Conflit foncier à Odmbo au Mali : Les 535 réfugiés de Kain ont regagné le bercail

vendredi 10 juillet 2015 à 02h52min

Hassane Sawadogo, gouverneur de la région du Nord et Kaman Kané son homologue de Mopti (Mali) ont effectué une mission conjointe à Kain, commune rurale burkinabè frontalière au Mali. Les deux autorités ont rendu visite à 535 ressortissants maliens du village dogon de Ombo qui se sont massivement déplacés à Kain dans la province du Yatenga, suite à un conflit foncier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conflit foncier à Odmbo au Mali : Les 535  réfugiés de Kain ont regagné le bercail

Après un accueil au poste frontalier de Yensé par la partie burkinabè, les deux autorités et leurs délégations ont effectué le déplacement sur le site de l’école publique « A » de Kain où sont hébergés les déplacés. C’est dans la salle des fêtes de la mairie de Kain que Zoumana Traoré, Président de la délégation Spéciale de cette localité a indiqué que depuis le 2 juillet 2015, sa commune a connu une arrivée massive des populations du village de Ombo situé à 15 kilomètres en territoire malien. L’alerte ayant été donné, le processus de secours d’urgence a été déclenché en collaboration avec la direction régionale du Nord de l’action sociale et de la solidarité nationale.

A l’origine, un conflit foncier

A entendre le préfet du cercle de Koro (Mali) dont dépend le village de Ombo, Le conflit foncier date de 2004, entre les frères de Ombo, Sana et Sardou qui ont tous le même ancêtre avec un patrimoine foncier commun. Suite à une mésentente dans l’exploitation des terres, la justice malienne a été saisie et elle a tranché dans le sens de l’équité et de la cohésion au sein de la société. La décision de justice a stipulé à en croire le préfet, que chacun devrait continuer dans son exploitation agricole d’antan. Contre toute attente, ajoute amèrement l’autorité locale, c’est en début de cette saison hivernale qu’une partie de la population de Ombo s’est opposée à ce que les autres exploitent la terre commune. Dans les confrontations avec des armes blanches et des armes à feu, il y a eu un mort, et des blessés du côté des populations et des forces de sécurité. Dans l’intention de calmer la situation et procéder à l’interpellation des meneurs, les forces de sécurité ont fait une descente sur le terrain. Les meneurs, par la désinformation, ont porté la psychose dans le village en faisant croire que les forces de l’ordre allaient procéder à une violente répression. D’où la fuite des populations au-delà de la frontière.

Le gouverneur de Mopti rassure ses compatriotes

Dans l’objectif de rassurer les déplacés que leur sécurité n’était nullement menacée, un meeting a sur place été organisé avec les 535 déplacés. En langue Bambana, les populations ont étalé leurs inquiétudes et ont demandé des garanties sécuritaires. Pendant environ une trentaine de minutes, le gouverneur de Mopti et ses collaborateurs ont de leur mieux rassuré les uns et les autres. « Je vous donne ma parole que vous ne serez pas inquiétés à votre retour. S’il y a un problème je vous prie de m’appeler directement sur mon contact que je mets à votre disposition » a martelé Kaman Kané. Le porte- parole des déplacés sous des ovations de ses camarades a conclu au terme de l’échange « Nous sommes contents et rassurés par votre visite et dès cet instant nous allons préparer nos bagages pour rejoindre notre pays. »

Le gouverneur de la région du Nord, Hassane Sawadogo a témoigné toute sa satisfaction quant à la promptitude et la bonne collaboration de son homologue de Mopti. Il a ensuite souhaité que les relations transfrontalières soient bonnes pour une cohésion sous- régionale. Au terme de la mission, les deux parties ont estimé que l’objectif était atteint. Aux dernières nouvelles, tous les déplacés ont plié bagages dans la matinée du mercredi 8 juillet 2015 pour rejoindre leur village afin de s’occuper de leurs travaux champêtres, à la grande satisfaction des autorités locales de Kain d’une part, et des autorités des régions du Nord et de Mopti d’autre part.

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés