« Tout projet de report des élections sera combattu comme la défense de la constitution contre la modification de l’article 37 », coordination des OSC

lundi 6 juillet 2015 à 22h15min

Face aux hommes et femmes de médias ce lundi après midi, la coordination des organisations de la société civile a donné sa lecture de la situation nationale. Une situation nationale marquée par ce qu’il est convenu d’appeler le clivage entre le Lieutenant- colonel Yacouba Isaac Zida, devenu premier ministre, et ses frères d’armes du Régiment de sécurité présidentielle. Une tension qui a souvent fait craindre le pire au pays des hommes intègres. C’est naturellement le sujet qui a constitué le plat de résistance de cette conférence de presse. Nous vous proposons l’intégralité de leur déclaration liminaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Tout projet de report des élections sera combattu comme la défense de la constitution contre la modification de l’article 37 », coordination des OSC

Mesdames et messieurs les journalistes,

Avant tout propos, je voudrais au nom des organisations de la société civile, membres de la coordination d’OSC, vous remercier pour le travail important que vous abattez tous les jours pour l’affermissement de la démocratie burkinabé. C’est l’occasion pour nous de rappeler notre condamnation des actes d’intimidation que certains médias ont subis la semaine passée, œuvre d’éléments du tristement célèbre RSP. Nous réaffirmons que la liberté de presse est non négociable, que l’intégrité physique et morale des journalistes est sacrée. Nous réaffirmons notre soutien à vos organisations professionnelles dans vos actions de défense de cette liberté comme nous l’avons fait à vos côtés pour l’abrogation de la décision liberticide du CSC de musellement des médias avec l’interdiction des émissions d’expressions directe.

Chers amis des médias,

Les 30 et 31 Octobre 2014, des Martyrs sont tombés partout sur le territoire national. En s’exposant les mains nues aux balles assassines de Blaise COMPAORE, ils ont voulu combattre l’injustice, la corruption, en somme la mal gouvernance. Leur sacrifice nous impose donc de nous engager sans calcul à défendre l’Etat de droit et la République.

Mesdames et messieurs,

La situation nationale marquée principalement par l’affaire dite ZIDA-RSP nous interpelle en tant que partie actrice de l’insurrection populaire et signataire de la Charte de la Transition. C’est pourquoi nous voulons par cette conférence de presse partager avec l’opinion nationale et internationale notre lecture des évènements de ces derniers jours mais aussi communiquer notre position face à ce que nous considérons comme une nouvelle dérive militaro-politique du régime déchu qui essaie par tous les moyens de reconquérir le pouvoir perdu, même au prix d’un chaos national. En rappel, et dès le mois de Février après la prise en otage du conseil des ministres par le RSP et notre activité du 7 Février 2015, pour barrer la route au projet funeste de cette garde prétorienne.

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Nous y sommes ! La crise actuelle basée sur des rumeurs de complots et de faux complots ne doit pas être analysée de manière isolée au risque de se tromper et de rester inactif face au péril de la République que cela engendrera. Cette crise maquillée en « affaire ZIDA-RSP » n’est que la partie visible de l’iceberg. La réalité est que le régime déchu recomposé en CDP-NAFA avec l’aide de ses partis satellites, de ses réseaux mafieux et occultes appuyé par leur bras armé le RSP tente de faire tomber la Transition pour empêcher le respect du calendrier électoral. C’est donc une entreprise de déstabilisation de la Transition qui se poursuit depuis les évènements décrits plutôt en février dans notre déclaration de l’époque. Face à cette situation, la société civile ne peut s’affranchir de sa responsabilité de défendre la Charte de la Transition. C’est pourquoi les exigences des OSC réunies au sein de la Coordination d’OSC sont :
-  Pas de dissolution du gouvernement imposée par le RSP ;
-  Pas de report de la date des élections prévue pour le 11 octobre 2015 alors que tout porte à croire que cette entreprise de déstabilisation de la Transition du couple RSP-CDP n’a qu’un seul objectif : la perturbation du calendrier électoral, la défense d’une « inclusion-impunité », la contre attaque des jugements imminents de la Haute Cour de Justice, les avancées des dossiers Thomas SANKARA et Norbert Zongo. D’où qu’elle vienne, tout projet de report des élections sera combattu comme la défense de la constitution contre la modification de l’article 37, etc.

Mesdames et messieurs les journalistes

Aussi, pour barrer la route à tous les négationnistes, tripatouilleurs impénitents des constitutions, de tous les militaires aux relents putschistes et antipatriotiques, la société civile prévoit les actions suivantes :
-  Une campagne d’information de l’opinion nationale et internationale sur la volonté affichée du couple RSP-CDP de conduire notre pays dans une guerre civile par la perturbation du processus électoral et la déstabilisation des institutions de la Transition
-  La tenue d’une Assemblée Générale Nationale de toutes les OSC engagées dans la défense de la République ce jeudi 09 juillet 2015 à Ouagadougou qui connaitra la participation des représentants venus des 45 provinces du Burkina. Cette assemblée générale aura pour but de préparer des actions majeures de portée nationale pour faire face à toutes les menaces de déstabilisation de la République et des perturbations des élections.

Mesdames et messieurs les journalistes,

Nos organisations exigent aussi :
-  Que les autorités de la Transition cessent de louvoyer sur la question de la dissolution du RSP qui est une revendication non négociable du peuple.
-  Que l’ex Premier ministre Luc Adolphe TIAO soit purement et simplement arrêté pour répondre des ordres de massacre de la population aux mains nues qu’il a donnés lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 Octobre 2014 et que la Haute Cour de Justice arrête de se hâter lentement pour juger les dignitaires du régime déchu
-  Interpellons le Gouvernement sur son devoir de communication en vue d’éviter de laisser les populations dans une psychose dangereuse face aux rumeurs et intoxications organisées de toute pièce pour détruire notre pays en créant la peur et la torpeur.

Mesdames et messieurs,

Avant de terminer, nous rappelons notre droit de vivre dans un Burkina sans ce RSP. Nous sommes convaincus que la majorité des militaires du RSP auront une place dans cette nouvelle armée républicaine et une belle carrière loin de la manipulation et du manque de respect dont ils sont l’objet par une poignée d’officiers à la solde de Blaise Compaoré et paniqués au regard de leurs sales besognes qui vont bientôt les rattraper. A nos frères soldats du RSP, nous rappelons qu’il est encore temps de vous démarquer des agissements de ces officiers mafieux et dangereux pour la patrie et de se mettre résolument du côté du peuple.

Mesdames et messieurs les journalistes,

Merci pour votre attention et nous restons à votre disposition pour les éventuelles questions de précisions ou de compréhensions.
Je vous remercie !

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés