Situation nationale : La présidence du Faso communique

Communiqué de presse • samedi 11 juillet 2015 à 14h10min

Annoncé dans un premier temps pour le samedi 6 juillet, le message du président du Faso à propos de la situation nationale avait de nouveau été programmé pour hier, 9 juillet. Mais en début de soirée, des informations concordantes faisaient état de ce que les concertations du comité des sages (mis en place par Michel Kafando) avec les chefs militaires coinçaient. Finalement un « SMS » de la direction de la communication de la présidence du Faso annoncera le report du discours présidentiel. C’est tard dans la nuit que nous avons reçu ce communiqué de la même direction, sans qu’on ne sache si c’est cela le message à la nation du président Michel Kafando à propos de la crise que vit le pays depuis une dizaine de jours.

Situation nationale : La présidence du Faso communique

A l’initiative de son Excellence Michel Kafando, Président du Faso, a été créé un Cadre de Concertation de Sages qui est un organe de médiation, ayant pour mission d’œuvrer, en tant que de besoin ou en temps de crise, au rapprochement des positions des acteurs politiques, militaires et civils.

A l’invitation du Président de la Transition, les membres du Cadre de Concertation de Sages se sont réunis pour la première fois et sous sa présidence, ce jour 09 juillet 2015, au Palais de Kosyam. Etaient également conviés à la rencontre Monsieur le Premier Ministre, Son Excellence Yacouba Isaac Zida, le Général Pingrenoma Zagré, Chef d’état-major général des armées, le Général de Brigade Gilbert Dienderé, le Lieutenant-Colonel Céleste Coulibaly, Chef de Corps du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP).

Le Président du Faso a introduit la réunion en précisant les objectifs à atteindre, à savoir la décrispation de la tension sociale actuelle, la sauvegarde de la paix sociale à travers l’unité et la cohésion de l’Armée et la poursuite du processus de la transition vers des élections apaisées en octobre 2015.

Après avoir félicité le Président de la Transition pour son initiative et suite à de larges échanges de vues, le Cadre de Concertation de Sages formule les recommandations suivantes :

1. Toute recherche de solution aux différents problèmes que connait notre pays devra s’articuler autour de la recherche de l’intérêt général et de l’avenir paisible de nos populations ;
2. Le consensus social sur lequel est fondée la Transition doit être sauvegardé et consolidé surtout à trois mois des élections devant conduire le Burkina Faso au retour à une normalité républicaine ;
3. En vue d’une concertation approfondie, le Cadre de Concertation de Sages a convenu d’ouvrir l’écoute, dans les plus brefs délais, aux Organisations de la Société Civile (OSC), aux partis politiques et aux différents corps de l’Armée ;
4. Par rapport au statut du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), le Cadre de Concertation de Sages propose de garder le statu quo et de rechercher une solution définitive avec l’avènement de la normalité républicaine ;
5. Le Cadre de Concertation de Sages invite les Organisations de la Société Civile, les Militaires, les Partis Politiques, et l’ensemble des concitoyens et des concitoyennes burkinabè à faire preuve de retenue et de responsabilité pour donner à la Transition toutes les chances dont elle a besoin pour réussir dans l’intérêt général du peuple burkinabé.

Le Cadre de Concertation de Sages saisit cette opportunité pour remercier toutes les bonnes volontés nationales, africaines et internationales qui accompagnent le Burkina Faso pour la réussite de son processus de transition.

Vos commentaires

  • Le 10 juillet 2015 à 05:47, par Baloua-Pers En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Bonjour à tous,
    C’est le signe patent que les institutions de la transition sont prises en otage pour un groupuscule d’individu au nom de leur intérêt personnel.
    Proposition : Pour mener ce processus à son terme il faut que le gouvernement déménage à Bobo-Dioulasso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 05:58, par YIRMOAGA En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Finalement le CDP se choisit un candidat dans le silence total ? Le camp des vat en guerre a triomphé en la personne d’Eddie KOMBOEGO ? SEM le PF a des soucis à se faire quant au maintien ou pas du PM. Eddie étant frappé par le code électoral, le nouveau camp (les DJEDJERE) va manœuvrer pour un nouveau PM afin de mettre en cause le code ? On va assister à une régression voir le KO dans le microcosme politique. Que dieu sauve le BF.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:12, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Voila exactement ce qu’il ne faut pas faire en matière de communication en période de crise.

    1°) D’abord, on reporte de plusieurs jours la déclaration annoncée depuis Samedi ;
    2°) Ensuite, on reporte un voyage important à l’extérieur, pour bien dire que la situation est grave ;
    3°) On prolonge les réunions plusieurs heures et tard dans la nuit en multipliant les acteurs ;
    4°) On annonce enfin une déclaration importante Jeudi soir, et on fait languir la presse et les citoyens toute la soirée pour finalement annoncer un report sans date ;
    5°) Enfin, nuitamment, on publie une déclaration laconique, non signée et qui manie la langue de bois sans rien dire vraiment de ce qui s’est passé ou se passe.
    6°) Certaines informations sont manquantes ou en contradiction avec ce qui est connu. On n’a pas la liste des membres de ce fameux comité, et on nous dit qu’ils se réunissent pour la première fois alors que les tractations durent depuis plus d’une semaine. L’objet même de "la concertation" n’est pas mentionné, on parle pudiquement de "tensions sociales", sans plus.

    Après cela, on va s’étonner que la rumeur aille bon train, ou que les journalistes épiloguent sur ce qui se passe réellement et les accuser de manque de professionnalisme. Qui est à la manœuvre de cette communication catastrophique et digne des (mauvais) états d’exception ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:18 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    C’est très bon

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:18, par akeem En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    que dieu bénisse le Burkina et que l’intérêt général de la nation prime sur l égoïssité individuelle au détriment des antipodes impérialistes.

    que le collège des sages dénier de toute appartenance religieuse, ethnique, régionale et politique fasse appel à leur bon sens et à la définition du mot ’’ sage’’ pour que la paix règne au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:20, par sidpawetta En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Zida doit démissionner et c’est tout

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:24, par WHISKY En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Confier un pouvoir issu d’un cout d’état politico-militaire via une insurrection de L’OPPOSITION à un gars incapable de prendre une décision par lui-meme sans passer les CHARLATANS et les VOYOUS de la rue nous laisse vraiment tristes et tellement nostalgiques à l’homme de la PAIX et du progrès, en l’occurrence, Son EXCELLENCE BLAISE COMPAORE

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:33, par chlarstin72 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Que veulent ces bidasses ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:41 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    TRES SAGE .c’est ce qu’il fallait faire « »

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:49, par Docteur Wé En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Très bonne initiative, son excellence Monsieur le Président Kafando. Vous êtes vraiment le vrai père de la nation. Mes encouragements à vous et aux sages du cadre de concertation des sages. Cependant, l’objectif final est la dissolution du RSP. Maintenant il est loisible de continuer la réorganisation de l’armée par des équipements plus puissants et plus performants pour les autres unités militaires et la réintégration des militaires radiés en 2011 et leurs réentrainements à l’art militaire pour renforcer les effectifs de l’armée. Il n’y a jamais de problème sans solution. Grâce à la main de Dieu le démon (RSP) sera vaincu. TÔT OU TARD.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:56, par vercingétorix En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    On manipule le président, on dirais que chaque fois qu’il veut parler quelqu’un l’en empêche. Il y a trop de concertations parfois stériles. Je pense que ce qui manque dans ce pays ce sont les prises de décisions dans les moments difficiles, on se recroqueville dans des concertations stériles. Pour le cas d’espèce (affaire ZIDA/RSP), Zida doit quitter la barque parce que avec ses mensonges constituent un danger pour la stabilité du pays ; lui et barry qui mentent aux peuples......Ils n’ont même pas honte !!!! Kafando débarque les s’il te plait !!!!!!!!! on te soutient

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 06:56, par wonou En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Merci de communiquer, il était vraiment temps car dans cette cacophonie qui émanait des OSC, du PM et de certains ministres, des partis politiques, des médias etc, on ne savait plus exactement ce qui se passait. Que la sagesse l’emporte.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:06, par L’alternateur En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Bonjour chers internautes,
    Tout ça pour ça ? Tout ce silence et ces concertations pour aboutir à un communiqué laconique, sans portée réelle pour la nation. Qu’en ait il de la démission du premier ministre et de ses acolytes. En conclusion la montagne a accouché d’une souris.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:11, par ahmed En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Je ne vois pas à trois mois du 11 octobre le niveau de gravité des institutions qui peut conduire à une restructuration du disposition en place actuellement, qui malgré les obstacles avance lentement mais surement vers le 11 octobre. une restructuration institutionnelle aujourd’hui, surtout le changement du PM, qui est considéré comme un acteur principale du processus en cours ( depuis octobre 2014) entamerait sérieusement l’aboutissement du processus de sortie de crise, surtout la méfiance et la perte de confiance de la communauté internationale. N’oublié pas que la situation que traverse le BF actuellement est un cas d’école pour l’Afrique et le monde entier, et qu’un aboutissement réussit et heureux du processus serait considéré comme inédit et exceptionnel compte tenue de ce qui s’est passé et se passe ailleurs. Donc chers burkinabés, ne gâchons pas notre victoire et laissons la composition actuelle du dispositif institutionnelle conduire le processus jusqu’au 11 octobre. Nous sollicitons l’indulgence des égoïstes et des individualistes a rentrer en hibernation pour 4 mois afin que les efforts consentis par le gouvernement actuel et le CNT puisses se poursuivre normalement jusqu’à terme. Nous sommes sur la bonne voit les frères et sœurs, donc avançons.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:13, par Tapsoba R(de H, actuellement au bercail) En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Mba Michel a vraiment chaud à l heure là mais mésurant les enjeux et étant diplomate chevronné , il file la délicate question du depart ou non de Zida à une équipe plutot que de trancher seul dans le vif , précipitant ainsi le pays dans l une ou l autre situation , plus ou moins grave(c est selon )au risque d en assumer seul les consequences.En decidant de de ne pas decider tout en impliquant une équipe de negociateurs ,on peut légitimement y voir un double avantage.
    - Zida et son equipe dont le securocrate Barry preparent serènement les élections à venir en attendant que les consultations informelles se poursuivent.
    - Le cadre des sages serviront d amortisseurs vis à vis des extremistes de l autre camp qui exigent le depart de Zida , car la pression qu ils pouvaient exercer sur Mba Michel seul, qui aurait pu ceder , pas sûr qu ils le pourront devant un groupe ,de surcroit ,des sages.Surtout au regard du precedent en fevrier dernier où l implication du Mogho Naaba et JBO a pu sauver Zida.M ba Michel pouvait-il trouver meilleure formule que celle-là ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:15, par Franco En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Belle initiative de la part du Président KAFANDO.Achacun de jouer sa partition pour la paix dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:23, par Hema En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Remerciement au cadre de concertation des sages.De toutes les façons, le peuple veille à l’évolution de la situation ! Bonne compréhension à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:25 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Bravo au Président Kafando, c’est très sage. Que tout le monde attende la fin de la transition pour tous les points de désaccord. Trois mois, c’est vite arrivé. Mais il ne faut pas que le RSP se fasse des illusions. Il doit profiter de ces 3 mois pour préparer son départ de la présidence et se séparer de ses gradés qui posent problème.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:31, par TOUBE En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le PM ZIDA répond quoi, lui qui disait qu’il n’ y a rien. C’est dommage que le président Michel n’ait pas suffisamment de pouvoir pour décider. Ceux qui criait que c’est le peuple qui soutient ZIDA, que vont-ils répondre maintenant que la crise est officiellement annoncée par le cabinet du PF.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:35, par sandokan En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    N’aurait-il pas aussi décent de communiquer la composition de ce comité ? Qu’est-ce qui se passe réellement ? Chaque jour qui passe on s’enfonce d’avantage dans le flou.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:36, par VALKIRIE En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Pourquoi le RSP veut vaille que vaille que le PM s’en aille ? le PM a t’il promis quelque chose en échange de son poste actuel au RSP ? le RSP croyait -il qu’avoir un élément a la tete du pays serait un autre avantage pour lui ?
    Pourquoi ce corps d’Elite ne se rend t’il pas utile ? vous etes surentraînés et sur équipés, de grâce allez a Deou protégez nos frontières des fous de DIEU, aidez les gens a lutter contre le banditisme contre les enlèvements d’étrangers.....
    rendez vous UTILES et fermez la une bonne fois

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:38 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Tous les problèmes actuels au Burkina est l’œuvre du général Gilbert Diendéré. Il a poussé Zida a coiffé le Général Traoré et pensant l’utiliser après comme une marionnette. Mais comme Zida refuse d’être une marionnette il met les bâtons dans ses roues. Deuxième Gilbert a pris le contrôle du CDP en mettant Eddie et sa femme comme numéro un et numéro deux. Comme les deux sont inéligibles avec le nouveau code électoral il faut tout faire pour perturber la transition.
    Troisièmement depuis l’ouverture des dossiers Sankara et Norbert, Gilbert n’a plus le sommeil tranquille car si l’instruction de ses dossiers se poursuivent ils devra répondre à la justice

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:58, par Yaabi En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Quels sont les sages formule Kafando ? Aucun nom n’est donné sauf les protagonistes de la crise actuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:58, par maxwell2 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    ceux qui ont demandé la démission du pm zida peuvent aller se pendre. au ministre BARRY de continuer son opération "mains propres"

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 07:59, par Noyesman En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Right, Félicitation au cadre de concertation des sages pour la pertinence de ses recommandations. Tout coup de force à l’encontre de la Transition à 3 mois des élections sera assimilé à un putch condamnable aux niveaux national et international. A la lumière des récurrents agissements du RSP et des récentes déclarations de son allié politique le CDP les masques viennent de tombés une fois de plus. Si le Président légitimement élu le 11 octobre 2015 n’est pas du CDP, comment celui-ci pourra confier sa sécurité à un régiment qui vient de prouver au monde entier son affiliation à son géniteur Blaise Compaore ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:03, par TIENFO En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Ce qui se trame ces derniers jours au Faso dépasse l’entendement du citoyen lambda. Ce qui est sur et certain, il y a anguille sous roche. Rien que la recherche " de l’intérêt général et de l’avenir paisible de nos populations" qui prime. C’est cela qui doit inspirer les différents acteurs dont chaque burkinabé est partie prenante. Dieu bénisse le Burkina et veille sur son vaillant peuple. Cependant, aidons le Bon Dieu à nous aider. Comme on le dit, "quand on lave ton dos, occupes toi de ton ventre".

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:08, par SANKARA FILS En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    VAILLANT PEUPLE DU BURKINA FASO . LEVE TOI CAR L HEURE EST TROP GRAVE. QUAND NOS DIRIGENTS NOUS MENTENT C EST TRES INQUIETANT. A L HEURE ACTUEL SEUL DIEU PEUT NOUS SAUVER. IL FAUT NOTER QUE NOTRE VIEUX PRESIDENT SE CHERCHE . IL REGRETTE D AVOIR ACCEPTER CE POSTE. NOS MARTYRS NE SONT PAS TRANQUILLES DANS LEURS TOMBES. ILS NOUS DEMANDENT DE CONTINUER LA LUTTE SINON IL Y AURA PAS ELECTION NI LA PAIX AU FASO.
    DES COMITES DE SAGES ON EN A EU PLEIN ICI SANS SORTIR DES PROBLEMES. POURQUOI PARCE QU IL YA DES GENS QUI N AIMENT PAS LA JUSTICE ET LA VERITE

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:15, par Mahamoudou DERRA En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le président lui même connait le mal. Le mal c’est qu’une seule personne de peur de se retrouver derrière les barreaux avec le dossier SANKARA manipule les éléments du RSP en l’occurrence les chefs. C’est lui le nœud du problème du Burkina Faso sinon je ne vois pas pourquoi associer COULIBALY et DAO dans cette affaire il suffit de lui poser la question : DIENDERE pourquoi veux tu bruler le pays pour ton intérêt personnel ? Et dire que c’est un général d’un pays qui se comporte comme un mercenaire.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:26, par SANKARA FILS En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Vaillant Peuple du Faso, suivez mon regard , un gouvernement qui dit que tout vas bien à son sein avec un premier ministre qui quitte la sale de conseil des ministres en pleine séance , et ses ministres qui mentent à tour de role, ça fait très peur. Je demande ici et maintenant aux autorités de la transition de respecter un peu le Vaillant Peuple du Burkina Faso. Comme Le Mogho Naaba l’avait conseillé à l’ancien dictateur sanguinaire, vous aussi faites tout pour garder notre Cher Pays et Ses Habitants intacts et unis avant de partir sinon , vous irez tous à la maco et vous serez jugés pour haute trahision et atteinte à la sureté de Notre cher Etat. Faites beaucoup attention car nos ames sont meurtries . Meme dans les petits villages , les gens vous regardent et vous demandent de tout faire pour éviter le pire à Notre Cher Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:32, par Ragommian En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Vivement que le peuple Burkinabé triomphe ! Car quelle que soit la longueur de la nuit, le jour viendra. LA PATRIE OU LA MORT, LE PEUPLE VAINCRA !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:32, par La go du pays En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Si le RSP pouvait se rendre compte que DIENDERE ne rend ni service à lui ni au pays. Voici un homme qui tangue de gauche à droite pour sauver sa peau et prends tout un pays en otage. Ce Mr croyez moi va finir mal. Il est pire que Blaise. Qu’est ce qui prouve que c’est pas sous sa pression(pour placer une marionnette acquis à sa cause après) que Blaise a démissionné en cascade voilà que c’est lui qui prend le contrôle du CDP sous le couvert de sa femme( bon EDDIE est l’employé de la famille). Fatou a enfin terrassé Chantal !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:33, par sarfalao city boy En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    FINALEMENT JE PROPOSE QUE MICHEL KAFANDO ET ZIDA DEMENAGE LA PRESIDENCE A LA GENDARMERIE NATIONALE POUR CONSIDÉRER KONSIAM COMME UN CAMP ORDINNAIRE...

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:37, par désiré En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Moi citoyen lamda, propose la solution suivante aux sages. Le PM ZIDA dégage, tous les militaires au gouvernement dégagent, le RSP dégage. Point barre./

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:37, par FASOBIIGA En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    AUX RSP ET A CES MAINS INVISIBLES, MACHIAVELIQUES QUI PENSENT SASISFAIRE LEUR EGOCENTRISME AU DETRIEMENT DU BONHEUR DU VAILLANT PEUPLE BURKINABE. DIEU SEUL EST NOTRE FORCE.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:52, par Oeil de lynx En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    La seule chose à dire à ntre armée, c’est qu’elle revienne à ses fondamentaux et à cesser de se comporter en milice. Vive l’armée et la vraie, celle qui est républicaine.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:57, par justicier assoiffé En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    ahhh toujours a chercher le mal partout. sinon qu’est ce qui est gauche dans ce communiqué limpide. a force de chercher des poux sur des tètes rasées on finit par en trouver. les gens doivent comprendre qu’on ne prend pas aussi facilement une décision qui engage la responsabilité de la nation. il faut souvent remuer la langur sept fois avant de parler. tous ceux qui cherchent la démission du PM sont des ennemis de la nation qui ne luttent que pour leurs propres intérêts. vivement que les gens pensent à la nation au détriment des intérêts égoïstes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:58, par Tchan fola En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Vue la situation de notre beau et paisible pays l’ETERNEL est lui-même triste. Mais ceux qui croient encore en sa bonté et en son Grand Amour incommensurable croisons toujours les bras devant Lui pour qu’IL agisse par miséricorde pour ce merveilleux Peuple du Burkina car tel il l’a fait une première fois les 30 ; 31 octobre et 1er novembre 2015 il le fera encore et cette fois pour résoudre le problème définitivement. Mais tant pis pour celui qui ne se range pas du côté de la Paix car DIEU est un DIEU d’Amour mais il est aussi comme un Feu Dévorant . Que ceux qui sont sages entendent et comprennent ce qui est dit.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 08:59, par Crazy Angel En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    C’est qui les "Sages" ? Ceux dont les noms sont cités ? La position de Djenguere est connue depuis longtemps : Préserver le RSP. Il est donc juge et parti. Il ne peut conseiller ce qui irait contre cette position. Il faut des gens neutres, même militaires, pour faire des propositions objectives. C’est la position du CEMGA que je ne comprends pas. Je l’ai connu au temps ou, élève, il prenait des risques pour participer aux luttes de son peuple. Ce sont les mêmes luttes qui on t continue les 30 et 31, mon Général !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:00, par tièkadiye En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Vous avez tous accepté le coup d’état du RSP et de Zida. Alors, préparez vous à boire le calice jusqu’à la lie. Il y a des imbéciles qui pensent et débitent à coût e guellades que ce sont eux les OSC qui ont fait partir BC. Or, tout le monde sait que ce sont les partis politiques qui ont tout préparé et tout exécuté. Certes, des OSC-les vrais-comme CGP, GERRDES, MBDHP, y sont pour beaucoup, parfois plus que nombre de partis politiques moribonds, mais la chute de BC reste l’oeuvre majeure des partis politiques. Quand les partis nous ont dit de descendre le dimanche contre le coup d’état, beaucoup ont appelé à ne pas obéir. Aujourd’hui, les évènements prouvent que le CFOP avait vu juste. Hélas, vous l’aviez déjà fourvoyé. Après avoir pactisé avec certaines OSC, Zida a adhéré au MPP (confère le images et reportage de l’OBS lors de la marche infantile de soutien). Si Zida constitue aujourd’hui le blocage, qu’il dégage. Point barre. Il a été assez naïf pour penser qu’il peut rouler celui là même qui a mis toute l’ARMEE avec ses généraux au garde-à-vous pour l’imposer, lui, un minable lieutenant colonel au peuple burkinabè. En conclusion, que ce soit le CDP ou la NAFA qui manoeuvre, moi, je m’en fous. Je veux la paix et si cette paix doit passer parle dégagement de celui là même qui nous a imposé de composer avec le CDP et ses sbires hier, au motif que des innocents dans les confins du Burkina en sont adhérents, alors qu’il en soit ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:03, par Crazy Angel En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    C’est qui les "Sages" ? Ceux dont les noms sont cités ? La position de Djenguere est connue depuis longtemps : Préserver le RSP. Il est donc juge et parti. Il ne peut conseiller ce qui irait contre cette position. Il faut des gens neutres, même militaires, pour faire des propositions objectives. C’est la position du CEMGA que je ne comprends pas. Je l’ai connu au temps ou, élève, il prenait des risques pour participer aux luttes de son peuple. Ce sont les mêmes luttes qui on t continue les 30 et 31, mon Général !!! Il ne reste que quelques jours pour un nouveau régime !? Ou est l’urgence de la démission ? Peut-elle hâter ou retarder le changement que nous voulons ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:03, par Frank En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    On peut tromper une partie du peuple tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps, n’est ce pas mon général et certains membres du CDP qui ont maintenant la peur au ventre avec certains dossiers de justice en cours ; ce ne sont pas ces excitations fébriles qui pourront vous déviées de notre noble objectif, l’élection libre et transparente le 11 octobre 2015 ; Dieu merci, il nous a donné un PF diplomate et sage, qui préfère toujours privilégier la concertation et le dialogue directe en plaçant le collège des sages eu centre ; cela est plus responsable que de précipiter et faire des déclarations incendiaires qui risquent d’enflammer notre pays ;

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:08, par Moussbil En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Zida dégage. Kafando si tu ne peux pas le limoger , dégages toi aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:16, par Davidowitz En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Compte tenu que c’est a Ouaga que se passe toutes les tractations et orchestre des manipulateurs. Moi je propose qu’on demenage le gouvernement a Koupela ou a Zorgho, ou le camp le plus prohe se trouverait a plus de 50km. Là, le RSP prouvera par ellitisme sa capacite actionnelle. Que Dieu benisse l’Afrique, particulierement le BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:18, par Visionnaire En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    ZIDA doit tout simplement démissionner. Au début de la transition, rares étaient les personnalités politiques ou les intellectuels qui avaient osé contester la main mise des militaires sur les postes ministériels stratégiques (juteux) et l’avènement à la POUTINE du lieutenant colonel Isac Zida (précédemment chef de l’Etat) comme 1er ministre, chef du gouvernement. Tout le monde avait peur des représailles sans pour autant le cautionner car nul ne doute que dans un idéal démocratique à construire, il ne faut pas confier à l’armée les rennes du Pays. Il faut à tout prix éviter que les militaires deviennent des politiciens, que l’armée goute au pouvoir parce que, quand l’armée balaie la maison, elle s’installe si on la permet se reposer (Affaire Robert Guey en Côte d’ivoire et au Congo depuis l’époque Mobutu à Kabila fils). Si Zida et ses frères d’armes ne partent pas maintenant du gouvernement de transition pendant que tout le monde les observe, le prochain président civile, démocratiquement élu ne pourra pas avoir les mais libres pour travailler. il devra composer avec le clan Zida ou un autre clan militaire pour pouvoir travailler en sécurité et garantir sa place. IL EST AUJOURD’HUI TEMPS QUE LES MILITAIRES ARRÊTENT DE S’INGÉRER DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DANS LA GESTION DU POUVOIR AU BURKINA FASO. C’EST TOUJOURS EUX DEPUIS 1966 (49ans). MAIS TOUT CA DOIT S’ARRÊTER PENDANT LA TRANSITION. IL NE FAUT PAS QUE LES MILITAIRES CONDUISENT LA TRANSITION A TERME SINON LE THEATRE NE PRENDRA FIN. IL EST CLAIR QUE C’EST ZIDA (MILITAIRE) QUI DIRIGE LE PAYS, POURTANT C’EST KAFANDO (CIVIL) LE PRESIDENT, COMMENT CELA S’EXPLIQUE ? SI RIEN N’EST FAIT, LE PROCHAIN PRESIDENT PAR CRAINTE POUR SA PLACE SERA DIRIGE LUI AUSSI PAR UN GROUPE DE MILITAIRES. Actuellement, le problème de la transition, de la paix et de la n’est pas le RSP, c’est l’armée toute entière. JE RESPECTE L’ARMEE ET L’AUTORITE MILITAIRE ; JE SUIS MÊME CONVAINCU QU’UN ETAT NE PEUT EXISTER SANS ARMEE FORTE ET UNIE. MAIS LA POLITIQUE DETRUIRA NOTRE ARMEE ET DE LA LE PAYS TOUT ENTIER SI RIEN N’EST FAIT MAINTENANT. A BON ENTENDEUR, JE SUIS PARTI !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:23, par yac En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Dissolution du RSP et démission de ZIDA. C’est ce à quoi le comité des sages doit aboutir sinon je préfère que Diendéré se découvrir au grand jour par un coup d’état et ont verra ce qu’on verra.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:23, par Sérénité En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Les gourous du CDP veulent intimider le peuple par une sorte de guerre psychologique, en menaçant Zida et les autres acteurs de la transition. Les rumeurs sont créées et emplifiées. Les réactions sont diabolisées. Mais un peuple qui a pu chasser Blaise, à mains nues, peut-il avoir peur de défendre ses acquis ? Non, détrompez-vous ! Le peuple n’accepteras plus un retour en arrière. Le Gouvernement en entier reste jusqu’aux élections du 11 octobre ! Le RSP et le CDP n’ont aucun argument valable pour exiger le départ d’une équipe mise en place par un consensus national ! Soyez réalistes, Blaise ne reviendra plus à Kossyam !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:27, par EL KABOR En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Et si le président les débarquait tous.ZIDA,DIENDERE,KERE,COULIBALY on gagnerait la quiétude.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:28 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Vaillant peuple du Burkina
    Comment pouvons-nous défendre des intérêts égoïstes et malsains de quelques personnes qui veulent imposer leur diktat ? Même si l’armée nationale= RSP, car les autres sont réduits à leur proportion congrue. L’armé seule ne constitue pas le peuple ;
    Comment peut-on écourter la transition pour des intérêts égoïste ? Car c’est de ça qu’il s’agit.
    Ce que nous nous voulons, c’est la paix dans ce pays. Nous avons fait notre révolution, vous êtes venus nous imposer ZIDA en lieu et place du GENERAL KOUAME LOGUE, vous venez après dire qu’il n’est pas bon de l’enlever. Dites-nous pourquoi c’est maintenant, il n’est pas bon. Il n’est pas bon parce qu’il n’exécute plus les ordres de son mentor le GENERAL ou bien il n’est pas bon seulement ? C’est trop militaire ce que vous faites. Et nous les civiles nous sommes zéro ?
    Savez-vous que , même votre propre fils à un moment de sa vie a besoin d’indépendance, donc sachez bien que même les autres en auront besoin.
    SVP laisser le pays en paix. Avez-vous vue les conséquences du 15 octobre 1987, la vérité c’est ce mal qui nous suit. Plus jamais ne versons pas du sang. Le collège des sages avait bien dépeint la situation au temps de blaise. Vous voulez une solution ? Faites ressortir le rapport du collège des sages tout y est.
    Que Dieu bénisse le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:29, par Zabre Wat En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Internaute 1 Baloua Pers, tu proposes de déménager le Gouvernement à Bobo-Dioulasso !!!!
    Pourquoi pas y créer un gouvernement parallèle du MAO ?
    Pourquoi ne pas en faire autant à Ouahigouya, à Fada, N’Gourma, à Dori, à Tenkodogo ?
    Ouaga/Bobo, Bobo/Ouaga !!!!
    Petit Régionaliste, en ces moments complexes il faut éviter insinueusement de semer les germes de la division régionale.

    Pour en revenir au débat il est clair que l’insurrection est une révolution inachevée non accomplie et confisquée par l’aile militaire la plus impopulaire, la plus sanguinaire celle qui fait et défait les régimes militaires depuis 1982.

    Souvenez vous que c’est le CNEC qui a renversé Saye Zerbo, puis Jean Baptiste. Les mêmes qui ont trucidés Thomas Sankara et pris le pouvoir quand le peuple a chassé Blaise.
    ce fut un coup d’état défensif car un aboutissement de l’insurrection aurait permis de libérer la justice et faire rendre compte tous les assassins et leurs complices tapis dans le RSP.

    Le général Gilbert Guienguéré et tous ses complice y compris Zida doivent s’expliquer sur les crimes d’enlèvement, assassinats, recels de cadavres et répression mortelles d’insurgés populaires perpétrés par le RSP.

    Guienguéré est le Abacha du Burkkina Faso, car c’est lui qui a tendu le piège au Commandant Jean Baptiste Boukary Lingani et au Capitaine Henri Zongo et le RSP les as trucidés le 19 Septembre 1989, on ne sait pas où ils ont été enterrés.

    Blaise a fuit et lui son numéro 2 est en train de narguer la population.

    Gilbert sait où ses commandos ont amenés Guillaume Sessouma et Dabo Boukary, qu’il nous dise la vérité, lui Zida et Kéré et leurs exécutants.

    Nous sommes fatigués que depuis le 3 Janvier 1966 les militaires nous tournent en bourrique et empêchent le vrai développement du pays.
    Ce n’est certainement pas avec des lance roquettes et des Kalachnikovs que le Burkina va émerger.
    Nous avons besoin de moderniser l’agriculture de l’électricité, l’eau et les intrants agricoles pour produire et transformer et pour cela il faut que l’esprit soit totalement libre des menaces de petits putschistes affamés.
    Quand aux sages qu’ils osent dire la vérité à Gilbert et sa bande.

    Le Peuple pour sa part est vigilant. Il faudra marcher sur nos cadavres pour espérer continuer à pérenniser cette chienlit.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:29, par job En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Et si tout ça n’est qu’une manœuvre tragi-comique et dilatoire pour jouer à la prolongation avec cette pseudo crise aux agendas personnels cachés de chacun. Je vous parie qu’ils sont tous des menteurs. Je salue la maturité du peuple qui n’accorde aucun crédit à tout ce qu’ils disent et ne font pas ce qu’ils doivent faire. Il n’ont rien compris à l’insurrection d’abord. c’est normal, tous dormaient chez eux quand la jeunesse combattante recevaient les balles assassines les 30 et 31 octobre 2014. La seule chose dont je suis sûr, c’est que le peuple achèvera sa révolution.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:39, par le paysan En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Chers internautes soyons modèrés.
    Malgré l’absence de noms des membres du comité des sages restons confiants.
    1- Aucune formation politique ni osc n’a demis Blaise de son pouvoir cela est très clair pour tous.
    Les joutes orales des uns et des autres à l’encontre de l’un ou de l’autre doivent cesser, parce que, ils sont les pyromanes de la situation actuelle.
    Toutes ces personnes étaient où quand d’autres tombaient pour la quête de la liberté ?
    Aujourd’ui camouflés en internautes, osc, partis politiques, opportunistes de tout bord qui, profitant de la situation se font une place au soleil et qui ne veulent pas partir manipulent la lutte du peuple au profit de leur cupidité qui hier pour eux était la pratique du neo-colonialisme et ses valets.
    Refusant de s’unir pour l’interêt du peuple ils se placent en valets du neo colonialiste pour‚ avec des tisons de pailles vouloir mettre le pays en feu.
    Decevant de voir des internautes penser que d’autres sont les envoyers du ciel et d’aucuns les envoyers de satan. Quel instrument de mesure ou quel pouvoir de detection ont ils pour le dire.
    A tous je demande une retenue dans les propos et les actes afin de vivre en frères et soeurs dans ce pays qui nous est cher à TOUS.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:43, par Le Peuple En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    La Hiérarchie militaire est très mal placée pour demander la démission du Premier ministre, elle qui avait accepté démettre son Général au profit d’un Lieutenant-Colonel.
    De plus, actuellement, le premier ministre n’a pas de fonction militaire. Il joue un rôle civil il n’y a donc pas actuellement de lien hiérarchique militaire entre le Premier ministre et elle. C’est à elle de se soumettre au gouvernement, a moins qu’elle n’ai opérer un coup d’état. Et dans ce cas elle aura à faire à nous Le Peuple souverain qui ne se laissera pas volé son pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:44, par sadate En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Du courage à tous ces patriotes et hommes intègres qui veulent que la paix règne au Burkina. Que Dieu le tout puissant vous protège et bénisse le Burkina. Tous les charognards, les négationnistes et les oiseaux de mauvais augure sortiront perdants.
    Personne ne démissionnera. Les élections se tiendront bel et bien le 11 octobre et le code électoral s’appliquera. La loi est dure mais c’est la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:53, par Le Peuple En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    On sent la connexion franche qu’il y a entre le RSP et le CDP. Et cela ne pouvait en être autrement quand on voit que la femme du Grand Patron du RSP et une Grande Patronne très influente du CDP.
    Je pense qu’on devrait interdire aux femmes des militaires de faire la politique, car c’est une porte ouverte pour permettre aux militaire de faire de la politique de manière déguisé. D’ailleurs, si des enquêtes sont menés sur la fiancée du militaire avant son mariage, ce n’ait pas pour rien.
    Il faut vraiment que l’armée se démette de la politique et de manière définitive. Le militaire n’est pas dans rôle quand il demande la démission d’un gouvernement. A moins qu’il ne soit un putschiste, et les putschistes on les traite à la hauteur de leur forfaiture.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:54, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    - Que le Gouvernement déménage à Koudougou ou Boromo et soit gardé par la Gendarmerie et la Police.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 09:57, par LeVeilleur En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le Sacrifice profané
    L’Agneau abusé
    L’Espérance trahie
    A vous de choisir les termes qui vous conviennent.
    Tels sont les verbes pour imager un possible limogeage du Premier Ministre Isaac ZIDA.
    Il fut l’homme de consensus au lendemain du 30 et 31 octobre face à l’Etat Major Général des Armés et face au Général KOUAME LOUGUE
    Il fut l’homme de providence pour ramener l’ordre dans la demeure notre Faso
    Il fut porteur de nos espérances pour un Burkina plus juste envers ses fils
    Nous Lui avons fait porter nos idéaux jusqu’à renier Ses frères d’arme
    Nous Lui avons fait ouvrir des dossiers macabres au risque de sa vie et de celle de sa famille
    Nos espérances et nos idéaux Le muèrent contre le plan tracé d’alors
    Les courroux de Ses frères d’arme n’ont pas tardé à s’abattre
    Humilié, fut l’Autorité qu’il incarne
    Bafoué fut l’Institution qu’il revêt
    Et point de sanctions envers les fauteurs de troubles
    C’est le retour de la République bananière ?
    C’est le retour d’un Etat d’exception ?
    Courageusement et résolument des dossiers pendants pendant plus de 27 ans ont été ouverts
    Courageusement et résolument des lois de recadrage et révolutionnaires ont été votées au détriment de Son corps de carrière
    Quel patriotisme !
    Aujourd’hui on susurre de démettre Monsieur le Premier Ministre Isaac ZIDA
    Démettre pour quel motif
    Démettre à la demande de qui ?
    Démettre pour n’avoir pas exécuté le plan de Ses frères d’arme ?
    Tous autant que nous sommes, somme comptables des sévices qu’Il endure
    Car nous lui avons fait porter la tunique qui n’est pas la Sienne
    Car nous lui avons fait porter la Sandale qui n’est pas de Sa pointure
    Assister sans dire mot c’est cautionner Sa mise à mort
    Assister sans dire mot c’est trahir la Mémoire de nos Martyrs
    Il vivra comme un paria si d’aventure le plan des ennemies de la Nation viendrait à se réaliser
    L’insurrection populaire serait une expérience inutile
    Face à l’histoire nous devrons rendre des comptes
    Face à la génération future nous devrons répondre de notre trahison au lendemain de l’insurrection du 30 et 31 octobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:04 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    on a l’impression qu’au Burkina on confond toujours amputer une jambe et enjamber une pute. le problème actuel est connu et c’est Zida et OSC il faut que le PF prenne ses responsabilités une bonne fois. créer une commission pour gérer cette crise jusqu’aux élection n’est la bonne solution. la situation risque d’exploser un jour et personne ne sortira gagnante.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:24, par BURKIMBILA En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    DIEU BENISSE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:28, par douèssa En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    les sages ont déjà tranché sur la question du rsp depuis l’affaire Norbert Zongo. C’est maintenant qu’il démanteler ce monstre de rsp pour avoir des élections libres et transparentes. On aura sûrement la paix, quand ce monstre sera dissout. C’est cela la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:43, par douèssa En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    les sages ont déjà tranché sur la question du rsp depuis l’affaire Norbert Zongo. C’est maintenant qu’il démanteler ce monstre de rsp pour avoir des élections libres et transparentes. On aura sûrement la paix, quand ce monstre sera dissout. C’est cela la vérité. on n’est fatigué des concertations. Ils ne peuvent pas prendre le pays en otage après avoir chassé leur mentor. Soyons plus sérieux. alors dissolution ici et maintenant, car ce corps menace même la paix de ce pays. Le peuple sortira de nouveau, s’il le faut. Ya-t-il à réfléchir pour abattre un chien enragé, pour tuer un serpent qui nous endeuille, non. Messieurs les sages, allez jusqu’au bout du règlement définitif du problème et non le reporter.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:46, par Achille OUEDRAOGO En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Je crois que le message non livré était la démission du président de la Transition. Il en a mare de l’individualisme maladive des uns et des autres. Mais apparemment certains sages lui ont demandé de ne pas démissionner car cela empirerait la situation. Alors en lieu et place on livre ce message. Ce que j’ai dit émane de mon analyse et intuition personnelle !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:48, par Poko En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    HEY !!! Vous là ! on veut la PAIX, rien que la PAIX
    Oublions nos intérêts personnels, privés, égoïstes et j’en passe pour que prime l’intérêt supérieur de la Nation.
    Messieurs les "pas contents" souffrez encore trois petits mois, 100 jours pour que aboutisse la Transition, notre Transition ou allez régler vos problèmes personnels ( c’est ce que je pense de vos problèmes) avec YIZ ailleurs !!!!!!
    DIEU bénisse le Burkina et tous les pays du monde !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 10:54, par makohaye En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    On prend en otage l’information, on vous fait nviguer à vue, et quand vous débrouillez par vos sources pour glanner quelques infos, on vous traite de non professionnel même quand on sait qu’ils mentent pour on ne sait quoi. A cette allure, l’on risque de regreter l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014. Burkina yakooo !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:03, par DIL En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le RSP conteste des nominations au sein de la troupe,c est tout a fait normal,mais que le RSP se mette a contester des autorites au sommet de l ETAT ,cela n est pas de leur prerogatives et pour rien au monde on ne doit ceder a ce chantage

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:03, par lemarabout En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le problème ce n’est pas la perte des postes ministériels qui est un problème, mais surtout leur sécurité s’ils venaient à quitter le gouvernement.Et qu’attendent les pompiers français ?Que l’incendie se déclenche pour qu’ils puissent trancher ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:09 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    C’est du GRAND n’importe quoi.Je pense que le président Kafando ne maîtrise rien du tout,alors il nous tourne chaque fois en bourrique avec ses commissions,ses cadres de concertation et tutti quanti.EN tout cas chaque fois que je vois le nom gilbert diendéré dans quelque chose,c’est que c’est foutu.Cet assassin il faut le neutraliser sinon la pagaille ne finira jamais au Faso car c’est lui qui instrumentalise les militaires du rsp.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:22, par Epicure En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Plus de doute Michel Kafando n’est pas le président du burkina

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:27 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    A méditer longuement : « 2. Le consensus social sur lequel est fondée la Transition doit être sauvegardé et consolidé surtout à trois mois des élections devant conduire le Burkina Faso au retour à une normalité républicaine »

    Sans passion encore, analysons froidement la situation
    Je ne suis ni pour Zida, ni pour le RSP mais je dis une chose, demander la démission de Zida c’est plonger le Burkina Faso dans de graves troubles et pour cause !
    Si Zida démissionne, c’est tout le gouvernement qui est dissout. C’est comme cela que ça fonctionne. Chaque premier ministre va avec l’équipe qu’il a constituée. Chose normale d’ailleurs puisque son successeur ne va pas prendre prétexte de ce que le gouvernement n’est pas de lui pour justifier certaines de ses lacunes. Si le PM démissionne alors, il faudra des tractations pour nommer un autre premier ministre. Chose peu évidente et je vais y revenir. Si cet oiseau rare est trouvé, il faudra constituer un nouveau gouvernement. Et ce sera le début du cycle infernal. Au moment où il y avait une relative unanimité sur certains sujets, les contestations ont amené à renvoyer certains membres du gouvernement pour les remplacer par d’autres. Les divergences sont plus prononcées actuellement et je vois peu de gens qui seraient l’objet de consensus. Dit autrement, il sera quasiment impossible de trouver des membres de gouvernement que des gens ne contesteraient pas. Et ce sera parti pour des contestations à n’en pas finir. Je puis parier que si c’est le cas, aucun gouvernement ne pourra être validé avant des mois. Que ferons nous alors de l’échéance d’octobre ? Il sera naturellement impossible d’organiser des élections à bonne date. Le report sera le moindre mal. Est- ce ce que nous préférons ? Je doute fort. Ma proposition : que Zida en veuille au RSP ou que le RSP en veuille à Zida, si chacun a pu tenir dans cette situation pendant huit mois, ce n’est pas l’attente de trois mois qui serait impossible. Surtout qu’en arrière plan se dessine l’avenir de toute une nation. Allons aux élections, et au lendemain de l’élection présidentielle toutes les voies de recours seront ouvertes à chacun pour réclamer justice. Qui plus est, Zida ne sera plus premier ministre et le RSP pourrait le convoquer où il veut. Librement. Exiger son départ maintenant, exiger tout maintenant et tout de suite cache une intention malsaine. Vouloir qu’un seul membre du gouvernement démissionne à trois mois des élections c’est souhaiter un report du scrutin et pire, un enlisement de la situation au Burkina Faso. A quel profit ? A chacun de vous de répondre.

    P.S. : J’ai beaucoup de frères au RSP et rappelle ceci à certains : vous avez votre avenir devant vous. Si pour "les intérêts égoïstes" (c’est ce que d’aucuns pensent) de certains de vos chefs vous foncez aveuglement, tant pis pour vous. Eux n’ont plus de père et de mère et leurs enfants sont aux Etats Unis ou en Europe. Et vous qui avez encore papa, maman et des enfants, aurez- vous les moyens de les protéger si votre comportement doit avoir des répercussions sur eux ? En tout cas retenez si vous ne le savez pas encore que certains de plus en plus n’excluent pas cette éventualité. Le peuple a une mauvaise image de vous mais pas au point où il vous est impossible de vous faire une nouvelle virginité. Mais si vous persistez,...soyez prêts à assumer.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:39, par calypso33 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Vaillemment que le peuple continue de se mobiliser comme aux 30 et 31/10/14. Il y’a trop de conflits d’intérêts en cours que nous connaissons. Chacun se bat pour protéger les restes de l’héritage de l’ancien locataire de Kosyam. On verra aussi comment les restes de la dépouille seront gérés.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 11:49 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    En vertu de quoi l’armée se permet elle de immiscée dans les affaires politiques du Burkina nouveau. Je leur rappelle que l’armée est assujettie au politique et aux institutions, que importe qu’elle soit "corps d’élite" ou pas. Il faut un sursaut patriotique pour chasser toute l’armée des affaires politiques et dans l’administration.
    L’armée Burkinabé est corrompue et pourrie. Il y a des gardés au Burkina qui n’ont jamais été sur le champs de guerre si ce n’est que des affairistes seulement et influence le jeu politique. Un militaire qui n’a jamais été sur le front n’a pas de valeur même s’il porte mille barrette.
    il faut que le gouvernement à venir mette la police qui est une force républicaine au centre de sa gouvernance. Son rôle est volé par les militaires et gendarmes au Burkina. Nous voyons ce qui se passe dans les pays où la démocratie marche bien sans influence de l’armée. L’armée dans les casernes ou sur le terrain de guerre.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 12:09, par Sergent-Révolutionnaire En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Il est préférable de permettre que la transition aille juska la la fin de son mandat à l’issue d’ailleurs duquel les membres cèderont la place aux nouvelles autorités qui seront élues. moi je pense qu’ilil y a kelke uns qui, certainment ne voudraient pas la paix dans ce pays (élection, bon deroulment de la transition, faire la lumière sur les différents assassinats et leurs complices présumés et égalment leur condamnation, permettre aux nombreux burkinabé assoiffés de justice de pouvoir en être rassasié, correction de certaines injustices sociales, prises de mesures coercitives et sociales pour tous les burkinabé surtout les plus défavorisés etc.) Faire cela, pour ces ennemis de la Nation, c’est les reléguer au second plan, les rendre moins incontournables avec la perte des avantages qui s’y greffent.
    Vivement qu’il y ait de nouveau burkinabé dans la conscience, dans la morale,dans le comportement ainsi que dans les discours, dans le patriotisme et qu’une pluie divine, naturelle purifie voire boute hors du pays tous les damnés ou démons de Blaise COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 12:12 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Tu n’importe quoi, il faut des decisions courageuses et Kafando n’en est pas capable. Aucun collectif de sages ne pourra defendre le RSP sinon ca sera retour a la case de depart dans quelques annees. Soyons clairs, la revolution doit se poursuivre et elle s’omposera encore a nous dans quelques annees. Le Burkina souffre et il est temps de penser au developpement, tous les autres avancent sauf nous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 12:34, par Bensalam En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Toutes ces concertations sont la preuve que le président KAFANDO est prise en otage par ZIDA et ses OSC car n’ayant aucun pouvoir aussi la preuve que ZIDA a trahit le peuple en faisant semblant de libérer le pouvoir. En quoi est ce que ce gouvernement est un gouvernement civil ?
    Tant que le PM aux allures de président ne démissionnera pas le PF n’aura aucune marge de manœuvre et la transition ne sera que trahison. Laissons le président qui sera démocratiquement élu trancher l’affaire du RSP,

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 12:37, par La Torpille En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Chers frères et sœurs. A tous ceux qui demandent la démission de ZIDA, soyez analystes. Ne voyez vous pas que tout ça n’est que forte manipulation de DIENDERE et compagnie (avec le ullimanatie blaiso derrière).DIENDERE veut tout simplement s’imposer, faire annuler le code électoral, porter son dauphin à la tête du pays et enfin régner en mettre absolu sur le Burkina Faso avec son RSP. L’erreur que nous avons commis est de n’avoir pas terminé notre insurrection par la mise aux arrêts des DIENDERE et ses alliés du CDP. Laissons ce gouvernement conduire la transition jusqu’à son terme. Sinon nous filons tout droit vers une remise en cause des élections du 11 octobre. Et nous pouvons dire ADIOS à notre lutte si chère qui a emporté la vie de pas mal de nos compatriotes. il faut qu’à l’issu de toutes ces concertation qu’on en arrive aux conclusions suivantes :
    - Mettre à l’écart et de façon définitive tous ceux qui constituent un danger pour l’intérêt supérieur de la nation.
    - Laisser cette transition se poursuivre jusqu’aux élections, même si certains éléments sont bons ou pas. Ce sont les institutions qui font un état et non pas seulement les hommes qui la composent car on peut toujours changer les hommes mais les institutions demeurent à vie.
    - Donner les moyens nécessaire à notre gendarmerie républicaine pour assurer la sécurité de notre transition.Si le RSP ne veut pas le faire et ne défend que ses propres intérêt, ce ne sont pas des élites qui manqueront dans l’armée pour le faire.
    - Ne tolérer aucune mutinerie après ces concertations. Ceux qui le feront, se verront arrêter, traduit devant la justice militaire et juger pour HAUTE TRAHISON.
    Si DIENDERE ne se réfugie pas auprès de son maitre en C.I, il risque de mal finir car le scénario I.B en C.I le guette.
    L’ETAT appartient à tous les burkinabè mais pas à un groupuscule d’individus de 1300 hommes qui se dit d’élite. Soyons vigilants et soyons prêts à terminer notre travail du 30 et 31 octobre jusqu’à ce que victoire s’en suive. Comme le disait KARL MARX : la sève nourricière de toute révolte est le sentiment de l’injustice.
    Hei DIENDERE, CELESTE, KERE et consort !!!.Le peuple vous a déjà repéré. Ecartez vous définitivement des institutions de la république maintenant et à jamais car vous constituez un virus, un poison, une gangrène et un cauchemard pour les burkinabè et leurs institutions. Vous êtes une menace pour la paix et la cohésion au BURKINA.
    La patrie ou la mort nous vaincrons !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 12:56, par El_monstro En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Entre nous gens de bonne éducation, quelles sont ces infos plus pernicieuses que les identités de ceux qui ont trucidés les Sankara, Boukary lengani, henri Zongo et autres ? Pourtant on les connait (les commanditaires du moins) et ces personnes circulent librement à Ouagadougou... Placer Zida après le départ de blaise a été un jeu dangereux qui pouvait diviser l’armée mais ces fameux généraux ont avalé sans problème… Qu’ils (RSP et armée compris) supportent les 3 mois qui nous restent et après ils vont régler leur problème entre eux... Pensez-vous être plus vaillant que l’armée américaine, fançaise, allemande et autres ? Plus jamais de militaires dans la politique. C’est une erreur nationale qui date de 1966 et devra bientôt prendre fin.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 13:01, par tièkadiye En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    LeVeilleur, toi, tu es un fervent militant MPP et à ce titre, tu as bien raison, puisque aveuglé par ta soif de retrouver tes avantages perdus. Sinon, Zida n’a jamais été l’espoir de personne d’autre. Zida reste pour moi un traitre, tout comme ceux que tu traites ainsi. Depuis le premier jour, moi j’ai toujours dit non à l’usurpation de la lutte à laquelle j’ai participé depuis des années par ce judas du 21e siècle. Ma position n’a jamais variée et ne variera jamais à ce propos. Tu peux revoir tous mes posts sur les fora. Si Zida était le patriote que vous voulez nous faire croire, alors il démissionnerait de lui-même car son coup a maintenant foiré. Il a trahi Nabéré, mais ça sera difficile de trahir Diendjéré, parce que lui, il risque gros dans cette histoire. Il faut dégommer Zida. Nul n’est indispensable au Burkina, tous mortels que nous sommes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 14:24, par dab En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Dieu pourvoira,gardons le silence,ILcombattra pour nous(peuple du Burkina).Pourquoi avez vous si peur ;pourquoi ètes vous si pessimistes,personne ne demissionne si ce n’est Dieu qui en a decide.c’est Lui qui a le dernier mot sinon que RSP oh,que comité de sage oh ;que OSC oh,tout n’est que histoire.J’ai confiance a mon DIEU et suis certain que la transition arrivera a bon port.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 15:33, par Thinkwice En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le diable sera vaincu du courage à Zida et merci au PF pour sa maniere de regler la crise.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 15:54, par SAPO En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Je ne comprends pas pourquoi Zida s’entête à rester à son poste alors que c’est le hasard qui a voulu qu’il soit là où il est . Il n’y aurait pas eu d’insurrection et lui il sera toujours à côté de Blaise pour lui assurer sa sécurité. Si son maintient doit diviser l’armée, franchement il n’a qu’a rendre sa démission ou à défaut , qu’ il soit destitué. Car une armée désunie ne pourra assurer la sécurité du Burkina faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 16:03, par Bouba En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    En lisant le forum, je me rends compte que certains font un amalgame. Nos jeunes officiers Zida, Céleste, Nikéma, Dao, et autres sont arrivés au RSP seulement à partir de 1996. Même s’il peut avoir des amitiés tout comme de petites rivalités entre eux, ce ne sont pas des problèmes qui intéressent le peuple. ils ne sont ni de près ni de loin mêlés aux Affaires Thomas Sankara, Henri Zongo, Lingani, Dabo Boukari, Oumarou clément, etc. Leur noms n’ont jamais été cités dans l’affaire David Ouédraogo, ni dans l’Affaire Norbert Zongo. Le problème du RSP se résume à un groupuscule affilié au dictateur déchu et au CDP qui qui a toujours utilisé le RSP qui veut aujourd’hui l’utiliser pour semer le désordre et mettre fin à la transition à des fins inavoués. Un point un trait

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 16:51, par yeswedid En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Une seule question ! Et si nous aussi (groupement blinde de PO) exigions la suppression pure et simple du CNT et le depart du president de la transition, qui s’oposera ? nos confreres du RSP ?
    Pardon ne prenez pas les autres bataillons et groupements militaires pour des...........parceque nous aussi nous pouvons commencer a nous activer........

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 16:54, par SAPO En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Je ne comprends pas pourquoi Zida s’entête à rester à son poste alors que c’est le hasard qui a voulu qu’il soit là où il est . Il n’y aurait pas eu d’insurrection et lui il sera toujours à côté de Blaise pour lui assurer sa sécurité. Si son maintient doit diviser l’armée, franchement il n’a qu’a rendre sa démission ou à défaut , qu’ il soit destitué. Car une armée désunie ne pourra assurer la sécurité du Burkina faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 17:11, par yeswedid En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Une seule question ! Et si nous aussi (groupement blinde de PO) exigions la suppression pure et simple du CNT et le depart du president de la transition, qui s’oposera ? nos confreres du RSP ?
    Pardon ne prenez pas les autres bataillons et groupements militaires pour des...........parceque nous aussi nous pouvons commencer a nous activer........

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 17:47 En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Peuple Burkinabé, voyez vous que Blaise, Diendéré n’ont jamais aimé le Burkina. Ils ne sont jamais des patriotes. Mais c’est Dieu seul le guide du vaillant peuple Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 19:35, par Le loup En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Bonjour ! Mr, Zida se croit indispensable pour le Burkina, et il a vite oublié la sagesse du Président Blaise sur la proposition de l’armée a accepté démissionner. Il doit comprendre que le Burkina n’est pas une église.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet 2015 à 21:43, par Ampasso En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Soutien. Vous êtes le président de tous les Burkinabés. Les déstabilisateurs sont en activité mais on les a déjà démasqués. Que Dieu bénisse le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2015 à 07:22, par Baloua-Pers En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Internaute Zabre Wat.
    Au grand maux les grands moyens dit-on ! Afin de faire face à l’équation du RSP, la transition peut s’éloigner de Ouaga, j’ai beaucoup de respects pour vous et l’opinion que vous exprimez, quelqu’un d’autre à proposer Koupela. Donc, tu voies je ne suis le seul à avoir proposé une solution spatiale à la crise que nous impose le RSP. Par ailleurs, sais-tu que Brazzaville a été la capitale de la France libre et que pendant un certain temps la voix de la France libre émettait depuis Londres ? Peut-être que tu ne mesures assez pas l’ampleur de pression du RSP sur le gouvernement. Tu sais, la démographie du Burkina Faso a connu des évolutions remarquables. Les anciennes grilles de lecture ne sont plus pertinentes. Par conséquent, ta référence au MAO est un chiffon rouge qui me laisse totalement insensible. Je ne sais pas ce que cela veut dire ’’petit régionaliste’’ Personne au Burkina n’est tombé du ciel, nous appartenons tous, autant que nous sommes, à une famille qui est installée quelque part sur ce territoire qui s’appelle le Burkina Faso. Par ailleurs, au cas tu ne ferais pas le lien sais-tu que le gouvernement a créé 13 régions au Burkina Faso ? Souffre donc que fasse ma proposition. Le gouvernement de la transition n’a apparemment pas encore trouvé la réponse à la question du RSP. Donc la réponse que je propose est que la transition s’installe à Bobo-Dioulasso pour délibérer librement et sans pression pour les trois mois restants.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2015 à 10:17, par mr le sage En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Le gouvernement doit déménager à Bobo pour donner plus de chance d’aller aux élections libres et transparent après les trois mois.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2015 à 13:50, par tengen-biga En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Soutien au Cadre de Concertations des Sages. Soutien au Président Michel Kafando, Soutien au gouvernement et autres institutions de la transition. Soyons tranquilles. Rien ne peut vaincre ce peuple. Le CCS a déja donné le ton. Et je pense que ca augure de lendemain meilleur.
    Quand aux fossoyeurs de la transition , je rappelle ceci :
    — -Des ministres ont détourné des sommes colossales dans ce pays et le RSP était là, et il n’a pas demandé la démission d’un Premier Ministre
    — -Des soldats du RSP ont été utilisés comme milice par Mr Francois Compaoré et ils ont torturé David Ouedraogo jusqu’à ce mort s’en suive, et le RSP était là. Mais il n’ont demandé le retrait de militaires du gouvernement de l’époque ;
    — L’étudiant Dabo Boukary est mort dans les géoles du conseil sans que ces soldats du RSP ne demande des comptes à leur hiérarchie,
    — Des officiers comme Lingani, Henri Zongo ont été tués en dehors de toute procédure judiciaire et le RSP (son ancêtre) était là, et ils n’ont pas demandé la démission de personne
    — je peux continuer mais je m’arrête.

    Je viens de montrer que les revendications du RSP sont de la surenchère et étonnantes. Elles ne sont ni dans l’intérêt de l’armée ni du peuple du Burkina Faso.

    Nous le savons et ne nous laisserons pas abuser.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2015 à 13:53, par tengen-biga En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    Je sais que beaucoup de membres du CCS ne vont pas céder à la pression du RSP. Même le fusil sur la tempe, ils vont dire la vérité et nous indiqué le droit chemin. Je me tiens prêt pour suivre ces recommandations jusqu’à preuve du contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2015 à 16:25, par Le voyant En réponse à : Situation nationale : La présidence du Faso communique

    ZIDA tu as la main de DIEU,de JESUS,de MAHOMET et des ancêtres du Burkina et personne ne pourra empêcher ta volonté de conduire le Burkina à l’élection.Les fauteurs de troubles veulent toujours de Blaise.Blaise ne va plus jamais gouverner le Burkina.Tôt ou tard le RSP va quitter KOSSYAM.Vu tout ce qui se passe au pays actuellement,je confirme mes dires et je le répète le MPP peut faire face à cette capacité de nuisance du CDP de Blaise et de François.Puisque le MPP connait tous les points faibles et forts de Blaise.Je suis sûr que Blaise ne consomme pas jusqu’à présent son départ forcé et il va se venger à travers ses valets locaux.Mais les fondations du Burkina sont inébranlables.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés