Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

« La Transition veut des gens sereins qui assument leurs déclarations et qui apportent les preuves », dixit Marie Joseph Achille Tapsoba

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 8 juillet 2015 à 05h24min
« La Transition veut des gens sereins qui assument  leurs déclarations et qui apportent les preuves », dixit Marie Joseph Achille Tapsoba

Face à la crise que traverse la transition depuis le 28 juin dernier, les partis politiques du Groupe de l’Appel du 9 avril 2015 contre l’exclusion ont donné de la voix à travers une conférence de presse tenue dans la matinée de ce mardi 7 juillet 2015 à Ouagadougou. Occasion pour les responsables de cette coalition de battre en brèche les accusations dont ils ont été l’objet par certaines organisations de la société civile.

Quelques heures après la sortie de la coalition des organisations de la société civile, sortie au cours de laquelle elle a, à propos de la crise, accusé l’ancien régime de tirer les ficelles, les partis politiques signataires de l’appel du 9 avril 2015 composés entre autres de l’ancienne majorité, ont rétorqué en niant toute implication dans la crise entre Zida et le Régiment de sécurité présidentielle (RSP).
« On n’accuse pas gratuitement parce qu’on est obnubilé politiquement. C’est de la surenchère inutile. La Transition veut des gens sereins qui assument leurs déclarations et qui apportent les preuves », a souligné Marie Joseph Achille Tapsoba, vice-président et porte-parole du CDP.

Pour les partis politiques signataires de l’appel du 9 avril 2015, en tant que partie prenante à la signature de la Charte de la Transition, les partis du Groupe de l’Appel du 9 avril 2015, se préoccupent de cette confrontation qui pourrait entraver la marche des institutions de la transition, dont la mission essentielle est d’organiser des élections de fin de transition libres, transparentes et crédibles.
« En effet, des informations concordantes recueillies à ce jour, il apparaît que la crise du 30 décembre 2014 entre le Premier Ministre et le RSP était liée à une contestation de nominations dans des fonctions militaires. Celle du 4 février 2015 avait trait au manque de réalisation des accords passés y relatifs. Contrairement à ces deux précédentes crises qui opposaient le Premier Ministre à son corps d’origine le RSP, cette fois-ci, il s’agit d’une crise qui l’oppose à toute l’Armée, avec à l’origine, une affaire de manipulation », ont-ils confié dans leur déclaration liminaire avant d’appuyer que le Groupe de l’Appel du 9 avril 2015 tient à affirmer qu’il n’a aucun intérêt à une détérioration quelconque de la situation politique nationale qui puisse remettre en cause le bon déroulement du processus de la transition.

« La transition roule pour une partie des Burkinabè »

Sur la question du RSP, et selon René Emile Kaboré, à force de parler de l’Armée, on livre des secrets. « L’armée n’est pas une affaire qu’on discute dans la rue. Même dans une famille, ce n’est pas de tout qu’on parle avec tout le monde », a déploré René Emile Kaboré, président du RSR, pour qui, il est temps de mettre de côté les préoccupations purement personnelles. « On a la chance d’avoir un instrument comme le RSP. Il faudrait le mettre à contribution pour être un parapluie par rapport aux menaces qui peuvent venir de l’extérieur », a soutenu le président de l’UNDD, Hermann Yaméogo, ajoutant que « la question du RSP dépasse le RSP ». De son avis, s’il y a la cohésion dans l’Armée, c’est la sécurité nationale qui gagne. Ajoutant qu’il appartient au prochain régime qui sera constitutionnellement élu de s’appesantir sur la question du RSP.

Sur la marche globale de la transition, les animateurs de la rencontre ont déploré ‘’l’esprit d’exclusion qui a prévalu dès le départ’’. Ils relèvent entre autres, la configuration du CNT où l’ancienne majorité et ses alliés sont ‘’sous-représentés’’ par rapport à des forces « qui ne représentent rien du tout mais ont un siège ». Une autre illustration soulevée est le ‘’fait’’ que dans le cadre de la justice, pour les mêmes motifs, certains sont interpellés puis relâchés tandis que d’autres sont incarcérés. « La transition roule pour une partie des Burkinabè », ont dénoncé donc les partis politiques signataires de l’appel du 9 avril 2015 avant d’appeler le processus à se départir des positions partisanes pour travailler pour tous les Burkinabè.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés