La corruption au Burkina Faso : Un phénomène inquiétant

samedi 4 juillet 2015 à 00h40min

Le Réseau national de lutte anti- corruption (REN-LAC) en publiant son rapport veut lancer un cri d’alarme sur la situation de la corruption qui va de mal en pis au Burkina Faso. Même si des évolutions ont été enregistrées dans certains secteurs il n’en demeure pas moins que des efforts inlassables restent à fournir pour venir à bout de ce fléau.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La corruption au Burkina Faso : Un phénomène inquiétant

Le rapport de 2014 montre clairement que la corruption a la peau dure au Burkina Faso. Sur 91% des 2000 enquêtés, la corruption est très fréquente ou fréquente dans le pays et 42,4% des enquêtés ont expérimenté personnellement la corruption ou ont été témoins d’actes de corruption. Si dans le rapport de 2013, il est fait cas que 23 528 925 FCFA ont été injectés dans les transactions financières des pratiques corruptrices celui de 2014 par contre montre que le montant cumulé des sommes offertes, reçues par des enquêtés ainsi que le montant des transactions déclarées par des enquêtés témoins s’élèvent à 37 900 350 FCF. Ce montant cumulé donne une idée du niveau des ressources financières dissipées ou des coûts supplémentaires des services publics du fait de la corruption.

Les marchés publics, 1er sur la liste en 2014

Sur l’état de la corruption dans le rapport 2014, la douane cède sa première place aux marchés publics qui étaient 4e dans le classement de 2013. On est tenté de dire que le domaine de la douane a connu un début de changement, 2e, même si le chemin reste encore long. La douane est suivie de la Police municipale qui conserve sa 3e place et ce pour ces deux dernières années consécutives. De même, la Direction Générale des Transports Terrestres et Maritimes (DGTTM) a amélioré son score en passant de la 2e place à la 4e. L’administration judiciaire, par contre a reculé en passant de la 7ème à la 6e place. Dans la même lancée, le trésor public est passé de la 12ème place à la 9ème.
Le classement s’est fait par entité (département ministériel principalement) et sur la base de la démarche du classement des administrations sollicitées, place au premier rang le ministère des Infrastructures, du désenclavement et des transports. Comparativement à l’année 2013, si les cadres et les agents d’exécution ont permuté leur rang (2e et 3e), les élus locaux (les maires et conseillers municipaux) se maintiennent à la tête du classement.
Subséquemment, il est a noté que la lutte contre la corruption connait des lueurs d’espoir avec le vote par le Conseil national de la Transition (CNT) de la Loi portant prévention et répression de la corruption, le début d’examen des dossiers de crimes économiques, et les interpellations de dignitaires de l’ancien régime sur leur gestion des deniers publics.
Il convient également de signaler la mise en œuvre de la politique nationale de bonne gouvernance, ainsi que les audits des marchés publics, gestions 2010, 2011, 2012 et 2013, dont les rapports sont attendus en 2015.
Enfin, le Gouvernement accorde une attention particulière aux rapports des structures de contrôle de l’Etat dont en particulier ceux de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE). Il envisage des mesures fermes pour la mise en œuvre des différentes recommandations.

Aïssata Laure G. Sidibé (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 juillet 2015 à 10:58, par sali
    En réponse à : La corruption au Burkina Faso : Un phénomène inquiétant

    Bon courage à vous !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2015 à 15:59, par Moussa OUEDRAOGO
    En réponse à : La corruption au Burkina Faso : Un phénomène inquiétant

    Voilà, c’est à cause de cette corruption, que le ministère de la jeunesse est incapable de payer ces formateurs HIMO ou PFM depuis décembre 2014 soit huit mois. c’est pas serieux de la part du gouvernement de la transition !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2015 à 09:16, par Oussou Pitroipa
    En réponse à : La corruption au Burkina Faso : Un phénomène inquiétant

    Je savais, sinon la transition n’allait pas être dur comme ça. Mais c’est pas vous même qui avez dit que y aura pas de problèmes de paiement de salaires sous la transition ? Pourquoi alors les formateurs du PFM2014 et HIMO 2014 n’ont toujours pas eu leur frais de formation depuis décembre 2014 ? et vous voulez qu’il fasse comment maintenant ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 15:56, par Steve
    En réponse à : La corruption au Burkina Faso : Un phénomène inquiétant

    Tant et aussi longtemps que le Burkina ne sera pas indépendant réellement de la France, il y aura corruption. Il est temps d’avoir un système politique burkinabè, une système d’éducation burkinabè, un système judiciaire burkinabè, un système économique burkinabè, une monnaie burkinabè....et du pain burkinabè. Tout est francais au Burkina et tout est dirigé par la France par un système de corruption.
    Le jour que les burkinabès en auront réellement assez, ils se lèveront et changeront le système, d’ici là aucun changement réelle n’est possible.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés