Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

vendredi 26 juin 2015 à 01h42min

L’actualité nationale récente est marquée d’une part, par une intensification de la campagne politique en vue des élections à venir et d’autre part, par le procès de M. Ousmane GUIRO, ancien Directeur Général des douanes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La précampagne pour les élections à venir s’est intensifiée ces dernières semaines, occultant les préoccupations réelles des populations. Elle se traduit par la multiplication des meetings et autres conférences de presse, des annonces de démissions et d’adhésions, la création de nouveaux partis, des alliances et ruptures d’alliances, des attaques entre partis et des écarts dans les propos des hommes politiques.
L’UAS, qui suit avec beaucoup d’attention les activités politiques, ne peut rester silencieuse face aux propos qui ont soulevé un tollé général et qui ont valu à certains responsables politiques des interpellations par la gendarmerie. Elle dénonce les écarts dans les propos de certains acteurs de la vie publique qui peuvent mettre à mal la cohésion et la paix sociales. Elle les interpelle à faire preuve de retenue et de responsabilité dans leurs propos. A la presse qui abat un travail formidable d’information et d’éducation des citoyens, elle adresse ses encouragements tout en l’invitant à toujours plus de professionnalisme et d’équité dans le traitement de l’information.
L’interpellation pour plus de retenue et de responsabilité vaut aussi pour les autorités de la transition : dans leurs prises de position, dans leurs mesures et actions, elles doivent toujours garder à l’esprit le respect des textes, des droits et libertés et la séparation des pouvoirs. Malheureusement, de nombreux exemples existent où elles ne se sont pas conformées à ces exigences : interventions intempestives des forces de l’ordre dans les conflits de travail, banalisation des interpellations, propos tenus par le Président de la transition sur de la validité de la candidature éventuelle de Rock Marc Christian KABORE, propos contradictoires du Premier Ministre concernant le Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) alors même que le rapport de la commission mise en place pour réfléchir sur le sort du RSP, qui aurait été remis aux autorités depuis avril 2015 n’a toujours pas été rendu public.
Concernant le procès GUIRO, il convient de rappeler que le mouvement syndical, conformément à ses missions et préoccupations, s’est toujours battu pour une bonne gestion des affaires publiques et contre l’impunité. C’est pourquoi, dans ses cahiers de doléances, dans ses plates-formes revendicatives et dans ses actions, la corruption et la fraude ont toujours occupé une bonne place. C’est dire à quel point les organisations syndicales et l’ensemble des travailleurs, qui ont toujours exigé la lumière sur l’affaire GUIRO Ousmane, ont été très attentifs au procès dont le verdict est tombé le 20 juin 2015 après trois jours d’audience.
La décision de la Chambre criminelle de la Cour d’appel de Ouagadougou pose plus d’interrogations qu’elle n’en lève. En rappel, ledit dossier, comme la plupart des dossiers de crimes de sang et de crimes économiques, était bloqué par le régime COMPAORE. Sa programmation par le pouvoir de la transition, à la suite de la tenue des Etats Généraux de la Justice, a suscité l’espoir de la prise en compte effective d’une préoccupation majeure des citoyens à savoir la rupture avec les dénis de justice. En soi donc, la tenue du procès constitue un point positif, auquel on peut ajouter la reconnaissance de la corruption passive comme un délit punissable par la justice.
Cependant, tout en s’interrogeant sur le fondement des circonstances atténuantes accordées à M. GUIRO, l’UAS observe que :
-  les donateurs d’enveloppes pouvant contenir jusqu’à cinq (5) millions n’ont pas été interpellés pour s’expliquer sur les raisons de leur générosité. Par exemple, nous pensons que des donateurs tels que Watam Kaizer ou le groupe Obouf, dès lors qu’ils ont été formellement identifiés, devaient être appelés à s’expliquer sur les raisons de leur générosité. En effet, quand on sait l’importance économique de ces sociétés, quand on prend en compte le fait que le président du groupe Obouf a fait récemment l’objet d’un procès au cours duquel s’est posé le problème du dédouanement de ses marchandises périmées, on peut légitimement penser que des enveloppes contenant la somme de cinq millions de francs n’ont pas été données à M. GUIRO, DG des douanes sans aucune contrepartie !
-  un fonctionnaire de l’Etat a été reconnu coupable de corruption passive sans que le préjudice ou les dommages causés à l’Etat ne soient pris en compte. Or si des opérateurs consentent à corrompre un agent à hauteur de 900 millions de francs, on doit logiquement considérer que l’Etat perd bien plus que ce montant, autrement ces contribuables se seraient simplement conformés aux frais officiels ! Ce dommage méritait bien d’être considéré par le tribunal et payé par l’accusé. D’autant que l’application de l’article 156 du Code Pénal concernant les cas de corruption aurait pu valoir à M. GUIRO d’être condamné à payer à l’Etat burkinabé le double de la valeur indiquée, c’est-à-dire au moins un milliard huit cent millions (1 800 000 000) f CFA.
-  L’importance de ce procès, au plan pédagogique mais aussi du fait du grave préjudice subi par l’Etat et par le peuple en matière de corruption commandait que toutes les dispositions fussent prises pour assurer la défense des intérêts de l’Etat.
-  Enfin, nous pensons qu’il y a un problème à reconnaître quelqu’un coupable de corruption pour un montant de 900 millions de francs surtout dans un cas de corruption systémique et le condamner à deux années de prison avec sursis. Peut-on trouver meilleure prime à l’impunité et meilleur moyen de démoraliser les serviteurs du service public ?
Au regard de ces faits, l’Unité d’action syndicale (UAS), soucieuse d’éviter aux travailleurs et au peuple des jours d’incertitudes et de souffrances, déterminée à lutter contre l’impunité :
-  en appelle au sens de responsabilité et de retenue des différents acteurs et plus encore des autorités de la transition ;
-  se réjouit du pourvoi en cassation exercé par le Procureur du Faso et interpelle les animateurs de la justice, en particulier les juges, à faire en sorte à donner véritablement un nouveau visage à la justice. Car si le verdict issu du jugement du premier grand dossier de justice suscite tant de polémique et est même décrié par beaucoup de citoyens, qu’en sera-t-il des nombreux autres dossiers sur lesquels les burkinabè attendent de la part des autorités vérité et justice ?
En tout état de cause, l’UAS réaffirme sa détermination à lutter pour le renforcement de la démocratie, contre l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques. Se battant pour la prise en compte des préoccupations des couches populaires en général et des travailleurs en particulier, elle sait que cela ne peut aboutir que si effectivement les biens dont le peuple a été spolié sont recouvrés et si une lutte ferme est effectivement engagée contre la corruption et la fraude.
Dans ce sens, elle appelle ses différentes composantes, les militant(e)s et militants, l’ensemble des travailleuses et travailleurs à suivre avec toute l’attention requise l’évolution de la situation nationale et à se tenir prêts pour les actions qu’elle serait amenée à engager.

Ouagadougou, le 25 juin 2015

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 juin 2015 à 06:25, par fongnon lecibal
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    bravo,on vous a attendu en vain pour chasser blaise compaoré,mais vous avez vendu la lutte..maintenant qu’il est parti,chacun sort de sa tannière pour s’attaquer a la transition.votre analyse est juste.mais l’histoire retient que vous avez abandonné le peuple a un moment crutial de son devenir.aussi je m’attendais a voir ou on en etait avec la relecture de la grille salariale qui preoccupe tant les travailleurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:22, par SING
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Encore eux ! ces gens là n’ont pas peur de Dieu ; maintenant que leur maître est à YAMOUSSOUKRO on veut participer au projet de la déstabilisation. Le jeune BELEM de la fonction publique font 1000 000 fois plus-que vous tous réunis.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:23, par SING
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Encore eux ! ces gens là n’ont pas peur de Dieu ; maintenant que leur maître est à YAMOUSSOUKRO on veut participer au projet de la déstabilisation. Le jeune BELEM de la fonction publique vaut 1000 000 fois plus-que vous tous réunis.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:30, par Larba SEDOGO
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Ces faux syndicalistes, on les tient à l’œil.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:35, par Le BOBOLAIS
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Si c’était le ballai citoyen ou le CAR qui défendait les intérêts des travailleurs, aujourd’hui les fonctionnaires honnêtes n’allaient pas galérer dans ce pays. Si je pense un instant à ces gens soit disant syndicalistes j’ai envie de vomir.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:43, par Dawoula
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Félicitations à l’UAS pour cette brillante sortie. Vous avez été bien inspirée en refusant de vous impliquer dans la gestion des organes de la transition et continuer à jouer pleinement votre rôle d’éveilleur de conscience et de défense des intérêts des travailleurs et du peuple. C’est grâce à ces actions d’éveil de conscience combinées avec celles d’autres mouvements tels que le CODMPP et la CCVC que le peuple Burkinabè est arrivé à se mobiliser fortement pour chasser Blaise du Pouvoir. Ce mérite est connu de tous sauf ceux qui pratiquent la politique politicienne et ceux qui se sont subitement organisés en société civile autour de la transition pour piller les ressources de l’Etat. Ce sont ces profiteurs et ces politiciens myopes qui, par tous les moyens ont tenté et tentent toujours de nier le rôle éminemment jouer par les syndicats. Le peuple a tout compris. Courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 08:50, par Wendyambason
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    N’en voulez pas au syndicat voilà leur analyse qu’est ce que nous nous disons ? Si nous décidons de réagir est ce le syndicat peut refuser ? Chacun reste à la maison et dit le syndicat ne fait rien. Et nous meme qu’est ce qu’on ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 09:02, par NELSON
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Remarques très pertinentes ! Vous avez le soutient des travailleurs honnêtes qui reconnaissent le Rôle important que vous jouez dans la vie politique de notre pays. Je salue ici encore la clairvoyance du mouvement syndical de ne s’être pas laissé manipulé par les politiciens qui voulaient utiliser les syndicats pour atteindre leurs objectifs. N’ayant pas réussi tapis derrière leurs claviers ils ne peuvent qu’injurier. Mais qu’ils sachent que quelque soit celui qui va arriver au pouvoir il trouvera le mouvement syndical devant lui si les intérêts du peuple ne sont pas pris en compte. Encore bravo aux syndicats pour la veille. Sachez que ceux qui injurie ici n’ont pas de carte de militants d’un syndicat c’est plutôt des politiciens qui ont peur du niveau de conscience politique que vous inculquez chaque jour à la jeunesse qui tôt ou tard finira par trouver le juste chemin pour un véritable changement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 09:15, par ABLO
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    La réaction de l’UAS est normale mais elle ne fait pas cas des inégalités frustrantes qui existent actuellement entre fonctionnaires et contractuels de l’Etat.Je m’attendais à ce qu’elle fasse cas de la relecture de loi 013 et de la grille salariale tant attendu par les travailleurs de la fonction publique ainsi la traditionnelle rencontre gouvernement-syndicats qui tarde à se tenir. L’UAS s’est fait senti à un moment dans la défense des travailleurs pendant cette transition et après plus rien. Que se passe t-il ? Ou que s’est-il passé ? Les récents avantages accordés injustement aux agents du MEF nous montre qu’il y a de l’argent au BF. A mon avis l’UAS devrait faire pression sur le gouvernement pour qu’il procède sans délai à la relecture de loi 013 et de la grille salariale toute chose qui corrigera l’injustice entre les agents public de l’Etat et leur permettra de vivre décemment.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 09:59
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Ne rester pas cloitrer chez vous quand les syndicats vous invitent à une action et, pour finalement mettre sur leur dos l’échec des luttes. Le syndicat c’est nous tous et il sera ce que nous voulons qu’il soit. Les fruits des luttes sont proportionnelles aux degré de mobilisation. Plus les luttes seront les affaires des responsables syndicaux, plus elles ne rapporteront rien. Ou alors si ce sont nos responsables les problèmes qu’est ce qui nous empêche de les remplacer ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 10:31
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Déclaration de l’UAS sur la situation nationale
    Je pense que les responsables syndicales ont plus intérêt a se pencher plus sur les préoccupations des fonctionnaires et salaries du privé que de faire de vaines déclaration sur la gestion de la transition a laquelle ils n’ont pas participé activement l’insurrection populaire. De toute les façons le peuple vous tient a l’oeuil

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 10:35, par Elmos
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Bravo à l’UAS pour la brillante analyse qu’elle même sur la situation nationale. Contrairement à ceux qui ne rêvent que du pouvoir vous vous soucier du devenir de ce pays. Le peuple vous croit et vous suit et est prêt pour tout éventuel mot d’ordre.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 10:48, par La bâtardise ne gagnera pas
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Aux 5 premiers intervenants, l’uAS se contrefiche de vos analyses. On connait qui vous paie les tablettes et mégas pour discréditer le syndicat mais e vous demande de quitter dans ce comportement ignoble pour ne pas vous créer inutilement des problèmes car vos mentors vous flattent et lâcheront lorsque vos serez en difficultés. A bon entendeur salut ! un ami qui vous plaint d’avance

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 11:58, par oued
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Vous interpeller les autres (gouvernements, partis politiques, etc.), et vous-même ? Enlever la brindille de votre œil avant de voir le bois dans celui des autres. Que le syndicat se rappelle que ce n’est qu’une petite fraction des Burkinabé qui se retrouve dans une situation employé-employeur. Il faut qu’il arrête de nous pourrir la vie. Le syndicat est aussi corrompu que Guiro. Il faudrait que ceux qui dirigent les centrales syndicales des années durant déclarent aussi leur bien. Vous avez dit que ce n’est pas Blaise le problème ; qu’on va chasser Blaise et le remplacer par qui ? Et bien, on l’a remplacer par Michel Kanfado !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 12:45
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Un peu de retenue s’il vous plaît. N’insultez pas les syndicats ! Quand ils vous appellent à des actions, sortez ; au lieu de passer le temps à les critiquer. Quand ils n’interviennent pas vous dites qu’ils dorment. Et lorsqu’ils font des déclarations, vous les critiquez. Enfin, il faut savoir ce que vous attendez des syndicats.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 13:17, par Patriote
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Ok, c’est bon le contenu dans son ensemble. L’approche il faut le reconnaitre est cette fois ci constructive. Maintenant concernant la mobilisation ça doit être dans le sens du soutien à la transition. Je ne dis pas de donner un chèque en blanc à la transition mais on peut soutenir et aider quelqu’un en le poussant vers la bonne direction. Quoi qu’on dise toute transition est fragile et a besoin de soutien. Aucun burkinabè ne doit plus douter de la bonne foi de nos dirigeants de la transition (PF, PM, PCNT). Au regard des efforts qu’ils font pour que le Burkina reste debout avec une bonne image et respecté partout, nous devons les aider avec nos encouragements et aussi nos critiques positives et objectives. Toute personne lucide doit savoir que ce n’est pas facile pour eux et qu’ils gèrent chaque jour des dossiers sensibles et doivent déjouer les pièges des ennemies de la patrie. Tant que nous regarderons ensemble dans la même direction rien ne peut nous arriver par ce qu’il y a une mains protectrice sur le Burkina. Reconnaissons que la transition à fait avancer des dossiers (justice et lois à l’assemblé) que le régime corrompu de Blaise n’a pu faire en 27 ans.
    Voyons, le Burkina est resté debout depuis 8 mois, ce ne pas rien qu’a même. Vu que certains avaient préparé le chaos si jamais on les chassait.
    DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 14:09, par YACTRA
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    J’ai l’impression que qand on dit syndicat certains pensent qe c’est le bureau seul reuni autour du SG. VOILA pourquoi ils tiennent des propos du genre #les syndicats n’ont pas participe a l’insurrection# en oubliant le role d’eveil de conscience des syndicats

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 14:31, par La bâtardise ne gagnera pas
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    intervenant 14, tu comprend mal les propos de ToLE. De toutes les façons qu’est ce que kafando a changé ?.Il a protégé blaise et laissé le peuple dans la misère. Attend, la prochaine sortie du peuple tu verras comment on traite les traîtres comme vous. Vive le mouvement syndical, vive le peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 16:08, par PAR L’HOMME INTEGRE
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    SVP,ceux qui dénigre l’UAS qu’est-ce que vous voulez ?Qu’elle se taise face à cette mascarade de la justice qui a d’ailleurs consacrée l’argent du contribuable pour des soit disant "etats generaux de la justice" pour nous saborder à ce procès qui très attendu des HOMMES INTEGRES.J’ai honte !!!!contribuez au lieu d’insulter.On dit que TOUTE COMPROMISSION SE PAYE !!!!!!!!!Alons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 16:35, par Rasta
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    UAS dont fait parti la CGTB en particulier le SYNTSHA est un syndicat qui encourage la corruption. Les responsables syndicaux au niveau des structures des soins sont les plus grands dealers . Surtout dans les blocs operatoires et le reseau de vente de medicaments prohibés (analgin et autres). Quand ils sont sanctionnés ils mettent en branle le syndicat pour se protéger et mettre en difficulté le premier responsable de la structure. Un syndicat responsable doit aussi savoir dire la verité a ses representants et à ses membres . je suis un sympatisant du syntsha mais c’est un syndicat irresponsable. Il n’ya pas de petite corruption, toute corruption fragilise l’economie nationale. Confranellement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 17:08, par BAKA
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    Vive l’UAS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2015 à 17:44, par DIESEL
    En réponse à : Déclaration de l’UAS sur la situation nationale

    La rencontre gouvernement-syndicats devrait avoir lieu aujourd’hui mais le premier ministre est absent donc dans les jours à venir cette rencontre aura lieu.

    Les syndicats se sacrifient pour les travailleurs mais certains pensent qu’il faut aller tout arracher avec une kalache. Ils sont les premiers à courir derrière les partis politiques, à oublier la lutte et veulent des résultats.

    Mobilisons nous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés