Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

lundi 6 juillet 2015 à 23h30min

Au soir des pillages et autres actes de vandalisme qui ont succédé à la chute du régime Blaise Compaoré, face à l’embrouillamini né du rêve d’une partie des populations de voir prendre les rênes de l’Etat par leur idole, Kwamé Lougué et la ‘’logique’’ de la conduite du navire par le chef d’Etat-major général des Armées, l’irruption de Zida pour mettre fin au grand « risque du chaos » est apparu aux yeux du citoyen lambda comme un acte salvateur, un grand soulagement. Que les étapes et autres disciplines de l’Armée aient été ‘’brûlées’’ sont une chose sur laquelle on ne s’attarder.

L’arrivée de Zida comme ‘’troisième larron’’ avait pourtant été déterminante. Car, dans de pareilles situations, laisser le pouvoir vacant pendant longtemps était un potentiel risque d’enlisement. Si cette étape a été une réussite, il faut incontestablement rendre un hommage soutenu à l’ensemble de la grande famille de l’Armée, en commençant par la hiérarchie qui, certainement, a voulu que la République soit préservée.

A la suite de la confusion dans la journée du 02 novembre 2014, le lieutenant-colonel Zida installera, dans la soirée, son quartier général au siège du Conseil économique et social. Le décor venait ainsi d’être planté pour les consultations relatives à la mise en place des organes de la transition. Le pire que beaucoup de Burkinabè craignaient venait aussi d’être évité. C’était désormais des jours et des nuits sans repos pour celui-là qui, du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) son corps d’appartenance, était jusque-là un parfait inconnu d’une grande partie du public burkinabè. Entouré de ses « jeunes frères d’arme », c’est avec admiration que l’homme dirigeait les « choses » (consultations avec les différentes forces-vives). On revoit encore ce lieutenant-colonel en tenue bariolée, accompagnant chaque délégation jusqu’à l’escalier du bâtiment où il posait pour des séances photos pour ensuite retourner à son bureau pour le groupe suivant.
Ambiance studieuse mais pleine d’admiration pour la dextérité avec laquelle cette étape décisive a été conduite jusqu’à la finalisation de la Charte.
De fil en aiguille, la Charte de la transition a été signée par l’ensemble des forces-vives de la nation. Le dimanche 16 novembre 2014, « jour historique », dans la cuvette de la Maison du Peuple, paré des couleurs nationales dans une ambiance a grand renfort de slogans évocateurs, le lieutenant-colonel Zida a bien mérité le statut de « héros » dont les uns et les autres l’ont affublé.
« Après les nombreuses marches, les meetings, les meetings recto-verso, on peut être tenté de se demander qui a gagné et qui a perdu. En première analyse, certains diront que c’est l’opposition politique, ou c’est la société civile qui a gagné ; ou encore c’est un tel plutôt que tel autre qui a perdu. Mais, au-delà de l’évidence et de la volonté d’appropriation de cette victoire, compréhensibles du reste, une approche plus vertueuse devrait placer au centre, le Peuple burkinabè tout entier, car le coq chante pour tout le village, mais il a un seul propriétaire. Sous cet angle, il s’agit donc de tous les Burkinabè, incluant même ceux-là qui ont osé défier l’intégrité et la bravoure de ce même peuple », avait campé le lieutenant-colonel aux lèvres duquel était accrochée toute l’assistance.
Puis, il poursuit : « Forces-vives de la Nation, y compris les Forces de Défense et de Sécurité, je salue du haut de cette tribune votre patriotisme et votre attachement à la construction d’une nation libre, forte, solidaire et prospère. Je voudrais avant tout rendre grâce à Dieu, qui n’a pas permis que notre pays se déchire et sombre dans le chaos, comme certains oiseaux de mauvais augure le prédisaient ….
Concernant l’œuvre de reconstruction, nous exhortons toute la communauté nationale à comprendre que toutes les filles et tous les fils de notre pays doivent y prendre part. C’est pourquoi nous pensons que cette transition qui se met en place se doit d’être inclusive.
Pour notre part, après avoir relevé le défi de la cohésion au sein de l’armée et assuré la continuité de l’Etat, notamment en arrêtant les pillages, les actes de vandalisme, les velléités de règlements de compte et les menaces d’affrontements qui auraient entraîné notre pays dans la guerre civile, les Forces de défense et de sécurité s’engagent à accompagner le processus de transition, conformément à la Charte qu’elles ont contribué à élaborer ». Mission accomplie !
La liesse populaire, le bain de foule et les qualificatifs qui ont accompagné le lieutenant-colonel, Chef de l’Etat, Isaac Yacouba Zida, traduisaient toute la reconnaissance de la Nation à un de ses vaillants fils. « Lui, c’est un Thomas Sankara… Tu es un digne fils de ce pays... », lançait un jeune admirateur au milieu du dispositif formé dans la cour de la Maison du Peuple jusqu’à la sortie.

Zida devait-il disparaître de la scène publique, à partir de cet instant ?

En tout cas, c’était, en son temps, l’opinion de nombre d’observateurs. Dès sa nomination à la tête de l’exécutif, ils étaient nombreux à « voir venir les choses », convaincus que, comme la plupart des militaires sur le continent arrivés aux affaires dans des conditions similaires, Zida n’aurait cédé le pouvoir (la Présidence du Faso) sans la pression qui a été exercée sur lui par les forces-vives. Dès lors, le lieutenant-colonel quittait sa tenue militaire pour le costume, synonyme d’un passage de la ‘’gestion programmatique’’ à la ‘’politique’’. Soit-on dans une période de transition.

Le mythe qui se cachait derrière l’homme de tenue commence à s’effondrer. ‘’Aidé’’ en cela par certaines sorties et actions publiques sur des questions nationales qui n’ont pas été épargnées par la critique et qui ont soulevé des questionnements sur les motivations réelles du désormais Premier ministre.

Le 30 décembre 2014, le Premier ministre affrontait la première protestation de ses anciens camarades face à la « nouvelle politique réservée au régiment » suivie des mouvements du 4 février qui ont fait avorter le Conseil des ministres, le contraignant à se retrouver sous le tutorat du Mogho Naaba. Zida est incontestablement ‘’ touché’’. Ce qui se traduit par sa rareté sur la scène publique, notamment dans les médias. Il se fait plus discret, moins prolixe et sa tiédeur ne passe pas inaperçue.

La crise enclenchée depuis la fin de la semaine dernière vient renforcer la conviction de tous ceux qui ont craint que son passage de la tenue au costume soit une voie ouverte vers la petite porte de sortie de l’histoire. Ce qui va être un véritable gâchis pour un homme qui aurait pu capitaliser un parcours héroïque.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juillet 2015 à 21:39, par Le Citoyen honnête. En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    C’est le mythe du pouvoir. Zida aurait pu s’entourer de conseillers plus compétents que les zouaves de la société civile qui n’ont aucune vision de la chose politique. Le citoyen honnête.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2015 à 22:55, par L’intègre En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Merci et merci pour ce travail de reconstitution et qui doit faire réfléchir chacun sur la place dans la marche de la nation. Blaise est où, malgré sa force ? Donc, faisons énormément attention car, si l’âne va te terrasser, tu ne vois pas ses oreilles.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2015 à 23:09 En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Belle analyse de la situation. Ce qui est intéressant au Burkina ici, c’est que tout le monde fait semblant. On voit la réalité mais on joue aux hypocrites. C’est dommage pour un pays qui se veut sérieux. Regardons nous-mêmes, ans passion. Qu’Est-ce que nous avons pu capitaliser dans ce pays ? Rien du tout. Dieu, Sauve mon Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 03:30 En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    zida me rappeller IB. J’espere me tromper sur la fin.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 07:28, par le profane En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Le burkinabé aime juger sur la base des derniers faits.le rappel du journaliste est pertinent mais dites moi,quel homme d’état au pouvoir pourrait-il conserver son capital de sympathie dans une telle situation ?faites le tour des pays et vous verrez que passés les moments d’euphorie,les hommes sont rattrappes par les questions nationales.dans les faits,personne n’a réellement remis en cause sa nomination au premier ministère.nous avons certes émis des réserves mais pas une opposition.dans tous les cas il fallait que quelqu’un se sacrifiat pour que ce pays reste debout.oui pour les critiques mais reconnaissons son mérite dans la conduite de certaines affaires en cette période trouble du fait du pauvre RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 07:51, par Sèrègadein En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    D’autres considérations non avouables ont milité à l’ascension de ZIDA au sommet de l’Etat. Indépendamment de sa volonté, il avait un atout que le général TRAORE par exemple n’avait pas c’est son appartenance communautaire et culturelle. Il était bon aussi de rappeler que le général TRAORE qui devait légitiment hérité du pouvoir au regard de sa position de chef d’Etat major général de l’armée a été considéré plus proche de Blaise que ZIDA qui relevait du RSP. Ce sont les mêmes considérations qui ont desservi le général LOUGUE qui s’est fait écrabouillé les jambes. De toute façon ce sont des choses sues et qui se disent et abondamment même si l’auteur de l’article feint de l’ignorer.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 08:24, par Gabirel En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Soit tu es militaire soit tu es civil on ne peut pas suivre deux livres à la foi trop c’est trop Blaise à fait pareillement ou en non nous aujourd’hui ? laissez au civil aussi pour qu’ils essaient

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 09:05, par ELKABOR En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Analyse très pertinente. La question principale demeure celle-ci :qu’est-ce que ZIDA est allé chercher à la primature après avoir caracolé pour obtenir les 21 jours de longévité à la tête de l’Etat, nécessaires pour bénéficier des avantages du statut d’ancien Chef d’Etat, à la faveur des circonstances que nous connaissons ? Le voilà qui persiste et signe pour se dégrader pour les strapontins de Premier Ministre et Ministre de la défense. En deux mois ce Monsieur a occupé trois fonctions parmi les plus emblématiques de notre pays (Chef de l’Etat, Premier Ministre, Ministre de la défense). Il n’est pas exagéré de le qualifier de boulimique de pouvoir qui cache mal son jeu. Et si à la fin le RSP avait raison en demandant son départ ainsi que celui des autres militaires du Gouvernement, forts de ce que ses mêmes camarades du RSP savent du cas Blaise Compaoré et ses 27 ans de règne ? Pour nous qui avons eu la chance de voir l’évolution de Blaise Compaoré après le 15 octobre 1987, nous entrevoyons les mêmes signes en Zida sauf que le peuple Burkinabè a beaucoup gagné en maturité de 1987 à nos jours !

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 10:06, par VISION En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Notre désir de vivre ensemble, est le seul barometre. vivre ensemble dans la justice et la vérité. justice pour juger ceux d’entre nous qui ont posé des actes condamnables par la justice, et pour le reste nous tous nous travaillons à apprendre à nous soumettre aux décisions de cette justice là.

    Zida, qui a été appladuit par tout le monde hier, à cause de cette phrase : " ..Concernant l’œuvre de reconstruction, nous exhortons toute la communauté nationale à comprendre que toutes les filles et tous les fils de notre pays doivent y prendre part. C’est pourquoi nous pensons que cette transition qui se met en place se doit d’être inclusive.."

    Est-ce ça voulait dire impunité ? NON.

    Mon cher Frère, je pense sincèrement que tu aimes la paix, sans dire la vérité.
    Zacharie à pourtant dit, "Aimez la Vérité et la Paix". Il ya quelque chose qui s’est passée, et que tu n’arrives pas ou que tu n’a pas le courage de révéler. Tu ne ne peux pas utiliser les même armes que tes "ennemis". David n’aurait jamais pu vaincre avec les même armes que Goliathe.

    De toutes évidences, l’ex-majorité t’a applaudit en novembre, ils ont même signé la charte, ça m’étonnerait que ce soit parce qu’ils pensaient que tu avais un projet d’exclure leurs leaders du jeu politique en Avril.
    Vous avez même invité l’ex-majorité à venur à l’Hotel LAICO pour proposer le nom du président civil de Transition...

    De toutes évidences, le RSP t’a applaudit en Novembre, ça m’étonnerait que ce soit parce qu’ils pensaient que tu avais un pojet de les Exclure Tout cour, en tant qu’entité.

    Tu as pris des engagements et visiblement tu n’entend plus les respecter. Et POURQUOI ? Peut -être même que tu as sucombé à une compromission avec les uns et les autres, Je n’en sait rien. , mais c’est humain de se tromper. Et il faut juste l’exprimer. Faire comme tu fais, c’est trahir tes amis et aliés d’hier, sans leur en donner une explication valable, et ça aux risques de mettre tout un pays en difficulté.

    Je pense que vous devez avec la PAIX, aimer aussi la VERITE. Le 1er ne tiendra pas sans le 2ème. Et surtout n’utiliser pas les même armes qu’eux (hier ils ont menti, tué, accaparé, humilié, exclu, hait, terrorisé,...), Toi, mon frère, agit différemment et tu parviendra plus serènement à tes fins.
    Tu n’as pas pu te tromper ce jour là mon frère : "..nous exhortons toute la communauté nationale à comprendre que toutes les filles et tous les fils de notre pays doivent y prendre part. C’est pourquoi nous pensons que cette transition qui se met en place se doit d’être inclusive.."

    Stay blessed.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 10:12, par Loss En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    En fait, j’approuve l’opinion du forumiste 4 depuis la CI. Zida terminera comme IB en CIV, c’est dommage. Le même sort est reservé aux 2 hervé, smoqué, samsk Loada et Ibriga. Pour les autres se sont les blessures et emprisonnement ; ils sont dans une zone de turbulence.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 10:18 En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Merci, jeune frère pour ce regard pleine de questionnements !

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 10:28, par Le CDR En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Voici les ennemis de ZIDA et de la Nation burkinabè, et par ordre, (Hervé Kam, Safiétou Lopez, Chériff Sy, Luc Marius Ibriga, Marcel Tankoano ). Mais, ils oublient que Dieu rend toujours justice et rendra JUSTICE. Pensez-vous pouvoir nous faire croire que vous êtes ce que vous prônez à travers les ondes et les colonnes des médias ! Demain n’est pas loin, INCH’ALLAH

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 12:21, par Edouard En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Dites moi ; c’est qui le nommé ZAIDA ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 13:18, par GUINKOUMA En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    D’accord avec internaut N° 9 VISION. Maintenant comment pouvons nous venir au secours de ZIDA ? Je pense moi que son salut viendrait tout simplement à reconnaître auprès de ses alliés d’hier et de tout le peuple qu’il a commis des erreurs, de demander pardon et de partir pour laisser quelqu’un d’autre continuer.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 15:05, par podrbem En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    il a été trop gourmand Zida.le statu d’ancien président était largement suffisant pour lui.Au lieu de cela il revient ici avec son manque d’expérience pour occuper la primature et surtout le ministère de la defense.Le probleme de cette transition c’est la corruption des OSC.C’est grave et c’est bien d’hommage.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 16:38 En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    il y a trop de suicidaires dans ce pays. A quoi sert un ministre de la defence si l armee ne veut pas de toi ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2015 à 16:39 En réponse à : Isaac Yacouba Zida : De la tenue bariolée au costume, le pas de trop ?

    Zida est tres beau pour terminer comme IB, mais helas. Les memes causes produisent les memes effets.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés