Extrémisme en Afrique : Didier Awadi et ses camarades réclament « Le droit de vivre »

mercredi 1er juillet 2015 à 23h05min

En marge de la 11ème édition du festival Ciné droit libre, Didier Awadi, Alif Naaba, Master Soumi, Sissao, Josey et bien d’autres artistes africains nommés ambassadeurs de la liberté d’expression ont lancé une chanson contre l’extrémisme. « Le droit de vivre », c’est le titre du single qui a été dévoilé à la presse ce 1er juillet à Ouaga.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Extrémisme en Afrique : Didier Awadi et ses camarades réclament « Le droit de vivre »

Ils sont une douzaine d’artistes engagés pour que cesse l’extrémisme dans les pays africains. Ce sont entre autres : Didier Awadi du Sénégal, Sissao, Alif Naaba et Smockey du Burkina, Marechal Zongo, Josey et Soum Bill de la Côte d’Ivoire, Master Soumy du Mali, Pheno-Bi du Niger, Menson de la Mauritanie. Tous dévoués pour le bien-être des populations africaines, les ambassadeurs de la liberté d’expression du programme Arterial network d’Artwatch conjuguent leurs efforts de lutte contre l’extrémisme.

Selon Abdoulaye Diallo, coordinateur du festival ciné droit libre, l’idée est née lors d’une rencontre d’artistes et d’acteurs culturels à Nairobi au Kenya. Au sortir des échanges, il a été proposé de considérer ces artistes comme des ambassadeurs de la liberté d’expression. « Pourquoi ne pas faire une chanson commune sur la thématique de l’extrémisme ? », s’était demandé Didier Awadi. Ainsi s’écrivait « le droit de vivre ». Et le rappeur sénégalais de dire : « Nous devons toujours nous mettre ensemble pour parler de nos problèmes. Nous avons les capacités d’identifier les solutions aux problèmes. Elles ne doivent pas toujours venir de l’Occident ». Les ambassadeurs de la liberté d’expression ne veulent pas que les gens –sans doute l’Occident- viennent s’apitoyer sur le sort de l’Afrique qui dispose d’assez de ressources nécessaires pour résoudre ses problèmes. Cette chanson sur l’extrémisme est selon lui une preuve que les africains peuvent s’unir pour mener une lutte.

Charlie Hebdo oui…mais des larmes aussi pour les morts en Afrique

« Le droit de vivre », c’est un appel à la responsabilité, un appel à s’engager sur des questions qui concernent les Africains. Au nombre de ces questions il y a l’extrémisme qui monte. Les ambassadeurs de la liberté d’expression espèrent que ce single sera un vecteur interpellateur des politiques afin qu’ils s’y penchent sérieusement. « On peut bien pleurer Charlie Hebdo mais il faut aussi pleurer nos propres morts », ironise Didier Awadi. Pour Monsa de la Mauritanie, ce projet est une façon à eux d’interpeller artistiquement avec une contribution créatrice et créative pour dire NON au terrorisme. Une belle chanson dont le clip a été réalisée par Gidéon Vink de Semfilms que les hommes et femmes de médias ont pu visionner, en plus d’un entretien d’Awadi Didier, et un reportage photos de la rencontre des ambassadeurs. « C’est un clip provisoire » selon Abdoulaye Diallo. Il est en phase de finalisation et sera gratuitement téléchargeable sur le net.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés