il faut faire les élections.
    M. l’Ambassadeur vous connaissez bien la gravité du problème actuel vous avez intérêt à aider à le résoudre avant la date des élections plutôt de jouer ce jeu flou. La fin de la transition n’est pas la fin de la vie au Burkina. Ce sera le début d’une nouvelle vie que nous voulons paisible, inclusive et rassurante pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 13:00, par yako
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Come tjrs l.ua c,est le apres la mort.Elle etait ou lorsque le cnt avec la benediction de kafando promulguaient le discrimation act ?finalement l,armee est plus raisonnable que les organes de la transition.Dans le cas precis du burkina c,est l,tautorite politique qui doit se soumettre aux autorites militairesmilitaires,car montre son immaturite au risque de compromettere la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 13:55
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    La CEDEAO a semble t- il condamné le Burkina FAso à revenir sur sa loi électorale. Moi, c’est le contraire qui m’aurait surpris. Une CEDEAO dirigée par Kadré Désiré Ouégraogo, celui- là même qui a failli être le candidat du CDP pour la présidentielle à venir. Une CEDEAO sous influence de Alassane Dramane Ouattara, celui- là même qui héberge le Président déchu et qui doit son pourvoir à la rébellion menée par ce dernier. Enfin une CEDEAO fantoche parce qu’incapable de parler limitation des mandats dans son giron. Il vous est certainement souvenir qu’il y a quelques temps, lorsqu’il était question d’harmoniser les constitutions en limitant le nombre de mandats, parce que le Togo et la Gambie ont refusé, les chefs d’Etat alors réunis à Abuja ont préféré laisser le choix à chaque président élu de régner à vie, selon son bon vouloir. Foulant au pied une règle élémentaire de la démocratie. Cette CEDEAO là est indigne pour parler en mon nom. Parce qu’elle n’est pas un modèle de démocratie, elle ne peut donner aucune leçon de démocrate à personne.

    Mais vers la fin, une UA (Africaine) qui soutient la transition et une CEDEAO (Ouest africaine) qui la condamne, qui devrons nous écouter ?

    Big up spécial à SEM Dr Tulinabo Mushingui ! J’ai appris à l’admirer.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 13:59
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    ON EST A L’OREE D’UNE 2 ème insurrection populaire CONTRE LE RSP DE DIENDERE. POUR ABTTRE SON CHIEN, on l’accuse de rage. DANS CE SENS QUI NE CONNAIT PAS DIENDERE ? Ce qui est sûr, le peuple ne se laissera pas faire , cette fois-ci, on en finira avec tous les ennemis du peuple. A 3 MOIS DES ELECTIONS, personne ne démissionnera dans ce gouvernement de transition.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 14:22, par Benaocyn
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    C’est bien beau et trop facile de charger Zida, de lui porter des accusations de montages, mais retenez la lecon une bonne fois : LA CREDIBILITE DE CELUI QUI VOUS ACCUSE PEUT PARFOIS SUFFIRE A VOUS INNOCENTER.

    On ne peut pas etre de ceux la qui ont protege et securiser la fuite de Blaise Compaore ; accompagner BC a Yamoussoukro - Maroc- Yamoussoukro ; impose Zida dans l’espoir qu’ils protegent vos interets aux detriment de ceux du pleuplel’accompagner. Vous ne pouvez pas etre plus credibles que Zida qui a fini par comprendre que la seule issue, honorable et que l’histoire retiendra pour l’eternite, TOUT COMME THOMAS SANKARA, NORBERT ZONGO ET ... QUI ONT VAINCU ET SURVECU A LEURS BOURREAUX, C’EST DE PRENDRE LE PARTI DU PEUPLE QUI LUI, EST ETERNEL

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 14:51, par Nouvelle
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Merci, le Num 10, Bodo. Je suis entièrement d’accord avec vous. Tous ceux qui sont sensés et épris de Justice et de Paix, ne peuvent pas cautionner que l’on dérange la Transition à deux pas de son terme. A chaque fois que le RSP réclame (arme aux poings), il est satisfait. C’est digne cela ? J’ai honte à sa place et je suis sûre que les jeunes et les moins jeunes du RSP ne sont pas du même avis que les faucons. Dieu saura les bénir, eux qui veulent la Paix. Si les militaires faucons n’ont pas la patience d’attendre, c’est qu’il y a un agenda caché. Quant au Num 28, soyez juste ! Dans ce pays, il y a eu des crimes de toutes sortes et on attend des années et des années. Un complot, semble-t-il, OK ! Déposez plainte et attendez, il ne reste qu’au maximum 4 mois. Vous voulez des troubles. N’en soyez pas fier. Dieu bénisse le Burkina Faso et vous bénisse. Quant à Madame de UA, merci, vous faites la fierté des femmes. Dieu vous protège avec votre famille.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 14:54, par Vraiment
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Madame la Présidente :
    - Est-ce que les textes de l’UA autorise un président à modifier la Constitution pour son propre intérêt ? Au temps où Blaise foulait faire ça, vous avez dit que si les peuples étaient d’accord, vous ne voyez aucun problème ;
    - Est- ce que l’UA autorise un Président à faire tirer sur la foule qui manifeste pacifiquement pour contester un mandat illégal ? Et s’il le faisait, que fait l’UA ? Nous avons l’exemple le plus énervant du Burundi où aucun mécanisme n’est fait ou pris pour contraindre Kurunziza à abandonner où il serait un Président non reconnu ?
    - Que fait ou l’UA quand un Etat vote une loi pour sanctionner un comportement commis sous une autre loi ? Le cas du Code électoral du Burkina montre que vous louvoyer avec vos propres principes et vous risquez de tuer l’UA.
    Quand un PM militaire fomente des complots avec la complicité des activistes de la société civile contre l’armée, que l’armée le bute. C’est une question de survie du seul cément social du Burkina.
    Imaginez-vous si pendant les temps chauds de notre crise, nous n’avions qu’une armée comme au Burundi où c’est l’intérêt seul qui guide les pas. Actuellement, les guerres continuait. Donc, courage à l’armée et à tous les officiers supérieurs. Il ne faut pas laisser les politiciens vous infiltrer car ils veulent un Etat sans crainte pour bien piller et se venger.
    Je vous soutiens, RSP et autres composantes de l’armée nationale.
    Si un civil sans arme menace de vous liquider, il faut le liquider pour que les autres sachent garder leur propre rôle (Je suis civil et administratif, pa strop politique, raisonné)

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 14:56, par BOIN-ZEM OUINDE OUEDRAOGO
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Il se sussure sur le Fasonet.net que Radio Omega a annonc que la cour de justice de la CEDEAO a donné raison au CDP dans l’affaire qui l’oppose au Gouvernement dans le cadre du code electoral revise. Seulement je prie mes frères et soeurs, jeunes patriots, d’attendre l’intégralité de l’arrêté de la cour de justice de la CEDEAO avant d’émoeuter ou faire peur aux citoyens du Burkina Faso. Attention pour le moment aux specialistes de la manipulation. Si l’arrêté de cette decision n’est pas notifiée et publiée, elle n’est pas valable et n’engage pas la responsabilité de la CEDEAO. Nous jeunes patriots, nous ne nous sentons pas concernés par une décision de la cour de Justine de la CEDEAO. Et dailleurs nous avons le droit d’objecter en appel. Du reste notre position est Claire, oui ou non la cour de justice de la CEDEAO donne raison aux chiens, notre code electoral sera appliqué n’en déplaise aux détracteurs de tout bord. SVP attendez et n’ayez pas peur, nous on s’organise pour faire taire définitivement le serpent que nous blesse les 30 et 31 Octobre, qui au lieu de tirer léçon de leurs erreurs, se reveille se ses blessures et mieux veut devenir plus venimineux que le venin de notre people et de sa jeunesse. Attendons de voir. Ils vont se terrer très bientôt comme auparavant et cette fois-ci pour de bon.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 15:00, par BOIN-ZEM OUINDE OUEDRAOGO
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Et nous allons objecter appel à toute decision de la CEDEAO dans le sens de remettre en cause la légitimité de notre peuple à se doter de son code electoral et ce jusqu’à ce que les elections du 15 Octobre et de janvier 2016 se réalisent. Si nos adversaires d’en face sont des hommes de droit comme ils le prétendent, ils attendront que le jugement soit vide avant de projeter aller à des elections au Burkina Faso avant les 5 prochaines années. Nous sommes là pian ! RIEN NE NOUS FAIT PEUR ! AVANCONS

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 15:48, par Tonton
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Internaute 28 ou 30, vous débitez des inepties qui n’ébranleront aucunement la détermination du peuple burkinabé. Avez-vous des preuves de ce que vous avancez ? Quelle est la crédibilité de celui qui vous a donné cette information ? Diendéré ? Kièré ? Celeste ? Dites-moi qui est crédible parmi cette racaille ?
    Que connaît Diendéré et sa suite dans la vie si ce n’est que montages, coups bas et intrigues meurtrières de toutes sortes ?
    De toutes façons c’est fini !
    - Le RSP sera dissout
    - La transition ira jusqu’au bout
    - Le dossier Sankara suivra normalement son cours
    - Le nouveau code électoral sera appliqué

    Vous voyez, c’est cette réalité haute et fière comme une montagne que le RSP et associés veulent maladroitement esquiver. Et cette réalité a été brandie par un peuple qui a enfin dit merde. N’en déplaise aux petits esprits piteusement manipulables. Parole de Tonton

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 15:48, par kouadio
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    internaute 38 j’espere que tu parles bien francais, il n’y a pas d’appel a la CEDEAO

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 15:48
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    La construction de l’Etat de droit se renforce dans ces 2 dernières positions :
    - L’armée doit se soumettre au pouvoir politique - C’est ce que nous souhaitons depuis longtemps. Que l’Armée soit entièrement déconnectée du pouvoir et qu’elle joue enfin son rôle de défense de l’intégrité du territoire et de la sécurisation des populations. Tout autre calcul politicien incluant l’armée dans le but de sauvegarder le pouvoir nous ramènera toujours à l’éternel recommencement dans lequel nous sommes aujourd’hui avec la chute du capitaine Blaise Compaoré. La place de l’armée dans une république n’est jamais au pouvoir, jamais, jamais. C’est une solution de faiblesse et de bassesse intellectuelle que de toujours agir dans une société avec la "règle du plus fort" comme cela se passe dans la jungle. Cher militaire, la société humaine est différente de la jungle. Dans la jungle, ce sont les animaux, ils agissent avec la force. Dans la société humaine, ce sont les hommes, ils agissent avec l’intelligence, pas la force, de manière ordonnée, sous la direction de la hiérarchie civile. Le militaire qui veut aller au pouvoir, dépose les armes, se joint aux civils pour faire valoir son intelligence et non ses armes. Blaise a endoctriné nos militaires du RSP pendant longtemps a telle enseigne qu’ils se croient invincibles, ce qui n’est pas vrai. A égalité, sans armes, ils ne s’arrêteraient certainement pas devant des militaires pour bander leurs muscles. Ils prendraient la fuite, comme tout civil sensé. Mais avec une arme, tout homme se sent certainement ragaillardi face à celui qui n’a pas d’arme. L’utilisation de l’arme contre son concitoyen n’est jamais l’émanation d’une quelconque force ni intelligence, mais plutôt celle d’une lâcheté indescriptible, d’une bestialité. C’est pourquoi, les crimes de sang resteront à jamais imprescriptibles. Comme celui contre Norbert Zongo, il faudra poursuivre et juger en temps opportun.
    - L’Etat (niveau inférieur en droit dans les relations internationales) doit se soumettre à la décision de la CEDEAO, c’est-à-dire retirer la loi Shérif. Il faut éviter d’être contre la règle de droit seulement elle est contre notre opinion et la désirer quand elle est en notre faveur. Dans une société, en matière de justice, très souvent quelqu’un a raison et une autre personne a tort. L’acceptation de ce principe, même quand on a tord, ne nous diminue pas, elle nous grandit et nous fait évoluer positivement dans la promotion de l’Etat de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 15:49, par justicier assoiffé
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    internautes 5 ou 4 je ne sais pas trop mais c’est pour rien tu te surnomme WHISKY. tu es ivre

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 16:58, par ka
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Dans tous ces cries de soutien aux autorités Burkinabé ne sont pas fiables. Aidons nous avant que Dieu nous aide, et ce qui sera fiable pour aider la transition, je ne vois qu’une seule solution ‘’’’ que l’UA et la communauté internationale préparent déjà une armée neutre pour protéger le peuple avant et après les élections couplées d’Octobre prochain, si non tous ces soutien de l’UA ou autres ne sont pas fiables pour une alternance politique apaisée surtout ne comptons pas sur l’organisme de la CEDEAO, un organisme caméléon et complexe a la trempe de Blaise Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 17:29, par lemarabout
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Est-ce que les Présidents Hollande et Obama suivent l’actualités politiques au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 17:32, par fasobiga
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    La Cour de la CEDEAO a rendu sa décision sur la requête du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) qui demandait l’inconstitutionnalité du Code électoral adopté par le Conseil national de Transition (CNT) le 7 avril 2015.

    Avec Ali Kabré, envoyé spécial à Abuja

    Sur la forme, la Cour s’est déclarée compétente pour recevoir le recours du CDP et des autres parties. Sur le fond, la Cour déclare que la modification du Code électoral telle que spécifiée par la loi du 7 avril est une violation du droit de libre participation des requérants aux élections.

    La Cour ordonne donc à l’Etat burkinabè de lever tous les obstacles à l’expression de ce droit de participation aux élections.
    En outre, la Cour reconnait qu’il n’y a, pour l’instant, aucune violation commise, mais encore que l’imprécision de la disposition peut engendrer une violation massive du droit des individus et des partis à participer aux élections.

    Elle affirme également que l’article 135 de la loi électorale introduit la possibilité d’une discrimination fondée sur l’opinion. Ce qui est difficilement acceptable eu égard aux traités internationaux que le Burkina Faso a librement signé.
    Les décisions de la Cour sont rendues en premier et dernier ressort. Il n’y a pas de possibilité pour l’Etat burkinabè de revenir sur cette décision.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 17:34, par paul
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Le PM reste et restera n en déplaise a julbert et cpgnie

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 17:35, par Figo
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Bonjour,
    Que tous ceux qui soutiennent que le RSP et certains hauts cadres intéressés de l’armée détiennent des preuves contre Zida et autres leur demandent d’agir dans un cadre républicain. Qu’ils déposent une plainte en bonne et due forme en Justice, et la Haute cour adoptera une procédure accélérée pour rendre Justice. La bonne formule n’est pas de régler son différent soi-même et je suis surpris que des civils (potentiels victimes demain) soutiennent cela aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 22:27, par HORUDIAOM
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Internaute 6(le loup) : si l’armée détient des preuves compromettantes, qu’elle les remette à la justice. Autrement, elle se fait justice. Et cela confirme nos assertions selon lesquelles l’armée agit en hors la loi. Nul n’a le monopole de la violence. Soyons un peu responsable.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2015 à 22:30, par Pagnagdé
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    En tant que pays africain c’est bon de se sentir soutenu par l’UA. Mme la Présidente, l’Afrique a besoin de femmes comme vous. Surtout, restez digne.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2015 à 00:13, par legamp
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Des gars par ce qu’ils ont eu la chance d’etre éduqué s et enseignés par des civils veulent s’ enprendre à eux aujourd’hui .Si vous n’etiez pas militaires , jamais vous ne pourriez en aucun cas troubler le sommeil de quelqu’ un .Imaginez si ses tetes du rsp pouvaient fabriquer une masse 36 , on etait mort et enterré

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2015 à 18:21, par le combattant
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Maintenant tous le monde est d’accord qu’on ne peut pas garder le régiment de la sécurité présidentielle parce que de sa création et ses attributs rien de républicain, rien de démocratie.C’ est des bandits armées à la solde de la famille compaore et ses alliés pour piller les maigres ressources du pays et du continent par ses multiples soutien des rebelles Libériens,Sera-Leonais ;Angolais, Ivoiriens, Maliens et autres ; IL faut vite dissoudre le RSP parce que ce régiment a contribué à éliminer des hommes valeureux du pays

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2015 à 19:54, par Brutus-le-Romain
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Bonne Diplomatie. Mais que Madame La Présidente ouvre le bon oeil pour voir et connaître les vrais auteurs et manipulateurs qui sont dans l’ombre et bien connus de tout le monde. C’est à ces derniers qu’il faut relever les bretelles pour le chaos qu’ils sont en train de préparer. Quant à la CEDEAO, aucun burkinabé n’est dupe. Tout le monde a bien compris cette décision laconique et pleine d’embrouilles prise par ce Tribunal qui, manquant d’objectivité et de réalisme, essaye de nous amener à une situation contraire aux aspirations du peuple qui est la plus grande victime de ces machinations. La CEDEAO à travers sa fameuse Cour est de notre avis très très "partiale" et l’on comprendra aisément pourquoi. De son haut perché, il devra être plus patriote que cela et rechercher le bien être du peuple burkinabé plutôt que de vouloir satisfaire la personne qui l’a (en son temps) envoyé à ce poste qui somme toute, est et sera provisoire. Deux (2) mandats tout au plus. Il reviendra par la suite au pays pour vivre les mêmes réalités que nous. Oui ! c’est le peuple seul qui sait ce dont il souffre, comment et pourquoi il souffre ; ce qui est arrivé en Octobre dernier n’étant que la résultante de ces excès pratiqués par les mêmes personnes qui font tout pour empêcher de tourner en rond.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 09:13, par Ismo
    En réponse à : Situation nationale : Pour l’Union africaine, les forces de défense et de sécurité doivent se soumettre à l’autorité politique

    Le problème est que les militaires sont devenus des politiciens. C’est ca le problème au Burkina.
    et c’est ca qui a permit à Blaise COMPAORE de se maintenir au pouvoir pendant tout ce temps et voulait passer en force. Normalement ce n’est pas le people qui devait sortir, mais c’est l’armée qui devait lui taper dessus et lui dire que nous voulons aussi tous le pouvoir et que si c’est une question de force, il ne passera pas. Mais c’est l’armée qu’il comptait.

    Vous voyez ! Moi, j’ai toujours été contre qu’on donne des postes aux militaires dans la transition à part le poste de ministre de la défense. Pourquoi ? Parce que un militaire c’est l’honneur, la patrie, la vérité. Ils sont formés comme ca. Donc un militaire, s’il déconne et qu’on lui demande, il répond "oui mon commandant C’est bien moi". ET on lui donne sa punition. S’il a tenté un coup d’Etat et qu’on l’arrête, il répond "oui. Je l’aurai fait". Rappelez vous du Capitaine Ouali et autres. Donc, si un militaire devient politicien, il commence à mentir, à ne plus die la vérité. Et dans le jargon militaire, on appelle ca trahison. Le mot mentir est rarement utilisé. Donc vous comprendrez pourquoi l’armée demande à ZIDA et aux autres militaires de laisser la pace qu’on avait donné aux militaires dans le gouvernement. Où est le problème ? Pourquoi empêcher l’armée de se retirer de la scène politique ? C’est un précèdent dangereux que nous sommes entrain de créer ;a. C’était le moment de faire mains propres et de raser les militaires de la scène politique pour toute et les laisser veiller sur le Burkina et les institutions.

    Dans le gouvernement de la transition, chaque composant a délégué des représentant. L’armée a délégué Zida, Barry et Ba. Aujourd’hui ils se rendent compte que ces militaires qu’ils ont désigné pour les représenter sont entrain de devenir des politiciens. Donc l’armée demande de

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés