Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

vendredi 26 juin 2015 à 01h30min

International Crisis Group a rendu public son rapport sur l’évolution de la transition au Burkina. Selon Crisis Group, le vote du nouveau Code électoral serait une « menace au respect du calendrier électoral ». Il rappelle que le « dialogue entre les acteurs politiques et sociaux de tous bords doit être maintenu ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La mise sur pied d’une démocratie apaisée par l’organisation d’élections transparentes est au cœur des préoccupations des Autorités de la Transition qui multiplient la recherche de solutions consensuelles à travers les débats au sein du Conseil national de la Transition (CNT), de la Commission nationale de réconciliation et des réformes (CNRR) et divers autres cadres de concertation.
Les dispositions du code électoral sont conformes à la volonté exprimée lors de l’insurrection populaire des journées historiques des 30 et 31 octobre 2014 et à la Charte africaine de la démocratie, des élections, et de la gouvernance.
Le Gouvernement de la Transition rassure l’opinion internationale sur sa volonté de mener à terme le processus de transition dans la paix et la concorde nationale.

Le Service d’information du Gouvernement

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 juin 2015 à 05:19
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Sincerement, qu est ce que ce communiqué veut dire ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 06:58, par Oser
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Faux, la volonté populaire c’est que vous soyez neutres, que vous organiser des élections libres, transparences et inclusives. La volonté populaire c’est une justice impartiale et non une justice sélective comme nous le constatons actuellement. Une justice où virer au MPP est synonyme de jouir d’impunité totale. Gouvernement de la transition, retire du code électoral cet article d’exclusion. Vous n’avez pas à choisir à notre place. Le peuple lui même le fera et mieux que ce que vous avez voulu faire à travers cet article. Enfin, le peuple est sorti pour empêcher Blaise de s’éterniser au pouvoir et non pour faire la chasse au sorcière de ses partisans comme vous voulez le faire comprendre. De grâce nous ne voulons pas vivre ce que la Côte-d’Ivoire a vécu du fait d’exclusion.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 07:15, par Sidpassata - Veritas
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Je crois que le Burkina doit maintenant fermer ses oreilles aux propos de tous ceux qui veulent remettre en cause le nouveau code électoral au prétexte qu’il serait contre le principe de l’inclusion. On a beau expliquer, ces gens-là ne veulent pas comprendre qu’il existe le principe de responsabilité qui est tout aussi important que l’inclusivité qui, elle-même ne signifie pas impunité.
    ON NE PEUT PAS CHASSER UN RÉGIME ET IMMÉDIATEMENT APRÈS, REPRENDRE SES PRINCIPAUX ACTEURS POUR OPÉRER LES CHANGEMENT DE POLITIQUE ATTENDU D’UN NOUVEAU RÉGIME.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:19, par LamLam
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Ainsi soit il, et il en sera ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:48, par Le BOBOLAIS
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Il avait dit que si Blaise descend du pouvoir il y aura le KO au Burkina maintenant qu’il est parti et qu’il en est rien alors on pousse les choses pour dire on vous avait dis que si ce Mr part ça va vous entendre. Circulez on vous a compris.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 09:29, par Chante
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Rassurante cette réaction.......... . Peut être que ceux qui s’entêtent sont parmi les fautifs et ils sont même à rechercher qui sait ???????

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 10:21, par Inoussa
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Le communiqué gouvernemental aurait pu/dû être mieux formulé, moins laconique, voire avec moins de désinvolture. Mais Internaute 2 "Oser", la transition ne saurait être neutre ; c’est à dire à équidistance entre les insurgés et l’ex-majorité. Impossible ! La transition doit ne saura faire dans l’équilibrisme. La volonté des insurgés doit être respectée au tant que possible.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 10:41, par tangba
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Aujourd’hui c’est Pierre, demain ce sera sans doute Paul et que cela soit claire pour tous. Je pense que Mr Soumane Touré a raison de se fâcher contre les autorités de la transition qui semblent avoir fait un "deal" avec le MPP et notamment avec Mr Rock qu’il présente à jamais comme étant le futur Président du Faso. Eh !!!!! ne forcez pas les choses de cette manière car la chose peut du jour au lendemain se retourner contre vous.
    Même le Président la transition dit que Rock ne peut pas être comparé aux autres pour avoir quitté le navire du CDP juste avant l’insurrection ! C’est quand même au Burkina où tout le monde a vu et voit qui a fait quoi !!
    Forçons les choses et l’avenir nous en dira plus.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 11:57, par sinsolgué
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Voyez-vous cette manière ridicule de répondre aux vrais problèmes par des entourloupes. Que veut dire débats à travers le CNT, ce machin dirigé par un sectaire et où sont logés des personnes entrées par effraction dans l’histoire de notre pays.? Etes-vous sûrs de combien de burkinabé se reconnaissent en votre sigle ? Quelqu’un qui se présente à une élection comme candidat dans son "fief" et n’obtient que 30 voix et qui se retrouve par un triste accident de l’histoire deuxième personnalité du pays peut-il vraiment incarner autre chose que la violence et le sectarisme ? Fermez non seulement vos oreilles mais aussi vos poings pour ne plus recevoir les dons de ceux que vous ne voulez plus entendre et mieux, fermez les yeux pour ne même plus les voir en virtuel ou en réel. Sachez seulement que, comme vous, les autres (vos autres !) Burkinabé n’ont pas forcément besoin de ceux qui attirent votre attention sur les risques que véhicule votre loi pour prendre leurs responsabilités le moment venu.
    Responsabilité pour responsabilité, qu’allez-vous introduire dans les urnes en lieu et place du bulletin de vote que vous avez renié préférant ameuter une jeunesse qui avait certes de légitimes revendications MAIS que vous avez manipulée droguée, conditionnée pour le putsch civilo-militaire des 30/31 octobre 2014 ? C’est vous qui devriez répondre de rébellion contre la légalité d’autant plus que même vos leaders étaient contraints (honnêteté intellectuelle oblige !) d’admettre que LA MODIFICATION DE L’ARTICLE 37 N’ETAIT NULLEMENT ILLEGALE, évoquant plutôt une question d’OPPORTUNITE comme si ce qui est opportun pour Ablassé et son FA (se définissant comme il l’a fait avec ses atouts), était opportun pour Zéphirin, comme si ce qui est Opportun pour le MPP (devant s’armer pour conduire son idole à kossyam), l’était pour le CDP qui vous a supplié de passer aux urnes plutôt qu’aux armes. Si par couardise, un dirigeant de l’ex-majorité venait à DEMANDER PARDON par rapport aux événements qui se sont produits, il fera mieux de déménager au MPP où il pourra bénéficier d’un stage de gangstérisme politique. Qui demande que vous les repreniez pour quoi que ce soit ? Si vous êtes sûrs que ceux que vous ne voulez plus reprendre sont impopulaires et MAÏS devant vous, qu’il soit laissé au Souverain qu’est le peuple, le soin de statuer à travers son arme fatale : LE BULLETIN DE VOTE. Sinon, celui qui sera élu sera perçu comme un chef braqueur et rien d’autre. Il confisquera le pouvoir, mais il ne pourra le gérer. Allez les loups, je suis là Kôrô Yamyéllé ; quel menu proposerez-vous à Supper BARRY le jour où vous mettrez la main sur moi ? Que d’escrocs qui aspirent à nous diriger ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 12:55, par Illiias
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Tout ce que tu viens de raconter n’est que du Maïs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 14:58, par verité no 2
    En réponse à : Inquiétudes d’International Crisis Group sur la transition au Burkina : Le Gouvernement rassure

    Le dernier rapport de cette organisation avant l’insurrection date du 22 juillet 2013 et intitulé avec ou sans Compaore, le temps des incertitudes. Puis plus rien, de juillet 2013 à Octobre 2014 soit plus d’un an. En 2014, la menace de la crise était plus que réelle et perçue par n’importe qui. Ce organe n’a pas bronché. A la limite ce sont des troubles faits qu’il faut combattre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés