Situation politique nationale : La lecture du PDS/METBA

mercredi 8 juillet 2015 à 01h16min

A l’issue de la réunion le 4 juillet dernier de son Bureau Exécutif National, le PDS/Metba a entre autres adopté la présente déclaration relative à quelques questions politiques actuelles.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation politique nationale : La lecture du PDS/METBA

I - SUR L’EVENTUALITE D’UNE PROLONGATION DE LA PERIODE DE TRANSITION

Le PDS/Metba considère que la durée du mandat de la Transition (article 20 de la Charte) fixée à 12 mois est un délai convenu de commun accord entre les parties signataires de la Charte d’une part, entre celles-ci et les partenaires internationaux qui soutiennent la Transition d’autre part. Cette durée s’impose donc à tous les responsables et à tous les acteurs de la Transition. C’est en fonction de cette durée que sont élaborées dès le départ les décisions de mise en œuvre des objectifs que les autorités et les acteurs de la Transition considèrent comme prioritaires pour la période.

Il était particulièrement évident dès le départ que tous les changements et les réformes souhaités par le peuple burkinabé, sa jeunesse et ses forces vives qui ont mené l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014, ne pouvaient être menés à terme dans la courte période fixée pour la Transition.

Aujourd’hui, à trois mois environ des élections présidentielle et législatives, le PDS/Metba juge absolument infondée et inopportune, l’institution d’un débat sur une prolongation éventuelle de la Transition. Il ne s’associera donc pas à ceux qui, sous des prétextes multiples, veulent justifier bien tardivement une éventuelle prolongation du mandat de la Transition.

II - SUR LA PROPOSITION D’ELABORER UNE NOUVELLE CONSTITUTION

Un autre débat national a été lancé au début de juin 2015, officialisé par l’initiative du Président du Conseil National de la Transition (CNT) qui organise depuis le 30 mai 2015, de grandes conférences régionales sur le sujet.

Le PDS/Metba considère qu’il s’agit là d’une question très importante, qui aurait du s’imposer à la réflexion des premiers responsables et de tous les acteurs de la Transition, aussitôt après la victoire de l’insurrection populaire.

La Constitution actuelle accorde au Président du Faso, quasiment tous les pouvoirs d’un monarque, dispensé par ailleurs de rendre compte de son action au peuple et de l’obligation de s’expliquer même dans les situations les plus graves. Dans son fonctionnement comme dans son action de contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale est fortement dépendante du bon vouloir du Gouvernement. Par ailleurs, c’est le Président du Faso qui nomme les Présidents des hautes juridictions, tandis que son ministre de la justice peut museler, disperser et briser la carrière des magistrats « non acquis » qui veulent croire à l’indépendance de la justice. En 2012, il avait réussi à faire introduire dans l’actuelle Constitution des modifications très discutables, destinées essentiellement à lui accorder l’impunité pour les crimes qui pouvaient lui être imputés et à lui assurer le soutien politique de certaines couches de la population (la chefferie coutumière, les femmes).

Cependant, la solution généralement admise au départ de la Transition, était le toilettage de la Loi fondamentale, afin de verrouiller l’article 37, de mieux équilibrer les différents pouvoirs (exécutif, parlementaire et judiciaire) et de supprimer les dispositions relatives au Sénat.

Pour le PDS/Metba, l’élaboration d’une nouvelle Constitution peut être une bonne solution pour prendre en compte les leçons de l’expérience historique de notre pays dans l’organisation et le fonctionnement équilibré des institutions dans un Etat démocratique. La question est cependant de savoir sur quelle période une telle Constitution peut-être élaborée ? Cette période ira-t-elle au-delà des élections du 11 octobre 2015 ? Si oui, les travaux entrepris peuvent-ils lier les autorités mises en place à partir de ces élections, lesquelles auront été élues sur la base de la Constitution actuelle ?

Dans tous les cas, une Constitution doit traduire la volonté et l’accord de tous les citoyens de vivre ensemble dans le même pays, en respectant des règles admises par tous, en se soumettant aux mêmes obligations et aux mêmes lois, en bénéficiant tous des mêmes droits et des mêmes libertés, ainsi que de la sécurité et de la protection de l’Etat et de ses institutions. Elle doit donc recueillir le consensus le plus large auprès des différentes couches sociales et forces vives de la nation.

Le PDS/Metba estime de ce fait que l’élaboration d’une nouvelle Constitution, ou tout au moins celle de son avant-projet, ne peut pas être l’affaire des seuls technocrates et ne peut se faire dans la précipitation. Elle nécessite d’y convier les représentants de toutes les couches sociales, de toutes les forces vives, de toutes les forces sociales, de toutes les communautés et de toutes les régions, afin de débattre largement des dispositions à prendre en compte. Le PDS/Metba est pour sa part, prêt à y participer pour apporter en toute responsabilité, sa contribution à l’écriture d’une Constitution résolument démocratique pour le Burkina Faso.

III – SUR LES DECLARATIONS RECENTES DE CERTAINS RESPONSABLES POLITIQUES

La presse nationale a rendu compte de ce que le Président de « Le Faso Autrement » aurait accordé le 8 juin au journal « Jeune Afrique » une interview dans laquelle il aurait dit : « J’ai trois atouts principaux. Je suis Moagha du plateau central, et les Mossis sont une forte composante du Burkina Faso. Je suis aussi musulman, ce qui n’est pas rien dans un pays où 70% des gens le sont également. Enfin, comme je vous l’ai dit, j’ai un vaste réseau de relations utiles dans le cadre de la diplomatie de développement que nous souhaitons mettre en place. » L’ethnie ou la religion ne peuvent constituer des atouts ou des arguments de référence pour un démocrate burkinabé, et les réactions de l’opinion ou des internautes, malgré les regrets exprimés par « Le Faso Autrement » et la mise au point de son Président précisant que « Jeune Afrique » avait tronqué et dénaturé ses propos, en sont une bonne confirmation.
De même un journal de la place a attribué au Vice-Président du MPP pour la région du centre la déclaration suivante qui aurait été faite le 10 juin 2015 à ses militants, au cours d’une réunion de la Coordination des marchés et yaars du MPP : « Préparez vos fusils, munitions, couteaux pour accompagner Rock à Kossyam ». Il parait heureusement que la phrase aurait été mal rapportée, qu’elle a été sortie de son contexte et qu’il ne s’agissait que d’une image utilisée par son auteur. C’est donc le lieu d’appeler aussi les médias à plus d’objectivité et de professionnalisme dans la couverture des évènements et des déclarations des politiques, afin de rendre compte de façon juste, des faits et des propos des hommes politiques.

Toutes ces dérives langagières regrettables et inacceptables si elles avaient été effectivement tenues, pourraient avoir pour conséquences de dresser artificiellement les burkinabé les uns contre les autres sur des bases foncièrement contraires à leurs propres intérêts. Le PDS/Metba espère que la leçon a été amplement tirée par les journalistes, ceux auxquels on les a attribuées et tous les autres acteurs politiques.

IV – A PROPOS DE L’AVENIR DU REGIMENT DE SECURITE PRESIDENTIELLE

En février 2015, à la suite du projet d’interpellation violente dont le Premier Ministre Isaac Zida risquait de faire l’objet de la part du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), projet qui l’avait contraint à se rendre matinalement au palais du Mogho Naba, le Président du Faso avait longuement conféré avec les chefs de l’armée. Il avait ensuite annoncé qu’une commission militaire devait être mise sur pied pour soumettre dans les trois mois un rapport sur la réforme de l’armée et l’avenir du RSP. Le 12 juin dernier, après la présentation au Conseil national de Transition (CNT) de son rapport sur la situation de la nation, le Premier Ministre, répondant à la question d’un député de la société civile a déclaré : « ….. l’armée a besoin du RSP, le pays a besoin du RSP……. Ça fait 20 ans que je suis au RSP, je connais les capacités de ce régiment, je confirme que nous en avons besoin ». Cela sous-entend qu’à court terme, il ne serait apporté aucune modification à la situation de ce régiment. Des fuites sur le rapport de la commission militaire, parues dans la presse, préciseront que c’est aux premiers responsables du RSP que la charge de rédiger le rapport sur l’avenir du RSP aurait été confiée. Dans ces conditions, on ne peut pas s’étonner de ses conclusions dont l’objectivité devient alors douteuse.

Si ces informations parues dans la presse et non démenties étaient avérées, et même s’il n’est pas compétent dans le domaine militaire, le PDS/Metba pose les questions suivantes : 1-pourquoi les principaux éléments et conclusions du rapport de la commission militaire ne sont-ils accessibles à tous ? 2- pourquoi avoir confié l’examen de l’avenir du RSP aux premiers responsables de ce régiment ? 3- si l’unité militaire qu’elle constitue est « utile », pourquoi ne peut-on rien changer au RSP, ni sa localisation autour du palais de Kossyam, ni son nom, ni sa mission dans la sécurité présidentielle ?

Depuis les derniers jours du mois de juin, la ville de Ouagadougou bruit de rumeurs confirmées partiellement par les médias. On dit qu’un bras de fer opposerait à nouveau, après les incidents similaires du 30 décembre 2014 et du 4 février 2015, le RSP et le Premier Ministre Yacouba Isaac Zida, ancien n°2 de l’unité, avant le 31 octobre 2014. Ce dernier aurait été menacé à nouveau d’arrestation par ses anciens camarades du RSP le 28 juin 2015, au retour de son voyage en Asie. La gendarmerie aurait auditionné dès le lendemain certains chefs du Régiment, déclenchant des réactions d’humeur de leurs soldats. Certains avancent même qu’il y a eu lutte entre partisans et adversaires de l’ancien n°2 du RSP, suivie de l’arrestation de quelques soldats !

Il est inconcevable qu’au sein de l’armée nationale, une unité que beaucoup considèrent comme « d’élite », puisse de son propre chef, menacer volontairement et à plusieurs reprises, l’intégrité physique d’une institution de la Transition, à savoir le chef du Gouvernement, de surcroît ministre de la Défense. Il est inacceptable que le RSP, parce qu’il est mécontent de son ancien chef, s’ingère dans le fonctionnement de l’Etat et perturbe ainsi gravement la marche de la Transition.

Le PDS/Metba estime que les agissements du RSP remettent en cause son maintien comme unité chargée de la protection des institutions ainsi que son casernement au sein du palais présidentiel de Kossyam.

V – SUR LES ENQUÊTES POUR CRIMES ECONOMIQUES

Après la victoire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2015, chacun pensait que la lutte contre les détournements des deniers publics et l’enrichissement illicite connaîtrait rapidement des avancées rapides, alimentée notamment par les dossiers de l’Inspection Générale d’Etat devenue Autorité supérieure de contrôle de l’Etat (ASCE), qui étaient systématiquement enfermés à clef dans les tiroirs des Premiers Ministres et du Président du Faso, sous l’ère Compaoré. La création en Avril 2015 de la Haute Cour de justice auprès du CNT, et les premières interpellations opérées apparemment dans ce cadre, avaient paru donner une nouvelle consistance à cette lutte. Plusieurs mois après, le PDS/Metba est au regret de constater que les choses restent en l’état.

Le PDS/Metba pense traduire le vœu de tous en demandant que les enquêtes sur les crimes économiques commis contre les ressources publiques soient menées rapidement et en profondeur et que justice soit effectivement rendue à notre peuple.

Ouagadougou le 04 juillet 2015
Pour le BEN du PDS/Metba
Le Président

Philippe Ouédraogo

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 juillet 2015 à 11:02, par sidpawalimdé
    En réponse à : Situation politique nationale : La lecture du PDS/METBA

    nous sommes dans un état de droit et ce sont les subtilités juridiques notamment la compétence des juridictions en présence qui plombent la volonté volonté populaire. ainsi, comme au temps de l’Amérique des chérifs, tous les mouvements associatifs et de citoyenneté doivent avoir un minimum de prérequis juridique qui guide leurs actions pour que les luttent ne soient une construction de la case des singes : les uns font, les autres defont

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2015 à 11:46, par sidpawalimdé
    En réponse à : Situation politique nationale : La lecture du PDS/METBA

    "Il ne s’associera donc pas à ceux qui, sous des prétextes multiples, veulent justifier bien tardivement une éventuelle prolongation du mandat de la Transition". ceux qui veulent une éventuelle prolongation du mandat de la Transition se recrutent parmi les exclus naturels et légaux de la compétition d’octobre 2015 d’une part, et les partis nouvellement créés ou affaibli par l’insurrection, les partisans d’une certaine révolution ;
    les exclus naturels sont ceux qui sont dans les organes de la transition frappés par les textes de la transition :( membres de gouvernements, députés CNT etc.) Pour certains eux notamment les opportunistes pécuniaires , la fin de la transition signifient, la fin des haricots. pour d’autres, notamment les politiciens ; une prolongation de la transition leur permettrait d’avoir et des moyens pour t plus visibilité dans leur zone d’influence..
    Les exclus légaux sont frappés par le code électoral en application des dispositions de la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance.,cette mesurent ne frappent que quelques individus qui espèrent s’en sortir par un consensus
    les nouveaux partis et les partis affaiblis par l’insurrection espèrent gagner de visibilité ou en restructuration par une prolongation de la transition ; pour ce groupe la fin de la transition signifie accompagner les autres à kossyam
    les partisans d’une certaines révolution, pensent que la durée de la transition ne permet pas les reformes nécessaires pour une transformation souhaitée de la société par l’insurrection sinon les victorieux d’octobre ne sentiront pas obligés d’application des projets de reformes .
    Aussi ont -ils fédéré leurs arguments pour LE BAABENDA actuellement servi

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2015 à 15:18, par Lui
    En réponse à : Situation politique nationale : La lecture du PDS/METBA

    Vous au moins vous avez une position claire et logique face aux agissements honteux et indignes d’une republique contrairement à certains presidents de partis politiques qui ont tous peur du RSP et de Dienderé. C’est face à des situations pareilles qu’on peut savoir quel candidat sera capable de diriger le Burkina Faso et surtout d’assumer ses responsabilités de Chef Supreme des Armées !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2015 à 17:23, par TRAORE Alain Maurille dit TAMK
    En réponse à : Situation politique nationale : La lecture du PDS/METBA

    Déclaration courageuse du PDS/METBA, je crois que les partis politiques doivent se prononcer sur les sujets majeurs qui alimentent l’échiquier national (RSP ou l’armée, la nouvelle constituante) parce que ces sujets peuvent sérieusement impacter leur existence. Là où le bas blesse ici c’est les non dits et vous savez généralement le diable se trouve dans le détail. C’est pourquoi, je pense que la grande muette doit ne devra plus l’être parce qu’elle est beaucoup engagée sur le terrain politique, il faut communiquer.
    DIEU BENISSE LE BURKINA SES FILLES ET FILS SON ARMEE ET SES HOMMES POLITIQUES

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés