Débat sur la nouvelle Constitution : La COSTE préconise la tenue d’une « conférence politique et sociale »

lundi 29 juin 2015 à 01h24min

Au cours d’une conférence de presse animée à Ouagadougou le samedi 27 juin 2015, les membres de la Coalition citoyenne pour le suivi de la Transition et des élections (COSTE) ont décliné leur position relativement au débat sur le point de savoir s’il faut, et comment, doter le pays d’une nouvelle Constitution. Pour eux, la tenue d’une « Conférence politique et sociale » s’impose, si l’on veut une Loi fondamentale qui réponde aux aspirations des Burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Débat sur la nouvelle Constitution : La COSTE préconise la tenue d’une « conférence politique et sociale »

A en croire Siaka Coulibaly et ses camarades, l’adoption d’une nouvelle constitution en vue de rompre avec la quatrième République a été une forte aspiration des Burkinabé au début de la Transition. Une aspiration qui est d’ailleurs celle de la COSTE.
Mais pour elle, le « débat national et le référendum sont des conditions non négociables pour passer à la cinquième république ». Dans ce sens, la Coalition préconise la tenue d’une « Conférence Sociale et Politique qui va plancher sur le débat sur le contenu de la constitution et la tenue du référendum au moment des élections présidentielle et législatives le 11 octobre 2015 ». A l’occasion de cette conférence, présage le Coordonnateur de la COSTE, Siaka Coulibaly, les gens pourraient s’accorder sur le contenu de cette Loi fondamentale qui devra engager tout le peuple burkinabé.

En tout état de cause, précise M. Coulibaly, « Il nous faut mettre en place des mécanismes qui permettent que les engagements pris par les partis, qu’ils les appliquent vraiment ». De la sorte, la tenue du référendum pour l’adoption de la Constitution pourra se tenir sans heurts majeurs, même après les élections à venir.
Sur la question qui fait l’objet de débats dans certains milieux, et préconisant la prolongation de la Transition, la Coalition affiche son opposition : « La COSTE se déclare totalement opposée à toute prolongation de la transition. » C’est du moins, ce qui ressort de la déclaration liminaire de cette conférence de presse du 27 juin 2015.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 juin 2015 à 03:08, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Débat sur la nouvelle Constitution : la COSTE préconise la tenue d’une « conférence politique et sociale »

    Pour moi ce serait insensé de tenir un référendum après les élections. Cela équivaudrait à poser une « natte » pour un hypothétique visiteur. Ce gouvernement « d’après référendum » sera-t-il en mesure d’assurer la stabilité et la sécurité au cas ou les résultats du référendum seraient mitigés (et à coup sûr ils le seront) ? Pourquoi les bailleurs de fond nous imposent-ils de telles précipitations ? Le cas du Niger n’ a-t-il pas déjà assez inspiré ? Bien sûr on pourrait rétorquer avec les cas malheureux de Centrafrique ou de la Guinée que sais-je ? Mais si les bailleurs de fond se sont tous accordés pour reconnaître que le cas du Burkina doit servir d’exemple, c’est que notre cas est donc spécial. Pourquoi craindrait-on une prolongation de la transition ? En effet si ce cas est spécial et doit servir d’exemple, c’est parce que précisément nous n’avons pas toutes ces histoires de religions ou d’ethnies et autres de tartanpion à mustanpute !.

    En tout état de cause, nos ancêtres ont toujours soutenu, que la précipitation conduisatt toujours à acheter la tête du chien au lieu de celle de la chèvre pour recevoir la belle mère. Pourtant, j’avoue que dans mon enfance, j’en ai goûté à la soupe du chien, et j’assure qu’elle était délicieuse. D’ailleurs ce ne sont pas les Sanmogo, qui me reprocheront cela et me contrediront. De toute façon, recevoir même son amie avec la soupe de la tête du chien est une abomination des abominations pour celui penserait un seul instant honorer ainsi son invitée. Il se serait tout simplement tombé à côté. En langage moderne on dira que ce n’est pas politiquement correct. On pourrait ajouter même « religieusement », car en effet cela pourrait aussi n’être pas très « catholique ». Et ce ne sont pas les jeunes gens de Tintilou qui nous diront le contraire. Or ce sont ceux de Konkologho qui nous en mettent la puce à l’oreille dans leur chant folklorique (sans doute la belle mère ou l’amie a dû se croire menacée en voyant les dents et les crocs de la pauvre bête et a dû prendre ses jambes à son cou en hurlant. Ce qui a dû peut-être aussi causé un désarrois dans le village, et la condamnation sévère du sieur dont la faute impardonnable rentre désormais dans les « annales » anecdotiques et folkloriques de la région, et devint le proverbe que nous avons cité, dans tout le pays des Mossé). Alors bailleurs de fond pouviez-vous seulement nous aider à éviter de telles erreurs ? L’erreur de la précipitation !!!… Merci d’avance.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin 2015 à 10:56, par HO CHI MINHT
    En réponse à : Débat sur la nouvelle Constitution : la COSTE préconise la tenue d’une « conférence politique et sociale »

    pour moi il faut une troisieme urne pour le 11 octobre 2015 si nous ne voulons pas etre dans la situation du burundi sur question de 5eme republique car moi je pense que le momment le bien choisit c est dans cette periode de transition car je ne croix pas que les politiciens nous garantirons cela apres etre elu soit il chercherons a troupatrouiller la constitution comme l ex regime dechu a leur profit mieux vaut tard que jamais que les bailleurs financent le complement budgetaire pour la 3 eme urne ca sera la solution pour une paix durable au burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin 2015 à 12:26, par mnla
    En réponse à : Débat sur la nouvelle Constitution : la COSTE préconise la tenue d’une « conférence politique et sociale »

    Encore Siaka Coulibaly

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin 2015 à 23:31, par Obama
    En réponse à : Débat sur la nouvelle Constitution : La COSTE préconise la tenue d’une « conférence politique et sociale »

    amandez la quatrième république et passons aux questions de fond...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés